Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/10/2019

Vrille (pictoème)

tourne le moulin

sans un regard vers l'arrière

vrille ton destin

 

19-10-18 Vrille A.jpg

 

de pourpre et d'or

va au centre

et montre-toi

05/10/2019

Vie de David Hockney

Je termine La vie de David Hockney, un des livres de Catherine Cusset de 2017. Un très beau livre. On entre dans la vie du peintre par une porte dérobée, on en ressort sur la terrasse de la vie, ouverte sur le monde. Et ce monde est vaste. On s’y promène de Bradford à Londres, puis à l’Amérique, New York, Los Angeles, puis le monde entier, sans véritables attaches. Une seule constante : la peinture, l’amour et la passion, c’est-à-dire un travail acharné à dix ou quinze heures par jour.littérature,peinture,dessin,vie,amour

En toile de fond, une certaine analyse de la peinture, non pas académique, mais plus sensuelle, plus proche des petits riens qui font d’un paysage apparemment anodin un petit chef-d’œuvre inédit qui fait battre le cœur. Quelques rappels aussi de grands peintres dans quelques détails : perspective inversée, arbres rouges, piscine aux reflets incertains.

Depuis ses promenades dans Holland Park en avril 2002, depuis qu’il avait été touché par la grâce – car s’était bien de cela dont il s’agissait : de grâce, religieuse, spirituelle_, le sujet ne cessait de se préciser. Il brûlait, comme on dit dans ce jeu un l’enfant aux yeux bandés s’approche du but. Des champs cultivés il passa aux arbres. Un chemin bordé d’arbres, dont les branchages se rejoignaient en formant une voûte naturelle, lui plaisait particulièrement et il le peignit à chaque saison, en enregistrant chaque variation de lumière et de couleur. Rien n’était plus beau que les saisons. Elles étaient l’essence même du changement. La vie. (p. 163, Gallimard).

 

Résultat de recherche d'images pour "David Hockney"

03/10/2019

Feu (pictaïku)

 

Feu dans la tête
Cœur battant la chamade
L’univers s’offre

19-10-03 (16-04-05) Feu.jpg

Réjouit l’âme
Lueur de l’invisible
Donne-nous la paix

 

NB. Un pictaïku, comme le pictoème, est l'association d'un haïku à un dessin, tableau, photo. Plus encore que le pictoème, il se doit d'être incisif et constitue un flash mêlant la vue et la voix.

23/09/2019

Cubécar

 

19-09-24 ex 14-03-12 Cubécar.jpg

Douce comme toi

Le cœur tendre ou la peau dure

Aiguë comme lui

 

15/08/2019

Jaillissement

 

D’un espace invisible
Naît l’ordre, donc la vie
Qui surgit de nulle part
Et te confond de beauté

 

dessin,nulle part,infini

07/08/2019

Féminisme

Seule, elle délire

Je me suffit à moi-même

Quelle solitude

19-08-07 V3 from 15-01-20 Ronds dans carrés.jpg

 

08/07/2019

Envol

Regard dans la nuit

Le vide envahit le corps

Émoi de l'âme

19-07-08 Envol.jpg

30/06/2019

Tableau suite

Cela avance certes, mais c'est long !

IMG_8993-000.JPG

26/06/2019

Fantasme

4976_0003.jpg

 

A nous deux, nous ferons des merveilles

Je capturerai Orion

Tu t’empareras d’électron

Puis nous sombrerons dans le sommeil

Veux-tu ?

25/06/2019

Nouveau tableau en cours

Pendant qu'est peint en province le tableau précédant (voir le 30/05/2019), se dessine à Paris, en parallèle, une autre toile. Laquelle sera finie la première ?

 

IMG_8827-001.JPG

10/06/2019

Caresse (haïku)

Dans ce maelstrom
La femme est délivrance
Caresse d’un jour

19-06-10 Femme en rond 2.jpg

©  Loup Francart

23/05/2019

Pérégrinations

A paraître prochainement aux Éditions des poètes français :

 

Loup Francart

 

Pérégrinations

Pictoèmes

Couverture illustration couleur 29-04-01.jpg

Un pictoème est l’association d’un poème et d’une image, que celle-ci soit dessin, tableau ou photo. Le poème est incomplet sans cette image et inversement celle-ci éclaire le poème. Les deux forment un ensemble indissociable évoquant un instant, une émotion, un sentiment, voire une histoire ou même un concept.

19-05-23 Extraits Pérégrinations 2red.docx 

Prochainement...

07/04/2019

Convento de Cristo (Tomar, Portugal)

 

19-04-05 Tomar 50-GF.JPG

Pluie qui frappe les joues…
Eau qui ruisselle sur le pavé…
Brillance du soleil sur le buis mouillé…
Parfum huilé qui flotte dans l’air…
Portugal, pays de contraste
De l’indolence à la fureur

Le monastère dresse ses créneaux
Sur les nuances de gris
Parfois réveillées par l’éclat
De la verdure dans le soleil
Comment croire à la consistance
D’une végétation envahissante
Dans laquelle on rêve de se rouler

 

 

Le couvent de l'ordre du Christ (en portugais : Convento de Cristo), situé dans la ville de Tomar, était à l'origine une forteresse des Templiers bâtie au  XIIème siècle. Lorsque l'ordre du Temple a été dissous au XIVème siècle, la branche portugaise de l'ordre a été transformée en chevaliers de l'ordre du Christ, qui soutiendront les découvertes maritimes du Portugal du XVème siècle.

Voir : https://fr.wikipedia.org/wiki/Couvent_de_l%27ordre_du_Christ 

 

20/03/2019

Egarement

Oui, l'image est flou, incertaine, brouillon même, mais dans le même temps, elle introduit un monde invisible derrière le monde visible.

 

19-03-20 Egarement.JPG

Toujours je tremble

d’approcher la vérité.

Persiste et signe !

15/03/2019

Fragments

Jour du peintre, le soleil dort
Bordé de plumes, il se cotonne
Émergence sereine, sans contours
Il délivre sa myopie de cyclope

19-03-14 Fragments2.JPG


Terre de verre teintée, molle
Araignée laiteuse et géométrique
Je m’englue dans ta toile déployée
Jusqu’à cet œil pâle et soyeux

Mes pas étouffés par la chair
Ne peuvent monter jusqu’à moi

©  Loup Francart

24/02/2019

Progrès

Noirceur de la nuit

Lueur d'une ère nouvelle

Le feu du progrès

Progrès.JPG

24/01/2019

Un instant

Instant subtil et fragile
Que ce passage du brouhaha
Au silence intérieur

13-06-05 Gouttes VD.JPG

C’est un flash de compréhension
Inaccessible au moi
Qui tourne dans la tête
Comme une lune indestructible

Certes il a ce désir tendre
Du silence inespéré
Mais celui-ci ne vient qu’à son heure
Espérée, sans qu’on la choisisse

Il regarde en lui
Il s’efforce de nager à contre-courant
Il tente de bloquer
Cet être qui le domine

D’un coup les défenses tombent
Décollage imperceptible
Les roues quittent le sol
Il largue ce moi encombrant

Etat d’apesanteur, consolant
Des efforts entrepris vainement
Il passe à travers lui
Et ne rencontre rien

Mais ce rien devient tout
Et même plus encore :
Un matelas d’air frais
Qui porte l’espérance

Le noir de la conscience
Devient l’éclair de la lumière
Un flash intérieur qui survient
Sans que l’on puisse le prédire

Son carburant est l’absence
Devenue présence inconnue
A conserver les mains en coupe
Sans le moindre courant d’air

Il vole dans un azur infini
Franchit les collines
Atteint ce lieu indéfini
Qui s’ouvre sur le néant

Et ce néant devient le tout
Qui pénètre le cœur
Et rend la transparence
A ce moi qui n’est plus

Il est
En pleine conscience
Hors de toute connaissance
En plénitude du soi

08/01/2019

Errance

Rien ne nous empêche d’être grands
Seul l’attendrissement pour nous-mêmes
Nous conduit à l’abandon...

Alcools.jpg

Alors le cœur part à la dérive
Il flotte sur les eaux de l’incertitude
Du désespoir et de la solitude...
Pourtant nous nous maintenons encore
Droits et secs comme une branche morte
Regardant au loin vers l’horizon
Cet au-delà de nous-mêmes
Qui flotte sur les mers et court dans le vent
Et tous nos espoirs se portent sur lui...
Où va-t-il ? Que présage-t-il ?
Nous ne le savons, mais peu importe
Seul le regard franc des cœurs
Peut combattre l’errance de l’âme

 ©  Loup Francart

 

Certains jours, l'envie vous prend de dessiner n'importe quoi, pour le seul plaisir de dessiner. On ne parle plus de beauté et d'harmonie, mais d'un trop plein de vitalité qui entraîne l'imagination, à la manière de ces personnages qui errent au petit matin, dans les rues sombres d'une ville.

 

30/12/2018

Nouvel an : épine ou bonheur

 

Encore une année

Et tu vois l’autre monter

Épine ou bonheur ?

 

18-11-02 Myriades.jpg

23/12/2018

Les contraires

C’est par l’union des contraires
Le blanc et le noir
Le feu et la glace
La haine et l’amour
Que l’on vit sa vie


Et ces sautes d’humeur
Combat sur une mer déchaînée
Sont le lot de tous
Même du divin
Satan et l’ange Gabriel
Se côtoient en chacun de nous
Comme ils luttent dans les cieux

16-03-31 Déformation.jpg

Loi universelle, avec modestie
Elle nous contraint
Nous enserre dans ses griffes
Pour que parfois s’envole
De nos corps étonnés
L’oiseau pudique
Qui se mêle aux nuages
Roucoule dans l’espace
Et enchante nos cœurs
Qui de pierre deviennent de chair

Oui… Les contraires
Nous conduisent à la tombe
Qui s'avère délivrance
Tel l’oiseau moqueur

  ©  Loup Francart

25/11/2018

Un clin d'oeil sur la 5ème de Beethoven

Un clin d'oeil sur la 5ème de Beethoven :

https://www.youtube.com/watch?v=vcBn04IyELc


N'est-ce pas une idée désopilante !

 

22/10/2018

Pictoème

 

Une larme

Ensanglantée,

Fouette l’azur.

 dussoottierjf.jpg

En prise au vent,

Hurlant sans fin,

Elle s’évade,

Désintégrée,

Vers l’infini.

 

31/08/2018

Pranayama

Prânâyâma…

Retenue du souffle

Qui lave les impuretés

Les émotions prennent du recul

Les pensées vident le mental

L’esprit se révèle

Car le souffle signifie esprit

Enfin… Accès à l’invisible

11-04-03 Prânâyâma red.jpg

 

13/08/2018

Perspective

 

art cinétique, visual art, dessin, peinture abstraite

Une étrange construction

pourtant bien géométrique

mais qui ne correspond à rien

07/08/2018

Trésor

Il est lourd et rond.

Il se cache comme un voleur...

Au doigt d'une femme !

 

18-08-07 Trésor3.jpg

15/06/2018

Impact

 

18-06-14 Parallélépipèdes entassés2.jpg

Le choc des atomes

dans le froid du néant

créa un monde épanouissant

Bienheureux ceux qui le savent !

14/01/2018

Soir

 

18-01-13 Soir.JPG

 

10/01/2018

L'intrus

Un intrus dans ce monde féminin sous le regard des féministes. C'est d'actualité !

 

18-01-10 L'intrus.jpg

 

24/12/2017

Mécanicité

 Ne serais-tu qu'un simple tuyau

ou même un robinet

qui subit la volonté d'un mécanicien

qui tourne au hasard

la clé de la vie ?

Mécanicité 3.jpg

07/12/2017

Ecoulement

Seul,
Il est.
Il frémit.
Est-il parti ?
Rien ne le retient
Au bord de l’abime.
Quel voyage cahotant…
La chute en sera plus rude.
Plonge et surnage dans les vagues !

1-17-12-07 Ecoulement.jpg