Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/07/2022

Le nom de Dieu

Seul Dieu n’a pas de nom
Il est et nous, nous existons
    
L’existence suppose naissance, vie et mort
Le Je Suis n’a pas d’histoire    
Dieu n’a ni commencement ni fin
Il est le temps, l’espace et la matière
Et bien d’autres choses encore
Nous, nous sommes le produit de l’existence
Nous nous nommons et portons un nom

Seul Dieu n’a pas de nom
Il est le nom de tous parce qu’il n’a pas de nom

 

14/06/2022

Mère Teresa

La vie est une chance, saisis-là

La vie est beauté, admire-la

La vie est béatitude, savoure-la

La vie est un rêve, fais-en une réalité

La vie est un défi, fais-lui face

La vie est un devoir, accomplis-le

La vie est un jeu, joue-le

La vie est précieuse, prends-en soin

La vie est une richesse, conserve-la

La vie est amour, jouis-en

La vie est un mystère, perce-le

La vie est promesse, remplis-la

La vie est tristesse, surmonte-la

La vie est un hymne, chante-le

La vie est un combat, accepte-le

La vie est une tragédie, prends-la à bras-le-corps

La vie est une aventure, ose-la

La vie est bonheur, mérite-le

La vie est la vie, défends-la.

15/05/2022

Bientôt parution de l'envol

.jpg

397 pages / 426 694 caractères, espaces compris / Genre : spiritualité

 

L’homme est un être à deux facettes : un être plein d’activités qui lui prend toute son énergie et lui donne de l’importance et un être inconnu qui recherche un vrai bonheur qu’il doit trouver en lui en faisant le vide de son importance.

L’envol incite le lecteur à vibrer, à méditer, à s’avouer que le mystère du monde reste une énigme pleine et entière. Et cela fait la profondeur et le plaisir de la vie. Il s’agit d’entrer dans un apprentissage de tout ce qui n’est ni visible ni rationnel, mais qui est profondément humain. C’est la découverte d’un autre soi-même vidé du faire et consacré à cette facette inconnue qu’il doit découvrir et assimiler.

L’ouvrage décrit cette recherche spirituelle par de brefs propos survenant à l’occasion d’une lecture, d’une rencontre ou d’une réflexion, le plus souvent dans la vie quotidienne. L’auteur entraîne le lecteur à la découverte du divin sans jamais imposer une vision philosophique ou doctrinale. Il décrit des expériences de vie simples et faciles qui l’incitent à pénétrer dans cette seconde facette de lui-même.

L’ouvrage se divise en huit grands chapitres que sont : l’intuition, l’éblouissement, le monde invisible, l’univers, l’humanité, la vie collective, la vie personnelle et la vie spirituelle. Dans ces chapitres, interviennent récits, anecdotes, sentences, poèmes, réflexions et méditations.

23/04/2022

A paraître : L'ENVOL, de Loup Francart

Bientôt parution de :

L'ENVOL,

ou la quête de Dieu

 

dieu,méditation,vie,recherche

Quand l’âme ouvre sa fenêtre au monde 
Et montre au vent sa blancheur lessivée
Les yeux des hommes se révulsent
Les oiseaux eux-mêmes cessent de planer
Pour s’emprisonner dans l’espace
Une goutte d’éternité ravive l’œil 
Et lui prête un regard vierge

Garde ton âme
Et perds le reste
C’est ton seul bien

 

La question que tous se posent un jour ou l’autre : Dieu existe-t-il ou plutôt comment avoir une relation avec lui ? Chasse gardée des religions, la réponse n’est pas forcément taboue. Elle concerne la vie de chaque jour, dans tous ces instants, dans toutes les pensées qui vous assaillent, dans les émotions qui vous saisissent. Ce sont des intuitions subites, des éblouissements bouleversants, l’irruption d’un monde invisible qui donnent un regard nouveau sur l’univers, sur l’humanité, sur la vie collective et personnelle, enfin, bien sûr, sur la vie spirituelle. La quête de Dieu est notre enjeu final, en dehors de toute religion, philosophie, morale, science. 
La vie nous attend, mais comment accéder au plus profond de nous-même ? Dieu s’y cache derrière son ombre, derrière ces bouffées d’air divin qui viennent enjoliver l’existence à chaque instant.


Spécialiste de gestion de crise, Loup Francart s’intéresse également à la musique, aux arts plastiques, à la littérature, à la poésie et à la spiritualité. Une approche décapante et profonde qui surprend le lecteur dans et hors des sentiers multiples de la spiritualité. 

 

19/04/2022

Le brouillard de la vie

L’homme a souvent deux vies parallèles. Une vie extérieure, expérimentale, dite scientifique : cela est, cela n’est pas, et une vie intérieure, faite de sensations, qui dépassent l’objectivité, faite de désirs, de sentiments, de joie, de tristesse, bref de tout ce qui est subjectif, est propre à chacun et n’appartient qu’à lui. 
On met beaucoup de temps à réaliser ce deuxième aspect de la vie et c’est pourtant celui qui nous paraît le plus important, le plus intime, le plus nous-mêmes que nous-mêmes. C’est l’aspect « psy » qui reste très mystérieux, insaisissable, auquel on ne peut rien attribuer de réel, de rationnel, d’objectif. Il imprègne notre vie, il la marque de manière beaucoup profonde que la vie du faire et de l’impartial. Certains le cachent, d’autres ne parlent que de cela de manière désordonnée et incompréhensible. Mais cette appréhension de la vie est bien réelle, même plus réelle que la réalité dite objective.
Plutôt que de dire réalité subjective, ne peut-on pas penser réalité intérieure et même réalité transcendantale, au-delà de l’avoir, du pouvoir, du savoir, qui, à un moment ou un autre de notre vie, nous donne une nouvelle approche de la connaissance, très différente de la réalité objective. C’est l’expérience du numineux, c’est-à-dire de l’être intérieur, qui ouvre à une autre vision.

17/04/2022

Dialogue sur le chemin initiatique, de Graf Durkheim, Dervy-Livres, 1984

"Christ est ressuscité des morts, par la mort, il a vaincu la mort,

à ceux qui sont dans les tombeaux, il a donné la vie."

 

Trente rayons autour d'un moyeu : dans le vide médian réside l'oeuvre du char.

on creuse l'argile et elle prend la forme de vases : c'est par le vide qu'ils sont des vases.

On perce des portes et des fenêtres pour créer une chambre :

c'est par ces vides que c'est une chambre.

par conséquent : ce qui est sert à l'utilité, ce qui n'est pas représente l'essence.

(Tao-te-king, 11° verset)

15/04/2022

Rien et Tout

Il Est et pourtant, il meurt sur une croix
Il laisse la volonté humaine s’exprimer
Il se donne à l’aphasie.

Dieu, que l’homme est petit
Devant la grandeur du silence

Seul, il poursuit son chemin
Jusqu’au bout, il ira
Un homme rejeté
Exclus de la communauté des vivants
Un Dieu libre
Dans sa bulle de divinité

Et il meurt, vide de tout

14/04/2022

Jeudi saint

 Une femme qui avait un cancer du sein entendit parler d'abba Longin et chercha à le rencontrer. Or celui-ci habitait à la neuvième borne au-delà d'Alexandrie. Lorsque la femme le cherchait, il ramassait du bois près de la mer.

L'abordant elle lui dit : "Abba, où demeure abba longin, le serviteur de Dieu ?" Car elle ne savait pas que c'était lui. Il lui dit : "Pourquoi cherches-tu cet imposteur ? Ne va pas chez lui, c'est un imposteur. Qu'est-ce que tu as ?" La femme lui montra son mal. Lui, faisant le signe de la croix sur la plaie, la renvoya en disant : "Va et Dieu te guérira, car Longin ne peut t'être utile en rien."

La femme eut confiance en cette parole, et elle fut guérie sur-le-champ. Plus tard, racontant la chose à d'autres, et décrivant le vieillard, elle apprit que c'était lui abba Longin.

Apophtegmes, Longin, 3 (PG 65, 256-257)

26/02/2022

Secret

Qui croire ?
Certains sont sans imagination
Y a-t-il un Dieu ?
Ils ne savent et ne veulent pas savoir

Dieu est bien là
Mais que fait-il ?
C’est un être anonyme
L’indifférence le condamne à n’être que spéculations

Tu es parce que tu n’es pas Dieu
Que te sert autrement
Ce personnage historique
Qui encombre ton esprit ?

Oui, Dieu t’attend dans ton secret

21/02/2022

La beauté

La beauté, c'est l'exigence faite humble.

20/02/2022

La beauté, à nouveau

Nouvelle panne informatique, longue, difficile à régler. La technique a ses charmes enjôleurs qui ne s'exercent que lorsqu'elle marche.

 

La beauté est un équilibre discret, un appel vers l'âme de petits riens qui s'harmonisent et ouvrent une plaie de bonheur dans l'être qui se découvre humain.

 

13/02/2022

La beauté

La beauté est l'appel du Seigneur !

Ouvre les yeux et vois.

24/09/2021

Être

Je ne suis plus et je suis
Je ne suis plus ce que j’étais
Et je suis pleinement tout l’univers
Tu n’es plus et tu es, totalement
S’oublier pour être
Être pour fermer le cercle
L’existence est absence
L’absence est présence
Je suis parce que je ne suis plus

 

13/09/2021

Signe

Un signe est un avertissement intérieur caché à tous et, particulièrement, à celui auquel il s'adresse. Le signe surprend, il ne te change pas, mais, en un instant, il change ta vie. Il t’interroge sur toi-même. Prend garde aux signes et oublie ton égo. Le signe te révèlera à toi-même.

 

 

07/08/2021

Errance 6

 

C’est fini, les filets de ton être sont engourdis
Laisse-toi aller vers cet être profond 
Qui ne se lasse pas de te déborder
Les yeux tournés vers la lumière
Ne soit plus pour être celui qui a toujours été !

 

06/08/2021

Errance 5

 

Lorsqu’il apparaît, plus rien n’existe
Ni la terre ni le ciel, ni même ce moi
Dans lequel tu te réfugies
Fuis loin de toi, cours à l’horizon
Et vaque à tes occupations
Soulagé de tes préoccupations !

 

05/08/2021

Errance 4

 

Quelle musique nous chantez-vous là ?
Est-ce vivre que de s’enfermer en soi
Tu meurs de ne plus t’entendre
Et de ne pouvoir être monde toi-même
Vis ta vie et chante sur les toits
Que rien ne s’oppose plus à toi
Pour profiter pleinement de ton être !

 

 

 

03/08/2021

Errance 2

Écoute ton intuition d’un cœur d’enfant
Laisse aller en toi tes élans et tes pleurs
Regarde voler les pigeons et tes rêves
Et ris de bon cœur aux signes de l’inconnu
Brise cette frontière qui t’empêche d’être

02/08/2021

Errance 1

Ce soir, nous marchons sur la lune
Comme Tintin et Milou, nous entrons
Dans un nouveau monde
Celui des rêves pour les uns
Celui de la folie des hommes pour d’autres
Celui du monde véritable pour quelques-uns
Mais au lieu de quitter celui-ci
Laissons-nous bercer par l’écho
De la poésie et embarquer sur le vaisseau
D’une réalité implacable
Celle du destin de l’homme

 

29/07/2021

Le lieu du moi (10)

10-    Ah ! Sentir la vie couler en toi
Implorer la goutte d’eau de nourrir ton corps
Broyer le pain de tes dents saines
Et attendre béatement les effets
De ton inaction dans l’agitation du monde
Ne plus laisser partir de toi-même
Les bienfaits de l’inappétence
Et te retrouver nu devant l’autre
Mais invincible à son regard
Seul sous la prunelle bienveillante
D’un destin inoubliable
D’un inconnu qui te berce de bonheur
Et qui s’avère à l’origine
D’une destinée perdue pour l’autre

Es-tu encore quelqu’un ?
As-tu une existence auprès des autres ?
Sous ton toit pentu rêves-tu encore
À l’existence que tu menais auparavant 
Plus rien de tout cela n’est
Tout se résume à un tas de poussière fine
Le long d’une porte à moitié ouverte
Qu’une souris enchantée
Peut goûter du bout des lèvres
En s’extasiant devant ses congénères
De la qualité de sa finesse
Ainsi va ton destin réduit au minimum
Avant le grand plongeon final
Dans les portes de l’existence

28/07/2021

Le lieu du moi (9)

9-    Délivré, tu es délivré de la vie
De cette vie où tu cours après toi-même
Le couvercle de ton moi n’est plus
Tu es sorti du tunnel étroit et enserrant 
Enfin tu respires l’air pur des montagnes
Et te fais de ta pauvreté une parure
Mais attention cette prise de conscience
N’est pas sans danger ni pièges
Tu ne peux regarder devant toi
Seulement sur les côtés, les yeux plissés
Comme un aveugle en goguette 
Distrait des attirances mirifiques
D’un soleil trop tôt levé
Modère-toi, fuis le spectacle de ta jeunesse
Sois inébranlable et transparent

Alors du bout de ta solitude 
La poitrine dénudée et sereine
Tu goutes le gouffre de ton être
Et l’immensité de ton existence
Chaque jour tu nettoies ton enveloppe
Tu n’es rien et tu es tout 
N’agis plus, laisse-toi aller
Laisse faire celui qui te berce
Hérisse tes poils de velours
Caresse ta manche de lustrine
Et travaille sans cesse à ton accomplissement
Sans jamais penser à lui
L’être se gonfle d’importance et ne sait pourquoi
Oui, la vie est ainsi faite, émerveille-toi
Et va les mains vides vers ta destinée

 

27/07/2021

Le lieu du moi (8)

8-    Et, non seulement, toi-même n’es rien
Mais tu vois également que les autres 
Ne sont pas ce que tu croyais qu’ils sont
Tu découvres la surprise de savoir
Ce qu’est réellement l’autre
Comme si des lunettes te donnaient
Une vue ajustée et correcte
Un courant d’air est passé par là
Enfin tu vois la réalité des vies !

L’innocent se tient devant toi
Et se montre dans toute sa puissance
D’être en devenir et en action
Silencieux et paisible
L’important n’est qu’une baudruche
Qui fait briller ses fanfreluches
Sans avancer sur le chemin de la vie
Transparent, tu avances vers la lumière
Sans toutefois pouvoir la toucher
Elle éclaire ta route, sans te dire
Où tu peux mettre les pieds
Les yeux ouverts sur ton destin
Tu avances malgré toi
Et perds de ta consistance
Pour flotter, inconnu
Parmi les vivants et les morts

25/07/2021

Le lieu du moi (7)

7-    Alors, que me reste-t-il ?
Je m’assieds au pied d’un arbre
Je tourne mon regard vers moi-même
Et ne vois plus que le blanc des yeux
Marchant vers un lointain avenir
Que je ne connais pas ou peu
Avance encore plus loin dans le lointain
Et quitte ta robe d’interrogation
Marche sans vergogne et va sans crainte
Tes pieds te porteront vers l’inconnu

Entre en toi-même et veille
Sans un regard en arrière
Calme ton impatience
Et va serein vers d’autres paysages
Où l’intérieur est l’extérieur
D’un monde inconnu
Pourtant rien n’a changé en toi
Tu t’es allégé et retourné
L’envers devient l’endroit
L’endroit est derrière toi
Et tu laisses quelque part
Une part de toi-même
Soulagé, tu deviens plus léger
Et monte sur le nuage rosé
Qui sent l’ignorance sereine
Qu’es-tu, toi qui n’es rien ?

23/07/2021

Le lieu du moi (5)

Encore un essai, jusqu’où ?
Adolescent, le moi a enflé
Et s’est fait plus pressant
Il m’a pris tout entier
Sans savoir où aller
J’ai erré dans les perspectives
De vies futures imaginaires
Et dans une réalité médiocre
J’ai imité la vie et les mésaventures
Et laissé le vrai destin passer
J’ai singé dans tous les domaines
Comme si j’avais cent vies
Actives ou passives, enchantées ou lascives
J’ai même joué à celui qui joue
Et joue à se juger jusqu’à la décision
La vie n’est-elle qu’une comédie
Qui n’engage à aucune conséquence ?

Le succès attend le voyageur intrépide
Celui qui n’échoue devant rien
Et se jette dans la bataille
Portant haut et fort ses convictions
Qu’il ne quitte pas un instant
Mais que faire si cela évolue
Et si la vie envisagée te porte ailleurs
Si tu te sens fait pour errer
Sans savoir où tu veux aller
Devant toi le trou, large et profond
Dans lequel s’engouffrent tes espérances
De nouvelles apparaissent, belles comme l’aurore
Elles te poussent à d’autres horizons
Qui s’ouvrent à nouveau pour toi
Et tu parcours la vie sans jamais te fixer
Même si tout reste stable apparemment 

19/07/2021

Le lieu du moi (2)

Il arrive aussi qu’un événement
Te rend la vie exaltante
Ton cœur remue et chante
Malgré toi, jubilant
L’amour te prend ton être 
Et le transforme en torrent
Dévalant les secondes et minutes
Mais parce qu’eau liquide
Tu redescends et finis à sec 

Si tu cherches encore, malgré tes déconvenues
Tu découvres en toi, caché
Un lieu introuvable et magique
Tu sais où il est, en toi
Mais tu ne peux le situer
Tantôt dans ton cœur
Tantôt dans ton corps
Tantôt même à l’extérieur
Tu ne peux le saisir
Il t’échappe et te nargue
Tu reconnais sa présence
Et rien ne te dis : « Il est là ! »

17/07/2021

Le lieu du moi (1)

Ferme tes yeux… Entre en toi-même…
Où te trouves-tu quand tu te cherches ?
D’abord sous ton casque d’or
Ce poids que tu portes sur tes épaules
Et qui pèse en permanence
Dans cet oubli de toi-même
Tu t’oublies par habitude
Tu t’oublies parce qu’il est présent
À chaque instant, en toi et hors de toi
Il pèse sur tes épaules et t’entraîne
Il te dit : c’est toi celui-là
Ce poids chiche dans le cerveau
Et tu crois à cette impression

D’autre fois, tu grince des dents
Par fatigue ou lassitude mentale
Plus rien ne te motive
Ni le rire des enfants
Ni le sérieux des adultes
Ni même l’absence des vieillards
Où es-tu, te demandes-tu ?
Et tu ne sais que répondre 
Dans ta boite vide de pensées

09/05/2021

Du convergent au divergent

Du convergent au divergent ou l’intellectuel et le poète (ou le sage) :

Il est courant d’entendre dire : « concentrez-vous, ne pensez qu’à cela ! »

L’intellectuel plonge au plus profond de sa pensée jusqu’à épuiser le suc de sa réflexion. Le poète ou le sage a découvert que l’aboutissement de ses réflexions est l’absence de réflexion et le surgissement d’une pensée autre qui dépasse sa propre pensée.

Autre manière d’exprimer cela :

"Le tout naît du vide, né lui-même de l’épuisement du tout."

Comprenne qui pourra !

 

19/04/2021

Le miroir des mondes

Faire le vide en soi

Devenir le miroir du monde
C’est-à-dire renvoyer au mystère insaisissable
Les dons qu’il nous a faits
Et devenir soi-même
Un autre être de divine humanité

Ne t’arrive-t-il pas, parfois
De flotter sur les nuages
De t’enfoncer dans la ouate 
Et de jouir d’un bonheur indéfini 
Porté par la vacuité divine

La plénitude t’envahit
Efforce-toi maintenant
D’acquérir la transparence
Une pellicule entre toi et l’univers
Jusqu’au tremblement suprême
Qui te fait ressentir, puis dire :

" Je suis parce qu’il est
Je vis parce qu’il vit
Ce trou vacant en moi
Est empli de sa présence
Devenue bonheur ultime "

C’est cet échange subtil
Réunion des contraires
Qui devient ton accomplissement

15/04/2021

L'inconnu qui vous veut du bien

Un trou, un vide qui n’est pas le néant
Errer autour jusqu’au débordement
Jusqu’à l’entraînement de l’attirance
Dans un picotement insolite de l’être

La grande question est là, qu’est-ce ?
Quelle est cet attrait qui fait dire :
« Je suis plus que j’étais ou même que je serai
Mais je ne suis rien face à ce mystère inconnu »

08/04/2021

Virtualité

Le vide est un plein virtuel
Il est plein de rien, mais contient Tout
Énergie, matière, espace-temps
Et même pensées et rêves
Plus même, l’inimaginable

Que reste-t-il à concevoir ?

Parfois, dans un plongeon vertigineux
L’homme descend en apnée
Dans la chaleur de la connaissance
Et ressort en criant Eureka
Il a trouvé une pépite
Qu’il extrait de sa gangue
Et qu’il dévoile au peuple
Le front couvert de lauriers

Mais qui saura dire d’où vient
Ce qu’il a découvert ?

La surface de l’introuvable
Cache l’énigme de l’inconnu
Un magma brûlant et insaisissable
Les mains ouvertes sur l’avenir
Qui ouvre toutes les convoitises
Mais qui ne dévoile rien

Cela s’appelle l’espérance
Un contenu vide de tout
Mais contenant tout
Un attrait irréversible 
Sans qu’il se dévoile
Dans sa nudité sauvage :

« Me voici Seigneur,
Fais de moi ce que tu veux ! »