Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/12/2018

Paradoxe

 

Paradoxe de la sainteté :

elle apporte une insatisfaction de soi de plus en plus grande

et elle comble l'homme de la présence de Dieu

parce que cet amour est indifférent aux fautes.

 

11/12/2018

Chaud-froid ou entropie

La chaleur ne peut pas passer
D’un corps froid à un corps chaud.
Rudolf Clausius


Que dans un sens ! L’autre est interdit
C’est un précepte solide et le seul
Qui, en physique, dans le temps s’investit
La chaleur n’est pourtant pas bégueule !

Le chaud  s’épanche vers le froid
Jamais il n’apporte, dans l’autre sens
Un effet authentique ou même maladroit
La chaleur glace le cœur avec aisance

Certes, si on lui donne un coup de main
Il est possible de réchauffer le tiède
D’en faire un outil jusqu’au lendemain
Il pourra alors devenir une aide

Mais il aura fallu activer l’énergie
Ce pouvoir miraculeux et cher
Qui fait fi de toute léthargie
Et peut se déchaîner sur terre

Il faudra toujours plus d’ardeur
Pour donner la fièvre aux hésitants
Et mettre en feu les frondeurs
Pour qu’ils deviennent entreprenants

C’est vrai… S’il existe des chauds-froids
On ne connaît pas de froid-chaud
Et si vous le réchauffez, étant aux abois
Vous finirez certainement au cachot

Ainsi Clausius découvrit l’entropie
Une propriété des corps à sens unique
Qui fait dire à ceux atteint de myopie
Un plat chaud est sans doute plus messianique

 

 

 

10/12/2018

Robert Ferri, peintre

Ferri-Les-recifs-120-x-60-cm-Acrylique-sur-papier-sur-toile-494x400.jpg

Tout tourne autour de l’horizontalité. Une ligne d’horizon autour de laquelle se construit et s’ordonne le tableau. Ce peut être une simple ligne blanche comme sur ce premier tableau, ce peut être un horizon de verdure, de bois, voire même une ligne frêle entre le bleu du ciel et le bleu de l’eau.

Ferri-le-sillon-de-mer-146-x-114-cm-Acrylique-sur-papier-sur-toile-556x705.jpg

Les tableaux personnalisent la liquidité et la lumière. C’est le scintillement du papier sur lequel les couleurs sont multipliées qui produit cet effet. C’est l’été, la chaleur monte du sol, tremble dans l’air, monte vers le ciel où elle se décompose en éléments granuleux qui forment des nuages irréels. Et l’on se repose dans ces couleurs, ce miroitement, ces reflets.

FERRI-Le-point-du-jour-146-x-114-cm-acrylique-sur-papier-sur-toile-547x705.jpg

Même les paysages campagnards sont liquides. On se noie dans les blés, on voit les bosquets comme des navires en haute mer et le ciel se couvre de nuages noirs avec, toujours, la tache plus claire et grenée d’une éclaircie qui adoucie l’ensemble.

FERRI-Chemin-de-halage-130-x-89-cm-acrylique-sur-papier-sur-toile-479x705.jpg

Le ciel peut devenir marbré, veiné, les feuillages striés et tremblotants. Seule, l’eau reste étale, immobile, empâtée, statique, mais toujours fluide Elle coule dans le soleil et celui-ci fixe son cheminement dans la lumière.

Ferri-le-soir-146-x-89-cm-Acrylique-sur-papier-sur-toile-471x705.jpg

L’eau devient ciel et le ciel se confond avec l’eau. Seule la ligne horizontale prend une autre teinte, un vert léger qui seul luit au soleil. Puis le regard s’enfonce dans l'ombre des arbres, mystérieusement.

FERRI-Rivière-65-x-54-cm-acrylique-sur-papier-sur-toile-589x705.jpg

L’âme respire dans ces paysages, se gonfle de bonheur. On en ressort calme, apaisé, étiré en horizontalité.

C’est une nage dans 50 nuances de bleu.

09/12/2018

Ephistole Tecque (23)

Il prit conscience du froid qui l'envahissait et le contraignait à une contraction progressive des membres autour de son buste, comme il arrive souvent à un enfant endormi dans un lit étroit. Sans doute au cours de son sommeil, pendant ce rêve interminable qui à chaque fois l'avait enfermé plus étroitement entre les couvertures, avait-il remonté les draps jusqu'à hauteur de son menton, sans avoir pu relever aussi le reste des couches successives qui recouvraient son corps, c'est-à-dire deux couvertures de laine blanche, surmontées d'un couvre-lit assez épais, mais suffisamment usé pour laisser apparaître à ses coins quelques boursouflures de laine brute. Sous le choc de l'incroyable révélation, Ephistole ne pensait plus à cette fenêtre qui était à l'origine de tous ses maux, mais peu à peu le froid l'envahissait et menaçait d'engourdir son esprit dont il avait besoin en ce moment. Il résolut donc de se lever et de restaurer à l'intérieur de la pièce la douce chaleur un peu lourde qui y régnait habituellement.

Il lui sembla difficile de mouvoir ses membres engourdis, c'est-à-dire de sortir ses bras du lit et de repousser le drap, pour, après une longue torsion du dos qui amena l'ensemble de son corps perpendiculairement à la longueur du lit, sortir une jambe, puis l'autre peu de temps après. Difficile aussi de rétablir un équilibre précaire sur trois ou quatre membres encore raidis pour avancer jusqu'à hauteur du coin droit du pied du lit et saisir de la main droite, hésitante, l'arête moulée du bord de l'armoire qui lui permit de retrouver la notion de la verticalité et de l'équilibre sur deux pieds nus posés sur le parquet ciré et glacial dont les jointures mal ajustées des lames permettaient à l'élasticité de la peau de produire quelques renfoncements douloureux pour la plante des pieds. Le parquet était tellement froid qu'il n'eut pas le temps de s'attarder sur cette légère douleur. Il enjamba machinalement le tiroir du bas de l'armoire qu'il avait oublié de fermer la veille après y avoir entassé le linge qui traînait sur son lit. Il l'enjamba en levant haut le pied, faisant une sorte de saut raccourci, l'autre jambe s'élevant déjà en l'air pour franchir l'obstacle alors que la première n'était pas encore retombée sur le sol. Deux pas encore, sa main droite ayant relâchée l'appui de l'armoire, reposant le long du corps tandis que l'autre s'élevait en avant pour chercher la chaleur bienfaisante des courbes aiguës du radiateur jusqu'au dernier élément au-dessus duquel, logiquement, si sa mémoire était bonne, et elle l'était, car le geste était parfaitement automatique, il devait trouver le milieu de la fenêtre avec sa poignée dont le contact, légèrement différent de celui du verre des vitres, d'un froid plus métallique et aigre que le froid lisse et mat du carreau, l'emplit de frissons.

08/12/2018

Gilets jaunes

Nous sommes dans la quatrième semaine de la révolte des gilets jaunes : les sans voix s’expriment plus forts que les sans dent, expression curieuse consacrée par notre ex-président. C’est « le camp des pauvres, des humiliés et des opprimés », annonce Jean-Luc Mélanchon. En face, le camp des écologistes idéologues et des politiciens financiers, pour lesquels il est impératif de taxer pour sauver la planète qui étouffe. Mais peu de gens s’étonnent que moins de 20% des fonds récoltés aillent à l’écologie.

L’encyclopédie libre, Wikipédia, explique que « Sans-dent » est une expression populaire, vieille de plus de cinq siècles et dont la signification a fortement évolué, passant de « sans force », à « vieux » et enfin à « pauvre ». L’expression est citée par notre grand conteur Jean de la Fontaine, dans Les lunettes, écrit en 1674 :

Qu’entend ce rustre, et que nous veut-il dire ?
S’écria lors une de nos sans-dents.
Quoi tu n'es pas notre faiseur d'enfants ?
Tant pis pour toi, tu paieras pour le sire.

Wikidictionnaire nous dit également qu’il s’agit d’une « expression révolutionnaire : nom usuel des brassiers (ou manouvriers) des villes et des campagnes, des vagabonds et des mendiants (Petit peuple) sous la révolution française ».

Préférons donc encore parler de sans voix. Ceux-ci l’ont maintenant fait entendre. Mais nos sociologues et nos politiques parlent dorénavant de manière plus large, de la France périphérique par opposition à la France des villes. Expression contestée bien sûr par les uns et les autres. La périphérie désigne, en urbanisme, le boulevard qui entoure une grosse agglomération. De manière imagée, cela signifie que la France se résume à un ensemble de grandes villes, le noyau dur, privilégié, et la périphérie qui n’a pas droit à la parole et qui subit sans être écoutée. Bien sûr, tout cela est imagé. Mais retenons cependant que la France rurale n’est pas plus à l’honneur dans cette dernière expression que dans les autres. Or c’est celle-ci, en particulier, qui est sans voix. Elle a enfin trouvé le moyen de s’exprimer grâce aux gilets jaunes, ce bout de tissu nécessaire à sa survie, parce qu’on le voit bien, lorsqu’on est en panne sur une route. Alors montrons-le, voyons-le et hurlons. C’est le seul moyen de ceux à qui on ne donne jamais la parole de s’exprimer. Mais ce qu’ils veulent est au-delà de cela. Ils veulent être compris et retrouver leur dignité d’hommes et de femmes. Ainsi ce bout de tissu est devenu un symbole, celui des sans voix devant l’inflexibilité des pourvus. Malheureusement, le port du gilet n’a pas suffi. La descente dans la rue non plus. Le mouvement tant qu’il fut un tant soit peu pacifique ne fit frémir personne. Alors les gilets jaunes ont suivi les casseurs. A qui la faute. Certes d’abord à ces derniers, mais plus profondément aux gouvernants qui ont cru à l’inefficacité du mouvement et donc à son épuisement.

Comment cela va-t-il se terminer ? Je ne tenterai pas une réponse. L’intéressant est le déclencheur de la crise et son développement. La loi des grands nombres fonctionne jusqu’à un certain point, accumulons, accumulons ; mais l’ajout inodore d’une mesure minime crée l’explosion qui met alors beaucoup de temps et de concessions pour se calmer.

Un gilet jaune, c’est la rage et un sourire. La rage contre un système qui étouffe, un sourire pour une solidarité qui soutient. Un rassemblement de gilets jaunes, sur les Champs-Élysées, ou ailleurs, c’est, selon le point de vue sous lequel on se place, les flammes dorées de la révolte entourées de pavés gris ou une prairie verte ensoleillée de boutons jaunes. On cherche à les classer, mais ils refusent toute identification. Cet air de liberté devant le sort qui leur est fait, c’est la volupté de l’espérance accompagnée de la pesanteur de la vie.

07/12/2018

Flamenco (atelier de poésie 2)

 

Enflammée par le flamenco, elle dansa toute la nuit
Palmas et zapateados accompagnant los floreos
La bailaora devint majestueusement gitane
Possédée par el duende robe agitée fébrilement
En spasmes de couleurs aux effets chatoyants
Entraînée par el cante grande, fier et rugueux

Dominique Fénéon poesie libre.jpg

Au matin, elle partit sur la route poudreuse
Courant après son rêve…

 

06/12/2018

Maxime

 

La véritable contemplation doit se prolonger dans l'action

comme le fait le jardinier en cultivant son jardin

 

05/12/2018

Ephistole Tecque (22)

Tout ceci ne dura qu'une seconde ou deux. Peut-être trois. Mais ces secondes lui parurent sans fin. Il venait d'envisager ce qu'était l'éternité, comme s'il avait pu percer le mur du temps et courir librement dans le vide éternel. Une effroyable angoisse l'avait étreint. Elle l'avait submergé comme une lame de fond, l'entraînant vers d'incroyables profondeurs, puis l'avait rejeté à la surface tel un outil inutilisable. Il s'était éveillé, haletant, grelottant, les deux bras serrant son oreiller de toutes ses forces, les jambes repliées sous lui, cherchant à réchauffer le plus profond de son être glacé par l'évidence horrible de la vision, enfoui sous les couvertures qui lui parurent un amoncellement stupide de feuilles de papier glacé recouvrant le corps décharné d'un insecte saisi par le formol. Il avait froid. Ses membres étaient de marbre. Il pouvait en percevoir au toucher les veines bleuâtres mêlées à quelques poils rêches.

Alors, ne sachant s'il était vraiment éveillé, il bougea lentement un doigt, puis un autre, ferma sa main sur l'étoffe granuleuse de l'oreiller et fit jouer son poignet sur cette prise solide. Il reprit peu à peu conscience de la réalité, c'est-à-dire du fait qu'il se trouvait dans son lit, placé dans un des coins du mur de cette petite chambre qui était la sienne depuis plusieurs années. Il l'avait toujours connue de la même couleur jaune légèrement délavée qui, par endroits, se crevassait en cloques sournoises. Elle contenait certains objets de sa vie quotidienne, tels que l'armoire dans laquelle il casait tant bien que mal les divers vêtements qu'il avait pu acheter au fil des jours et que souvent il gardait plusieurs années de suite, hésitant à s'en séparer. Il y avait d'autres choses aussi telles que sa collection de cailloux dont il s'était maintenant lassé, mais qu'il n'avait pu se résoudre à jeter, peut-être parce qu'il eut paru bizarre qu'il remplisse sa poubelle plusieurs jours de suite de pierres de toutes formes qui risqueraient de fausser la mécanique ingénieuse du camion des éboueurs. Quantité d'autres objets encore qui évoluaient autour de son espace intérieur en perspective changeante. L'éloignement y était soumis à des lois ne relevant que de sa pensée présente, les objets passant d'une intimité proche à l'abandon provisoire selon son humeur. Le temps, souvent grisâtre, répandait un mélange d'amertume et d'acceptation dans l'esprit d'Ephistole.

04/12/2018

Devenir

Qu’y avait-il avant le Big Bang ?
L'univers n’était pas né
Une explosion le fit apparaître
Avant ? Rien, répond Stephen Hawking
Mais qu’entendre par rien ?
Pas le moindre bout de matière
Ni, non plus, espace et temps
Ni même un pli de l’espace-temps
Mais cela signifie-t-il qu’il n’y a rien ?
La matière est-elle la seule substance palpable ?
La pensée ne serait-elle qu’un vide
Dans lequel errent des bribes cognitives
S’éloignant plus vite que la lumière !

Oui, je l’affirme, quelqu’un pensait et était
Et cette pensée sur l’origine du matériel
Qu’était-elle ? Personne ne sait
C’est le mystère insaisissable de la nature
Un jeu ? Une plaisanterie ? Un défi ?
Nul ne le sait. C’est pourquoi il est appelé Dieu
Celui qui est au-delà de l’inconcevable
Eh bien, qu’a-t-il à voir avec nous ?
Le néant parle-t-il au néant ?
Est-il possible que soit celui qui est ?
Je suis ce que tu es et tu le sais
Mais tu ne veux pas le savoir
Tu te caches la face et refuses de voir

Tu m’as perçu un jour de transparence
Tu m’as regardé les yeux pleins de larmes
Puis tu m’as oublié, repu des orgies terrestres
Ton regard n’avait que la terre pour horizon
Lève les yeux, point n’est besoin de te prosterner
Regarde le monde, vois l’univers
Je suis par toi et tu es par moi
L’un n’existe pas sans l’autre
Les apparences sont trompeuses
La mort d’un seul d’entre nous
Consacre la fin de l’humanité
Ton esquive est la fin du monde
Qu’est-ce qui nous relie ?

L’amour fut là, en un éclair
Et l’humain devint Dieu
Parce que Dieu était devenu homme
Rien ne commençait, mais rien n’était fini
Cela durera jusqu’à la fin des temps
Dans l’extinction de l’espace
Et la dissolution de la matière
Seul, ne restera que l’amour
Le combustible des vivants
Et, particulièrement de l’humanité

Tu pensas, tu fus et tu seras
J’aime, en un instant, et je deviens...

 ©  Loup Francart

03/12/2018

Atome

Le vide est plein de tout
Le plein est vide de rien

Quelles drôles de lois
Que celles de l’univers !

L’atome, si petit qu’il soit
Constitue un monde en soi

Dit élémentaire et insécable
Il n’est pourtant pas indivisible

Qu’il soit solide, liquide ou gazeux
Il est presque entièrement vide

Son noyau est cent mille fois plus petit
Mais il pèse 99,9 fois sa masse

Ce noyau ne se fait pas la guerre :
Les protons sont les plus vaillants

Les neutrons sont inoffensifs
Et les électrons sont hors d’atteinte

Ils errent en effet dans le vide
Jusqu’à cent mille fois plus loin

Ces fétus sont eux-mêmes emplis de quarks
Qui dansent en dissymétrie « up et down »

L’électromagnétisme est la colle
Qui fait tenir le tout dans le rien

C’est la cuisine quantique des champs
L’invraisemblable marmite de Planck

Ainsi s’interroge Richard P. Feynman :
"Qui comprend vraiment la physique quantique ?"

 ©  Loup Francart

02/12/2018

Imagination

Imagination périlleuse du rêve qui navigue entre la veille et le sommeil. Le souvenir en reste plus fidèle, comme un parfum d’amateur que l’on traine avec soi tout le jour, après avoir entrouvert une porte défendue et vu ce qui dépasse l’imagination ordinaire.

Ne pas s’abandonner à de tels délices, mais au contraire refréner tout excès d’imagination en dehors de l’imagination créatrice. Tourner son imagination vers la réalité et y englober l’univers entier jusque à faire soi les autres.

 

01/12/2018

Ephistole Tecque (21)

Il se vit enfin, il se regarda comme vous regardez quelqu'un que vous connaissez un peu sans toutefois avoir pu saisir ses ultimes pensées, comme vous regardez vivre vos compagnons de travail avec lesquels vous vous êtes enchaînés sans même vous en rendre compte. Il vit Ephistole vivre une de ces journées où l'atmosphère grisâtre d'un ciel d'automne répand dans les esprits un mélange d'amertume et d'acceptation. Ephistole Tecque se lever à l'heure habituelle, sept heures, encore un peu engourdi par le sommeil, la paupière lourde, se raser et peut-être remarquer dans la glace une lueur d'ennui atténuée par l'habitude. Monsieur Tecque et Sigalène sa secrétaire, travaillant avec la même application, un peu scolaire, un peu trop sérieuse, faisant de leur travail l'unique préoccupation de la journée, comme si rien d'autre ne comptait pour eux en dehors des chiffres et des résultats accumulés au bas des pages, puis soigneusement enfermés dans une chemise qui traînait sur le bureau. Ephistole enfin, rentrant chez lui, se déshabillant et se couchant comme vous le faites, vous aussi, chaque jour.

 Peut-être étaient-ce tous ces mouvements indéfiniment répétés de vie en vie qui permettaient cet impensable déroulement du temps, qui autorisaient la bonne marche de la terre autour du soleil, le ballet inlassable des étoiles sans qu'aucune ne s'entrechoque apparemment. Sans doute est-ce cette dépense inlassable d'énergie qui se renouvelait périodiquement par la mort et la naissance, en un cycle infernal pour chacun, qui permit de construire cette maison, d'accumuler les pierres les unes sur les autres, d'y pratiquer des ouvertures symétriques, d'y placer un cadre de bois assemblé adroitement par d'étroites chevilles à l'intérieur duquel pouvait s'incruster avec précision le verre plat et lisse autorisant la vue à l'extérieur et enfin de l'avoir muni d'une poignée commandant une tringlerie qui permettait l'ouverture et la fermeture, régulière, à volonté, des deux battants constituant la fenêtre. Et comme cette construction des murs, des ouvertures, des montants et de la poignée ne pouvait avoir en fin de compte d'autre but que d'encourager le même déroulement inlassable des évènements et des choses, après avoir connu quelques années de liberté, accordées vraisemblablement pour le préparer à sa tâche, il était maintenant condamné à répéter inlassablement le même geste inachevé, de son lit à la fenêtre, en passant par un certain nombre d'états intermédiaires tendus vers ce but unique, la poignée, résultante finale du travail de ces hommes qui bâtissent sans discontinuer les uns des murs, d'autres des fenêtres, d'autres encore des tringleries et des poignées.