Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/02/2018

Corps et âme

Il y a quelques jours, il s’est dédoublé
Quel frémissement !
La tête dans les nuages
Et les chaussettes dans la boue
Entre les deux, rien… Le vide…
Il ne s’en aperçut pas immédiatement
Il vivait des jours intenses dans la clarté
Puis des nuits noires comme l’encre
Entre les deux, l’enfouissement…
Un sommeil de plomb, lourd comme l’absence…
Il fermait les yeux
Devant lesquels les étoiles dansaient
Son corps n’était plus qu’un voile transparent
Quatre poteaux de bois revêtus de plastique
Qui claquent au gré d’une brise fraîche
Et il comprit le don du corps
A la terre ferme, dans l’odeur des feuilles mortes
Toutes portes ouvertes, les narines frémissantes
Il entre dans l’univers, nu et prudent
Cette bulle d’infini qui gratte parfois
La plante des pieds ou le crâne chauve
Il baigne entre deux eaux, épanoui
Son esprit est ailleurs… Loin, très loin
Dans son autre moi, ce soi
Qui se tient coi et joue les rois…
Mais il sait que tout cela
N’est que passager
Comme la traîne d’un avion dans le ciel
Et que bientôt il faudra revenir
A plus de réalité…
Mais que doit-il abandonner ?
La tente translucide
Ou l’immatériel sans mesure
Il sait cependant que les deux ne font qu’un
Quand d’un revers  de main
Il balaye l’espace et rompt l’écoulement du temps
Cette unité finale ne dure qu’un instant
Et est le fruit de toute une vie
La danse sur le fil de la vérité


Ferme l’œil
Ouvre ton corps
Libère ton esprit
L’âme est là
Sans pensées ni sensations
Dans son éternité dévoilée
Nage jusqu’à elle
Et… Envole-toi !

 ©  Loup Francart

16/02/2018

Le nombre manquant (39)

Mathias et Vincent débarquèrent à l’hôtel vers onze heures du matin. J’avais retenu deux chambres la veille au soir et je leur laissai une demi-heure pour se rafraîchir et se changer. Puis nous nous réunîmes dans un petit salon que j’avais retenu.

– Alors, où en est-on ? demanda Mathias d’emblée de jeu.

– Je n’ai rien d’autre à vous annoncer que vous ne savez déjà : Claire n’était pas là hier au petit déjeuner, sa chambre n’avait pas été utilisée au cours de la nuit et le professeur n’a été au bureau ni hier, ni ce matin.

– Pensez-vous que les deux disparitions sont liées ou non ?

– Il m’est difficile de choisir. Certes, Claire était l'assistante du professeur, particulièrement dévouée et au courant de ses affaires, y compris de sa confrérie dont les recherches sont proches de nous. Mais d’une autre côté, je sais que le professeur avait assez souvent l’habitude  de disparaître quelques jours sans dire où il allait et pendant combien de temps. Au fond ce qu’il faudrait arriver à savoir, c’est principalement pourquoi ils ont disparu et non dans quelles circonstances.

– Il serait également indispensable de savoir si ces deux absences sont volontaires ou non, c’est-à-dire si elles viennent d’eux-mêmes, ou si on les a forcés à partir.

– Exact, mais comment le savoir ?

– Alors, allons-y ! Considérons tout d’abord que s’ils sont ensemble ou non importe peu. Ce n’est peut-être pas vrai, mais il faut bien commencer par un bout. Si cette disparition est volontaire, pourquoi ? Qu’est-ce qui aurait poussé l’un et l’autre ou l’un ou l’autre à disparaître sans laisser ne serait-ce qu’un message ?

– Je vois en premier une piste à suivre, annonça aussitôt le hacker. Disons un homme à ne pas perdre de vue parce qu’on a eu la chance de tomber dessus au bon moment. Bref, faire une filature en improvisant parce qu’elle est extrêmement importante pour connaître le lieu où il se rend ou les gens qu’il rencontre.

– Il se peut aussi que son ou leurs téléphones portables n’aient plus de batterie, dit tranquillement Mathias.

– peut-être, mais depuis une journée ils auraient trouvé une prise pour recharger.  

– Oui, mais quand on suit quelqu’un on ne peut s’arrêter.

– Bon, ne nous égarons pas. Y a-t-il d’autres causes pour un manque de nouvelles volontaires ?

15/02/2018

L'exode, de Georges Rouault

18-02-15 L'exode de Rouault.jpg

Les couleurs sont tristes, mais elles prennent parfois des  teintes très claires. Mariage du vert et du bleu, mais le blanc l'emporte, colorant les personnages d'une pointe de spiritualité. Le dessin des personnages est renforcé par un trait de peinture noire qui accentue la tristesse de l'expression.

sous la lune, un rond de couleur jaune, sans autres rayons, vont le père, penché sur ses enfants, et la mère, portant  un sac. L'enfant, à la tête ronde et le corps vêtu d'une draperie, ne comprend pas la tristesse du père. Celui-ci, dont l'amertume se  lit sur le visage à l'oeil rond accroché en haut du nez, erre dans le paysage et cette posture fléchie sur les genoux et penché sur l'enfant, le rend plus décharné encore. La mère et l'ainée des enfants suivent, accablés.

C'est bien un exode, empli de tristesse, mais malgré tout lumineux et plein d'espoir de temps meilleurs.

 

14/02/2018

Découvertes

Le soir. Moiteur froide des couvertures. Cataplasmes des pensées du jour…

Pour se réchauffer des découvertes, il faut déjà s’en rappeler. Comme on oublie vite. Il importe justement d’apprendre à se souvenir de soi. Ce sont ces souvenirs qui nous forgent et nous modèlent.

Qu’ai-je fais aujourd’hui ? Qu’ai-je vu ? Qu’en ai-je retenu ? Chacun de ses souvenirs devient un trésor insoupçonné qui donne goût à la vie.

13/02/2018

L'araignée

L’araignée serait-elle bonne mathématicienne
Ou même peut-être est-elle créatrice intemporelle ?
La durée d’une nuit, elle crée son espace-temps
Où s’englue chaque grain de matière vivante
Courbant davantage les fils ténus et accrocheurs
Et là, l’être prisonnier, pris dans la nasse élastique
Regarde désespéré approcher le dieu vengeur
Plus rien ne peut le cacher et le sauver
Sur le plan souple et huilé de la toile
Il apparaît comme une proie indéfendable
Et sera gobé en un instant par le pillard…
Pourtant qu’elle est belle cette toile symétrique
Épanouie aux rayons de l’aube, vêtue de rosée
Cachée entre deux brins d’herbe inoffensifs
La rigueur mathématique de sa construction
Ne laisse pas place à l’improvisation
La chasse devient chose aisée et ludique
Tendez vos filets et observez !
Il arrive, l’innocent sifflotant
Il se heurte à la barrière qui colle
Plus il tente de se dégager, plus il est pris
Il ne lui reste qu’à attendre et voir
La mort approcher, souriante et légère
Il contemple l’indécence et la force
L’inévitable et l’insouciance
L’araignée dévorante à la panse gonflée
Qui conduit à la fin, sans échappatoire

©  Loup Francart

12/02/2018

Le nombre manquant (38)

En fin d’après-midi, je décidai d’appeler notre informaticien à Paris. Il devait être rentré du travail et pourrait peut-être me donner de bons conseils. Celui-ci décrocha tellement rapidement qu’il en fut surpris. « Oui, un pressentiment », confirma-t-il. Je le mis au courant de l’absence de Claire et du professeur, sans que les deux défections soient forcément liées.

– Ce que tu me dis me paraît grave. Certes, les deux absences ne sont pas forcément liées, mais il y a cependant de grandes chances que ce soit le cas. Mais pourquoi ? Elle n’aurait pas laissé quelque chose dans sa chambre, un papier, un signe discret, quoi que ce soit qui indique qu’elle partait et éventuellement pourquoi.

– Je n’ose pas trop retourner dans sa chambre, car s’il y a une enquête de police, on pourrait m’objecter que je cherchais à cacher des preuves. Mais ce matin, je n’ai rien vu.

– Je te propose d’attendre pour aller à la police. Elle ou ils vont peut-être rentrer ce soir ou cette nuit. Je crois cependant qu’il serait bon que nous venions, moi et Vincent, à Rome pour t’aider. Il me semble difficile pour toi d’assumer seul cette absence et les recherches nécessaires. Nous prenons le premier vol demain matin et serons auprès de toi en fin de matinée. Cela te convient-il ?

– Oui, cela me paraît plus sage. Nous ne serons pas trop de trois pour effectuer nos recherches et poursuivre notre mission, car très probablement les deux sont liées.

L’après-midi fut longue et la soirée encore plus. Aucune nouvelle, ni de Claire, ni du professeur. Je pris soin de téléphoner à la villa Médicis en demandant que l’on me joigne si l’un de deux se manifestait au bureau. Mais je ne reçus aucun appel.

11/02/2018

Concerto pour piano en La mineur, Op.16, d’August Winding

https://www.youtube.com/watch?v=0fyFRKKDZbg


 

August Winding (1835-1899) est un compositeur suédois qui dut abandonner une carrière de concertiste suite à un accident. Il s’est alors tourné vers la composition et la pédagogie. Voici probablement son plus beau concerto pour piano, composé en 1868.

Très romantique dans le second mouvement, ce concerto rappelle la musique de Schumann ou de Mendelssohn.

L’enregistrement manque de contraste et l’interprétation reste un peu neutre dans la partie orchestrale.  

 

10/02/2018

Retrouver la stabilité dans le mouvement

Le monde moderne se définit par le mouvement. Il est la cause de l’anxiété de l’homme face à la vie quotidienne. Ce mouvement peut se dissocier en temps et déplacement, chacun de ces deux facteurs du mouvement étant psychologiquement contradictoire puisqu’un déplacement implique une perte de temps et une perte de temps demande une accélération du rythme.

Ce mouvement a bien sûr des conséquences sur la société. L’homme d’aujourd’hui se meurt hors de la société et il n’a jamais été aussi seul dans la société. L’apprentissage de la solitude volontaire est l’apprentissage de la connaissance de soi, alors que la solitude dans la société entraîne la révolte ou l’inaction. Le monde d’aujourd’hui est un monde de solitaires par obligation, aussi n’y a-t-il jamais autant eu de révoltés ou d’inactifs.

Le seul moyen de lutter contre la révolte ou l’inaction est de résister à la solitude involontaire. Elle est plus souvent morale que matérielle et est due au mouvement. Il faudrait redonner à la vie matérielle et spirituelle la stabilité qu’elle a perdue, retrouver les valeurs immuables.

 

09/02/2018

Maxime

 

S'oublier complètement

est le seul moyen d'être heureux

partout et toujours

 

08/02/2018

Le nombre manquant (37)

Je décidais d’attendre jusqu’à l’heure du déjeuner avant d’alerter. Mais qui ? Je ne savais. Autant l’avouer, j’étais décontenancé, quasiment perdu dans cette ville que je connaissais peu et dans un milieu qui, cette fois-ci, me semblait hostile. Je décidais de sortir plutôt que de tourner en rond dans ma chambre et de me ronger les sangs. Mais sitôt dehors je me dis que peut-être Claire pourrait me faire parvenir un message à l’hôtel. J’avais cependant pris la précaution de me munir de mon téléphone portable, au cas où. Je déambulais le long du Tibre, contemplant ses eaux noires, en me demandant ce qu’elle avait bien pu faire. Soudain, je me rendis compte que la première chose à faire était de téléphoner au professeur Mariani pour savoir si elle avait rejoint son lieu de travail ce matin. Je m’assis sur une grosse pierre et composai le numéro de son bureau. La seule personne que je réussis à joindre était une femme de ménage de la villa Médicis. J’eus beaucoup de mal à lui expliquer que je voulais parler au professeur Mariani ou à sa secrétaire particulière, mais elle ne les avait vu ni l’un ni l’autre ce matin. Diable, comment cela se faisait-il ? Je commençais à m’inquiéter réellement. Non seulement Claire avait disparu, mais également le professeur. Cela aurait-il un lien avec sa confrérie ? Cependant, je savais qu’il arrivait assez fréquemment au maître de ne se rendre au bureau qu’en début d’après-midi. Donc, ne pas paniquer et attendre jusque vers trois heures pour retéléphoner. Je rentrai à l’hôtel pour déjeuner et demandai au portier si l’on avait laissé un message à mon intention. Rien. Attendons encore un peu. Je passais le repas à envisager diverses circonstances qui auraient pu amener une telle situation. Mais je dus avouer que rien d’intéressant ne sortit de ce soliloque, mes pensées étaient trop embrouillées et manquaient totalement de cohérence. À deux heures trente, je retéléphonai à la villa Médicis, mais ni le professeur ni Claire n’était apparu. La personne que j’eus au bout du fil me dit qu’il était assez fréquent que Monsieur Mariani s’absente une journée et que cela n’avait rien d’anormal. « Peut-être a-t-il eu besoin de son assistante », ajouta-t-il en pensant à notre collègue. Je ne pus rien en tirer de plus et n’étais pas plus avancé. Je remontai dans ma chambre, inquiet, ne sachant que faire. Inutile d’aller à la police. Tout d’abord je ne parlais pas suffisamment bien italien et de toute façon, ce que mon correspondant de la villa Médicis m’avait dit ne m’inclinait pas une telle démarche. La police m’aurait simplement dit d’attendre, qu’il n’y avait aucune raison de s’angoisser. Et pourtant, j’étais inquiet.

07/02/2018

Clore l'écriture

Il existe de nombreuses manières d’achever l’écriture d’un livre pour l’améliorer et le rendre lisible et présentable. C’est une étape indispensable, périlleuse et… bénéfique.

La première manière est celle de l’écolier. Je relie mon texte et corrige les fautes d’orthographe évidentes, les fautes de français et les quelques coquilles de langage qui sautent aux yeux. Nous le faisons tous chaque jour dès l’instant où l’on s’adresse par écrit à quelqu’un. Mais cela ne fait pas de vous un écrivain, ni même un bon correspondant. Vous n’êtes qu’un informateur sur toutes sortes de sujets qui tente d’influencer maladroitement les autres.

La deuxième manière est plus professionnelle. Elle procède en deux temps, voire trois, séparant les corrections orthographiques des corrections de style, voire des corrections d’expression française. Cela demande une attention plus soutenue, une connaissance supérieure de la langue et une volonté très nette de s’améliorer. Malheureusement, tout cela certes est utile, indispensable même, mais n’améliore que la forme du texte sans en modifier, sinon à la marge, le fond.

Pour aller plus loin, il faut pour beaucoup d’auteurs, demander l’aide de quelqu’un qui sera capable de lire, d’analyser ce que vous avez voulu exprimer, puis de se poser la question d’une amélioration de la manière de présenter le récit. Il vous donnera ou non des pistes ; mais dans tous les cas, vous saurez ce qu’il faut corriger, ajouter ou retirer. Là, vous avez franchi une étape importante qui vous amène à une nouvelle version qui s’avère assez différente du texte initial.

Pour poursuivre avec assiduité votre amélioration de vos écrits, il faut changer de règles. Jusqu’à présent, vous êtes resté dans votre rôle d’auteur qui améliore sa composition pour la rendre la plus lisse possible. Maintenant, il faut vous mettre dans la peau d’un lecteur. Non pas de quelqu’un qui est un clone de vous-même, mais d’un liseur qui s’imagine ce qu’il lit et crée sa propre vision de votre récit au fur et à mesure de son avancée. Cela suppose que vous vous détachiez de vous-même, que vous preniez de la hauteur, que vous vous fassiez autre, l’inconnu qui lit votre texte pour la première fois. Et cela, ce n’est pas facile. Pendant quelques instants, vous arrivez à prendre de la distance, vous vous trouvez transporté dans votre imagination, donnant une coloration nouvelle à vos formules, voyant des scènes différentes de celles que vous avez-vous-même imaginées. Et puis un mot, une tournure de phrases habituelles, vous ramène à l’auteur que vous êtes. Vous perdez le charme de la nouveauté et retombez dans la lourdeur d’un texte écrit, réécrit, modifié, remodifié, transformé. Les pieds redeviennent lourds, le cerveau embué, la main moins leste. Alors, il faut refaire le chemin inverse, respirer lentement, jusqu’à sentir à nouveau le souffle de la nouveauté des paysages et des personnages. Vous mesurez l’éloignement de cette scène par rapport à ce que vous avez écrit et cette distance est la garantie d’un bon travail de correction. Vous laissez votre deuxième personnalité s’infiltrer dans la première et vous flottez dans un nuage d’impressions totalement différentes qui vous révèlent une autre vision du monde. Ah, si chaque jour nous pouvions créer notre environnement et notre comportement, combien la vie serait encore plus passionnante : finies les dépressions, finie la morosité sans fin, fini le coup de cafard en hiver, fini le blues des matins d’été.

Mais revenons à notre texte. Vous avez corrigé quelques phrases, voire des paragraphes entiers en vous coulant dans la peau d’un lecteur. Mais, au fond, qu’est-ce qu’un vrai lecteur en pense ? Eh bien, il suffit de le lui demander et ce dernier passage auprès de vos aides est indispensable. Oui, il retarde le moment de la proposition aux éditeurs, instant important que vous avez attendu en peinant. C’est une assurance, c’est la corde de rappel que vous utilisez pour descendre de votre enchantement afin de tendre la main aux vrais lecteurs, ceux de tous les jours. Si vous avez bien fait le travail déjà décrit, vous ne devriez pas avoir de grosses surprises. Mais sait-on jamais ?

Enfin, les professionnels de la littérature ou les mordus de l’écriture destinée à ravir les lecteurs réécrivent complètement leur roman d’une autre manière. Certes, c’est plus simple que la première fois puisque vous connaissez déjà l’intrigue et vous la maîtrisez. Néanmoins, cela demande un certain courage que bien peu ont. Car ensuite, il faudra comparer les deux textes, emprunter les meilleurs passages à l’un ou à l’autre, ré-articuler le fond de l’intrigue pour concilier les deux versions et, enfin, reprendre toutes les étapes décrites précédemment. Mais qui est assez fou pour s’infliger un tel calvaire !

06/02/2018

Haïku

 

N’y a-t-il plus de lois ?

Le rire devient stérile

Les pédants odieux

05/02/2018

Échafaud

Il est des jours où tout se brouille
Il ne reconnaît pas le chameau du dromadaire
Lequel passe par le chas d’une aiguille ?

Il est des jours où tout s’emmêle
Il laisse le chat jouer avec la pelote
Mais jamais il ne lui donne sa langue !

Il est des jours où tout s’enchevêtre
Il ignore la tromperie du politiquement correct
Mais prend-il des vessies pour des lanternes ?

Il est des jours où rien ne va plus
Il a tout perdu, sauf l’honneur
Alors il marche, rasséréné, vers l’échafaud

©  Loup Francart

 

04/02/2018

Le nombre manquant (36)

Claire me raconta le lendemain ce qui s’était passé. Nous avions la réponse que nous cherchions sans que nous ayons eu besoin de la rechercher. Mais, que nous apprenait-elle ? Pas grand-chose. Certes nous savions que le professeur était quelque peu exalté, idéaliste même, qu’il pouvait à certains moments disjoncter et ne plus savoir ce qu’il disait, mais c’est tout. Qu’en conclure ? Nous pouvions lui faire confiance quant à la franchise de ces paroles et de son action, mais jusqu’à une certaine limite, difficilement identifiable. Que faire ? Nous décidâmes d’en référer à ceux qui étaient restés à Paris.

– Trop risqué, dit Vincent. Il est sans doute sincère et vrai, mais il est incontrôlable. Nous ne pouvons nous reposer sur quelqu’un qui peut déjanter à tout moment.

– Certes, mais ils peuvent nous apporter un soutien réel dans nos réflexions, dit Mathias. Depuis l’incident du remplacement du zéro par l’orez, nous n’avançons plus. Ils apporteraient un souffle nouveau, une autre manière de voir. À nous de tenir notre homme pour nous livre ses secrets.

– C’est vrai, mais nous livrons également les nôtres. Et ils sont avancés quoi que vous en pensiez, dit Claire. Oui, certes, agrandir notre cercle serait utile, mais après tout, que savons-nous de ce qu’ils ont découvert. Avons-nous eu une seule fois accès à leur propre connaissance ? Alors, de quel côté la balance doit-elle pencher ?

– C’est exact. Nous devons savoir ce qu’ils cachent derrière leurs apparences doucereuses avant de nous engager avec eux. Quant aux membres de la confrérie du professeur, sans doute faudrait-il mieux faire connaissance avec eux,  puis passer ensemble un pacte, même derrière le dos du professeur.

Je m’interposai :

– Sûrement pas ! Celui-ci est ouvert et vrai, ne cherchons pas à le tromper, cela pourrait nous en coûter.

– Soit, alors mêlons-nous à eux sans perdre notre autonomie ! Mais ne perdez pas trop de temps pour pouvoir rentrer à Paris au plus tôt et reprendre nos recherches.

 

03/02/2018

L’univers : un tout indissociable en mouvement

Qu’est-ce que l’univers : un agencement de la matière dans l’espace et son mouvement au cours du temps.

Sans matière, l’espace n’existe pas. Il n’existe que parce qu’il contient quelque chose. D’où la question : l’univers est-il finit ou non ? Sa finitude est étroitement liée à la question de la présence de matière.

Sans espace, le temps n’existe pas. Le temps n’est que parce que la matière se meut dans l’espace.

Sans temps, l’espace ne peut exister. Non seulement l’espace contient obligatoirement quelque chose, mais ce quelque chose qui est la matière est obligatoirement en mouvement C’est le mouvement qui crée le temps.

Sans mouvement, rien n’existe. L’univers est en perpétuelle vibration. Il est lui-même agissant, il est action.

Ainsi se rejoignent obligatoirement l’être et l’action. L’un ne va pas sans l’autre.

02/02/2018

Swarza-Kakali, sur un raga indien

https://www.youtube.com/watch?v=IZRqu3vJMA0


Le rythme, le mode, les sonorités, font de cette musique quelque chose d’insolite, de surprenant, mais qui prend l’être entier après quelques hésitations. Où est-on ? Dans un entre deux qui possède son charme et déjà ses habitudes.

Il est vrai cependant que l’approche musicale est résolument indienne et que notre violoniste occidental ne peut que montrer sa capacité à prendre en compte des modes musicaux très éloignés de nos douceurs romantiques. Mais peu à peu, on entend se rapprocher les deux types d’instruments, harmonisés par les battements de la percussion. Les instruments se répondent, s’allient, se sourient et rient même parfois de cette escapade entre les deux visions de la musique.

une fois de plus, Yehudi Menuhin démontre la grandeur de la musique : un pont entre les civilisations. Cela demande cependant des efforts d'adaptation qui justement font la vertu de l'exercice.

 

01/02/2018

L'objectivité

L’objectivité n’est pas un gros mot.
Pourtant, à écouter les parleurs
Qui laissent filer leurs pensées
Aux vues et sus de tous,
Elle est dite dépourvue de partialité,
Contrairement à celui qui affirme
Et qui juge avec parti-pris.

Il est dit : "L’objectivité existe en soi,
Indépendamment du sujet pensant."
Ne pensez pas, vous serez objectif !
Pourtant qui ne sait la hauteur de vues
A encourager pour devenir objectif,
C’est-à-dire ne voir que l’objet
Sans tenir compte du sujet.

Einstein a cependant écrit :
"Désintégrer un atome est plus facile
Que détruire un préjugé."
C’est vrai ! Regarder un objet,
C’est lui accorder une part de soi.
Mais si vous ne le regardez pas,
Que pouvez-vous dire sur lui ?

L’objectivisme, nous dit-on,
N’utilise que les données
Contrôlables par les sens.
Mais qui contrôle les sens,
Si ce n’est un sujet pensant ?
Le sens serait-il la synthèse des sens ?

Oui, donner du sens à un objet,
C’est bien l’observer indépendamment,
Mais toujours du point de vue
De la finalité de l’observateur
Qui au fond de lui-même
Fait de l’objet un sujet indépendant
Qui rend objective sa subjectivité.

Être objectif, c’est finalement
Aller au bout de sa pensée.
Et pour revenir à ce que dit Einstein :
"Nous ignorons comment sont les choses
Et n’avons que la représentation
Que nous nous en faisons."
Ne la perdons pas, nous serions aveugles !

 ©  Loup Francart

31/01/2018

Le nombre manquant (35)

Un silence pesant se mit à régner sur la salle. Chacun se demandait comment allait finir cette confrontation qui se révélait passionnante.

– Parlons comme Cantor et raisonnons comme lui. En théorie des ensembles, le symbole le plus pur de zéro n’est pas le zéro, mais un ensemble vide que Cantor appelait l’ensemble originel qui, bien sûr, est vide, donc égal à zéro. Cet ensemble vide et le zéro sont côte à côte, mais restent séparés. Alors Cantor va placer le zéro à l’intérieur de l’ensemble vide. Et c’est une révolution, car désormais l’ensemble n’est plus vide puisqu’il contient le zéro, c’est-à-dire un élément. Le cardinal de l’ensemble considéré n’est plus zéro, mais un. À partir de zéro est engendré le Un. Et de là, on engendre le deux et ainsi de suite jusqu’à l’infini.

L’homme qui venait de parler était grand, les cheveux grisonnants, l’œil vif. Il se tenait modestement droit, mais pas figé, et souriait à l’assemblée sans paraître gêné.

La femme qui avait parlé auparavant, resta un moment silencieuse, puis se leva pour répliquer :

– Introduire le rien dans une boite vide ne crée pas quelque chose de réel. On peut à la limite dire que ce quelque chose est imaginaire, mais c’est tout. Ce n’est qu’un tour de passe-passe !

– Je vous répliquerais simplement ce que dit magnifiquement le philosophe des sciences Wesley Salmon : "L'imbécile croit que les ensembles vides n'existent pas. Mais s'il en était ainsi, alors l'ensemble de tous ces ensembles serait vide, et par conséquent, celui-ci serait l'ensemble vide..."

Soudain, le professeur commença à s’agiter, parlant de plus en plus fort, avec de grands gestes :

– Les nihilistes, les nihilistes ! Le néant n’existe pas. C’est la pensée de l’homme qui l’a inventé, la pensée d’êtres ne voyant que le monde matériel, sans oser une seule fois se dire que ce qu’ils pensent n’est pas matériel, mais que cette pensée existe, qu’elle est réellement puisqu’elle est dite et bien dite.

Il rassembla ses papiers, les remit dans sa sacoche et, sur le point de se lever, se ravisa :

– Je crois à un monde immatériel qui est supérieur au monde matériel, qui l’interpénètre et le guide pour qu’il progresse vers la compréhension. Vous ne pourrez m’empêcher de l’aider ! La séance est terminée.

Il se leva brusquement, mit ses notes dans sa serviette et partit sans rien ajouter de plus. Claire s’empressa de fermer son ordinateur et le suivit sans mot dire.

30/01/2018

Course cycliste

On en rit, même si l'on est attéré.

https://video-streaming.orange.fr/sports-extreme/tour-du-cameroun-ca-chute-aussi-VID0000002vMj9.html


https://video-streaming.orange.fr/sports-extreme/tour-du-cameroun-ca-chute-aussi-VID0000002vMj9.html


 

29/01/2018

L'autre porte

Nous avons beaucoup parlé de portes dans ce blog, autant réelles telles les portes cochères, qu'imaginaires. Mais nous n'avons pas encore parlé de cette porte qui permet de franchir le passage entre le moi et le soi, ou entre le monde naturel et le monde spirituel. C'est le moment.

 

Mais il est une autre porte, plus subtile et obscure, celle qui délimite l’extérieur de l’intérieur. Elle est légère, transparente et invisible. Elle se franchit sans passeport. Elle nécessite cependant que vous abandonniez une partie de vous-même à laquelle vous tenez énormément, ce moi qui court comme un rat et dont vous suivez les péripéties quotidiens.

Si vous parvenez à vous mettre sur la tranche comme ce miroir que vous tenez entre vos paumes par pression, vous contemplerez l’effet ciseau de votre position inusitée et pourrez progresser sans douleur dans le dédale des aventures humaines. Ce fil à couper le beurre que vous devenez possède la faculté de trancher la réalité. Vous connaissez le côté pile, les souvenirs du passé, le vécu du présent, l’ouverture sur le futur. Pourtant, le côté face a plus d’attrait. On l’éprouve de l’intérieur, tout apparaît en creux, vous chevauchez le masque de l’irréel et voyagez en éclair sans savoir ou vous allez. Vous découvrez les rêves d’antan, les exaltations du présent et l’espoir de l’avenir. Vous n’êtes plus vous-même, mais celui qui, en vous, toujours, a voulu poindre son nez et sur qui la porte s’est toujours fermée. Un œil, juste, derrière l’entrebâillement et vous êtes aspiré par un souffle divin qui vous précipite dans l’arène. Ce n’est plus le noir des portes précédentes, mais l’aveuglement de la lumière crue, blanche, aveuglante, qui vous libère. Vous ne pouvez fermer les yeux, mais ne pouvez non plus regarder. L’œil devient terre, globe, bille dont vous contempler la surface de l’intérieur, en creux, comme les hommes de la caverne de Platon. Et vous vous sentez bien dans cet espace non matériel, sur le tranchant de la vie, comme une lame de couteau face au fromage de l’abondance.

Alors vous entrez dans cette bulle légère, gobé sans discernement par son attrait imperceptible, vous flottez dans l’éther de l’imagination, sans idées préconçues, sans l’ombre d’un désir matériel, vous planez sur le monde sans vous y attacher et volez vers d’autres cieux, plus lointains et inconnus.

 

28/01/2018

Précepte

 

Mieux vaut des regrets que des remords

L’absence plutôt que les pleurs

Un sourire plutôt qu’une grimace

Ils se comprirent alors

Et vécurent côte à côte

Sans remous ni écarts

27/01/2018

Le nombre manquant (34)

S’adressant à Claire, il poursuivit :

– Je vais, moi, vous expliquer les raisons de ce changement de dénomination. Pendant longtemps, le zéro n’existait pas. Pourquoi ? Tout simplement parce que le zéro n’est qu’un caractère permettant d’écrire les chiffres supérieurs à neuf de manière particulièrement aisée jusqu’à l’infini. En tant que chiffre, comme il ne désigne pas l’existence d’une chose ou d’une personne, il n’existe pas. À quoi servirait de compter ce qui n’existe pas. C’est une absurdité ! On ne peut compter logiquement qu’à partir de un, c’est-à-dire une unité représentant une chose ou une personne qui n’est pas divisible. C’est un point de vue tout ce qu’il y a de plus naturel : le zéro n’est qu’un caractère permettant de développer de manière simple la numération au-delà de neuf et il n’est rien de plus ! Ceci est d’autant plus vrai qu’il est impossible de dire il n’y a rien si l’on ne sait pas qu’il n’y a rien. Dans le monde matériel, le rien n’existe pas. Les moindres recoins du tout contiennent bien quelque chose, ne serait-ce qu’un rien qui déjà constitue un quelque chose que l’on appelle un, même si on ne veut pas se l’avouer. L’univers ne peut contenir le rien, car il est parce qu’il y a quelque chose. L’univers est un plein infini qui ignore le rien et qui ne peut même le concevoir.

Claire se sentit soudain submergée par ces paroles qu’elle ne parvenait plus à comprendre. Le professeur Mariani parlait d’une voix de fausset, cherchant plus à convaincre qu’à démontrer. Les membres de sa confrérie se taisaient, l’air consterné. Ce ne devait pas être la première fois qu’il faisait une telle sortie et les quelques coups d’œil échangés entre eux montraient à l’évidence qu’ils ne savaient comment dépasser ce point de désaccord.

– Maître, je conteste votre point de vue, reprit la femme ayant parlé en premier. Si le mot rien existe, c’est bien parce qu’il désigne quelque chose, comme le chiffre zéro. Si l’on vous demande s’il y a quelque chose dans une pièce et qu’il n’y a rien, il y a bien zéro chose.

– C’est absurde. Certes, il n’y a rien dans la pièce, mais la pièce existe, elle. Il y a donc quelque chose, un Un ne contenant rien, mais tout de même un quelque chose, c’est-à-dire le Un. Dès l’instant où l’on imagine même le rien, on l’imagine à l’intérieur ou à l’extérieur de quelque chose, au minimum d’un Un qui est une réalité matérielle. Il peut ne pas y avoir de contenu, mais il y a toujours un contenant. Il peut également y avoir un contenant qui engloberait tout, mais ce contenant est infini et n’a pas de limites. Alors que l’on parle de rien, que l’on parle de zéro en tant que caractère permettant la numération des nombres jusqu’à l’infini, mais pas de zéro en tant que chiffre. Le zéro n’existe pas dans le monde matériel, il peut n’y avoir rien, mais il y a toujours un Un qui contient ce rien.

L’assistance semblait quelque peu médusée. Elle écoutait cette confrontation entre les idées avec respect, mais réticence. Il lui semblait que quelque chose clochait, mais elle était incapable de définir de quoi il s’agissait. Lorsque quelqu’un se leva pour dire d’une voix égale :

– Ce dialogue me rappelle l’opposition existant entre Georg Cantor et son opposant permanent, mais non déclaré, Léopold Kronecker à propos, en particulier, de l’énigme dite de l’ensemble vide. Énigme en effet, car à partir de rien est engendré le Un.

26/01/2018

Karina Gauvin : "Lascia chi'o pianga" de l'opéra Rinaldo de Haendel

 

https://www.youtube.com/watch?v=ZsF1w25mWhw


 

25/01/2018

C'est ainsi

C’est ainsi
Il n’y a rien qui soit de trop
Ni l’étoile, ni le noir
Ni le soleil présomptueux

C’est ainsi
Il y a toujours des cris
Le jour où l’homme remue
Et sort, ivre de fureur

C’est ainsi
Il n’y a pas d’eau dans l’abreuvoir
Ni même d’avoine dans l’auge
Le cheval part, seul au monde

C’est ainsi
Il y a encore des abeilles
Qui bourdonnent au fond de l’air
Et prennent peur de fleurs vertes

C’est ainsi
Il n’y a plus de folles courses
Entre les filles de Waltaïra
Ni d’arrivée dans les bras dorés

C’est ainsi
Il y a des jeunes gens
Bouche ouverte et poils au nez
Qui courent sans vergogne

C’est ainsi
Il n’y aura bientôt plus
D’oiseaux dans l’azur
Ni de fourmis sur la terre

C’est ainsi
Viendra bien le jour
Où il fermera les yeux
Pour ouvrir ses sens épuisés

©  Loup Francart

24/01/2018

Haïku

 

L’ange blond n’est plus.

Connaissait-il l’espace-temps ?

Non, l’éternité !

 

23/01/2018

Le nombre manquant (33)

Tous se levèrent à leur apparition. Le maître s’avança, saluant chacun d’une poignée de main, puis se dirigea vers le fauteuil  de bout-de-table et leur fit signe de s’assoir. Une petite chaise avait été prévue pour Claire qui put s’installer et sortir son ordinateur. Le maître prit la parole :

– Mesdames, Messieurs, aujourd’hui a lieu une réunion extraordinaire de notre confrérie. Vous connaissez Madame Claire Perthuis, mon assistance. Il s’avère qu’elle fait également partie d’un groupe de réflexion assez proche du nôtre, réfléchissant sur les mêmes sujets. Cependant, ce groupe s’interroge sur le sens que nous accordons au mot orez et pourquoi quelle raison nous écartons définitivement le mot zéro.

Alors je vais vous demander de tenter d’expliquer ce changement de mot de la manière la plus compréhensible possible.

Claire resta ébahie par cette irruption dans ses préoccupations, mais malgré tout heureuse que le problème soit ainsi abordé. Comment avait-il pu savoir la question qui la préoccupait ? Il avait devancé leur proposition de les intégrer à leur groupe et prenait la main sans avoir l’air de rien, répondant même à leur interrogation. Cependant il semblait que tous n’étaient pas de l’avis du maître.

– Mon cher Mariani, je vous ferai remarquer que nous ne sommes pas tous du même avis que vous, dit d’une voix sûre d’elle une femme d’une cinquantaine d’années. Nous sommes tout à fait reconnaissants aux générations passées de nous avoir dévoilé le zéro, chiffre particulièrement important pour l’ensemble des mathématiques modernes.

– Je dirai même que nous sommes contre l’abolition du zéro au profit de l’orez, car il ne s’agit que d’un changement de nom sans grande signification, ajouta un homme grand, maigre et moustachu, d’une quarantaine d’années. Vous me faites l’effet de ces gouvernements qui n’ayant rien de sérieux à proposer, se complaît à un discours obligatoirement correct en changeant tous les mots concernant les sujets qui posent problème.

– Restons-en la, dit un jeune homme bien mis. Nous nous sommes donné un maître dont le rôle est de faire la synthèse de nos pensées, en l’occurrence le professeur Mariani. Je vous rappelle que ce n’est pas la première fois que nous avons des discordances sur ce sujet. Alors, cessons de nous battre et adoptons le point de vue du professeur.

– Le problème est justement qu’on ne comprend pas son point de vue et qu’il a du mal à nous l’expliquer, c’est pourquoi il veut à tout prix que nous l’adoption sans discussion, dit une autre femme mince, les cheveux longs, les traits assez marqués et d’une beauté étrange. Maître, dit-elle en se tournant vers le professeur, vous nous demandez une chose difficile, défendre une thèse que nous ne comprenons pas.

Pendant ce temps, le professeur Mariani qui était tout à fait maître de lui jusqu’à présent semblait mécontent de la tournure que prenait la conversation. Il ne tenait plus ses troupes et cela se voyait dans son visage fermé, ses lèvres crispées, ses yeux flamboyants. Il éclata tout d’un coup :

– Cela suffit ! Pourquoi m’avez-vous suivi jusqu’à présent et que maintenant nous sommes en présence d’une étrangère vous revendiquez une opposition à ce que vous acceptiez auparavant.

22/01/2018

Humour: bouche à bouche

Suite et fin de l'article d'hier :


S'aiment-t-ils ?
Pratiquent-ils une nouvelle communication ?
Est-ce un exercice sanitaire ?

 

1-IMG_6183.JPG

 

21/01/2018

La bise ou une poignée de main

C’est devenu une obligation. Je ne la connais pas et elle ne me connait pas. Un ami commun l’accompagne. Nous nous saluons, elle ne me tend pas la main, mais se penche vers moi, décontractée. Que faire ? Eh bien, j’en fais autant, car que faire d’autre ? Elle ne voit pas ma main tendue, la légère réticence à me pencher et à approcher ma joue de la sienne, malgré sa gentillesse et sa beauté.

Wikipédia nous dit qu’il peut s’agir d’un comportement social (une bise, voire un baise-main),  affectueux (un baiser) ou amoureux (un bécot, une embrassade, une étreinte). Certes, il nous explique que c’est un signe d’affection. Mais peut-on avoir de l’affection pour quelqu’un que l’on connaît peu, voire pas du tout, ou, inversement, peut-on n’avoir que de l’affection pour quelqu’un que l’on aime et que l’on désire ?

Ne parlons que de l’aspect social du baiser à l’opposé de la poignée de main traditionnelle en Europe, donc en France. Il y a encore peu (trente, voire cinquante ans), il ne venait à l’idée de personne de se donner un baiser au lieu de se serrer la main. Seuls les membres de la famille proche et les amis intimes s’embrassaient au lieu de se tendre la main. C’était effectivement un signe d’affection chaleureuse et non une règle de bienséance sociale. Les vingt ou trente dernières années ont vu proliférer les bisous et les signes de reconnaissance exagérés, entraînés par une jeunesse exubérante qui impose sa marque à la société. C’est ainsi, vous devez embrasser quiconque se présente à vous, connu ou inconnu, les femmes devant embrasser tout le monde, homme et femme, les hommes, dans la plupart des cas, s’épargnant d’embrasser les autres hommes. Mais cela arrive aussi. Quelle étrange coutume ! Et encore, nous n’épiloguons pas sur le nombre de baisers qu’il convient de donner, ni sur quelle joue il convient de commencer.

Tout ceci cependant n’explique nullement ce changement social et psychologique survenu au cours des cinquante dernières années (soyons large). Alors, plutôt que de chercher dans les coutumes et l’histoire le pourquoi du quoi, interrogeons-nous sur ce que nous ressentons nous-mêmes en agissant ainsi. Alors j’ai lu quelques commentaires, sur Internet bien sûr, concernant la question. Certes, une bonne partie de la jeunesse est pour, mais un certain nombre sont contre, ils préfèrent se taper dessus les poings fermés, cela fait plus virils entre hommes. Pour les femmes, il existe d’autres rites plus ou moins locaux. La journaliste écrivant cet article finissait en soulevant l’idée d’un paradoxe d’une époque ultra sexuée qui en a trop vu, trop touché et qui réclame de la distance.

Mais entrons plus avant dans le sujet. Tous nous avons  notre quant à soi ou notre pré carré, c’est-à-dire une barrière qui délimite notre intimité. Se serrer la main n’atteint pas celle-ci. Mais j’entre dans l’intimité de quelqu’un en l’embrassant. J’hume son parfum, je ressens la douceur de sa joue, je suis caressé par ses cheveux. Bref, j’entre dans sa bulle personnelle, celle qu’on ne dévoile qu’aux intimes aimés et aimables. C’est alors un signal fort au-delà d’une affection fictive et sociale qui ne veut rien dire et qui n’existe pas. A l’inverse du « Tout le monde il est beau, il est gentil ! », il s’agit de retisser des liens existant, de les entretenir, d’en amplifier la signification et de recréer une intimité perdue par l’éloignement. Il ne s’agit bien sûr pas d’intimité d’ordre amoureuse ou érotique, mais d’une intimité dépourvue d’intérêt, délibérément vertueuse au bon sens du terme.

Vouloir à tout prix forcer chacun à tel résultat est une gageure impossible, sans qu’il soit besoin de démonstration logique. Le baiser à tous, c’est une fausse bonne idée qui, contrairement à ce que l’on veut nous faire croire, n’améliore en rien les rapports entre les femmes, entre les hommes et entre les femmes et les hommes.

20/01/2018

Plus rien

Plus rien ne sera comme hier
C’était le temps d’un sourire
Volé aux lèvres des jeunes filles
Et échangé dans l’impatience

Plus rien ne sera comme l’été
Où la chaleur embrase le corps
Et donne aux pensées l’image
D’élan de tendresse collante

Plus rien ne sera comme au commencement
Quand le monde s’ouvrait sous nos yeux
Et caressait une mémoire vierge
Pour y déposer le tremblement de la vie

Plus rien ne sera comme demain
Tiens… Pourquoi ? Que sais-tu de demain ?
Demain sera le temps quiétiste
La panne sèche en plein désert

Mais rien ne pourra être comme la fin
En une nuit lointaine et chaste
Où l’abandon et la tendresse se côtoieront
Pour revivre en un éclair l’existence

©  Loup Francart

19/01/2018

Le nombre manquant (32)

Le lendemain, Claire étant déjà partie pour la villa Borghèse comme nous en avions convenu la veille, je réfléchissais à cette rencontre avec le professeur. Certes, il nous avait expliqué ses recherches et celle de sa confrérie. Cela semblait clair, sans voile, si clair que cela pouvait être interprété de façon bizarre. Cet homme semblait cependant obsédé par une chose : détruire l’idée du zéro, c’est-à-dire du néant, par une autre idée, plus large, qui finalement niait le zéro. Cette obsession était-elle logique ? N’y avait-il pas une erreur dans la conception du zéro et cette erreur n’induisait-elle pas chez lui des conclusions totalement erronées quant à sa nature ? Malgré des dehors avenants et sincères, le professeur Mariani n’était-il pas en proie à une obsession qui pouvait le faire déraper à un moment ou à un autre ? Il convenait donc de se méfier, même si, apparemment, une confiance élémentaire pouvait lui être accordée. Ce n’est qu’après une explication sur sa conception du zéro et donc de l’orez, que nous pourrons statuer sur la poursuite de nos recherches avec sa confrérie ou non.

Je retrouvai Claire en fin d’après-midi, à la sortie de la villa Médicis. J’aimais me promener dans les jardins dessinés par le cardinal Scipione Borghese, puis remaniés au XIXe  siècle dans le style anglais. J’affectionnais particulièrement le petit lac avec le temple d’Esculape, enchanteur au printemps. Ce fut pour nous l’occasion de parler de notre projet et de nous interroger sur la suite à donner. Je lui exposai les doutes que j’avais ressentis le matin même et elle approuva cette réticence à nous livrer complètement au professeur. Je lui parlai de notre difficulté à connaître sa véritable position sur le zéro et l’orez. Elle convînt qu’en raison de la façon dont il avait esquivé sa réponse, il était prudent de ne pas insister lourdement et qu’il fallait trouver un biais qui l’obligerait à se dévoiler, d’autant plus qu’il montait facilement sur ses grands chevaux dès qu’on abordait le sujet. Elle préconisa une approche indirecte qu’elle tenterait elle-même, face à face avec le maître le jour où elle sentirait qu’il serait d’humeur à se livrer.

– D’accord, mais ne tardez pas trop cependant ! lui répondis-je. Nous ne pouvons tergiverser trop longtemps sinon nous lui fournirons des arguments pour douter de nous.

Claire me sourit. Elle devait déjà penser à quelque chose, mais sans encore bien identifier ce qu’elle comptait faire. L’idée était là, mais il fallait la mettre en musique. Nous dûmes attendre plusieurs jours avant d’en savoir plus. Cette après-midi-là, le maître, car c’est bien ainsi qu’il était appelé, appela Claire et lui demanda de venir avec lui. Il portait une sacoche assez volumineuse qu’il ne lui confia pas bien qu’elle lui proposa de la porter. Prenant une voiture de la fondation, ils se plongèrent dans la circulation romaine, sortirent de Rome et se dirigèrent vers Castel Gandolfo. Après avoir contemplé brièvement le lac d’Albano, ils s’engouffrèrent dans une bâtisse impressionnante. Sans un mot ils furent accueillis par deux hommes assez jeunes, l’air imposant, vraisemblablement des gardes du corps, qui leur indiquèrent l’entrée d’une salle dont la porte était assez basse. Courbant la tête, malgré leur petite taille, ils y pénétrèrent en descendant quelques marches. Plusieurs hommes et femmes les attendaient assis autour d’une grande table éclairée par des bougies.