Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/06/2017

Equilibre chinois

L'art de l'équilibre délicat uniformément réparti qui envahit l'espace et engendre le temps :

 

art cinétique,op' art,peinture,dessin

 

14/05/2017

Météore

Elle navigue dans l'espace sans savoir où aller

Et perce sa trame monotone,

empruntant une nouvelle dimension.

1-17-05-14 E24 Déplacement 4.jpg

09/02/2017

H. Craig Hanna - “Peintures et Dessins”

https://vimeo.com/200863231




La peinture, c'est comme la musique.

Mon job, c'est de rendre harmonieux le chaos.

 

 

 

 

 

12/01/2017

Flottaison

Ils errent dans l'espace et le temps ces quelques grains de matière et nous rappellent notre émergence d'un monde d'assemblage où chaque grain occupe une place définie et indispensable.

dessin numérique,op'art,art cinétique,peinture

27/12/2016

Clone

Semblable à lui-même et pourtant différent, c'est bien le même dessin que celui du 22 décembre, vu sous un autre angle et sous d'autres couleurs, enrobé de nués.

1-16-12-27 Noël.jpg

22/12/2016

Noël froid

Quel glaçon, inerte, transparent, désolé. Il erre dans la tête et bloque la circulation jusqu’au moment où il sort de l’imagination. Il peut se développer à l’infini ou se réduire jusqu’à plus voir. C’est la marque de Noël : du plus petit sortira le plus grand !

 

art cinétique,op'art,peinture,dessin,géométrie

19/11/2016

Teruhisa YAMANOBE, galerie Rauchfeld

Teruhisa YAMANOBE expose à la galerie Rauchfeld, 22 rue de Seine 75006. Il excelle autant dans les paysages que dans les portraits. On reconnaît immédiatement son style : lumière, transparence et sérénité.

galerie-rauchfeld-exposition-yamanobe-contemp-L-ZAyZuE.jpeg

Un paysage diaphane composé par une succession de couches de couleur qui se lient les unes aux autres, dont la lumière n’est pas directement visible, mais qui se diffuse sur l’ensemble.

galerie-rauchfeld-exposition-yamanobe-contemp-L-eMqyJo.jpeg

Même transparence avec cette femme qui rappelle les peintres flamands, y compris dans les formes lourdes qui semblent sorties d’un autre âge.

DSC01576.jpg

Et cette toute jeune fille qui pose avec grâce et maniérisme.

paysage_provencal_teruhisa_yamanobe-1.jpg

Né au Japon en 1956, il s’installe à Paris en 1988 et décide de devenir peintre en découvrant la peinture flamande.

1323197345.jpg

 

C’est bien un véritable artiste, ayant longuement travaillé son style et sachant rendre avec brio sa vision d’un monde paisible. L’invisible transparaît derrière le visible et vous fait pénétrer au-delà du moi, dans ce soi intemporel et enivrant de la spiritualité.

11/11/2016

Musée Vieira da Silva à Lisbonne

"La ville règne sans partage sur la vie et l’œuvre de Maria Helena Vieira da Silva : Lisbonne, le berceau des origines, où, enfant, elle apprend la solitude, l’observation, la contemplation ; Paris, la capitale d’élection, où elle s’établit en 1928 et rencontre la galeriste Jeanne Bucher qui fait connaître son œuvre, et le peintre hongrois Árpád Szenes, compagnon d’une vie ; Rio de Janeiro enfin, la ville de l’exil, que tous deux rejoignent en 1940 – pour retrouver Paris sept ans plus tard. À cette topographie se joignent, dans sa peinture, les villes de passage et les cités imaginaires. Lieux et objets de son enfance influencent un monde intérieur dont sa création picturale rendra témoignage : des bibliothèques et des théâtres, des partitions de musique et des jeux d’échecs, des passages pavés d’azulejos et les dentelles de fer de quelque architecture parisienne. Que son motif premier soit une nature morte, une chambre déserte ou une capitale bruyante, sa peinture adopte volontiers la forme du dédale : un réseau en toile d’araignée, un damier distordu, où l’œil erre, se perd, s’assombrit ou s’éclaire. Ce réseau, que l’on peut comprendre comme une métaphore de la réflexion, demeure fondamentalement une exploration de la perception."

Anne Lemonnier

Extrait du Dictionnaire universel des créatrices
© 2013 Des femmes – Antoinette Fouque

(http://www.awarewomenartists.com/artist/maria-helena-vieira-da-silva/)

1-16-11-08 Viera da Silva Le métro 1940.JPG

Le métro 1940

1-16-11-08 Viera da Silva La ruée des losanges 1947.JPG

La ruée des losanges 1947

1-16-11-08 Viera da Silva La mer 1961.JPG

La mer 1961

1-16-11-08 Viera da Silva La boutique 1964.JPG

La boutique 1964

1-16-11-08 Viera da Silva Le bout du monde 1986.JPG

Le bout du monde 1986

1-16-11-08 Viera da Silva Vers la lumière 1991.JPG

Vers la lumière 1991

Ces tableaux des différentes époques de la vie de Maria Vieira da Silva montrent nettement l'évolution de sa peinture et de sa personnalité. Le dernier "Vers la lumière" atteint la sagesse des ermites. Tout est achevé, elle s'est réalisée, malgré les aléas de la vie.

 

30/10/2016

Mandala rouge

16-10-30 Mandala rouge.jpg

 ©  Loup Francart

C’est un mandala en losange

Cela peut paraître étrange

surtout lorsqu'un carré

s'introduit de manière "quinconcée"

Carré ou losange sont-ils

Formant ensemble une idylle ?

13/10/2016

Street art : Nelio

Nelio Paris 2.jpg

Quel peintre ! Une production éblouissante et un art abstrait proche des grands peintres.

« J’ai trois manières de produire mes œuvres : soit elles se basent sur une réflexion, soit elles sont réalisées comme un exercice ou une expérimentation. Quand mon travail est basé sur une réflexion, je transmets certains messages dans mes peintures, que ce soit en relation avec les observations du monde qui m’entoure, ou par des réflexions introspectives, philosophiques ou politiques. Mais à la manière d’un graphiste lorsqu’il créé un logo, je vais condenser toutes les idées de base, de sorte à ce qu’elles se transmettent parfois seulement par une forme ou une couleur. Cela devient moins évident, plus complexe, et donne lieu à des interprétations différentes. Ainsi, le message peut être le point de départ de création mais pas forcément l’objectif final de l’œuvre.

A d’autres moments, le point de départ de mes peintures est un exercice. Celles-ci peuvent donc être une représentation de mes recherches actuelles, une étape dans ma construction artistique, que ce soit dans la composition, la couleur, la forme, la matière, la lumière, le volume,… De cette façon, mes peintures parlent parfois exclusivement de peinture. »

Nelio Lyon.jpg

Nelio - Lyon

Nelio Paris.jpg

Nelio - Paris

Nzlio Montréal.jpg

Nelio - Montréal

street art,art abstrait,peinture,dessin

Nelio - Argentine

street art,art abstrait,peinture,dessin

Nelio - Minimalism

11/10/2016

Aspiration

Quelle lumière! Ce n'est pourtant que le tableau précédant. La couleur est une belle invention!

1-16-10-09 Aspiration 60x60cm.jpg

07/10/2016

Respiration

 

16-10-06 Respiration60x60cm.jpg

Pluie d'étoiles à quatre branches ou alvéoles rondes selon le regard qu'on lui porte,  et si l'on poursuit l'investigation oculaire, on distingue les courbes blanches d'une fleur à quatre pétales ou d'un trèfle à quatre feuilles qui se montrent en relief.

 ©  Loup Francart

 

11/09/2016

Accomplissement

Lu dans Etre ici est une splendeur, un livre de Marie Darrieussecq racontant la vie de Paula Becker : « Je deviens quelqu’un ». Un livre qui livre l’âme de Paula, une femme irascible, qui finalement ne vit que pour sa peinture.

M’apparut alors que tous, femme ou homme, nous vivons pour devenir quelqu’un, poussé par une voix intérieure, silencieuse, mais présente au fond de nous, en permanence, comme un aimant qui attire les mille parties de notre être vers son accomplissement. Et cet accomplissement est différent pour chacun, c’est bien pour cela qu’on ne voit pas cette électricité qui nous tient en vie et nous conduit vers son achèvement. Certains abandonnent en cours de route. Ils deviennent sans vie, plats, morts à eux-mêmes. Ils trainent leur existence et ne luttent plus. La mort est déjà là, inexorablement. D’autres se noient dans l’action, croyant trouver un dérivatif à ce personnage en lui ou en elle qui se presse sans dire qui il est et l’encombre trop souvent. Ils ne savent pas qu’ils courent après eux-mêmes, et, bien sûr, ils ne trouvent rien.

Le poids de l’apprentissage, le poids des convenances, le poids du passé sont des empêchements de se découvrir soi-même, de laisser vivre en soi son être profond. Et celui-ci peut mourir étouffé de tant de précautions pour vivre. Comment ne pas vivre par personne interposée ! Ne pas se laisser entraîner dans le développement d’un personnage qui est autre que soi !

Oui, Je deviens quelqu’un et ce quelqu’un n’est pas mon personnage, mais moi-même. Face à face nous nous regardons. Je suis un autre que celui que j’ai vu, je suis autre que celui que je vais voir. Je deviens… Et ce devenir est l’action la plus importante que j’ai accomplie depuis longtemps. Ne pas se laisser figer ! Laisse aller ton bouillonnement intérieur, qu’il déborde de toi et laisse aux autres le parfum de ton être mystérieux. Cherche sans cesse, toujours plus loin en toi, laisse tomber ce qu’en pensent les autres, ne te laisse pas distraire et recueille ce miel qui s’écoule goutte à goutte de ton être inconnu et qui devient toi, l’unique parmi les uniques, homme parmi les hommes, femmes parmi les femmes, humain parmi les humains. Peu à peu, je me ressemble dans ce miroir de la vie, je peux suivre du doigt cette marche progressive vers ma réalisation que personne n’attend telle qu’elle arrive. Même moi, je ne sais ce que je vais devenir, mais je m’y emploie, de tout mon cœur, de toute mon intelligence, de toute mon âme. Et le regard change, ce n’est plus un regard inquisiteur, plus un regard de crainte, mais un regard plein de vie, de bonheur inexprimable, un regard curieux de tout, qui tente d’apprendre encore et encore, jamais lassé de l’existence.

Alors le ciel entre en nous, nous pénètre de la certitude d’exister, unique, à côté d’autres uniques qu’il faut maintenant découvrir. Quel est l’être qui se cache derrière ce visage ? Commence une nouvelle quête, passionnante, que deviendra celui-ci, celle-là ? S’ouvrira-t-il à cet appel qui se cache au fond de lui ou d’elle ? Comment l’aider à découvrir ce trésor enfoui qui ne demande qu’à se développer ? Vous ne pouvez lui dire ce qu’il peut être, mais simplement lui montrer les signes qui le conduiront à cette découverte.

Ces jours-là, vous flottez sur le monde, vous avez perdu votre pesanteur et vous vous envolez dans un ciel pur, sous le regard de cette enfant qui sait, elle, où se trouve son être.

16-09-11 paula_modersohn-becker.jpg

Tête d’une jeune fille blonde coiffée d’un chapeau de paille -1904

Paula Becker

07/09/2016

Pensée

Surgie de nulle part, une pensée vous vient. Elle va devant vous et passe sans que vous la reteniez. Elle a sa magie, un équilibre, du relief, les couleurs du mystère et la clarté de la compréhension. Vous ne pouvez cependant la retenir. Elle est déjà passée, filant lentement dans l'abîme du temps, figée dans sa stature d'assemblage, trop rigide pour être réellement. Ce n'est plus qu'un souvenir qui hante votre sommeil et surgit à nouveau de l'invisible.

art cinétique,optique art,peinture,dessin

©  Loup Francart

27/08/2016

Déséquilibre

 La ronde de l'inexistence m'enlace, je perds l'équilibre, la tête me tourne et m'embarque vers l'inconnu.

Seul l'incohérence lui permet de tenir un équilibre précaire !

16-08-20 Déséquilibre.jpg

22/08/2016

Pneuma

Un tableau en relief, plus vivant, plus présent, plus élégant, remplit l'espace, dilate les sensations et procure des impressions sans pareilles.

16-08-21 Pneuma 1.JPG

16-08-21 Pneuma 2.JPG

16-08-21 Pneuma 3.JPG

Mais que c'est long à faire !

 

 

14/08/2016

Tableau

Préparer un tableau en relief n'est une mince affaire. Il convient de s'y prendre en avance sur la livraison, car long est le chemin à parcourir avant de le voir s'épanouir.

Le projet est le plus simple : quelques carrés ou rectangles sur une feuille blanche ou moirée, disposés artistiquement dans un ordre-désordre indescriptible, mais convenu.

16-07-22 Pneuma 2.jpg

 Puis, le dessin et la découpe dans une planche en conservant la ligne droite malgré les dérapages de la scie.

Peindre chaque morceau de cette couleur indéfinie, à la fois dure et tendre, qui rappelle les vins capiteux de Bourgogne.

Enfin, les coller avec adresse sur le fond après avoir reporté l'emplacement avec l'exactitude de l'horloge-parlante.

Je vous ferai signe lorsqu'il sera fini...

30/06/2016

La tromperie par les mots dans l'art contemporain

L’art contemporain  est un art de conteurs (mais le terme est trop soft !). Il n’est séduisant que par les mots qui l’entourent, le couvrant d’un miel d’autant plus attrayant qu’il est incompréhensible. Prenons quelques exemples, tirés du livre Art Now, 81 Artistes au commencement du 21ème siècle, Taschen 2005.pictoème,poème,dessin,peinture,interrogation

Notons d’abord que le nombrilisme est général. Tout tourne autour de l’Artiste (oui, avec un grand A). Un exemple : la présentation de Tracey Emin, artiste anglaise, à qui l’on a donné le prix Turner en 1999 pour My Bed, c’est-à-dire « un lit défait, malodorant suite à une semaine d’alitement, y compris tous les objets utilisés pendant la maladie – livres, bouteilles, mégots, préservatifs, mouchoirs (…) Emin dépeint des prises de position  sur sa propre personne : ses relations, sa vie, son corps et ses sentiments  sont mis à nu de manière si ouverte et si choquante que le public n’en ressent souvent  que gêne, honte, rage ou tristesse. » De plus, ces explications s’accompagnent de mots sans signification réelle tels ceux de la fin de l’article sur cette « artiste » : « Elle croît cependant à une dimension puissante dans l’art, qui vomit tout arbitraire profane. »

Autre mot de la fin, celui qui concerne Damien Hirst (voir  la page du 10/03/2012 sur ce blog) : « L’existentialisme de Hirst s’adresse à tout le monde, s’exprimant avec un humour d’écolier et un sens de l’absurde surréaliste ».

Enfin le maître-mot reste celui qui concerne Jeff Koons : « Koons est toujours resté un grand moraliste dont le but déclaré a été de démocratiser l’art  par l’intelligibilité universelle et la popularité de ses objets ».

Quels magnifiques leurres qui, comme le miroir aux alouettes, attirent le gogo par le verbiage qui ne signifie rien. Mais les mots ont toujours eu du pouvoir sur les faibles !

13/06/2016

Multicentric

Les mondes imaginaires se développent sans difficulté. Ils essaiment et s'encouragent, sans qu'il soit possible de les enfermer dans un espace fini :

1-16-06-12 Multicentric.jpg

09/06/2016

Une maison insignifiante

16-06-07 Maison d'Aups.JPG

Curieux par nature, comme tous les humains finalement, je passe la tête, tentant de distinguer quelque chose dans l’obscurité. Oui, elle est habitée par une femme. On sent son odeur doucereuse. Ne pas se laisser prendre, rester sur ses gardes ! Je cherche l’interrupteur à droite, à l'opposé de l’ouverture de la porte. Je le trouve à gauche. Quelle idée ! Lumière : faible, veloutée, caressant les objets plutôt que les éclairant. Un fauteuil Voltaire, un piano droit, un tapis effilé, quelques photos aux murs, dont une femme encore jeune, blonde, au sourire incertain, qui vous regarde étrangement. Elle semble presque vivante et vous fait un signe de la main : « Viens », semble-t-elle dire. Non, elle ne bouge pas. Ce n’est qu’une photo. Mais je ne la quitte pas des yeux. Elle reste muette. Une porte au fond de la pièce est entrebâillée et un escalier, sur la gauche, permet de monter à l’étage. Je l’emprunte. Un palier avec trois portes. J’ouvre la première. Elle donne sur une chambre aux volets fermés. Le soleil laisse quelques raies sur le sol recouvert de moquette grise et des grains de poussière dansent dans ses rayons. Rien d’intéressant, me dis-je en refermant la porte. La seconde s’ouvre sans bruit, comme entretenue de quelques gouttes d’huile passées sur ses gonds. Une chambre de femme. Je distingue un jupon du début du siècle, une robe au teint passée, une paire de chaussures hautes. Apparemment, il s’agit d’une jeune femme. La même probablement que celle vue sur la photo.

A ce moment, j’entends du bruit sur le palier. Je la vois passer, droite, fière, le regard perdu. Vite ! Je me cache derrière le paravent. Elle revient sur ses pas et pénètre dans la pièce. Elle ouvre un placard, en sort une robe jaune, assez longue, avec des volants en guise de manches. Retirant sa robe de chambre, elle l’enfile, se regarde dans la glace, avance de deux pas, recule de trois, puis avance, à tel point qu’elle disparaît derrière le miroir. Plus rien. Personne. A-t-elle vraiment existé ? Ne reste que cette odeur persistante, déjà perçue en bas en entrant dans la maison. Non, même avant, dans le jardin. Le silence est revenu, lourd, angoissant. J’étouffe. Que fais-tu ici, me dis-je. J’ai peur tout à coup et je presse le pas pour descendre les escaliers et me diriger vers la porte de sortie. Au moment où je tourne la poignée, un bruit bizarre retentit, semblant venir du premier étage : une sorte de plainte inhumaine, qui se prolonge inutilement, au-delà du souffle habituel d’un humain. Elle dure, dure à tel point que je sors épouvanté et referme au plus vite la porte. Dehors, toujours le silence. Pas un chant d’oiseau, pas un grattement, pas un chuintement. Je cours jusqu’au portail et me retrouve dans la rue, mes oreilles débouchées. Quel rêve, me dis-je. Non pourtant, ce n’est pas un rêve, j’ai bien vu cette femme changer de robe et disparaître dans la glace de l’armoire. Qu’est-elle devenue ?

Je n’ose plus retourner dans la maison et je pars vers le centre en m’efforçant de ne plus y songer. Mais chaque fois que je repasse devant le portail, je ne peux m’empêcher de revivre ces moments et d’en éprouver une angoisse indescriptible. Ne vous inquiétez pas, j’ai retrouvé mon âge réel. Seul mon sourire garde un regret imperceptible. Je n’arrive plus à sourire comme auparavant.