Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/08/2019

Marcher

Marcher, c’est un peu courir derrière soi
Dès les premiers pas d’une randonnée
On ne sait qui est devant qui
Sans le savoir je passe de l’un à l’autre
Pourtant c’est toujours le moi qui commence
Le soi traine des pieds et rechigne
Mais il suit sans déplaisir et sans mot dire
Le moi l’entraîne, en chantant
Belle journée n’est-ce pas pour vagabonder ?
Il monte la côte herbeuse, les pieds au frais
Arrive en haut sans peine ni rancœur
Encore loin derrière celui qui le guide
Sans se soucier de son retrait
Le ciel s’ouvre et sans fin gazouille
Peut-être y a-t-il autre chose derrière ?
Le moi peine à trouver sa marque
Essoufflé, il se retire en lui
Et attend impatiemment la halte
Rien ne l’oblige à tirer cet être bizarre
Qui en veut toujours plus en étant moins
Dieu, quelle époque !
Comment sortir de ce ballet à deux
L’un devant et l’autre derrière
Il est temps de prendre la main
Et de courir au secours de ce guignol
Arrivé en haut, le soi se découvre
Une vocation insolite et grandiose
Marche derrière moi et tiens-toi prêt !
S’allégeant, il entama la descente
L’œil aux aguets, le sourire aux lèvres
Il marche sur la semoule du passé
Et la transforme en paillettes de vie
Tout scintille en lui et autour de lui
Vis ta vie, sois libre et pars
Envole-toi sans lui !
Peut-être te rejoindra-t-il ?

©  Loup Francart

20/08/2019

Déjà

Partie d’elle ne savait où
Elle allait d’un pas vif
Les deux pieds dans la boue
A la main, un canif

Désolation et pleurs
Elle ne tarda pas à souffrir
Puis se souvint d’une fleur
Alors, sur ses lèvres, un sourire

Pars-tu de rage sur ce parvis
Ou vas-tu changer de vie ?
Sourire de vengeance
Ou béatitude d’indulgence ?

Elle ne sut que répondre
A l’ange qui l’interrogea
Il la laissa se confondre
Puis remarqua : c’est fini… Déjà !

©  Loup Francart

17/08/2019

Va

Qui suis-je ?
La multitude et le rien
Une enveloppe transparente
Qui s’évanouit sur elle-même

Je ne suis rien de ce que je voulais être
Je ne sais ce que je voulais
Au-delà se trouve l’être
Qui n’est rien de ce que je croyais

J’ai feuilleté les pages de la vie
Je n’ai trouvé qu’une autre page
Puis d’autres encore
Sans fin ni consistance

Saute dans ton livre de vie
Et détruis toute ambition en toi
Que pas même une marche te soutienne
Retourne-toi et va, au-delà de toi

De ce rien qui est là
Naît un autre que moi
Il est sans moi, en moi
Un autre que celui qui va

©  Loup Francart

13/08/2019

Paradis

Tu le cherches sans cesse, en toi et hors de toi
Tu es en quête depuis longtemps
Mais as-tu cherché ici et maintenant ?

Certes, tous ne le perçoivent pas
Car il se cache derrière les apparences
Mais chaque jour il se présente à tes yeux
Et t’offre quelques secondes d’éternité

Ce peut être un trou sous tes pas
Où tu tombes criant de peur
Avant de planer en chute libre

D’autres fois, il se cache dans l’image
D’un chétif et modeste personnage
Auquel tu hésites à adresser la parole
Jusqu’à l’éclair de la délivrance

Ce peut aussi devenir un cri dans la nuit
Comme un brutal coup de poignard
Qui t’envoie au-delà des étoiles

Il arrive aussi que rien ne sorte de ton malaise
La porte reste close obstinément
Pas même un courant d’air
N’ose se glisser dessous

Et pourtant il est là, toujours présent
Il te regarde en souriant :
« N’es-tu pas bien chez Toi ? »

©  Loup Francart

10/08/2019

Lumière

Le soleil éclairait la nuit d’encre
Des mâts de la mer indivisible

Au creux des rochers sanglants
Se perdent ses rayons d’enluminure

Les pins s’échappent vers l’azur léger
Où les mouettes blanches épanchent leur griserie

Les vagues dorment au sein des terres
Alourdies par la pesanteur de l’homme

04-05-21 (4bis).JPG

Les toits gris d’ardoise des maisons
Oublient leur blancheur de sel et de vent
Pour blêmir dans la brume des soleils trop vivants
Qui couvrent les herbes de tiédeur morose

La fin des matins sur la mer
Pointe son triste clocher de pierre

Une cloche sonne, puis deux, puis trois
Auxquelles répondent les coups sourds
Du travail des eaux sur les coques de bois

09/08/2019

Vide cosmique

L’homme est incorrigible
Il se surprend lui-même
Ses rêves et désirs
L’entraînent si loin de son être
Qu’il ne sait plus où il est

Les yeux fermés, il va
Un pas devant l’autre
Montant la pente raide
Il ne voit que la pointe
De ses pieds chaussés
L’herbe est froide
Mais son cœur a chaud

Il approche du sommet
Plus que quelques pas
Douloureux, extatiques
Il est seul devant la vérité
Personne ne voit ses efforts
Lui-même ne sait plus
Ce qu’il y a derrière
La coupure du verre ?
La glace des grands jours ?

Enfin !
Liquéfaction…

Le noir plus que noir
Avancer un bras
Puis une jambe
Reprendre courage pour oser
Léger tremblement
Plongée dans l’inconnu

Rien… Il n’est plus…
Il est aspiré et s’envole
Vers le vide cosmique

©  Loup Francart

05/08/2019

Méditation

Où fixer l’attention ?
Elle divague
Elle refuse tout contrôle
Et vaque sans vergogne
Dans les champs et forêts

Noir totalement zébré

Calme-toi, calme-toi
Pénètre dans ton être
Perce ta carapace
Première lueur de l’aube interne
Un halo se profile
La boite s’ouvre

Je m’allège

Réveil derrière la peau
Nouvelle acuité
Je me dissous
Le noir s'efface
Quelques nuages laiteux
Qui passent en catimini

Retour à l’obscurité

L’air pénètre les poumons
Il se glisse derrière la frontière
Lentement, il descend vers la gorge
Hésite, n’ose s’engager
Et brusquement, l’ouverture
Suivi d’un léger brouillard

Entrée dans le temple

Juste un bref instant
Je sens mon corps s’éparpiller
Je me regarde par au-dessous
Le moi s’évade en riant
Perte de l’être minéral
Relâchement de l’intérieur
Hélas, cela ne dure pas
Lassitude accrochée aux souvenirs

Silence… Défilement…

Les grains se dispersent
Je pénètre plus avant
Je ne suis qu’un fantôme
Sans consistance
Juste un point
Qui se glisse entre les grains
Et prend de la vitesse
Sans que je sache où il va

La neige tombe

Le blanc m’envahit
La fraîcheur me guide
Entrée dans le rien
Qu’il fait bon !

Je ne suis plus…

©  Loup Francart

02/08/2019

Humanité

L’homme est un être à multiples facettes

Certains se content de ce qu’ils ont
Et s’inquiètent peu d’un au-delà
Ils exploitent ce qu’ils connaissent
Et tentent d’en tirer profit, en bien ou en mal

C’est déjà beaucoup leur demander
Ils s’efforcent d’acquérir du savoir
Accumulant les briques dispersées
Et les restituant pour s’affirmer

D’autres, moins tenaces et ardents
Se laissent vivre sans autres préoccupations
Ils glissent sur leur vie sans espoir
Ne cherchant que la satisfaction immédiate

Pour ceux-là, il n’y a ni bien ni mal
Et il leur faut des règles précises
Pour canaliser leurs impulsions changeantes
Qui les conduisent au trou noir de la fin

Quelques-uns sont des Cocottes-Minute
La pression et l’ébullition les conduisent
Ils ne cessent d’explorer l’inconnaissable
L’esprit aux frontières de l’existence

Certains choisissent un savoir à explorer
Les dieux les aident en les guidant
D’autres une connaissance à approfondir
Ou encore à élargir en permanence

D’autres encore, laissent l’intuition
S’emparer de leur être vide d’érudition
Et élucubrent des morceaux de création
Sortis tout droit de leur bouillie quantique

Seuls, quelques êtres baignent dans la lumière
Ils n’ont ni règles ni méthodes formelles
Ils vont dans l’inconnu et tendent leurs voiles
Pour explorer le soi, l’univers et l’infini

Ainsi avance le monde de la noosphère
Se raccrochant au monde physique
Espérant un monde spirituel
Qui toujours sera à découvrir en solitaire

©  Loup Francart

30/07/2019

Rendez-vous

Un sourire, puis départ sans un regard
Qu’a-t-elle à dire à cet homme ?
Mais, elle a souri tout de même
Avec douceur, presque tendresse
De ses lèvres charnues
Il la suit des yeux, tremblant quelque peu
Elle le sait, mais n’en a cure
Il la suit sans la regarder
Elle l’observe sans dire mot
Ils marchent vers la colline
Où un seul arbre règne,
Les branches basses et veloutées
Elle avance comme une reine
Et entre sous les frondaisons
Il n’ose s’approcher, puis fait un pas
Il la contemple derrière le feuillage
Elle pleure sans un tressaillement
Les larmes la mouillent
Elle lui sourit
Il fait encore un pas
Elle lui tombe dans les bras
Ce jour-là, ils n’allèrent pas plus loin
Mais le lendemain, elle n’était plus là
Il lui fallut une année
Pour ne plus venir l’attendre

©  Loup Francart

28/07/2019

Absence

Un simple bout de papier
Une mince feuille qui vole
Et le voilà parti
Dans les rêves les plus fous

Rien ne l’en fera sortir
L’œil fixe, enrobé de douceur
Il laisse ses mains jouer
Et ses pieds batifoler
Sa tête est ailleurs
Dans les champs et rivières
Elle rêve d’elle-même
Et se regarde vivre

Cela lui plaît, cette vie désincarnée
Il vit d’ailleurs plusieurs vies
Et se contemple sur toutes ses faces
Luisant comme un paon
Attaché à ses personnages de verre
Plus bouillonnant qu’un volcan
Et fragile comme une poupée

Avance donc dans la folie
Marche sur tes chaussures
Cours dans ta tête ébranlée
Fais de ton être entier
Un hommage à l’humanité

La folie m’a rattrapée
Plus rien ne me sauvera
Que la contemplation de l’absence
Et la découverte de l’autre

©  Loup Francart

25/07/2019

La déité

La déité ne proclame pas
La déité ne livre pas bataille
La déité n’explique pas
La déité ne dit mot
La déité n’est pas du monde

Et pourtant...
Elle Est

Elle est la bise qui te berce
Elle est la vague qui t’emporte
Elle est celle qui t’embrasse
Elle est celui qui t’enseigne
Elle est l’enfant qui te tend la main
Elle est le vieillard qui te conseille

Elle est pouvoir sans vouloir
Elle est connaissance sans savoir
Elle est agir sans mouvement
Elle est amour sans désir

La déité n’a pas de nom
Mais elle sait tous les noms
La déité imprègne l’univers
Mais elle n’est pas du monde

La déité est le vide
Qui emplit le cosmos
La déité est la force
Qui créa la matière
La déité est le mouvement
Qui engendre la vie

La déité est le tout
Qui est en tout
Mais qui est hors du tout

La déité est le rien
Qui n’est ni ici ni maintenant
Et qui ne se dévoile à l’être
Que s’il s’oublie lui-même
Hors de l’étendue et de l’instant

©  Loup Francart

22/07/2019

Valentine

La course du temps a de bien doux effets
La hanche s’arrondit, le sein se raffermit
L’adolescente se contemple, stupéfaite
Et n’ose regarder les courbes de ses amies

Ce passage si bref, de l’enfant à l’adulte
Se laisse enjoliver d’épines et de roses
Aujourd’hui, elle tente de vouer un culte
A ceux qui passent des caresses à la chose

Osera-t-elle braver l’opprobre du monde
Et chanter la liberté de l’immonde
Au bénéfice de ses jambes mutines

Au dernier moment, elle se referme
Et s’éloigne du tremblement de l’épiderme
Ce sera pour plus tard, Valentine

 

poésie,écriture,littérature,poème

©  Loup Francart

16/07/2019

Attention

Une extrême attention, l’œil rivé à la ligne,
Il ne pense qu’à ça, le cerveau pétrifié.
La ligne est son guide, même si curviligne.
Elle fuit à l’horizon, jusqu’où va-t-il aller ?

Il fit ainsi le tour d’un monde artificiel,
Entraîné par l’élan d’une droite sans fin
Qui reste toujours une, ô jamais plurielle,
Avenir solitaire jusqu’à l’étrange fin.

Et pendant ce temps-là, d’autres peintres concourent,
Penchés sur la ligne, préparant leur discours,
Ils oublient la droite et entament le cercle.

Est-il vraisemblable que l’homme tourne en rond,
Que le ciel l’enferme tel un tâcheron,
Le contraignant à mourir derrière un couvercle ?

©  Loup Francart

14/07/2019

Chiffres

Les chiffres ont-ils une qualité ?
1 homme ou 1 femme ont-ils la même valeur ?
2 hommes ou 2 femmes sont-ils égaux à 1 homme plus 1 femme ?
Finalement, leur somme est-elle toujours égale à deux ?

Les esprits malins prônent l’égalité
Mais l’égalité suppose les mêmes qualités
Et celles-ci n’ont pas la même valeur
Selon les différences de nature
La dualité induit-elle une trilogie
Ou celle-ci ne reproduit-elle qu’une face du dualisme ?

Il réfléchit longtemps
Et ne sut rien produire
1 + 1 est toujours égal à 2

Elle rêva longtemps
Attendit patiemment
Et fit un miracle
1 + 1 égal 3

Les chiffres ont bien une qualité
Mais celle-ci n’a rien à voir
Avec la comptabilité

©  Loup Francart

10/07/2019

Silence

Peu à peu, le silence l’envahit
Un rien d’absence, une note grêle
Résonne dans la folie du monde
Le ventre de l’obscur se dévoile

Chape de plomb sur les têtes
Pas un mot plus haut que l’autre
Sa majesté passe dans les rangs
Rien ne dépasse, tout se prélasse
Dans l’ignominie du mutisme

Bouillie collante de l’infortune
Qui dérive sur les nuages tièdes
De l’incertitude et de la morgue
Serait-elle morte l’affirmation
D’une innocence épinglante
Déchirant de rouge la poitrine

Le bourrage touche à son comble
Suffocation des engloutis
L’élite se doit d’être prudente
Il faut rester de taille
A s’affranchir de l’aveulissement
Seul le mystère doit demeurer

Terre-toi dans ta détermination
Poursuis ton œuvre inconnue
Laisse s’accumuler l’ombre
De tes rêveries et passions
Sur de modestes papiers
Dédiés aux générations futures
Ou, tout simplement, à l’oubli

©  Loup Francart

06/07/2019

Fin rêvée

Elle avait rêvé longtemps de cette soirée à deux, dans cette douceur crépusculaire, côte à côte, sur le banc des accusés. Elle en avait imaginé le décor, soigné, net comme un tribunal, le bois ciré des murs, les fauteuils rouge carmin, l’appariteur chaussé d’espadrilles, une respectable chaleur régnant dans la salle. Assise sur le banc des prévenus, elle papillonnait gentiment, inconsciente de son avenir déchu. Elle répondait d’une voix égale, ni trop charmeuse, ni trop effondrée. Dans son malheur, elle résistait à la tentation de se laisser aller. La présidente sortit un moment, levant la séance pour faire face à une envie pressante. Elle regarda l’assemblée, sa mère qui pleurait dans son mouchoir, son père qui se tenait très digne, le dos raide, la nuque droite, l’œil sec. Ses frères, indifférents, semblant connaître la fin, restaient silencieux à côté de leurs épouses hautaines. Rien ne lui sera épargné, même pas le mot d'une de leurs filles qui disait sans arrêt : « C’est pas bien ! »

– Accusé levez-vous ! dit la greffière. Elle se leva dignement, l’air soudain fatigué. La présidente prit la parole, ajustant ses lunettes :

– Attendu que mademoiselle Trapolin n’a pas conscience de ses fautes qui sont pourtant bien prouvées, le tribunal condamne la prévenue à trois tours de piste à cloche-pied et à une amende de cent euros. 

– Je proteste, s’écria-t-elle d’une voix forte. Je n’ai fait qu’embrasser ce garçon blond et bien fait qui m’a rejeté vivement sans explications. Quel goujat ! Les hommes ne savent pas voir le cœur des femmes qui saigne tous les jours pour eux.

La petite fille se mit à pleurer. Elle avait mal aux mollets et n’avait pas un sou en poche.

Alors un homme dans la fleur de l’âge ouvrit son portefeuille, en sortit un billet et s’avançant vers elle, il chuchota à l’oreille :

– Voici pour ta prestation si digne et véridique. J’ai admiré ton maintien, bu tes paroles pleines de sagesse, reconnu ta clairvoyance. Juste une chose. La prochaine fois, n’oblige pas un aveugle à danser le guilledou.

02/07/2019

L'envol

On ne sait comment te nommer
On sait encore moins t’appeler
On ne sait si tu entends nos cris
Qui se perdent dans l’espace
Le temps n’a plus d’emprise sur toi
Malgré la succession des vivants
Mais le poids de la gravité
Comme les échappées de la foi
Dévoile ta constance céleste

L’absence devient présence
Les secondes sont suspendues
L’amour abolit la distance
Un trou noir t’avale d’un trait

Broyé, tu ressorts divin
Sans savoir qui t’a engendré
Plus rien n’existe que lui
Il n’est ni plus grand ni plus présent
Il n’est qu’un parfum insaisissable
Qui envahit le tout
Remplace le néant
Et devient toi qui n’est plus rien

Il Est Celui qui Est
Hors de toute connaissance

©  Loup Francart

29/06/2019

L et lui

La beauté envie ton maintien
Tu vas dans le monde sans savoir
Avançant à grandes enjambées
Me tirant d’une main ferme
Jusqu’au plus lointain chemin
Au-delà de l’horizon étale

Aimes-tu les cris pervers
Des fées enfouies dans leur quant-à-soi ?
Débarrasse-toi de tes vibrants voilages
Et va, nue, cachée aux regards
De la concupiscence brutale

Ouvre-toi aux caresses du vent
Et coule dans l’ombre du hasard
Jusqu’au plus parfait abandon

Alors, ouverte, tu chanteras la vie
Et ne craindra plus la mort
Qui fera demi-tour en toute sérénité

©  Loup Francart

26/06/2019

Fantasme

4976_0003.jpg

 

A nous deux, nous ferons des merveilles

Je capturerai Orion

Tu t’empareras d’électron

Puis nous sombrerons dans le sommeil

Veux-tu ?

22/06/2019

Folie

A petits pas ridés, il parcourut la baie
Qu’avait-il à cacher ou même à dévoiler
Sur la tôle ondulée, il endure la paix
Sa marche se trouble, qu’a-t-il à protéger ?

Elle le suivit un temps, en retrait de trois mètres
Pieds nus dans l’eau de mer, sa robe défraîchie
Les yeux à l’horizon, le sourire aux lèvres
Elle courut un moment, laissant là ses soucis

Loin devant lui, sans fin, il avançait encore
Suivi de l’égérie, courbé sur sa tâche
Sans pouvoir se délier ni même tomber d’accord
Il marchait vers la mort, malhabile potache

Pourtant elle le troublait, où allait-il ainsi ?
Elle l’appela sans voix, bêlant sans scrupule
Il ne vit plus que l’eau et ses pieds engourdis
Il fit un demi-tour, et tint conciliabule

Qu’allons-nous découvrir au bord de l’horizon
Quand l’eau débordera effleurant tes lèvres
Et ma main sur tes seins arrondie de raison
Levant les obstacles d’une tendre fièvre ?

Ainsi finit la vie de ce couple charmant
Frôlant la vérité et voyant l’avenir
Qui un jour se donna au sein de l’océan
Et engloutit l’envie sans vouloir s’unir

 

18/06/2019

Place des Vosges

Cris des enfants libérés
Bruissement des feuillages
Crissement des pas sur le gravier
Ronronnement des moteurs dans la rue
Et, malgré tout, le silence

Silence du bonheur de l’été
Silence des femmes glissant sur le pavé
Silence des nuages dans le ciel
Silence de l’intellect devant l’amour éternel

Paris, égal à lui-même
Sur les carrés d’herbe
De la place des Vosges

©  Loup Francart

12/06/2019

Vainqueur

Au retour du vainqueur tout changea
L’homme se fit souris micropucienne
Il se prépara longuement et savamment
Se rasa la barbe et s’usa la peau
Apprêta ses vêtements d’un violent parfum
Ouvrit sa boîte à souvenirs sans fond
En sortit un martinet aux poils de cuir
Le secoua et le fit claquer de la main gauche
Montrant par là son autorité et sa valeur

Il se dit que pour impressionner les foules
Il convenait de prendre l’air dur et décidé
Il revêtit son maigre manteau de pourpre
Chaussa péniblement ses bottes jaunes fluo
Et prit dans son vase multicolore la rose
Qu’il avait été chercher au pire de la tempête
Sur la montagne sacrée, loin, très loin
Là où ses compatriotes ne vont pas
Grelottant de peur, de terreur même

Il fut confronté aux serviteurs du seigneur
Bardés de piques et d’épées, en défensive
Mais sut les chasser dans le trou du diable
D’où ils ne purent remonter malgré leurs efforts
Il s’empara de la rose, sublime de couleurs et d’odeurs
Et sortit en courant de l’ère mystérieuse
Qui prenait à la gorge ses visiteurs

C’était maintenant l’heure du triomphe
L’œil frais, la mèche élégante, le pas alerte
Il avança dans la salle des gardes rouges
Fit valoir son droit et sa vaillance
S’empara de la très belle Misandrie
La fit tourner sur elle-même dans sa robe de velours
La regarda dans les yeux, et, hautain
Plaqua sa bouche sur ses lèvres pulpeuses
Enfonçant sa langue entre les dents de la belle
Regardant la foule haletante
Qui, bientôt applaudit à tout rompre
L’exploit du héros du jour
Le seul qui rapporta la rose du séjour des morts
Et qui prit son envers à l’endroit

Elle se laissa faire et y prit même du plaisir

©  Loup Francart

08/06/2019

Espérance

Un jour, nous étions-nous dits
Chaque jour, maintenant
Ta tendresse, comme un feu dans l’hiver
Ton rire en fleur, émouvant
Ton regard devenu caresse

Belle, tu te crées lentement
Une âme dans la nuit
Lumière calme que je recueille
Du bout des doigts sur ton visage

Amour, ce petit mot, si grand
Chaque jour l’espérance est renouvelée

©  Loup Francart

06/06/2019

Derrière

Le mur de Planck, un mur mythique
Enveloppant le cosmique

D’une seule face, à l’infini
Rien derrière, sans symétrie

Étrangeté, anomalie
Futilité, pure folie

Et au-delà, rien ne va plus
L’information est-elle en plus ?

Mathématiques sont les nombres
Le normatif sort de l’ombre

Qu’y a-t-il eu auparavant
S’y référer est-il probant ?

Un univers vide ou plein ?
Vide de tout ou plein de rien ?

Seul l’unique est dans le Un
Origine ou opportun ?

Et rien ne court, sous le soleil
Pas un caillou sous un orteil

Juste l’absence qui n’est pas rien
Dans l’univers où tout n’est qu’Un

©  Loup Francart

03/06/2019

Folie

Quelle idée ! Y a-t-il un plumeau sur sa tête ?
L’aigrette qu’il porte n’est-elle pas suffisante ?
Sa face d’ange s’étale sur les murs sales
Et enchante les marins qui viennent du port
Le cosmonaute dérive sans repères
Il n’y a plus de haut, de gauche ou de droite
Même à côté ne signifie rien
Il n’y a que l’autour, mais autour de quoi
Puisque tout bouge et rien n'est stable ?
Il n’y a qu’un sentiment, qu’une illusion
A laquelle il tient à pleines dents
Abandonner aussi l’idée d’un être permanent
Seules les bulles inconsistantes flottent
Dans l’air vicié de la chambre verte
Et encombrent la mémoire de trous
Il saute entre ceux-ci sans protection
Jusqu’au jour où il tombera probablement
Détendu et plaisantant, dans l’absence
D’un moi devenu soi, sans poids et sans loi…
La vie a-t-elle une consistance ?

©  Loup Francart

01/06/2019

Corps

Verts sont les plis de ton corps
Rouges sont les trous qui le percent
Jaunes sont les liquides qu’il exhale
Bruns sont les solides qui en sortent
Bleus sont les coups qui lui sont portés
Noirs sont les deuils qui l’affligent
Orange sont les espoirs qui l’animent
Blancs sont les désirs qui le transpercent
Mais…
Les aveugles, ont-ils un corps ?

Douce est la caresse qui te surprend
Pointue est la rancœur qui t’étreint
Pesant est le doigt qui t’entraîne vers la mort
Inconnue est la main qui t’enchante
Exaltante est la lèvre qui t’honore
Encourageante est l’ouverture qui se dévoile
Odorant est le cœur qui se cherche
Troublante est l’absence d’exaltations
Mais…
Ce corps est-il en bois ?

Alors elle s’étendit sur l’herbe
Et laissa ce corps ronger ses vétilles…
Levant les yeux, elle décida
De survivre à la bêtise
Et d’entrer en pâmoison

Depuis, elle est là, la statue
De la femme sans tête
Et d’inimaginables désirs…

©  Loup Francart

31/05/2019

Vide et plein

L’esprit raisonne, au sens de la raison,
et l’âme résonne, selon la résonance.
François Cheng

 

Laisse ton âme devenir ton guide
Tais-toi et écoute

Sois ouvert au vide
Et lâche le plein
Qui t’a occupé toute la vie

Flotte sans pesanteur
Entre les projets et les souvenirs
Ouvre-toi au présent
Pénètre la goutte d’eau de l’océan
Et bois, recueilli, son nectar

Ne te laisse pas prendre par toi-même
Sort de ton personnage assuré
Et de tes raisonnements apeurés

Atteins le seuil de la transparence
Qui vibre au fond de toi
Et fais résonner la beauté

Sois candide
Et tu seras vivant

©  Loup Francart

 

 

28/05/2019

Attente

Elle attendait au bout du quai
Dans son imperméable vert olive
Ses cheveux blonds en halo
Jaillissaient telle une flamme
Mais ses yeux étaient baissés
Modestement elle attendait

Elle patienta trois jours
Puis, enfin, décida de partir
Elle ramassa sa valise en carton
Chercha la sortie, apeurée
Monta sur ses grands chevaux
Et, au galop, franchit les portes

Elle entra dans la ville lumière
Avec un bruit d’enfer
Personne ne l’attendait
Elle en surprit plus d’un
Ils courraient tous, hagards
Le sandwich à la main

On la vit fuir au loin
Les yeux à l’horizon
La chevelure au vent de la colère
Tous sont menteurs, pensa-t-elle
Pas de partage ni sourire
Chacun pour soi, sans dieu

Elle franchit monts et merveilles
Déjeuna au bord du lac
Avança vers l’eau bleutée
Tendit la main et la trempa
Elle lui parut accueillante
Elle se déshabilla, blanche de nudité

Ainsi finit la vie de celle qui attendit
Un soir d’orage au bout du quai
L’homme qui lui était destiné
Et qui ne put venir, ayant oublié
Le nom de cette gare inconnue…
Au bout de la jetée, elle sauta !

©  Loup Francart

26/05/2019

Expérience de pensée

L’imagination est plus importante que le savoir.
Einstein


Connaître, c’est voir de l’extérieur
Acquérir une vision où l’on n’est pas inclus
Voir avec les yeux froids d’un veau mort-né
Rien alors n’imprime notre imagination
Vierge de tout regard et de toute connaissance
On se laisse aller comme un amateur
Ou le collégien qui ne peut laisser entrer
Des idées qu’il ne comprend ni ne vit

Le délire s’empare alors de vous
Vos sens ne vous servent à rien
Vous errez dans un paysage inconnu
La tête vide, les bras ballants, le corps flottant
Rien de ce que vous connaissez n’est visible
L’au-delà de l’espace et du temps se dévoile
A côté de ceux-ci apparaissent d’autres dimensions
Non perceptibles et étroitement mêlées aux nôtres
Vous vous accrochez à ces cordes d’énergie
Qui créent sans cesse la lumière et la matière
Vous passez ensuite d’un univers à un autre
Par des trous noirs qui vous propulsent
Non seulement au-delà du mur de Planck
Mais également au-delà de ce que votre imagination
Peut suggérer à votre petit cerveau

Ce rien est plein de tout
Et ce tout cache un autre rien
Qui vous conduit à un autre tout
Qui sans cesse crée un Un singulier
Où nous sommes heureux de vivre

©  Loup Francart

24/05/2019

Toi-même ?

Es-tu toi-même ou joues-tu à être toi-même ?
L’image que tu te donnes de toi
Est-elle l’image que les autres voient ?
Elle est belle cette image, mais est-elle véridique ?

J’ai connu un être qui ne sut jamais qui il était
Un jour, il disparut derrière l’imagerie
J’eus beau chercher, je ne trouvais plus rien
Pas même l’emplacement d’un mirage
La route était vide et sans bas-côtés
Je partis en courant de peur de me voir

Depuis j’erre dans un rêve sans réalité
Regardant mon double, hilare d’inconnaissance
Oui, la vie est un rêve qui finira bientôt
Qu’y aura-t-il après ?

©  Loup Francart