Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/07/2019

Attention

Une extrême attention, l’œil rivé à la ligne,
Il ne pense qu’à ça, le cerveau pétrifié.
La ligne est son guide, même si curviligne.
Elle fuit à l’horizon, jusqu’où va-t-il aller ?

Il fit ainsi le tour d’un monde artificiel,
Entraîné par l’élan d’une droite sans fin
Qui reste toujours une, ô jamais plurielle,
Avenir solitaire jusqu’à l’étrange fin.

Et pendant ce temps-là, d’autres peintres concourent,
Penchés sur la ligne, préparant leur discours,
Ils oublient la droite et entament le cercle.

Est-il vraisemblable que l’homme tourne en rond,
Que le ciel l’enferme tel un tâcheron,
Le contraignant à mourir derrière un couvercle ?

©  Loup Francart

10/07/2019

Silence

Peu à peu, le silence l’envahit
Un rien d’absence, une note grêle
Résonne dans la folie du monde
Le ventre de l’obscur se dévoile

Chape de plomb sur les têtes
Pas un mot plus haut que l’autre
Sa majesté passe dans les rangs
Rien ne dépasse, tout se prélasse
Dans l’ignominie du mutisme

Bouillie collante de l’infortune
Qui dérive sur les nuages tièdes
De l’incertitude et de la morgue
Serait-elle morte l’affirmation
D’une innocence épinglante
Déchirant de rouge la poitrine

Le bourrage touche à son comble
Suffocation des engloutis
L’élite se doit d’être prudente
Il faut rester de taille
A s’affranchir de l’aveulissement
Seul le mystère doit demeurer

Terre-toi dans ta détermination
Poursuis ton œuvre inconnue
Laisse s’accumuler l’ombre
De tes rêveries et passions
Sur de modestes papiers
Dédiés aux générations futures
Ou, tout simplement, à l’oubli

©  Loup Francart

04/07/2019

Vocation

 

Un plan envoûte

Un éclat transperce l’œil

L'architecte est né

 

19-07-04 Architecte.jpg

02/07/2019

L'envol

On ne sait comment te nommer
On sait encore moins t’appeler
On ne sait si tu entends nos cris
Qui se perdent dans l’espace
Le temps n’a plus d’emprise sur toi
Malgré la succession des vivants
Mais le poids de la gravité
Comme les échappées de la foi
Dévoile ta constance céleste

L’absence devient présence
Les secondes sont suspendues
L’amour abolit la distance
Un trou noir t’avale d’un trait

Broyé, tu ressorts divin
Sans savoir qui t’a engendré
Plus rien n’existe que lui
Il n’est ni plus grand ni plus présent
Il n’est qu’un parfum insaisissable
Qui envahit le tout
Remplace le néant
Et devient toi qui n’est plus rien

Il Est Celui qui Est
Hors de toute connaissance

©  Loup Francart

29/06/2019

L et lui

La beauté envie ton maintien
Tu vas dans le monde sans savoir
Avançant à grandes enjambées
Me tirant d’une main ferme
Jusqu’au plus lointain chemin
Au-delà de l’horizon étale

Aimes-tu les cris pervers
Des fées enfouies dans leur quant-à-soi ?
Débarrasse-toi de tes vibrants voilages
Et va, nue, cachée aux regards
De la concupiscence brutale

Ouvre-toi aux caresses du vent
Et coule dans l’ombre du hasard
Jusqu’au plus parfait abandon

Alors, ouverte, tu chanteras la vie
Et ne craindra plus la mort
Qui fera demi-tour en toute sérénité

©  Loup Francart

26/06/2019

Fantasme

4976_0003.jpg

 

A nous deux, nous ferons des merveilles

Je capturerai Orion

Tu t’empareras d’électron

Puis nous sombrerons dans le sommeil

Veux-tu ?

24/06/2019

Pourquoi ?

 

Indispensable

Le vide envahit ton cœur

Quel étouffement

 

E 34 Figures impossibles 2 carrés 3 plans.jpg

22/06/2019

Folie

A petits pas ridés, il parcourut la baie
Qu’avait-il à cacher ou même à dévoiler
Sur la tôle ondulée, il endure la paix
Sa marche se trouble, qu’a-t-il à protéger ?

Elle le suivit un temps, en retrait de trois mètres
Pieds nus dans l’eau de mer, sa robe défraîchie
Les yeux à l’horizon, le sourire aux lèvres
Elle courut un moment, laissant là ses soucis

Loin devant lui, sans fin, il avançait encore
Suivi de l’égérie, courbé sur sa tâche
Sans pouvoir se délier ni même tomber d’accord
Il marchait vers la mort, malhabile potache

Pourtant elle le troublait, où allait-il ainsi ?
Elle l’appela sans voix, bêlant sans scrupule
Il ne vit plus que l’eau et ses pieds engourdis
Il fit un demi-tour, et tint conciliabule

Qu’allons-nous découvrir au bord de l’horizon
Quand l’eau débordera effleurant tes lèvres
Et ma main sur tes seins arrondie de raison
Levant les obstacles d’une tendre fièvre ?

Ainsi finit la vie de ce couple charmant
Frôlant la vérité et voyant l’avenir
Qui un jour se donna au sein de l’océan
Et engloutit l’envie sans vouloir s’unir

 

18/06/2019

Place des Vosges

Cris des enfants libérés
Bruissement des feuillages
Crissement des pas sur le gravier
Ronronnement des moteurs dans la rue
Et, malgré tout, le silence

Silence du bonheur de l’été
Silence des femmes glissant sur le pavé
Silence des nuages dans le ciel
Silence de l’intellect devant l’amour éternel

Paris, égal à lui-même
Sur les carrés d’herbe
De la place des Vosges

©  Loup Francart

10/06/2019

Caresse (haïku)

Dans ce maelstrom
La femme est délivrance
Caresse d’un jour

19-06-10 Femme en rond 2.jpg

©  Loup Francart

08/06/2019

Espérance

Un jour, nous étions-nous dits
Chaque jour, maintenant
Ta tendresse, comme un feu dans l’hiver
Ton rire en fleur, émouvant
Ton regard devenu caresse

Belle, tu te crées lentement
Une âme dans la nuit
Lumière calme que je recueille
Du bout des doigts sur ton visage

Amour, ce petit mot, si grand
Chaque jour l’espérance est renouvelée

©  Loup Francart

06/06/2019

Derrière

Le mur de Planck, un mur mythique
Enveloppant le cosmique

D’une seule face, à l’infini
Rien derrière, sans symétrie

Étrangeté, anomalie
Futilité, pure folie

Et au-delà, rien ne va plus
L’information est-elle en plus ?

Mathématiques sont les nombres
Le normatif sort de l’ombre

Qu’y a-t-il eu auparavant
S’y référer est-il probant ?

Un univers vide ou plein ?
Vide de tout ou plein de rien ?

Seul l’unique est dans le Un
Origine ou opportun ?

Et rien ne court, sous le soleil
Pas un caillou sous un orteil

Juste l’absence qui n’est pas rien
Dans l’univers où tout n’est qu’Un

©  Loup Francart

01/06/2019

Corps

Verts sont les plis de ton corps
Rouges sont les trous qui le percent
Jaunes sont les liquides qu’il exhale
Bruns sont les solides qui en sortent
Bleus sont les coups qui lui sont portés
Noirs sont les deuils qui l’affligent
Orange sont les espoirs qui l’animent
Blancs sont les désirs qui le transpercent
Mais…
Les aveugles, ont-ils un corps ?

Douce est la caresse qui te surprend
Pointue est la rancœur qui t’étreint
Pesant est le doigt qui t’entraîne vers la mort
Inconnue est la main qui t’enchante
Exaltante est la lèvre qui t’honore
Encourageante est l’ouverture qui se dévoile
Odorant est le cœur qui se cherche
Troublante est l’absence d’exaltations
Mais…
Ce corps est-il en bois ?

Alors elle s’étendit sur l’herbe
Et laissa ce corps ronger ses vétilles…
Levant les yeux, elle décida
De survivre à la bêtise
Et d’entrer en pâmoison

Depuis, elle est là, la statue
De la femme sans tête
Et d’inimaginables désirs…

©  Loup Francart

31/05/2019

Vide et plein

L’esprit raisonne, au sens de la raison,
et l’âme résonne, selon la résonance.
François Cheng

 

Laisse ton âme devenir ton guide
Tais-toi et écoute

Sois ouvert au vide
Et lâche le plein
Qui t’a occupé toute la vie

Flotte sans pesanteur
Entre les projets et les souvenirs
Ouvre-toi au présent
Pénètre la goutte d’eau de l’océan
Et bois, recueilli, son nectar

Ne te laisse pas prendre par toi-même
Sort de ton personnage assuré
Et de tes raisonnements apeurés

Atteins le seuil de la transparence
Qui vibre au fond de toi
Et fais résonner la beauté

Sois candide
Et tu seras vivant

©  Loup Francart

 

 

28/05/2019

Attente

Elle attendait au bout du quai
Dans son imperméable vert olive
Ses cheveux blonds en halo
Jaillissaient telle une flamme
Mais ses yeux étaient baissés
Modestement elle attendait

Elle patienta trois jours
Puis, enfin, décida de partir
Elle ramassa sa valise en carton
Chercha la sortie, apeurée
Monta sur ses grands chevaux
Et, au galop, franchit les portes

Elle entra dans la ville lumière
Avec un bruit d’enfer
Personne ne l’attendait
Elle en surprit plus d’un
Ils courraient tous, hagards
Le sandwich à la main

On la vit fuir au loin
Les yeux à l’horizon
La chevelure au vent de la colère
Tous sont menteurs, pensa-t-elle
Pas de partage ni sourire
Chacun pour soi, sans dieu

Elle franchit monts et merveilles
Déjeuna au bord du lac
Avança vers l’eau bleutée
Tendit la main et la trempa
Elle lui parut accueillante
Elle se déshabilla, blanche de nudité

Ainsi finit la vie de celle qui attendit
Un soir d’orage au bout du quai
L’homme qui lui était destiné
Et qui ne put venir, ayant oublié
Le nom de cette gare inconnue…
Au bout de la jetée, elle sauta !

©  Loup Francart

26/05/2019

Expérience de pensée

L’imagination est plus importante que le savoir.
Einstein


Connaître, c’est voir de l’extérieur
Acquérir une vision où l’on n’est pas inclus
Voir avec les yeux froids d’un veau mort-né
Rien alors n’imprime notre imagination
Vierge de tout regard et de toute connaissance
On se laisse aller comme un amateur
Ou le collégien qui ne peut laisser entrer
Des idées qu’il ne comprend ni ne vit

Le délire s’empare alors de vous
Vos sens ne vous servent à rien
Vous errez dans un paysage inconnu
La tête vide, les bras ballants, le corps flottant
Rien de ce que vous connaissez n’est visible
L’au-delà de l’espace et du temps se dévoile
A côté de ceux-ci apparaissent d’autres dimensions
Non perceptibles et étroitement mêlées aux nôtres
Vous vous accrochez à ces cordes d’énergie
Qui créent sans cesse la lumière et la matière
Vous passez ensuite d’un univers à un autre
Par des trous noirs qui vous propulsent
Non seulement au-delà du mur de Planck
Mais également au-delà de ce que votre imagination
Peut suggérer à votre petit cerveau

Ce rien est plein de tout
Et ce tout cache un autre rien
Qui vous conduit à un autre tout
Qui sans cesse crée un Un singulier
Où nous sommes heureux de vivre

©  Loup Francart

24/05/2019

Toi-même ?

Es-tu toi-même ou joues-tu à être toi-même ?
L’image que tu te donnes de toi
Est-elle l’image que les autres voient ?
Elle est belle cette image, mais est-elle véridique ?

J’ai connu un être qui ne sut jamais qui il était
Un jour, il disparut derrière l’imagerie
J’eus beau chercher, je ne trouvais plus rien
Pas même l’emplacement d’un mirage
La route était vide et sans bas-côtés
Je partis en courant de peur de me voir

Depuis j’erre dans un rêve sans réalité
Regardant mon double, hilare d’inconnaissance
Oui, la vie est un rêve qui finira bientôt
Qu’y aura-t-il après ?

©  Loup Francart

23/05/2019

Pérégrinations

A paraître prochainement aux Éditions des poètes français :

 

Loup Francart

 

Pérégrinations

Pictoèmes

Couverture illustration couleur 29-04-01.jpg

Un pictoème est l’association d’un poème et d’une image, que celle-ci soit dessin, tableau ou photo. Le poème est incomplet sans cette image et inversement celle-ci éclaire le poème. Les deux forment un ensemble indissociable évoquant un instant, une émotion, un sentiment, voire une histoire ou même un concept.

19-05-23 Extraits Pérégrinations 2red.docx 

Prochainement...

22/05/2019

Déplacement

Tous plongés dans leur tête
Pas celle qu’ils portent sur leurs épaules
Non, celle qu’ils tiennent comme un talisman
Dans une main aux doigts multiples
Qui s’agitent sans cesse joliment
La tête, l’autre, la vraie, dodeline
Au gré de la musique endiablée
Les fils sortant des oreilles comme des éclairs

Parfois l’un d’eux cesse et réfléchit
En a-t-il encore réellement la volonté ?
Ses batteries semblent à plat
Un voyant rouge s’allume. Que faire ?
L’homme sort de son sac un boitier
Et branche un autre fil sur l’autre boitier
Comment s’y retrouve-t-il ?
Mais ça marche, il reprend son dodelinement

Tiens, une sonnerie intempestive résonne
Une dame, robe rococo, bouche rougissante
Se jette sur son sac, fouille dans les écueils
Sort rose aux joues, rouge à lèvres
Parfum pour les aisselles, brosse à cheveux
Enfin, l’objet magique hurlant son appel
Allo ? crie-t-elle dans l’appareil
Tous se retournent, elle n’entend pas
Elles retirent ses boules Quies
Parle moins fort, hurle-t-elle

Dehors la nature fait silence : le train passe
Laissant filer les pensées dérisoires
Émanant des antennes emmêlées
De voyageurs inconscients, mais tranquillisés
Plus de prés verdoyants, plus d’hirondelles en folie
Plus même de tracteurs crachant et fumant
La vie est à côté, dans le train fonçant
Dans le boitier noir qu’ils tiennent en main
Et auquel ils donnent le nom de toile

La vie ne serait-elle plus qu’une toile peinte
Où se passent en catimini des événements virtuels
Certes toujours des émotions, mais expurgées
Elles ne viennent plus de leur cœur
Mais de leur tête, la seconde,
Celle qui n’est rien pour toi
Mais tout pour eux
Bientôt plus besoin de guillotine
Seul importera la poche à transfusion
Ou mieux, le fil baladeur
Qui vous remettra dans le droit chemin

Allez, dors donc et rêve au bienfaiteur
Qui s’efforce de te faciliter la vie
La gare viendra bientôt, rose de confusion
En attente d’espoir et de vraie vie

©  Loup Francart

19/05/2019

Dieu

Dieu est un être singulier
Parfois, il se perd dans le cosmos
Et n’ouvre plus les yeux sur ma misère
Où es-tu ?
Je crie dans la nuit sans réponse

D’autres fois, il est si proche
Que je le confonds avec moi
Serais-tu Dieu toi-même ?
Je me cherche sous mes vêtements
Sans trouver de réponse

Le plus souvent, il dort en moi
La bouche ouverte, comme un bienheureux
Il est là sans y être, perdu pour les autres
Présent comme une sentinelle
Gonflant ma poitrine d’un gaz hilarant
Éclairant ma nuit sans fin
D’une lueur délicate et savoureuse
Mais il ne se révèle pas
Aucune réponse à mes questions

Au fond, existe-t-il, ce Dieu
Dont tous parlent doctement ?
Je ne l’ai jamais touché !
Si, peut-être, en caressant la douceur enivrante
D’une femme, réchauffé par son souffle
Mais ces jours-là, je ne suis plus moi-même
Car enduit de crème de bonheur
Dont il me couvre avec patience
Dieu, où es-tu ? lui crie-je
Je suis là réponds l’aimée
De sa voix enchanteresse
Mais où ?
Je suis ton double fidèle
Ton inséparable compagne
Tu n’es donc pas Dieu ?

Il m’arrive parfois de l’entendre
Les yeux fermés, replié sur moi-même
Vibrant telle une membrane
Aux chants caressant l’être
Et perçant ma carapace
Alors je monte au paradis sans vergogne
Délaisse les humains terre à terre
Je n’entends que le grattement de ses pas
Je l’appelle, mais il ne répond
Qu’en trompettes et violons
Peut-être n’a-t-il rien à me dire ?

Il m’arrive d’être écrasé d’absence
Je cherche sous les meubles, dans les greniers
Sous mon lit ou derrière la cuisinière
Mais ne trouve rien de palpable
Et ma gorge se dessèche
J’ai soif de Dieu
Mais je ne sais pas boire

Alors, le plus souvent, je repars dans le monde
Solitaire, cherchant l’air
Les pieds collés à la glaise
Gros balourd attendri et peureux
Mais où est-il ce Dieu que je cherche
Perdu en haut de la colline
Explorant les vallées verdoyantes
Et même les mines ne menant à rien
Ne serais-tu rien ?

Ce n’est que lorsque je crois
Qu’il n’y a rien derrière le tout
Qu’il me fait un clin d’œil
Et se révèle dans sa beauté
Il me caresse de ses doigts de brise
Me fait une couche de plumes
M’ouvre aux mystères de l’absence
Et dévoile sa présence dans le tout
Qui n’est rien sans lui

J’exulte dans ce vide
Et… Oui… je me prends pour un Dieu

©  Loup Francart

16/05/2019

Sagesse

Flotte, émerveillé, aux vents de la brise
De ton appétence et ta légèreté.
Vois en toi l’inconnu, sans fausse méprise.
Les oiseaux s’envolent, fuyant l’impureté.

Devant l’ouverture, tu crains de te lancer
Largue l’attitude, défais l’appréhension
Étale l’absence sans aucune pensée
Que celle du vide et de la non-tension

L’oiseau résiste, le lapin se raidit
Le poisson se délie, le vers s’enfonce encore
L’amour te fait-il peur face à ton vis-à-vis ?

Crée en toi sans cesse l’absence pleine de vie,
Ressens sa profondeur et vois tes désaccords
Viendra alors la joie dans l’absence d’envies

©  Loup Francart

14/05/2019

Absence

Les mots s’envolent sans un regard vers eux
Ne reste que l’opacité des souterrains
Et la candeur des ponts suspendus
L’absence de paroles te transperce
Seul un nœud frais dans la gorge
Engage la lumière encore présente
Remonte à la source, au-delà des impressions
Et laisse l’être s’emparer de toi
Tu seras perdu et tu te sauveras !

©  Loup Francart

11/05/2019

Fin du voyage

Le ronron moutonnant des roues sur l’acier
La neige bleuissant d’un ciel tapissé
De crème chantilly éprise de soleil
Les bras levés des lignes haute-tension
Et nos cœurs si petits regardant le défilé
Des terres et des prairies blanchies

Le retard est-il contrainte ou sauvetage ?
Depuis l’annonce, l’éclaircie dévoile ses mystères
Les mains de lumière fouillent les recoins
Et courent derrière les paillettes de poussière
Les places occupées des voyageurs partis
Creusent les fauteuils de douleur invisibles

Cela finira-t-il un jour ces arrêts maléfiques
Qui transportent l’impatience au long des voies
Et grillent les pieds déchaussés des dormeurs ?
Lente montée vers la fin du jour et du voyage
Court, court l’ombre de l’impatience
Court, court le fantôme de l’absent solitaire

C’est fini, hélas, plus de routes ni même d’espoir
Tout ralentit à la tombée de la nuit
Le gris se pare de noir, le blanc s’effondre
Loin encore est l’arrivée même coupée
Allez, debout, ne bêlons plus ni ne raillons
Le cauchemar s’en va loin de nous, noir comme le soleil

©  Loup Francart

10/05/2019

Sortie d'école

Le calme avant la tempête…
Les passants vont et viennent, devisant
Au pied de l’école, sur le rond-point
Quelques parents s’exclament
Le policier attend sur le trottoir
Les voitures roulent, au pas
Au galop, deux gamins se poursuivent

Après le calme, la tempête…
La cloche sonne,
Les portes s’ouvrent,
Les cris atteignent les oreilles
C’en est fini de la quiétude
C’est l’instant de la libération
Des gorges sortent les diables
Les pieds se font des crocs-en-jambe
Les mains valsent en l’air
Les professeurs sourient
Ce n’est plus leur affaire
Les parents se précipitent, protecteurs
Le policier se met en place
Et arrête les voitures des parents
Les enfants s’engouffrent à l’intérieur

La tempête dure, puis se calme
Quelques enfants retardés et excités
Crient encore, avec moins de fermeté
Les professeurs ferment leur classe
Les parents à pied tiennent la main
De leurs progénitures endiablées
Le policier raccroche à la ceinture
Son bâton de maréchal

La tempête est passée…
Les passants reprennent possession
D’une rue qui leur appartient
Les oiseaux peuvent à nouveau chanter
Adieu, les écoliers...

Vive les enfants de la rue !

©  Loup Francart

 

 

09/05/2019

Recherche

Le vent lui rase la chevelure
Chaque poil tend son arc
C’est une belle mélodie
Que celle du temps et de l’obscure

La pluie coule sur sa pensée
Et trace ses sillons dans son humeur
Cela forme un fleuve chétif
Où nagent rêves et cauchemars

La solitude enrage de mauvaise conscience
Et coud ses remarques de désespérance
Sur les champs et les prés intérieurs
Jusqu’au moment fatal d’implosion

Plus rien alors ne va en continuité
Grain par grain se dénoue l’ensemble
Éclate la tendre jonction des pensées
Et tombe la façade entretenue

Désormais il vivra sans guide
Il errera sans assurance
Il piochera les cailloux de la honte
Et marchera vers son martyre

La tête haute il entrera, fier
Dans le pays des songes
Sans autre aide que lui-même
C’est-à-dire la bise caressante

Dieu sait-il la recherche incessante
Et subtilement dévoilée
De ce brouillard indescriptible
De la joie et la liberté

©  Loup Francart

07/05/2019

Vibration

Jusqu’où laisseras-tu vibrer ton inconstance
Le jaune citron rouille sur la toile étendue
Le pinceau se prélasse à la lueur des étoiles
Tu observes sans contester et chantes
La tiédeur du soir et la fraîcheur des nuits

D’autres fois, tu danses, insolite et mortel
Dans le paysage d’une vie rose et heureuse
Là où seules les pépites de bonheur
Résonnent dans l’air diaphane du matin
Et sautent à la gorge des égarés

Tu descends, tu remontes, tu ne sais
Où va ton cœur de pierre et de plastique
Qui sonne l’hallali et enrage d’être là
Dans la boue verte des rêves indécents
Et les vapeurs rougeoyantes des jours

Ainsi va la vie, indolente, mais intègre
Formées de particules incandescentes
D’ombre et de lumière selon l’heure et le jour
Elle traverse ton destin d’un seul trait
Et conduit au dernier plongeon, finalement sans savoir

©  Loup Francart

06/05/2019

Perfection

Elle repose débordante d’inconscience
Son pull rose fané serre ses pommes débordantes
Ombrant sa poitrine de candeur et d’innocence
Sa tête tombe, ses lèvres s’ouvrent
Les yeux restent clos, ouverts sur le vide
Sa franche rejoint les cils, arrêtée sur les sourcils
Elle dort en toute innocence, fraîche de sommeil
Ses mains reposent l’une sur l’autre à hauteur du nombril
Reste béant le haut du buste finissant dans le pli des seins
Ils sont là offerts aux regards comme deux collines assoiffées
Dévoilant leurs formes douces, pleines, joyeuses et rayonnantes
Que la nature est généreuse sous cette tête qui oscille
Seule la bouche tombe en deux plis égarés
Comme pour dire que rien n’est parfait dans cette nature florissante

©  Loup Francart

05/05/2019

Voyage

Noyés de vert comme dans un tonneau
Puis, plus haut, environnés de bleu azur
Nous partons au long de paisibles cours d’eau
Accompagnés des cris de mouettes qui rassurent

La gare annoncée se révèle vide de sens
Où donc avons-nous pris naissance aujourd’hui ?
Cette nuit le froid soulevait les jupes de sa présence
Maintenant il dévoile l’acidité du sourire qui nous suit

Sors de ton refuge, baigne-toi d’inconnu
Concasse tes souvenirs et broie le blanc des nus
Que la couleur rayonne au chant des possibles

Rien ne pourra empêcher le goût du paradis
D’arrondir les virages et de lancer sur la droite
Les espoirs et les projets de bonheur disponibles

©  Loup Francart

 

 

 

04/05/2019

Visite au bois de la Chaise (Noirmoutier)

Paisible, ça glisse sur la planche…
L’église au beffroi raidi
Le château nu sur la place gelée
Le fil d’argent passant à ses pieds
Et filant vers le large au gré de l’heure
Les passants d’humeur sombre
Mais riant d’un rien, étonnés et peureux
Un soleil éclatant ouvrant les façades
Les feuilles en tortillons ruisselants
Effaçant le défilé permanent des vertus
Et l’élégance d’une inactivité recherchée
La mort aiguë des roitelets prudents
Enferme le drame dans la cellophane
Quand donc viendra le temps des maraudes ?
Plus loin, dans le bois de la Chaise
S’éventrent les maisons repues
Ruisselantes de laisser-aller
Et d’opportunité cachée
Sombre est l’environnement mi-clos
L’œil ouvert et la patte folle
Qui danse l’amour à petit prix
La lente promenade des boxeurs
Aux bras dressés vers un ciel clair
Infamie que cette procession morose
Qui troue l’après-midi de bruits suspects
Et d’aigreur indéfinissable
Marche sur le sable de l’inconstance
Et piétine tes souvenirs moelleux
Que le sable t’engage
A une plus grande prudence
Dont chaque grain te console
De ton inaction définitive
Seuls les arbres pleurent leur passé glorieux
Le vent des tempêtes emportant
Le feuillage vert acier de leur impuissance
Les cabanes bourgeoises courent sur la plage
En minuscules cailloux alignés
Mais où sont donc passés les sous-bois
Qui gonflent ainsi les tertres déboisés
Et font frissonner la peau dénudée

Il rentra le cœur vide, oublieux
Et plongea dans sa lecture sans fin
Des malheurs de l’humanité

©  Loup Francart

03/05/2019

Ordinaire

Il tenta de remonter dans la conscience
Mais comme toujours, il n’alla pas loin
Revenu au point de départ, il prôna
Un extrémisme plus radical
Pourquoi ne pas chercher l’anéantissement des fous
L’abêtissement des faibles ou la crispation des furieux ?
Faisant fi de la raison, écartant les sentiments
Il entra dans un avenir sans consistance
Enrobé de miel, parfumé de myrrhe
Toujours vulnérable et peu avisé
Proche d’une détonation de lumière
Cela arriva comme un cataclysme
Et l’ensevelit de silence décoiffant
Fin du monde ou fin du moi
Il ne sait plus et recherche dorénavant
La suave douceur des blessés de la vie
De ceux qui ne savent où aller et vivre
Hors de l’opium de la médication
Et le renversement des valeurs chéries
Des hommes de bon sens et de mauvais rêves

Depuis, il chaloupe entre les vagues de l’innocence
Comme un enfant perdu mais intègre
Plus rien ne l’agite ou le trouble
Il dort d’un œil et se déplace sans tête
Rien ne l’encourage à faire mieux

Glauque est la vie d’un homme ordinaire

©  Loup Francart