Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/06/2017

Centre

Lumière, centre

de ton être intérieur,

d'où jaillit le Soi !

 

1-17-06-27 Emprise.jpg

 

25/11/2016

Pictoème

 

1-15-02-27 Au-delà.jpg

08/11/2016

Femme

Les femmes sont doubles
Vase et amphore
Et ne se dévoilent
Qu'aux poètes
Qui voient à travers

Amphore 2 28-10-2016 04-56-31.jpg

28/10/2016

Pudeur

Pudeur.jpg

©  Loup Francart

17/10/2016

mal de dent

16-10-15 Mal aux dentss.jpg

Ouille ! Quelle vrille s’enfonce en moi ?
Transpercé de part en part, je vibre
Et hurle, perçant, à la mort bienheureuse
Qui soulagera cette offense impossible
Plus rien, d’un coup, sans coup férir
Net de toute douleur, et pourtant…

Remâcher sans vergogne ni bourgogne
Pour rincer ce supplice interrompu
Puis danser sous l’œil familier
Des passants montant vers le cimetière
Quel objectif, n’est-il pas vrai ?

Aïe ! Quelle offense à l’optimisme
Nouvelle tête d’épingle enchâssée
On ne sait où, mais pas dans l’imagination
Un coup de rabot sur la face
La piqure étincelante de l’abeille
Le rire aigre de l’araignée poilue
Qui enserre dans ses tenailles
La gencive délicate et fêlée
Qui crie sans cesse et presse

La main tient la mâchoire
Le doigt plonge dans le gouffre
L’ongle cherche la faille
La langue enfin découvre
La pointe aiguisée de la douleur
Entre deux rebonds dentelés
Du moulin masticateur
Je te tiens, lui dis-je fermement
La suite est moins disant
Alors n’en parlons pas
De peur de voir fuir
Les amateurs d’histoire

©  Loup Francart

 

30/06/2016

La tromperie par les mots dans l'art contemporain

L’art contemporain  est un art de conteurs (mais le terme est trop soft !). Il n’est séduisant que par les mots qui l’entourent, le couvrant d’un miel d’autant plus attrayant qu’il est incompréhensible. Prenons quelques exemples, tirés du livre Art Now, 81 Artistes au commencement du 21ème siècle, Taschen 2005.pictoème,poème,dessin,peinture,interrogation

Notons d’abord que le nombrilisme est général. Tout tourne autour de l’Artiste (oui, avec un grand A). Un exemple : la présentation de Tracey Emin, artiste anglaise, à qui l’on a donné le prix Turner en 1999 pour My Bed, c’est-à-dire « un lit défait, malodorant suite à une semaine d’alitement, y compris tous les objets utilisés pendant la maladie – livres, bouteilles, mégots, préservatifs, mouchoirs (…) Emin dépeint des prises de position  sur sa propre personne : ses relations, sa vie, son corps et ses sentiments  sont mis à nu de manière si ouverte et si choquante que le public n’en ressent souvent  que gêne, honte, rage ou tristesse. » De plus, ces explications s’accompagnent de mots sans signification réelle tels ceux de la fin de l’article sur cette « artiste » : « Elle croît cependant à une dimension puissante dans l’art, qui vomit tout arbitraire profane. »

Autre mot de la fin, celui qui concerne Damien Hirst (voir  la page du 10/03/2012 sur ce blog) : « L’existentialisme de Hirst s’adresse à tout le monde, s’exprimant avec un humour d’écolier et un sens de l’absurde surréaliste ».

Enfin le maître-mot reste celui qui concerne Jeff Koons : « Koons est toujours resté un grand moraliste dont le but déclaré a été de démocratiser l’art  par l’intelligibilité universelle et la popularité de ses objets ».

Quels magnifiques leurres qui, comme le miroir aux alouettes, attirent le gogo par le verbiage qui ne signifie rien. Mais les mots ont toujours eu du pouvoir sur les faibles !

07/06/2016

Haïku

Un haïku doit contenir un kigo (mot de saison), c'est-à-dire une référence à la nature ou un mot clé concernant une saison. Ici, la rose des vents remplace la saison.

 

Il ouvre un œil

Il court dans la rose des vents

Et part,  éperdu

Trois mondes en un.JPG

 

19/04/2016

Orez

L’orez ou zéro écrit à l’envers
C’est à la fois le rien
Et l’ouverture sur le tout
C’est-à-dire l’infini

art cinétique, optique art, peinture, dessin

C’est un petit trou
Qui n’a l’air de rien
Mais qui bouleverse notre compréhension
Englobe-t-il tout ?


Sûrement pas,
Il serait Dieu
Et Dieu n’est pas un trou vide !

13/04/2016

Pneuma

De retour chez toi
Le noir absolu
Elle ouvre. Éblouissement

16-03-02 Pneuma3.jpg

Noirs et blancs, l'éblouissement des mots éclaire l'âme qui erre en toi !

07/04/2016

Harmonie

 L'harmonie est un horizon lisse
Dans lequel, malgré les aspérités,
Tout semble logique et à sa place.

art cinétique, optique art, peinture abstraite, peinture

Et cette logique intuitive
Emprunte les routes du cœur
Sans qu'il soit besoin d'explications.
L'harmonie est, alors tu es !

05/04/2016

Feu

Le feu dans la tête,
Les neurones s'enchevêtrent,
Que signifie cette quête
Où tout s'enfuit par la fenêtre ?

 

1-16-04-05 Feu lignes très fines.jpg

17/03/2016

Onde de choc (pictoème)

Un bris de glace…
L’éparpillement du verre…
L’effroi des indolents…
Le cri d’une femme…
Les regards d’effarement…


16-03-15 Onde de choc.jpg

 

Trois gamins qui rient
Et cherchent leur ballon
Sur le pavage noir et blanc !

29/12/2015

Feu

Ce n’est pas le feu des nuits d’été
Quand la braise n’en finit plus
Ce n’est pas celui des hivers glacés
Contemplé du haut des monts
C’est un feu doucereux et charmeur
Qui t’entraîne dans le non être
Et tu te vois, squelette errant
Dans le froid des brumes matinales
Et la caresse de la couverture céleste
Vers laquelle se porte ton regard
« Marche vers ton destin qui n’est rien ;
Mais toujours laisse-toi retourner
Par l’embrasement d’un instant unique ! »
 IMG_2662.JPG

Il arrive parfois que celui-ci se renouvelle
Apporte une nouvelle brillance, plus détachée
Au souvenir de cet moment mélancolique
Ajoutant une traine à la pointe de l’âme
Pour qu’elle demeure en mémoire

IMG_2668.JPG

Alors la vie reflue dans les veines
Et s’enfonce plus profondément dans le souvenir

28/11/2015

Pictoème sous forme de haïku

Évadée
Évidée du contenant
S’évase l’âme

poésie,haïku,dessin,spiritualité

Haïku sous forme 3 - 7 - 5.

14/03/2015

Pictoème

Après consultation de quelques amis, nous avons décidé de changer le terme de taploème par le terme pictoème, c’est-à-dire un poème exprimé tant par le graphisme que par les mots. Le poème ne va pas sans la peinture ou le dessin et inversement ceux-ci ne sont rien sans le poème. Les deux forment un ensemble indissociable évoquant un instant, une émotion, un sentiment, voire même une histoire.

Le préfixe « pict… » vient bien sûr de pictural, adjectif général signifiant ce qui a trait à la peinture. Le terme taploème a été jugé peut audible et sonnant mal. De plus le pictoème se rapproche du pictogramme et appartient à la même famille dont l’objet est le mélange de deux arts, l’art poétique et l’art pictural.

Alors, bienvenue au pictoème dont, espérons-le, la longévité sera plus impressionnante que le taploème, ce qui n’est pas difficile. Le pictoème peut se réduire à une couleur et un mot, il se rapproche alors de la synesthésie. Il peut être délirant dans les couleurs, le dessin et l’association des mots, qu’ils soient tirés du dictionnaire ou inventés. L’intensité du délire doit sans doute se mesurer ainsi.

Une fenêtre ouverte,

Un carré de chaleur,

Le rouge d’une obscure clarté

Œil fermé,

Le blanc de l’aveuglement

Œil ouvert

Une lettre, le A

Un Ah de stupéfaction…

Bienheureuse

12/03/2015

Accomplissement

Ils partirent séparés. Ils joignirent leurs efforts. Ils s'accomplirent, bien que prisonniers.

dessin,art cinétique,poème,écriture

09/03/2015

Elle franchit l'enceinte

 Elle la franchit le cœur battant, mais la tête haute, fière de son audace :

Elle franchit l'enceinte3(pol 16).jpg

04/03/2015

Sommeil (taploème)

Sans titre (6).wma

Tu dors de ton sommeil écrasant de bonheur
Le drap frais rejeté d’un geste théâtral
Dévoilant cette débauche de blancheur
Dans une fuite jusqu’au triangle central

L’ombre de la nuit tamise ton image
Légers et fragiles sont les plis de ton corps
Je découvre en moi une envie d’abordage
Mais ton indolence devient un mirador

peinture,dessin,poème,poésie,taploème

Tu es belle de ton harmonie profonde
Je te contemple, enfant, comme les ondes
Sous les vibrations du chant du violoncelle

Ensemble nous sommes depuis la nuit des temps
Moitié rêvée, moitié réelle, jamais à contretemps
Tu demeures l’ineffable jouvencelle

© Loup Francart

02/03/2015

Au-delà

Un vrai taploème :

poème,poésie,dessin,acrylique