Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/09/2021

Aliénore d'Aquitaine

21-09-04  Alienore invit.jpg

Voici une évocation  qui mérite d’être vue et écoutée.

Notez dès maintenant la date et venez nombreux écouter Isabelle de Bodinat et Patricio Cadena Pérez. Vous passerez une après-midi emplie des rêves de cette grande dame qu’était Aliénor d’Aquitaine et qui sera suivie d’un cocktail rafraichissant. 

N’oubliez pas de réserver pour cette date (le 2 octobre, 15h00) à chateaudebourgon@gmail.com

Retenez bien cette date et venez rêver.

 

22/08/2021

Lecture poétique

Sainte-Suzanne-et-Chammes. Ce week-end peinture et poésie ont animé le moulin


 
De gauche à droite, Patricio Caneda Perez, Gilles Raab, Loup Francart et Dimitri Francart sur la petite scène du Moulin du petit Gohard.
De gauche à droite, Patricio Caneda Perez, Gilles Raab, Loup Francart et Dimitri Francart sur la petite scène du Moulin du petit Gohard. | OUEST-FRANCE

 

Samedi et dimanche, l’exposition des œuvres de Loup Francart, artiste peintre originaire de Ballée, qui se tenait au moulin du petit Gohard, a vu le passage d’environ 250 personnes. L’artiste qui peint depuis de nombreuses années est aussi un poète.

« Mes poèmes expriment la joie de vivre. Ils posent la question de l’importance de la socialisation entre les gens. Mais, ils sont aussi l’expression d’une pensée qui m’est chère : le moi et le paraître, l’être intérieur et celui que l’on découvre de l’extérieur. Quelles sont les deux facettes de l’homme qui permettent de mieux le connaître ? Vaste sujet ! », souligne Loup Francart.

Le samedi soir, le public a donc pu découvrir sur la petite scène du moulin, l’artiste accompagné par Gilles Raab comédien, Patricio Caneda Perez guitariste et Dimitri Francart, baladin dans une lecture musicale de ses poèmes.

25/06/2021

L'enfance

L’enfance est un lieu unique
Où tout se plie à ta volonté
Il est très simple d’emploi
Il suffit de pleurer et pleurer encore

Tu ne seras peut-être pas satisfaite
Tu devras passer par des méandres
Te couvrir de gentilles soumissions
Mais toujours tu gagneras sur le temps

Car tu es la seule à pouvoir dire
Je suis éternelle malgré ma petitesse
J’ai peur mais je suis invincible
Rien ne me fera changer d’avis

Alors les mortels devront trouver
Des subterfuges de délicatesse
Des distractions plus excitantes
Qui te feront oublier ton désir

Oui, l’enfance est un lieu unique
Où l’imagination l’emporte
Sur la réalité par le poids de l’amour
Et la tendresse d’une mère

14/06/2021

Vernissage du 10 juin : discours de présentation

Discours de présentation lors du vernissage du 10 juin 2021 à la société des poètes français :

 

                                                         « Aller au-delà du visible et accéder à l’invisible. » L.F

 

Chères amies et chers amis bonjour et bienvenue à tous

Tout en demeurant dans la mesure et la prudence, c’est une joie immense que de vous retrouver après cette trop longue zone d’ombre, dans l’espérance d’une lumière nouvelle et d’un essor transcendé.

Réel plaisir de partager à nouveau cette renaissance progressive de nos activités culturelles.

Ce lever de rideau est réservé à Loup Francart, un artiste aux multiples talents qui n’est pas sans déclencher un certain étonnement. D’ailleurs lorsque j’évoque Loup Francart, je ne suis pas sans songer à l’esprit des artistes de la Renaissance et des Lumières qui conjuguaient et maitrisaient couramment diverses disciplines, peinture, musique, sculpture, mathématique, astronomie, etc.

Léonard de Vinci et Michel Ange entre autres en sont de remarquables exemples.

Loup Francart beaucoup plus modestement et à sa façon, demeure dans cette mouvance multidisciplinaire. Il entretient cet environnement par un esprit curieux et toujours en éveil.

Loup Francart a lui aussi différentes cordes à son arc, je préfère dire à sa lyre, l’arc symbolisant toujours l’image de la chasse ou de la guerre. Rassemblons-nous alors autour des muses de notre artiste, peinture, poésie, musique et littéraire aussi au titre d’essayiste. Thématique sensible sur laquelle notre ami théoricien vous donnera des indications ou pas !

L’art fut toujours dans la vie de Loup Francart porteur et révélateur. Au seuil de la vingtaine et au-delà d’études déjà bien avancées, il éprouva le besoin de découvrir l’art pictural plus en profondeur et ce sera devant une œuvre cubiste de Georges Braque « Le guitariste », enfin une des versions, qu’il reçut une sorte de « choc pictural » . Signe annonciateur sans doute, car à bien y réfléchir le cubisme ne contient-il pas les prémices de l’art optique par la déstructuration de l’image, le jeu des mouvements et des perspectives en aplats.

Mais attendons un peu l’art abstrait sera pour plus tard, car Loup Francart passa déjà par la case figurative ce qui dans la logique est préférable pour l’évolution progressive des compositions.

Ainsi il peignit durant une longue période des paysages qui subiront de plus en plus les effets de l’abstraction.

Cette expérience figurative et peu à peu abstraite le conduira vers l’art optique, puis cinétique et puis viendront les nouvelles technologies numériques.

Loup Francart est un artiste minutieux qui travaille avec précision, qui calcule les effets produits par les formes, les volumes et les couleurs. Ce sont nous dit-il « … par des petits bouts de rien qu’on parvient à composer une œuvre débordante de levain, de vie et d’amour. »

Loup Francart ressent ce besoin d’aller au-delà du miroir des illusions, il lui faut découvrir un autre monde parallèle, regarder les choses en prenant un peu plus de hauteur. L’art selon lui est un surplus d’être. 

Et si l’art n’était qu’une illusion qui dévoile l’unité derrière la diversité.

Par la création Loup Francart tente d’aller du visible à l’invisible.

Fasciné par les mathématiques, c’est tout naturellement, comme par instinct que Loup Francart se dirigea vers l’art optique, cinétique et numérique, dont les initiateurs bien avant l’heure dans les années 1910-1920 furent les futuristes italiens. Mouvement repris et développé par Victor Vasarely et dans son sillage, Yvaral.

Afin de mieux la percevoir, il faudrait décrypter dans l’œuvre de Loup Francart quelques formules mathématiques pour avoir une perception moins fragmentée, plus globale de l’unité des choses ou du monde, dépendant des mêmes liens.

Par l’acte créateur, Loup Francart tente d’aller du visible à l’invisible. Il se trouve ainsi confronté à l’espace d’un champ d’expression ouvert sur l’infini, c’est aussi une manière de nous dire qu’au-delà de notre formatage ordinaire, il y a derrière ce que nous considérons comme réel, tout un champ des possibles tout aussi réel, mais qui n’est pas nécessairement perceptible au premier regard.

L’art optique c’est avant tout développer et créer des formes et des volumes géométriques multiples et accéder progressivement à l’invisible. C’est suggérer des formes qui trompent l’œil et n’existent pas et qui donnent pourtant une impression de réalité.

L’art, c’est aussi son double indissociable, son alter ego, la poésie où Loup Francart excelle dans un langage et une réflexion très personnels et nous allons saisir l’occasion et avoir le plaisir de vous en offrir quelques spécimens à trois voix.

 

Michel Bénard.

Lauréat de l’Académie française.

Chevalier dans l’Ordre Art et Lettres.

 

 

     

    

08/06/2021

Dimensions de la vie ordinaire (symphonie nippone : photos Gildas de La Monneraye)

© gildas de la monneraye - Symphonie Nippone - 153.jpeg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L’horizontale d’abord¸
Fuyant dans la blancheur du ciel,
Ancrée autour d’un pilier,
Enchevêtrée et repliée sur lui-même :
L’univers chiffonné du cosmologue.

La verticale ensuite, 
Lampadaire banal noyé dans l’horizontal,
Dressé vers un avenir incertain
Qui n’éclaire qu’un vide d’espoir. 
Seul, il se dresse contre le quotidien !

Puis l’unique variante : l’arbre vivant
Dans la minéralogie environnante,
Guirlande de feuilles en respiration,
Fermant ses bras sur la vie.
Il va où il veut et vit sans préméditation.

Prison ou souffle ?
C’est votre choix dans ces pages !

 

05/06/2021

Chaîne d'haikus

Il rêva longtemps
L’éveil le terrorisa
Le monde à l’envers

Moins devient plus
Les rebords sont au centre
Qui n’est que vide

Qu’imagines-tu ?
Seule la pensée unit
Les mondes virtuels

Un devient le Tout
Solitaire est le réel 
Plus dur que la foi

L’imaginable
En spirale ascendante
S’empare de Toi

L’âme seule est
Et divague en liberté
Jusqu’à l’infini

03/06/2021

Au-delà

Je ne suis qu’un long tuyau    
Qui s’efforce de recueillir les bruits 
D’un monde qui vient d’ailleurs

Parfois le souffle de l’esprit
M’effleure et me prend dans son tourbillon

D’autres fois, pas un bruit
J’ai beau tendre l’oreille rien ne vient

Il m'arrive d’entendre un râle
Comme une sorte d’achèvement 
C’est un autre être qui s’en va
Vers ce pays des songes et de l’espoir

Ce n’est qu’un petit bruit
Désespérant mais réchauffant

Il y a bien quelque chose au-delà
Mais va-t’en savoir quoi ?

31/05/2021

Avant, après, maintenant

Plus rien ne sera comme avant
Mais rien ne sera comme après
Tout semble immuable et serein
Et pourtant lentement la roue tourne
Les astres font le tour d’autres astres
Suivant des révolutions complexes
Et vos idées de l’existence évoluent
Jusqu’à se contredirent chaque jour
Pendant que votre corps s’affaisse
Gardez toujours le regard vers le haut
Là où l’horizon n’est plus qu’un point
Qui brille dans l’achèvement de la vie
Et l’entrée dans une béatitude éternelle

20/05/2021

Poème : forme ou fond ?

Un poème est un produit comme un autre, un pâté ou un dessert enrobé de packaging. Selon la personne et son humeur, sera préféré le fond plutôt que la forme ou l’inverse.
Mais qui choisit entre les deux ? Quel pourcentage permet de constituer le joyau final à dévoiler aux yeux des autres ? C’est l’art du cuisinier, la pincée de sel et de poivre à ajouter sans jamais trop en mettre pour améliorer le goût sans le dénaturer.
Selon certains, la poésie n’est poésie que par l’agencement de chaque mot par rapport aux autres et de leur constitution interne. C’est une mathématique prudente et subtile qui fait d’un morceau de chiffon une oriflamme entraînant la multitude derrière soi. Alors la machine à organiser les idées fonctionne à plein régime pour doter chaque vers d’un miel délicatement sucré. Certains se laissent prendre à ce jeu du miroir aux alouettes. C’est bien de la poésie puisque le morceau à douze pieds et non onze ou treize. Découpé en rondelles, le vers se délite et perd son jus. Le goût est fade, car il n’y a plus rien derrière.
Le fond cache la personnalité du poète. C’est le halo de clarté qui fait tendre le regard vers l’objet et admirer sa beauté. Sans lumière, il n’y a rien, que du vent. Il faut retirer les feuilles de l’artichaut pour découvrir la tendresse du cœur. La vraie poésie est dans le sujet même. Elle peut être ferme ou tendre. Elle fait battre le cœur et n’émeut pas seulement les larmes des yeux.
Comme Dieu a conçu l’univers, le poète mélange mathématiquement forme et fond pour faire de la poésie un joyau parfait qui enivrera lecteurs et auditeurs.

15/05/2021

pluie

Pluie, grasse et verte
Mouille mes chausses
Et embrouille mes pensées

Lave mes souvenirs désolants 
Chasse les brins hérissés
De rêves métaphysiques

Où cours-tu ainsi, tendue
Sur tes nuages pleurants 
Des larmes de bonheur ou de peine

Tu sors de ton refuge, élégante
Apparition subtile, sans pareille
Et va vers ton destin voilé

Tu ne sais ce qui t’attend
Tu ne vois que le ciel lourd
Chargé d’imprécations

Soudain s’illumine l’avenir
La mer se calme et rit
Te voici délivré et repu

Alors marche sans faille
Le regard au loin, fixe
Et emplis-toi de l’avenir

Merci à tous pour l’attente
Pour cette délivrance
Et ce repos perpétuel

Rien ne saurait dire
Si le cœur brisé est là
Prêt à mourir pour lui

14/05/2021

L'écriture

L’écriture qui te prend à la gorge
Et t’entraîne dans sa sarabande
Déglutis, laisse-toi aller jusqu’au sang
Dans cette rondeur du plaisir d’écrire

Te vient un mot, un seul, petit
Ou une phrase qui sonne dans ta tête
Et l’obsède jusqu’à ce que la suite s’enchaîne
Comme un ruban de couleur esseulé

Le chat joue avec cette pelote factuelle
La triture et en tire quelques brins
Qui pendouillent dans le virtuel
Et s’étalent, en contraste, sur la page

Et tu ronronnes de plaisir irréel
Lové sur l’impression d’être beau
Alors que ces mots devenus vieux
Se détachent de toi-même, à l’horizon

C’est une fumée bleutée, douce au toucher
Qui court dans la lande et soupire
Tends tes bras et réchauffe-toi
Au feu de tes fictions incontrôlées

L’enchaînement des mots entre en phase
Et produit une mélodie inaudible
À l’oreille de celui qui ne sait 
Mais bouleversante pour celui qui entend

L’accompagnent les accords bienheureux
Sombres, enchanteurs et veloutés
De relents de bois, de prés et de rivières
Qui bercent amoureusement tes jours

Tu baignes de bonheur de sobriété prudente
Enrobé d’ivresse et de sucre candi 
Et contemples le jour timide qui se lève
Et t’illumine de rosée odorante

13/05/2021

Sommeil

Assis, toujours, devant la même table
Il s’étonne de sa propre inconscience
Que fais-je ainsi debout à cette heure
Alors que les autres dorment sans penser

Et qu’est-ce que la pensée pâlotte et papillonnante
Qui, là encore, soulève un effort d’imagination
À côté du silence de la nuit et du froid du jour
Jusqu’à l’ensevelir et le confondre avec les spectres

Le cou ploie vers la terre encombrée de sommeil
Même les mains se laissent aller, vertes de bonheur
À l’idée des draps frais qui l’attendent, ouverts
Et de la blondeur des bras qui vont l’enserrer

Merci, seigneur, de m’arracher à cette torpeur
Dresse-moi, debout, devant toi, comme un vers
Fleuris mes pensées d’une absence lourde et sans pression
Qu’enfin je m’endorme, perdu dans le vide cosmique
  

11/05/2021

Erreur

Elle ouvre sa main,
La tend vers moi et dit :
« donne-moi ta main
Et partons vers les étoiles. »

Puis, sûre de son effet, 
Me tenant le poignet,
Elle saute dans le puits.

10/05/2021

Discret

Enfoui dans la poussière d’étoiles
Ou les particules quantiques
Je me fonds dans le paysage
N’emportant que cette absence
D’un rien devenu tout

C’est une belle équipée
Que ce voyage sans papiers
Partir un jour sans rien
Même pas votre personnalité
A laquelle vous tenez pourtant

Direction la galaxie des prêcheurs
Qui résiste au mieux aux assauts
Des fols en eux ou en nous
Ils courent toute la nuit
Derrière leur être somnambule

Ils sont sans sons ni gestes
Comme des poissons dans leur eau
Gobant leur aventure sans moufter
Ils s’enfuient, solitaires
Jusqu’au fond du cosmos sans fin  

Il existe aussi une humanité silencieuse
Qui puise sa force de sa faiblesse
Sans manifestations intempestives
Elle est foule nombreuse et sévère
Sans pouvoir se nommer

Rien ne l’empêche d’être ainsi
Sans culotte ni jugeote
Motus et bouche cousue
Errant dans la nuit noire
Jusqu’à la chute sans fond

CRAC ! Cela ne tourne plus
Je suis tombé sur la tête
Dans le parc des demoiselles
Les yeux ouverts et attentifs
À leurs ébats sensuels, mais discrets

08/05/2021

Galipettes

Retour aux galipettes…

Il n’y a rien sur terre
De plus drôle que le chat
Qui se veut rat

Oui, le chat a une queue
Comme le rat a une moustache
Les deux ont quatre pattes
Mais l’un a de la fourrure
L’autre n’a que des poils

Il se regarde, vert
Où sont passé ses parements 
Qui font l’image de son ombre
Et identifient sa personne
Il est nu comme un vers
Et n’est pas découragé
Par cette apparence pauvrette

Tu es parce que tu es
Il est parce qu’il est
Et nous sommes différents
L’un musicien
L’autre peintre
Et le troisième qu’est-il ?

Il s’admire, seul face à tous
Contemplant sa montagne
Au creux de ses misères
Refusant sa chaleur 
Riant de sa petitesse

Je ne suis ni chat ni rat
Un simple humain 
Sans un sou en poche
Qui marche au long des rues 
Dans le noir de la nuit
Jusqu’à tomber de fatigue 
Et dormir la tête dans le ruisseau

Dieu, qu’il fait frais…

07/05/2021

Le souffle de la vie

Premier rayon
Le sommeil fuit

La nuit s’ouvre
Et bientôt s'embrase

Un chien passe dans la rue
L'ombre se recroqueville

Un pas dehors marche
Une voix s’élève

Couché sur la frontière
J’aspire à plus d’être

Le souffle de la vie
Me conduit jusqu’au seuil

L’illusion revient
Et m’entraîne au loin

La machine se met en route
Et submerge la conscience

C’est fini. Comme chaque jour
Le matin reprend le dessus 

Je suis submergé…
J’étais bien pourtant !

03/05/2021

Féminité

Tu es belle de féminité
la vie s’enroule autour de toi
Tu incarnes l’innocence de l’enfance
Et la sagesse séculaire de l’humanité

Merci pour ta réserve délicate
Merci pour ta résistance passive
Merci pour l’amour de l’autre
L’unique parmi des milliers
Chanceux ou malheureux
Beau ou banni des médias

Seul compte l’ouverture de l’être
A l’aspiration de l’amour
Tu es là et le monde est beauté
De ton implication dans sa marche
Vers un épanouissement divin

30/04/2021

Renaissance

Tu mets tes lunettes à œillères 
Ton cadre de vie est-il limité ou encombré ?
Sorti du halo de tes habitudes
Tu ne vois plus ce qui t’encadre

Perce l’au-delà de ton regard
Ouvre tes yeux obscurcis
Vois tes fautes, observe tes erreurs
Jusqu’à retirer tes lorgnettes
Et admirer ce qui t’entoure

Dans le flou de tes visions
Voici ton personnage
Bannis cette image
Ouvre les yeux sur l’inconnu
Et plonge sans un regard
Dans l’eau trouble de tes fautes

Tu en sortiras purifié
Vêtu de transparence
Nu comme un enfant
Au jour de sa naissance
Le plus beau jour de ta vie

22/04/2021

Cosmologie

Ne l’oublions pas…
Nous voyons l’univers de l’intérieur
Nous en sommes partie intégrante
Et la tête sous les couvertures
Nous observons ce qui s’y passe
Sans avoir une vision complète
Qui analyse son objet de l’extérieur

Nous ne pouvons observer
Que ce que nous voyons
L’inaccessible le demeure à jamais
Et ce que nous observons aujourd’hui
N’est que le passé de cet univers
Un passé plus ou moins lointain
Dont nous ne pouvons prédire l’évolution
Qu’à travers l’horizon des particules
Surface séparant l’observable du non-observables
Et le cône de lumière du passé
Cette lumière n’est visible qu’ici et maintenant
Ne l’était pas dans un passé récent
Et ne le sera bien sûr pas dans un futur proche
Alors comment raisonner cet univers ?

Nous disposons de trois types de raisonnement
La déduction part d’hypothèses à vérifier
Que l’on valide au fil de l’espace-temps
L’induction tire des conclusions de phénomènes
Dont l’observation se généralise
L’’abduction va plus loin dans le raisonnement
Mais devient hypothétique à ses extrêmes
Dans l’infiniment grand et l’infiniment petit
Il convient donc de tester la cohérence
De ces lois de la nature entre elles
Et d’y déceler des liens internes et externes
Et les incohérences possibles entre elles

Tout cela conduit à un modèle d’univers
Contenant des lois internes démontrables
Sans cependant jamais pouvoir expliciter
Sa singularité, donc son origine première
Ainsi va la science, elle bâtit sur le vent
Et en tire des conclusions solides
Sans cependant pouvoir énoncer le commencement
Qui reste une singularité, l’inconnue
Que nos raisonnements ne peuvent aborder
Faisant de l’homme un rêveur impénitent
Et un poète la bride sur le cou 

10/04/2021

L'amour

Rien n’existe en soi
Tu es parce qu’il est
Il est parce que nous sommes
Mai qui a formé la première chaîne ?

Et pourtant ils étaient deux
Homme et femme
A former le premier maillon
Dans le tremblement et la crainte
D’un premier amour

La peau encore en frisonne
Les cils se dressent sur l’œil 
Tout s’épanouit dans l’apparence
Deux mains se rejoignent
Et s’ouvrent de tendresse

L’amour est là...
Comme un nuage

 

07/04/2021

L’univers naît du vide

L’univers naît du vide
Ou comment passer
De rien à la matière ?
Comment passer d’une pensée
Aux particules et à l’atome 
Puis de l’atome au caillou
Et du caillou aux astres

La matière est du presque vide
Le monde atomique serait-il autre ?
Si l’on peut vider une bouteille
De toute présence consistante
Il est impossible de savoir 
Si le vide est vide de tout
Ou si le plein est plein de quelque chose    

Heisenberg est passé par là
L’homme ne peut savoir
Où se trouve l’électron
Ou quelle trajectoire il décrit
C’est le principe d’incertitude :
 Le savoir absolu ne peut être

Laissez errer votre pensée
Au-delà du rempart matériel
N’y a-t-il rien qui guide la pensée ?
« Je pense, donc je suis »
A dit René Descartes
Ne peut-on plutôt dire inversement
« Je suis, donc je pense »
La pensée précède l’action
Mais l’existence précède la pensée
Qui certes est un monde à part
Mais qui a la consistance
Du papier journal qui la contient

Quand le monde aura-t-il la sagesse
De reconnaître sa dépendance
D’un au-delà de la matière
Qui enrobe chaque grain
D’une crème invisible de bonheur divin 
Englobant chacun et chacun
De douceur de vivre incomparable ?

05/04/2021

Liberté

Le limon n’est qu’une glu d’impressions
À transformer en matières premières
Comme les galaxies, il erre dans le vide
S’assemblant peu à peu, se rejetant
Ou se dissolvant dans l’éther primordial
Ne reste de tout cela qu’un poids
Qui encombre l’esprit et pèse sur la conscience
Pour resurgir un jour sous forme de texte
À assembler et exploiter jusqu’au livre
Qui engrange le meilleur et le pire
Empli de signes désespérants 
La charge s’alourdit et pèse
Sur  la conscience et l’espérance
Jusqu’à ne plus bouger
Alors, et seulement à ce moment
L’homme peut courir en toute liberté

21/03/2021

Entre en toi-même

Large est le monde
Étroit ton esprit
Entre en toi-même
Respire ton absence
Laisse flotter ton âme
Et marche sans cesse
Vers ton accomplissement
Plus rien ne sera comme avant
Respire la beauté
Ouvre ton regard
Dans le vide du ciel
Et vois ce Toi devenu Soi
Parce que sans Moi
Dans le Tout
Et l’apparence de rien

Alors, tu le trouveras…

 

20/03/2021

Monde quantique (2)

L’enfant ne peut passer la main
A travers une table épaisse
Il ne peut faire comme Monsieur Dutilleul
Et devenir le passe-muraille « Garou Garou » 
 
La matière est donc presque du vide
Un flou quantique baignant dans l’infiniment petit
Selon le principe d’incertitude d’Heisenberg
Et le principe d’exclusion de Pauli

Heureusement, deux électrons semblables
Ne peuvent être exactement au même endroit
Empêchant le mariage de l’électron et du noyau
Et interdisant ainsi l’effondrement de la matière

La nature joue donc les Roméo et Juliette
Des myriades d’amoureux ne peuvent se rencontrer
Selon le principe social et intime de la pudeur
Sans pouvoir espérer une fois la rencontre

Cependant, tout ceci n’est possible, c’est certain
Que dans le monde quantique plus ou moins virtuel
Alors, continuons à nous serrer pour notre bonheur
Homme et femme, dans la vie de tous les jours

19/03/2021

Monde quantique (1)

Le monde quantique est un monde enchanté
Rien ne s’y passe comme ailleurs
On cherche l’électron et on ne trouve
Qu’une danse dans le vide astral

Les électrons nagent dans le vide
Sans savoir où ils sont, ni où ils vont
L’atome est stable et dur
L’électron est un fantôme

Il est instable et navigue dans le vide
Plus on approche de la consistance du virtuel
Plus le réel devient insaisissable 
Le vide le remplit de rien loin autour

Les distances sont plus vastes
L’enfant creuse le tas de sable
Et ne découvre que l’absence
Qui finit par devenir présence

La matière est presque du vide
L’homme s’assied sur un rocher
Qui n’est qu’un ballon gonflable
Qu’une aiguille ne peut percer

Seul, errent encore dans ces ruines
Quelques électrons éperdus
Et encore moins de protons
Et de neutrons noyés dans le vide

18/03/2021

Mouvement (3)

Energie-matière, espace-temps  
Deux couples liés entre eux
Quatre piliers indispensables au cosmos
Pour devenir terre d’accueil 
De la vie et des espèces

Sans énergie, pas de matière
Sans matière, pas d’espace 
Sans espace, pas de de temps
Sans temps serais-tu toi et moi ?

La matière c’est de l’énergie
L’énergie c’est de la matière
L’espace c’est du temps
Le temps c’est de l’espace
Mieux même la matière
Crée l’espace
Il faut du temps 
Pour transformer 
L’énergie en matière
Il faut de l’espace
Pour faire la durée

Mais rien de tout cela
Ne serait sans le mouvement
Sans cette danse divine
Qui chatouille nos yeux
Et nous fait monter
Plus haut que tout environnement
Dans un ciel pur et sans limites
Où les êtres spirituels contemplent
L’unique lumière divine

17/03/2021

Mouvement (2)

Oui, il a le tournis, mais chacun a le sien
Chacun de nous détient sa propre horloge
Et sa propre mesure de distance
Parce que chacun est sa propre référence
Chacun navigue dans l’espace et le temps
Avec des vitesses différentes selon sa propre horloge
Certes personne ne le voit et ne le sait
Car personne ne vole à la vitesse de la lumière
Si cela était ou si nous approchions de celle-ci
Le passé existerait encore et le futur serait déjà en marche
Le temps ne s’écoulerait plus, il serait là, immobile

Le temps n’est qu’une illusion, tenace certes
L’espace devient actif, s’étire, se rétrécit
Se courbe, enfle et se déforme
Selon la gravité exercée par la matière
Celle-ci impose la courbure de l’espace
Et l’espace prescrit le mouvement de la matière
Ils se transforment l’un l’autre
Pour ralentir la marche du temps
Il suffit d’aller plus vite, mais… très vite

Dieu, quelle partie de boule !

16/03/2021

Mouvement (1)

Un mouvement reste toujours mystérieux
Qui bouge : l’objet ou son environnement ?
La terre tourne à 1600 km par heure sur elle-même
De quoi avoir le tournis et vous rendre insensible
Mieux vaut se tenir aux pôles qu’à l’équateur
On y tourne qu’à 3 kilomètres par heure. Un repos !

Mais si l’on se compare au soleil, cela va plus vite
365 jours par an, soit 107.000 kilomètres par heure
Ou 2,6 millions de kilomètres par jour
Plus encore, le soleil lui-même file
A plus de 230 millions d’années
Pour faire le tour de notre galaxie

As-tu le vertige des vierges
Danses-tu la tête en bas ?
Prétends-tu savoir où tu te trouves ?
Perdu dans l’immensité du cosmos
Ta tête s’enroule autour d’elle-même
Ton œil seul reste fixe, vissé en toi
Comme unique boussole dans la mer
Des étoiles et soleils tourbillonnants
Mieux vaut ne pas regarder 
Où tu mets les pieds parmi tes voisins !

N’oublie pas cependant que tes neurones
Remuent également dans ton crâne
Que tu vois ta chérie tournoyer 
Et qu’il te faut entre danse avec elle
Pour atteindre l’harmonie divine
Et te laisser aller dans la soupe originelle
Dans un repos bien mérité

J’ai le tournis, me dit mon voisin !

15/03/2021

L’expérience de Torricelli

L’air pèse de sa main ouverte
Sur nos têtes et nos corps
Et ce n’est pas la main de Dieu
Caressante ou mécontente

L’air possèderait-il une force
Ou au moins un poids tel
Qu’il contraint l’homme et la nature
A baisser la tête devant l’absence
De toute preuve de sa présence

Ainsi fut découverte l’atmosphère
Qui remplit tout vide par sa pression
A la surface terrestre depuis toujours
Une colonne de mercure
Ne peut dépasser 0,76 mètre
Dans un tube qu’elle que soit sa forme

Torricelli a donc découvert le vide physique
Et la pression exercée par l’air
Qui diminue selon l’altitude

Pascal fut mathématicien et physicien
Mais aussi philosophe et moraliste
Bizarrement il démontra que le vin
Moins dense que l’eau
Monte plus haute vers le ciel
A la grande joie des assoiffés
Qui s’efforcent de se densifier
Pour contrer son pouvoir délétère 

Telle fut la naissance du baromètre
Inventé par les hommes en ivresse

13/03/2021

Glissement

 

21-03-13 Sauvegarde_de_Glissement2 CL.jpg

Descente en soi-même

Un désir évanoui

Absence du moi