Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/04/2021

L'amour

Rien n’existe en soi
Tu es parce qu’il est
Il est parce que nous sommes
Mai qui a formé la première chaîne ?

Et pourtant ils étaient deux
Homme et femme
A former le premier maillon
Dans le tremblement et la crainte
D’un premier amour

La peau encore en frisonne
Les cils se dressent sur l’œil 
Tout s’épanouit dans l’apparence
Deux mains se rejoignent
Et s’ouvrent de tendresse

L’amour est là...
Comme un nuage

 

05/04/2021

Liberté

Le limon n’est qu’une glu d’impressions
À transformer en matières premières
Comme les galaxies, il erre dans le vide
S’assemblant peu à peu, se rejetant
Ou se dissolvant dans l’éther primordial
Ne reste de tout cela qu’un poids
Qui encombre l’esprit et pèse sur la conscience
Pour resurgir un jour sous forme de texte
À assembler et exploiter jusqu’au livre
Qui engrange le meilleur et le pire
Empli de signes désespérants 
La charge s’alourdit et pèse
Sur  la conscience et l’espérance
Jusqu’à ne plus bouger
Alors, et seulement à ce moment
L’homme peut courir en toute liberté

03/04/2021

Plus rien

Plus rien… Il ne reste rien…
L’amour n’existe plus
Même la haine n’est plus
Est-ce indifférence ?
Non, même plus d’intérêt
Juste un peu de compassion
Pour l’absence de réaction
Noyée dans son autonomie
Elle s’en va… Loin…
Très loin…
Mélange d’humeur
De rancœur et de peur…
Rien ne va plus
Les dés sont jetés 
N’y a-t-il plus d’étincelles ?
Au-delà, derrière les monts
Dans le Soi brûlant
Luit encore l’espoir
Au-delà de tout savoir
De l’être remis à neuf
Marchant vers sa destinée
Sans baisser la tête
L’œil et les mains ouverts
Offrant à la vie
Le meilleur d’elle-même

22/03/2021

Parallèles et profondeur

 

12-06-24 Flots2.jpg

Je l’ai rêvé

Je l’ai fait

J’en rêve

 

Entre deux...

21/03/2021

Entre en toi-même

Large est le monde
Étroit ton esprit
Entre en toi-même
Respire ton absence
Laisse flotter ton âme
Et marche sans cesse
Vers ton accomplissement
Plus rien ne sera comme avant
Respire la beauté
Ouvre ton regard
Dans le vide du ciel
Et vois ce Toi devenu Soi
Parce que sans Moi
Dans le Tout
Et l’apparence de rien

Alors, tu le trouveras…

 

16/03/2021

Mouvement (1)

Un mouvement reste toujours mystérieux
Qui bouge : l’objet ou son environnement ?
La terre tourne à 1600 km par heure sur elle-même
De quoi avoir le tournis et vous rendre insensible
Mieux vaut se tenir aux pôles qu’à l’équateur
On y tourne qu’à 3 kilomètres par heure. Un repos !

Mais si l’on se compare au soleil, cela va plus vite
365 jours par an, soit 107.000 kilomètres par heure
Ou 2,6 millions de kilomètres par jour
Plus encore, le soleil lui-même file
A plus de 230 millions d’années
Pour faire le tour de notre galaxie

As-tu le vertige des vierges
Danses-tu la tête en bas ?
Prétends-tu savoir où tu te trouves ?
Perdu dans l’immensité du cosmos
Ta tête s’enroule autour d’elle-même
Ton œil seul reste fixe, vissé en toi
Comme unique boussole dans la mer
Des étoiles et soleils tourbillonnants
Mieux vaut ne pas regarder 
Où tu mets les pieds parmi tes voisins !

N’oublie pas cependant que tes neurones
Remuent également dans ton crâne
Que tu vois ta chérie tournoyer 
Et qu’il te faut entre danse avec elle
Pour atteindre l’harmonie divine
Et te laisser aller dans la soupe originelle
Dans un repos bien mérité

J’ai le tournis, me dit mon voisin !

12/03/2021

La singularité initiale

Reviens, reviens…
Il est parti, le seul prêt à me sauver
Je sens encore sa chaleur
J’entends toujours ses couinements 
Je me réfugiais entre ses pattes
Apeuré, enfoui dans sa bravoure
Sûr de moi-même et de mon droit

Plus rien maintenant, plus rien
Ne me bercera dans la tempête
Survenu en plein ciel éclairé
De frêles étoiles lumineuses
J’erre dans la magnificence
D’une voie lactée, appauvri 
Par le son transparent de l’élue
Qui me devance et m’anoblit

Je suis monté dans le vaisseau
J’ai fermé la porte, ouvert les vannes
Poussé la manette des gaz 
Et franchi la ligne de non-retour
La grande aventure commence
Jusqu’où vais-je aller
Derrière le rideau des apparences

Je n’ai plus rien si ce n’est
Ce corps translucide et diminué
Qui mouille de larmes
L’image de lui-même
Et s’emplit de regrets
Plus rien ne sera comme avant…

Il ne sait plus ce qu’il dit
Il ignore ce qu’il fait
Il va sans savoir où ses pas le mènent
Il s’enfonce dans le brouillard
De l’avenir et de la désolation
Cesse de faire preuve d’imagination
Contente-toi de laisser ta luminescence
Briller, invisible, dans la nuit
Sans fond du cosmos dévoilé

10/03/2021

Espace-temps-matière ou énergie (4)

S‘il n’y avait rien, pas une ombre de matière
Il y avait sans doute autre chose avant la substance
Juste un peu d’Esprit sans consistance
Mais plus solide et tenace que la masse

Et cet esprit, sans effort, s’est déployé
En un instant par une volonté certaine
Sur de lui et de son acte
Dans son espace et sa durée

L’esprit, qu’est-ce ? Impalpable
Il erre derrière la matière
Lui donne vie et consistance
Et se propulse sans vergogne

Mieux même, il est au sein de la substance même
Plus réel et présent que celle-ci
Le fondement d’une réalité sans matérialité
Le cœur même d’un souffle unique

C’est l’amour, un, unique repose pied du monde
Socle premier d’une création elle-même unique
D’où pousse un premier rameau, également unique
Si doux au toucher, si tendre à goûter

09/03/2021

Espace-temps-matière ou énergie (3)

Maintenant nous avons tout
L’énergie en premier qui créera la matière
Leur support, l’espace-temps
On attend le déclencheur du commencement

Qui va appuyer sur le bouton ?
Car il faut bien lancer la machine
Le rien ne naît pas du néant
Pourtant, parti de rien, elle devient tout

Il y a bien eu une fine pointe de rien du tout
Qui a explosé, créé le temps et l’espace
Et fait naître la première poussière
Puis la myriade des galaxies

Cette fine pointe de rien du tout
Qu’est-elle ? Elle ne peut surgir de rien
Puis créer le tout sans rien d’autre ?
Qui a déclenché le souffle du commencement ?

08/03/2021

Espace-temps-matière ou énergie (2)

Quel est l’ainé de cet assemblage consistant :
Une tête d’épingle pour l’espace
Un flash instantané pour le temps
Une singularité pour lancer le processus ?
 
Il faut un moment pour déployer l’espace
Il faut un petit espace pour le début du temps
Vraisemblablement l’un ne va pas sans l’autre
Mais qui met le feu à la mèche lente ?

Oublierait-on un ingrédient quelconque ?
Sans matière, sur quoi l’espace et le temps règneraient-ils ?
Ils ne sont que parce que la matière est
C’est la matière qui les crée et les fait durer

Et la matière, c’est de l’énergie, donc du feu
Qui va lancer la paire espace-temps
Serait-ce donc l’énergie, le moteur qui emballe ?
L’explosion serait-elle fortuite ou voulue ?

L’espace-temps n’a-t-il que deux pattes
Et court-il sans bras ni tête ?
Il lui faut de la consistance et de la force
Mais aussi de la matière cérébrale

07/03/2021

Espace-temps-matière ou énergie (1)

L’espace et le temps sont des jumeaux cosmiques
Ils vont de pair, en bande, sans forfanterie 
Se tenant sagement par la main comme des enfants
Marchant sur le trottoir, riant de leurs pas de deux

Les incas ne distingue pas l’espace et le temps
Ils sont siamois jusqu’au bout de l’univers
Et il n’est pas encore arrivé que l’un des deux
Tombe malade au cours de leur promenade

Ils ne sont cependant pas également semblables
Dès qu’ils sortent de leurs limites habituelles
Lorsque l’un d’eux descend sur le trottoir
L’autre ne sait plus que faire et divague 

Le décalage peut les entraîner à l’indépendance
Si l’espace court trop vite, le temps ralentit
Heureusement un élastique le retient
Et l’autre ne peut connaître l’éternité

Mais si l’espace perd une de ses dimensions
Un x, un y ou un z, et se met à boiter
Que devient le temps ? Passe-t-il
Du rêve impénétrable à l’éclair imperceptible ?

05/03/2021

Rien et/ou tout (3)

Mais au fond, le néant existe-t-il ?
Est-il possible d’inventer un néant
Il est probable que ce ne le soit pas
Car comment imaginer rien

Peut-on imaginer ce qui n’est pas
Pas même un nom ou une pensée
Essayez de ne penser à rien
Beaucoup le tentent, mais personne n’y arrive

Les yogis prétendent se vider de tout
Mais si cela était, ils ne seraient plus
Or ils sont toujours là, immobiles
Derrière leurs yeux clos, face à eux-mêmes

Et si le néant existait, nous ne serions plus
Le néant dévore toute matière ou toute pensée
Mieux, on ne peut imaginer l’annihilation du tout
Sans soi-même continuer à être et vivre

Seul, peut-être, le Soi subsiste, hors du temps
Hors de l’espace et hors de toute matière
Dans un absolu inimaginable, derrière la pellicule
Qui maintient la transparence de l’essence de l’être

04/03/2021

Rien et/ou tout (2)

Ce qui distingue le vide du néant
Est l’espace ou le non espace qui l’environne
Le vide peut être entouré de plein
Le plein peut contenir des poches de vide

Il suffit d’une mince enveloppe, hermétique
Pour former un territoire vide
Et si l’on force la porte, on entend
Le plein pénétrer dans la poche violée

Le néant est plus complexe à concevoir
Ni poche ni enveloppe ne le celle 
Rien ne l’entoure, rien ne le berce
Il est, seul, sans être et sans existence

Les chercheurs de néant s’épuisent
En effet, le néant est célibataire
Il n’y a pas deux néants ni même deux demi-néants
Même si né-an signifie naissance des ans

03/03/2021

Rien et/ou tout (1)

Le vide est-il plein de rien ?
Le rien est-il plein de vide ?

Le tout est-il vide de néant ?
Le tout est-il vide de rien ?

Le néant est-il vide ?
Le vide est-il néant ?

Rien ne naît de rien
Dit Épicure
Tout naît d’un seul
Mais le premier unique
N’est pas né
Il a été pensé
Par un seul qui est tout

La présence est existence
D’une fraction du Tout
Sans que rien ne remplisse
L’absence de rien

 

01/03/2021

La singularité initiale

A la fine pointe de l’âme
Là où rien ne se distingue du néant
Se trouve encore une lumière
Un point de clarté blanche
D’où nait l’histoire de ta vie

Tu ne la vois que rarement
Les jours où tu traverses
L’obscurité de tes peurs
Et la chaleur de tes humeurs

Il te faut persévérance
Perspicacité et imagination 
Pour trouver au-delà des mots
L’océan tumultueux du mur
D’inconnaissance éplorée
Et la douceur tendre des bras
D’une femme offerte aux paysages
De l’aride recherche

Derrière ce tout visible
L’invisible t’empoigne
Et secoue ta somnolence
Marche les yeux fermés
Et ouvre tes mains au passage
Des caresses chantantes

Tes lèvres ont le goût d’une absence
Qui dure et te blesse
Dans ta recherche de l’absolu
Ne te laisse pas briser
Redresse-toi et vois loin
Là où l’horizon n’est qu’une ligne 
Qui se dresse verticalement 

Vide-toi de toi-même
Pour atteindre cette singularité inaccessible… 

28/02/2021

Je suis

La nature ne fait pas de clones
Chacun possède sa propre carte d’identité
Mieux, chaque cristal de neige est unique
Tout l’infini est un infini d’individualités
Pas un microbe, pas un animal
Pas un humain n’est semblable
A l’égal de Dieu, tout peut dire :
« Je suis, unique. »

Chaque parcelle de la création 
est infiniment différente de son origine
et lui ressemble inéluctablement
L’œil humain et les instruments le prolongeant
Ne voient le plus souvent qu’une même chose
Mais cette chose est unique
Et ouvre sur le mystère de la création

Le cristal de neige se forme, vit et meurt
Du mariage entre une particule en suspension
Et la vapeur d’eau qui se congèle
Tout cela dans des conditions particulières
Un souffle d’air frais lui donne naissance
Un souffle d’air chaud l’anéantit

Et pourtant tous ces cristaux 
N’ont qu’une seule forme : six branches
Beauté singulière et pure
Proclamant : « Je suis, unique »

Le monde n’est-il pas un infini plein de merveilles !

 

26/02/2021

Sois

Sois, et rien d‘autre.
Sois est une lumière qui vient de toi.
Laisse tomber le rideau qui t’obscurcit la vue.

Vive n’est pas être.
Sois et rien d’autre.
Sois ce que tu n’es pas.

Laisse tes richesses 
Et penche-toi sur toi
Jusqu’à ne rien trouver.

Entre en toi-même.
Sois et rien d’autre,
Alors le rien deviendra tout.

Ce tout n’est qu’un son,
Une clochette qui tinte
Dans le froid et la nuit.

Réchauffe ton cœur 
D’absence de toi-même.
Roule-toi dans l’inconnu.

Dépose ton être
Et prends ce qui vient,
Ce vide qui emplit tout.

Alors, peut-être,
Ce tout et toi-même
Serons Un, unique.

25/02/2021

L'observation de l'univers (Epilogue)

Si l’observation de l’univers s’achève dans un bistrot sur un comptoir, à côté d’une bière vide, c’est pour mettre en évidence la difficile interprétation de la vie. Une cause en entraînant une autre, le spectacle passe d’un monde gigantesque (l’univers visible) et poussiéreux (les poussières de galactiques), mais visible, à une vision plus lâche, parfois imaginaire, mais pas toujours, où se cache le rêve, la croyance et la vanité.

Et Dieu dans tout cela, où est-il ? Fouille, fouille l’homme mort et va au-delà de ce que tu vois. Les fantômes avancent également à marche forcée et sortent de leur chapeau des histoires à dormir debout. L’homme serait-il double ? Un être plein de vide qui l’encombre et lui donne de l’importance, ou un être vide plein de bonheur, qui tend la main à tout autre que lui pour lui donner la joie éternelle.

Nous n’avons certes pas la réponse et ne la connaîtrons que plus tard, derrière le léger manteau de la vie. Que cela ne t’empêche pas de vibrer, de t’exalter, de reconnaître que le mystère reste épais, plein et entier, et que cela forme le plaisir et le mystère de la vie, envers contre tout ce qui n’est ni visible ni rationnel.

 

24/02/2021

L'observation de l'univers (11)

Ainsi s’achève l’observation de l’univers
Quelques échanges de coups d’œil 
Une poignée de main entre humains
Et un vide immense entre eux

Entre en toi-même, te dis-tu
Fouille ton être transparent
Découvre la clarté de ton intérieur
Les yeux ouverts, sans lunettes

Souris à tes déconvenues
A tes échecs, à ton ridicule
Sois le joueur sans bagages
Ne porte rien et va au loin

Ta liberté vaut plus que ton être
Libère-toi de toi-même
Tu n’es rien
Et tu es tout

Adieu, être sensible et provoquant
Je te laisse sur le bord du chemin
Et pars libre de tout souci
Comme l’oiseau gonflé de bonheur

23/02/2021

L'observation de l'univers (10)

Voilà pourquoi il lui faut du rêve
Une soupape d’échappement
Qui parfois soulève le couvercle
Et laisse échapper un cri

Ce n’est pas un cri de désespoir
Mais de bonheur dilué et fragmenté
Plein d’inattendus et d’impasses
Une « multivie » d’émotions et de rêves

Ah ! Qu’elle est bonne cette vie
Qui courre sous notre peau
Et nous emplit de bonheur
Viens l’aimé(e), promenons-nous ! 

Depuis ils batifolent ensemble
Dans la plus stricte intimité
Seuls dans ce monde si vaste
Jouant à cache-cache derrière les astres

Vont-ils atteindre la fin de l’univers 
Cette région dont ne sait rien
Simplement qu’il y fait froid
Congelons-nous jusqu’au prochain réveil !

22/02/2021

L'observation de l'univers (9)

Serait-ce cela l’éternité
Une si longue ficelle
Dont on ne voit pas la fin
Et qui se dévide sans soubresauts ?

Ou l’éternité serait-elle la mort
Retournée en vie sans fin
Un bain bouillonnant d’huile
Qui frisonne sans déborder ?

Dieu seul le sait. Et encore
Est-ce si sûr ? Ne regarde-t-il pas l’homme
Comme une poussière de son imagination
Perdue dans les galaxies, asphyxié d’espace?

Dilué dans l’espace-temps
Empli de matières et de pensées
L’homme et la femme s’ouvrent
A la vie qui toujours déborde

Le lait vital l’entraine encore
A imaginer le pire, rien de rien
Derrière l’éclaircie le tonnerre
Et la peur courant sur la peau

L'observation de l'univers (8)

Alors la Déité se cachera sous le tapis
Se laissera écraser les pieds
Elle partira pour un autre univers
A inventer, construire, former

Laissant les hommes et les femmes
Ensemble, façonner leur monde
En toute tranquillité et modestie
Et contempler leur bonheur 

L’infini sera vraiment l’infini
Un labyrinthe d’événements
Que seuls les acteurs poursuivent
Et appellent la vie et, parfois, la mort

Mais y-t-il une mort à vivre
Après la ronde endiablée
Vécue par les uns et les autres
 Dans le rêve de l’inconnu ?

Chaque homme et chaque femme
Tous courent derrière la vie
Connaissant la fin ultime
Une mort dont on ne sait rien

 

 

 

21/02/2021

L'observation de l'univers (7)

La femme également errera en solitude
Jusqu’à ce que son enveloppe s’entrouvre
Et laissera voir un intérieur vide
Empli de beauté et de communion

Car pour être il faut mourir à soi-même
Il faut percer ce voile opaque 
Qui tient lieu d’individualité
Et condamne à ne plus être soi-même

L’homme et la femme ne seront qu’un
Et le Un, devenu trois, puis multitude
Errera à nouveau dans l’air du présent
D’un l’infini sans horizon

Ainsi ira jusqu’au bout sans fin
L’humanité d’une verdeur nouvelle
Reflet vivant d’un autre monde
Où rien n’est semblable ou différent

Diaphanes et rayonnants 
Ils seront immortels, présents
Là et maintenant
Auréolés de lumière divine

20/02/2021

L'observation de l'univers (6)

Peu à peu leurs enveloppes s’entrouvrent
Dévoilant pudeur et beauté
Leurs exhalaisons se mêlent
Éclairant l’univers de senteurs nouvelles

Le néant n’est plus, plein d’un rien
Qui est tout sans existence physique
Et qui frappe sans cesse le cœur
D’un impalpable bonheur inconnu

L’être naît et vit de singularités nouvelles
De caresses et d’amour envers tous
Entraîné dans la ronde des cœurs  
Ivre de magnificence et de modestie

Montagnes et mers sont des lieux enchanteurs
Que les êtres survolent en harmonie
Faisant émaner une musique divine
D’une vie ouverte sur la lumière immatérielle

L’homme ira où il veut, quand il veut
Il n’aura plus de visage, mais un cœur
Il n’aura plus de regard, mais l’infini
D’un instant transperçant l’horizon

 

19/02/2021

L'observation de l'univers (5)

Oui, pourquoi n’existerait-il pas
Au-delà de la poussière et de la masse 
La légèreté du rêve et de la mystique
Ouvrant l’homme sur un autre monde

Dieu que le vide est plein de surprises
Il tient dans ses mains ouvertes
Les pensées des hommes et leurs espérances
Pour le meilleur et parfois le pire

Allons donc plus loin, là où le moi n’est plus
Ou le soi peut être dépassé par l’existence
Dans ce vide qui n’est rien et devient le Tout
Dans une seule lumière qui s’appelle l’amour

Cette lumière est l’être, unique et entier
Plus large que ce que l’on en voit
Séparée des autres êtres aussi singuliers
Par une simple enveloppe transparente

Multitude envahissante et curieuse
Elle ne se mélange que tardivement
Le cœur soulevé d’espoir et de crainte
Respirant liberté et indépendance

18/02/2021

L'observation de l'univers (4)

Mais gardons les pieds sur terre et dans le ciel
L’univers observable n’est qu’une partie de sa totalité
Apparaît l’idée de multivers, conjugaison de plusieurs univers
Nés et non observables, progressant sur des routes parallèles

Ils ne sont certes pas visibles ni même, pour l’instant
Envisageables mathématiquement et donc physiquement
Mais chacun peut rêver et se réjouir pleinement :
Nous ne sommes plus seuls, nos fantômes sont avec nous

Finalement, le physiquement est probablement de trop
L’esprit éclairé et curieux de Teilhard de Chardin
Possède d’autres hypothèses englobantes et étonnantes
Telle la noosphère baignant dans un espace immatériel

Un nuage supplémentaire sur nos têtes encombrées
Existant sans masse et hors de l’espace-temps
Comme une épaisse nuée cauchemardesque
Qui dégage les neurones et offre l’innocence

16/02/2021

L'observation de l'univers (3)

Plus curieux encore, ce qu’il voit n’existe plus
Ce n’est certes pas que cela n’a jamais existé 
Mais cela était il y a des milliards d’années
Quand l’homme n’avait pas encore foulé la terre

Quelle tromperie Dieu nous met sous les yeux
Un monde de passé sans visibilité sur l’avenir
L’homme, chaque homme, est seul dans le cosmos
Face à l’univers en mouvement dans un temps incertain

A quoi peut-il se raccrocher, où peut-il d’appuyer ?
Même l’espace-temps est percé de trous
Et cahote sous les pas de l’observateur
Pavé de soleils et d’astres rondouillards

Quant à chercher l’avenir dans le présent
Qui n’est qu’un instant insaisissable
C’est comme voir le monde avec une lunette
Qui, prise à l’envers, s’ouvre sur la pupille de l’œil 

Ainsi l’homme se fouille avec une lampe de poche
Pour contempler un cosmos à l’existence passée
Qui peut mourir sans qu’il puisse le prévoir
Et peut détruire la merveille qu’il représente

 

15/02/2021

L'observation de l'univers (2)

Mais il reste prisonnier de son univers observable
Prisonnier de l’espace, du temps et de la matière
Qui ne laisse pas tout voir et encore moins toucher
Prisonnier de l’instant présent et de sa position

Mais la divagation peut remplacer la vision
Les idées percent l’horizon de mots fulgurants
Que conduisent vers d’autres horizons
Et pénètrent en d’autres mondes imaginaires

Derrière la pellicule de la visibilité
Se cache le rêve, la croyance et la vanité
Duperie excitant pour les petits hommes
Qui toujours veulent aller plus loin

Et si l’on veut aller au-delà, dans les nuages
Au-delà de moi qui voit difficilement le sens
La totalité parfois le prend à gorge
Et conduit jusqu’à l’infini ou parfois au zéro

14/02/2021

L'observation de l'univers (1)

De l’univers, l’homme n’observe pas grand-chose
"L’univers, c’est un livre et des yeux qui le lisent"
Disait Victor Hugo, ajoutant curieusement
"La matière n’est pas et l’âme seule existe"

Tout d’abord, l'homme s’observe lui-même s’observant
Il ne se voit que d’où il est et au moment où il observe
Il est au cinéma, assis, face à une image à l’arrêt
Sans pouvoir tourner la tête à droite ou à gauche

Certes, il peut bouger les yeux sur le tableau du monde
Mais sa visibilité est limitée par la qualité de son œil 
Par son angle de débattement et l’atmosphère poussiéreuse
Ce qui n’ouvre guère la vision et l’imagination

Il a ensuite amélioré sa vue par le grossissement
Multipliant lentilles et positions d’observation
Mais il reste bien sur terre devant un ciel bleu
Ou noir à d’autre moment du temps qui file

Il s’est offert de nouveau spectres observables de lumière
Qu’il ne voyait pas auparavant, agrandissant ses pupilles
Il voit maintenant hors de la lumière visible à l’œil 
Perçant jusqu’aux rayons qui traversent son corps

11/02/2021

Blanc et noir

Nuit envahissante
Mais pas un bruit
Il ne se passe rien
Excepté le coton
Tombant sur l’herbe
Qui devient blanche

La ferveur des femmes
Se dévoile peu à peu
Elles ôtent leur corsage
Et roucoulent d’aise
La fraicheur les glisse 
Entre deux pages écrites
De leurs plaintes douces

Caresse-moi, toi
Ami de toujours
Qui rafraichit le corps
Et nettoie l’esprit
Fond sur mon cou
Emplis ma chevelure
Étonne mes longues jambes
Ouvre mon cœur 
Et prends mon âme

Rien ne m’appartient plus
Je suis la neige immaculée
J’ai perdu ma consistance
Et mes couleurs troubles
Tu ne peux me prendre
Car si tu me touches
Je fonds et m’évanouis 

Je suis la passagère
D’un jour, d’un matin
Au réveil ébloui
Entre deux draps

Oui, je suis…