Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/04/2018

Le nombre manquant (52)

Ne sachant que faire, nous reprîmes le tableau élaboré à Paris chez Mathias. Que pouvait-il nous apprendre suite aux événements de la nuit ? Il leur était à peu près sûr qu’en ce qui concernait les ravisseurs, il ne pouvait s’agir que d’un seul individu. Enlever deux personnes en une nuit en des lieux différents semblait irréaliste. De plus, pourquoi enlever ces personnes ? Pour l’argent ? Nous aurions déjà reçu une demande de rançon puisqu’ils connaissaient l’adresse de l’hôtel et vraisemblablement notre existence. Ils avaient été capables de faire le lien entre Claire et notre petit groupe et l’existence du professeur et, probablement également, de sa confrérie. Il s’agissait donc forcément de personnes ayant une connaissance de nos recherches et intéressées par celle-ci. Ce qui nous semblait le plus probable étaient soit une organisation religieuse ou idéologique, voire en mal de connaissance, soit un État dominant cherchant à tout prix à maintenir son omniprésence.

– Et si nous cherchions ce qui peut intéresser ces organisations ou ces États dans nos recherches, me dit Mathias. Cela nous permettrait peut-être d’éliminer ou d’infirmer certaines hypothèses.

– Nous avons principalement, jusqu’à présent, et sans doute par manque de compétences, axés nos approfondissements sur la cosmologie et ses investigations par les nombres. Très peu en ce qui concerne les aspects philosophiques et religieux. On pourrait peut-être éliminer les églises, non ?

– Je ne crois pas. Les églises ont toujours été les premières à être bien renseignées et à s’intéresser à tout ce qui concerne l’origine du monde et aux lois de son évolution. Elle a condamné de grands savants, mais elle a également laissé des ecclésiastiques faire des recherches. Deux exemples : le Père Teilhard de Chardin, paléontologue et philosophe, pour qui matière et esprit sont deux faces d'une même réalité, et le chanoine Georges Lemaître, physicien et astronome, qui élabora sa théorie de l’atome primitif, début temporel de l’univers. Pour moi, les églises sont tout à fait susceptibles d’intervenir dans nos recherches si celles-ci s’avèrent innovantes ou risquent de remettre en question l’existence de Dieu.

– Soit, gardons-les présentes à l’esprit, accordais-je à Mathias.

– Tu ne crois pas si bien dire. Pour elles, l’Esprit, avec un grand E, est le moteur essentiel de l’univers et de la vie. La matière n’est que la manifestation de la divinité. Étonnant d’ailleurs de constater que certains scientifiques, tel Jean E. Charon, énoncent que chaque grain de matière possède une part de mémoire et donc de possibilité de choix, donc de liberté. Pour ces physiciens, l’esprit ne serait pas le propre de l’homme. La spiritualité serait ainsi contenue à l‘intérieur de certaines particules de "matière". La matière et l’esprit seraient deux aspects d’une même réalité, la matière étant l’endroit et l’esprit l’envers.

– C’est bien l’objet de notre entreprise, concilier la physique et la philosophie, la cosmologie et la théologie. Nous avons donc des précurseurs, scientifiques et visionnaires, voire mystiques.

– Oui, mais ils ne sont malheureusement pas écoutés.

15/04/2018

Le nombre manquant (51)

En début d’après-midi, nous prîmes rendez-vous avec le Commissari capo du rione[1] où se trouve l’hôtel. Celui-ci, après avoir écouté et posé quelques questions, désigna un ispettori superiori[2] qui parlait français pour l’enquête. Il leur déclara que c’est parce qu’ils avaient reçu un appel téléphonique désignant un enlèvement qu’ils pouvaient bénéficier d’une enquête. Une simple disparition ne suscite pas l’ouverture de recherche pour un adulte, comme en France, ajouta-t-il. Ils avaient convenu de ne pas s’étendre sur leurs recherches et de se présenter comme de simples touristes en visite à Rome. Mais ils durent bientôt entrer dans les détails.

L'inspecteur fut étonné d’apprendre que Claire était partie sans toucher à sa chambre, vêtue telle qu’elle y était arrivée. Serait-elle partie volontairement, comme si elle avait été appelée, probablement par l’intermédiaire de son téléphone portable ? Ce qui signifierait que la ou les personnes qui s’étaient emparées d’elle la connaissaient et connaissaient son numéro.

– Connaissez-vous l’adresse du professeur ? Nous demanda l’inspecteur.

– Nous ne connaissons que son lieu de travail qui est la villa Médicis où il est en charge des relations entre la ville de Rome et les résidents.

– Savez-vous s’il y habite ?

– Je ne crois pas, mais je n’en suis pas certain. Seule Claire pourrait nous le dire, remarquais-je.

– Demain matin, j’irai à l’Académie de France pour en savoir un peu plus. Cela va être une enquête longue et difficile, car, pour des raisons diplomatiques, il faut être discret et ne rien laisser apprendre à la presse. Vous connaissez la presse romaine, elle est à peu près semblable à celle de la France, surtout depuis l’apparition d’internet. Ne vous attendez pas à des résultats immédiats, sauf si bien sûr les ravisseurs se manifestent.

– Oui, mais d’un autre côté, je ne vois pas pourquoi ils les ont enlevés s’ils n’ont rien à nous demander.

– N’oubliez pas qu’ils détiennent déjà deux membres de votre groupe. Cela peut leur suffire. Là-dessus, il prit congé non sans nous rappeler de garder le contact et l’appeler si nous disposions d’éléments nouveaux.

 

[1] Les Rioni sont les quartiers situés dans le centre historique de Rome.

[2] L’équivalent d’un commandant de police en France.

10/04/2018

Le nombre manquant (50)

– Quant à la quintessence, autant que je souviens, c’est ce qu'il y a de meilleur, de plus précieux dans quelque chose ou chez quelqu'un.

– C’est la définition habituelle. Mais n’oublions pas que la quintessence vient du latin quinta essentia, soit « cinquième essence » et s’ajoute chez les philosophes anciens aux quatre premiers (la terre, le feu, l’air, l’eau) et en assure la cohésion ou la vie.

– J’avoue que pour un informaticien, tu es assez bon sur l’origine des mots. Bravo ! Mais cela nous apprend-il quelque chose ?

– Peut-être, de manière indirecte. C’est ce qu'il y a d'essentiel, de plus important dans un ouvrage, dans une œuvre, dans un concept et que l'on présente sous une forme résumée et condensée. Connaître ce mot de passe et savoir l’utiliser pourraient conduire à entrer dans un secret jalousement gardé par une barrière intellectuelle ou mystique.

– Quelque chose comme les différents sens de l’écriture dont Origène parle dans son homélie sur les nombres.

– Oui, ce pourrait être ça. La bible raconte l’histoire de la rencontre entre l’humanité et Dieu, mais elle est aussi terrain d’expérimentation de la vie spirituelle de tout homme et conduit à la découverte de soi.

– Ainsi, ce mot de passe, parce qu’il s’appelle quintessence, pourrait être une ouverture vers une autre compréhension ?

– C’est une possibilité, pas une certitude. Mais elle vaut la peine d’être creusée.

– Donc, si je comprends bien, les ravisseurs pourraient être intéressés par nos connaissances et tenter de se les procurer. Ce pourrait donc être un organisme qui aurait également pénétré dans notre base de données pourtant très sûre.

– N’allons pas si vite. Ne laissons pas marcher notre imagination.

On avait donc avancé, même si rien n’était résolu. Ils étaient vivants, on pouvait presque communiquer avec eux. L’homme paraissait intelligent, donc on pouvait négocier avec lui. On disposait d’un mot de passe sans savoir à quoi il pouvait servir. Ce n’était déjà pas mal. À nous de découvrir la suite. Mais comment et de quelle suite s’agit-il ?

– Dans tous les cas, il faut maintenant mettre les carabiniers dans le coup. Il est temps de faire une déclaration pour qu’ils tentent de retrouver Claire et le professeur.

04/04/2018

Le nombre manquant (49)

– Clément, c’est Claire. Nous sommes en danger. Enlevés. On ne sait qui. Un homme, grand, brun, avec lunettes, vêtu d’un costume gris, l’air intelligent, sans autre signe particulier. Nous ne savons où nous sommes. Ah oui, un mot de passe employé par l’homme : quintessence. Je ferme, il arrive. Ne rappelle pas !

Je n’eus pas le temps d’ajouter quelque chose et, de toute façon, j’étais tellement surpris que je n’aurais su quoi dire ou demander. Trop tard ! Mathias me regardait. Je n’avais pas eu le temps de mettre le mode haut-parleur. Il me voyait secoué et se demandait ce qui se passait.

– C’est un coup de fil de Claire. Très bref. Elle me disait qu’elle et le professeur (elle a dit nous, donc je pense qu’il s’agit du professeur) avaient été enlevés. Elle ne sait pas qui ou quelle organisation les a enlevés et ignore où elle se trouve. Elle a parlé d’un homme qui porte des lunettes, grand, brun, sans signe particulier. Elle a ajouté qu’il semblait intelligent. Elle a parlé d’un mot de passe : « quintessence ». Pour quoi faire, elle n’a rien spécifié, car elle a ajouté qu’il arrivait. Elle a coupé aussitôt.

– Et tu ne lui as posé aucune question ?

– Je n’ai pas eu le temps. Il fallait surtout que je l’écoute, puis elle a dû raccrocher parce que l’homme s’approchait, m’a-t-elle dit.

– Nous n’en saurons donc pas plus. Au moins, nous les savons en vie. Dieu soit loué ! Mais que pouvons-nous faire ?

– Nous n’avons, tentais-je de résumer, que deux éléments nouveaux en dehors du fait que nous les savons en vie. Premièrement, ils ont été kidnappés par un homme non identifiable. Mais les éléments d’identification sont pratiquement inexistants. Deuxièmement, nous avons un mot : quintessence. Cherchons d’abord au plus simple : le mot de passe.

– Le mot de passe, me dit Mathias, je connais. Je peux même te donner la définition de Wikipédia : un  mot de passe est un mot ou une série de caractères utilisés comme moyen d'authentification pour prouver son identité lorsque l'on désire accéder à un lieu protégé, à une ressource ou à un service dont l'accès est limité et protégé.

– Mais cela peut également être, avec une définition plus large qui existait avant l’informatique un signe de reconnaissance entre initiés.

– C’est vrai. L’informatique n’a pas tout changé !

30/03/2018

Le nombre manquant (48)

Le soir de ce premier jour d’investigation dans les notes de Claire, nous avions convenu de faire un point de situation pour confronter nos points de vue, remarques, intérêts, voire points remarquables que nous avions trouvés. Mathias commença :

– Pour ma part, j’estime que ces notes ont une réelle richesse. Elles constituent, me semble-t-il, une bonne synthèse des différentes théories d’interprétation des différentes religions : leurs rôles réels, leurs doctrines, leurs influences évidemment et, bien sûr, leurs nuisances. Mais je constate, à travers ce que j’ai lu, qu’une étude des dogmes, doctrines, rites des religions ne nous apprendra pas grand-chose. Nous pourrons creuser, creuser encore, nous aurons toujours quelque chose à découvrir, mais serons-nous plus avancés dans notre objectif, j’en doute. Il y a dans toutes les religions, ou au moins la plupart, une part d’adhésion sentimentale ou intellectuelle ou encore sociale, qui en fausse la vision. Elles demandent de croire en leurs dogmes, c’est-à-dire d’adhérer à une image de Dieu qu’on ne peut penser que selon leurs critères. Dieu ne s’impose pas à notre évidence : il faut croire en lui, ou pas.

– C’est une démarche subjective inverse de la démarche objective de la science où tout passe par l’expérimentation.

– Oui, effectivement. La science ne demande pas une adhésion spontanée. Elle démontre et laisse son interlocuteur croire ou non à sa démonstration qui s’appuie sur une expérience et des conclusions tirées de celle-ci.

– Pourtant, répliquais-je, il a bien fallu une force d’adhésion au départ suffisamment convaincante pour que de nombreuses personnes croient, s’engagent et vivent leur foi. Et cette force constitue bien une expérience personnelle au même titre qu’une expérience de physique.

– Oui, nuança Mathias, mais c’est une expérience qui ne peut être partagée, alors que l’expérience scientifique consiste à prouver la véracité d’un fait en démontrant à tous son existence que tous peuvent partager.

–  Si je comprends bien, la religion implique de croire et non forcément de vivre ce que la religion déclare comme vrai. C’est pourquoi beaucoup pensent que la religion s’arrête à une croyance à laquelle il convient d’adhérer.

– Je te ferai remarquer que toutes les religions ne voient pas l’adhésion de leurs pratiquants de la même manière. Prenons par exemple le Zen. Seule l’expérimentation de la pratique du non-mental compte. De même pour le yoga au travers des exercices corporels ou mentaux.

– C’est exact, confirmais-je, et c’est pourquoi les religions dites révélées disent qu’il ne s’agit pas de religion, mais simplement d’états psychologiques à atteindre.

– C’est vrai qu’il y a une différence fondamentale entre les religions révélées et les autres, soit les religions orientales, soit les religions dites naturelles des philosophes des XVII et XVIIIes siècles.

La sonnerie de mon téléphone portable me coupa. Je décrochais et j’entendis la voix de Claire, une voix effrayée, très faible, comme téléphonant en cachette.

21/03/2018

Le nombre manquant (47)

Il nous restait deux jours avant de déclencher une alerte massive auprès de la police, de l’ambassade de France, du Saint Siège et des médias. Il s’agissait de bien utiliser ces moments, aussi avions-nous décidé de les consacrer à la recherche, moi dans un domaine assez nouveau pour moi puisque c’était Claire qui était en charge des aspects religieux, mystiques et spirituels. Mathias devait travailler sur les trous noirs et mêmes, nouvelles découvertes oblige, les trous blancs.

Nous décidâmes avec Mathias de jeter un œil sur les dernières notes de Claire qui se trouvaient sur la base de données et que nous n’avions pas eu le temps d’examiner. J’avoue avoir eu du mal à dormir en raison des circonstances et me suis réveillé tôt. Aussi dès sept heures, je me plongeais dans les notes que Claire avait prises suite à ses lectures de livres traitant de ces sujets ou d’interviews d’auteurs ou même de véritables hommes de Dieu. Il y avait de nombreuses notes, plus ou moins importantes, certaines peu intéressantes ou pour un point seulement ; mais d’autres détenaient de véritables informations sur le point de vue que nous recherchions, c’est-à-dire la notion de déité au-delà des problèmes de dogme et de théologie. Ces notes posaient des questions importantes qui dépassaient la notion de Dieu vu à travers une religion : comme il y a de nombreux Dieux puisqu’il existe de nombreuses religions, y a-t-il derrière ce Dieu, un Dieu unique, une déité qui serait le seul véritable Dieu ? Ce Dieu pourrait être exprimé en concepts théologiques globaux ou non ? Aurait-il des attributs définissables ou non ? Cette Déité est-elle perceptible, identifiable ? Y a-t-il un monde spirituel comme il y a un monde physique et un monde psychique ?

J’avoue que je fus assez vite emmené dans des sommets qui me semblèrent impossibles à franchir. Le lecteur conviendra qu’un homme peu porté sur la théologie, les dogmes et même l’illumination mystique peut avoir des difficultés à se retrouver dans les écrits de saints, soufis, cheikhs, swamis, maîtres et autres appellations d’hommes supposés éclairer l’humanité. Il y avait également des résumés de livres ou d’articles de philosophes ou chercheurs en religion et enfin d’opposants à toute religion. Cela représentait un travail considérable effectué en peu de temps par, incontestablement, une personne à l’esprit clair et synthétique. J’en fis part à Mathias qui prit à sa charge l’analyse des théoriciens alors que je me chargeais de celle des praticiens.

19/03/2018

Prière

Mon Dieu, je ne vous adresserai qu’une seule prière, c’est de me laisser le temps d’apprendre et de connaître, en vous, toutes choses, dont moi-même. Donnez-moi la volonté de chercher, car ce n’est qu’ainsi que je vous trouverai.

Faites de moi celui qui n’est rien, apprenez-moi à m’oublier dans le reste des choses, et c’est en appréhendant le Tout que je deviendrai moi-même.

13/03/2018

Le nombre manquant (45)

– Quels États pourraient mener de telles actions, finalement ?

– Je pense tout de suite aux États-Unis, dit aussitôt Vincent, toujours intéressés par l’innovation et les idées permettant de maintenir leur supériorité sur le monde. Cela suppose des contacts avec des organisations comme la CIA ou FBI. On peut essayer, mais attention, on est ensuite sous leur œil et pisté définitivement.

– Pensons bien sûr également à la Chine ayant de visées de maîtrise mondiale économique et derrière géopolitique.

– C’est vrai, mais ce genre de recherche est moins dans leur habitude. Alors pensons plutôt à la Russie concernée sur le plan religieux par l’Orthodoxie, religion quasiment d’état, sur le plan géopolitique par une ambition ancestrale et sur le plan culturel par leur compétence en matière de renseignement.

–  C’est exact. Plaçons la Russie en numéro deux derrière les États-Unis. Quant aux autres États, je ne vois pas lesquels pourraient être concernés.

– Mais bien sûr que si. Vous oubliez l’Islam en tant que religion qui couvre l’espace politique du Moyen-Orient. Les gouvernements de ces pays associent leur action politique aux visées politiques islamistes. Je pense bien sûr à l’Iran, à l’Arabie Saoudite, à la Turquie avec Erdogan, et aux rivalités entre tous les petits pays du Proche-Orient. Ah, et puis, bien sûr au Pakistan devenu un foyer important de l’islamisme avec derrière le spectre du nucléaire.

– Là aussi, trop de pays, trop de renseignements à acquérir, trop de contacts à établir. Et il nous reste encore les organisations !

Le lecteur doit commencer à trouver qu’on exagère. Au cours de ces deux heures de brainstorming beaucoup d’idées furent remuées. Elles concernaient des domaines inconnus de nous autres : la géopolitique, le renseignement, la diplomatie, la direction des religions et beaucoup d’autres choses encore. Ils se demandent si cette frénésie d’hypothèses n’est pas un peu exagérée pour une disparition de 48 heures de deux personnes qui n’ont jusqu’à présent jamais manifesté la moindre intention de s’attaquer ou même s’intéresser à la marche du monde et au pilotage difficile des rapports entre les nations ou les religions. Aussi je pris la parole :

– Non, on laisse tomber. On a déjà beaucoup trop de pistes qui sont plus probables que celles des organisations qu’elles soient mafieuses et scientifiques.

Un soupir inaudible de soulagement sortit de la bouche des deux autres participants qui, eux-mêmes, commençaient à trouver qu’on avait du travail pour dix ans alors que l’objet de nos recherches était bien différent.

– Je propose, dit Mathias, que, dans un premier temps, nous attendions un peu plus avant de nous lancer dans ces investigations. Disons encore deux jours. Et puis, essayons de penser à une action volontaire de leur part et de savoir ce qui aurait pu se passer. Rappelez-vous ce qui vous est arrivé depuis deux jours. Auriez-vous été contacté à Paris par quelque personne dont la demande vous aurait paru bizarre ? Ou par quelqu’un qui vous aurait proposé quelque chose d’insolite ? Auriez-vous reçu une lettre incompréhensible que vous auriez jetée parce qu’elle vous semblait hors contexte ? Ou encore un paquet que vous n’auriez pas encore ouvert ?

12/03/2018

L'infini de l'amour

Comment ne pas se sentir ridiculement petit devant ce monde à aimer en même temps que Dieu ?

Une vie ne suffit pas pour apprendre à aimer Dieu.

Une vie ne suffit pas pour apprendre à aimer le monde.

Pourtant, Dieu ne nous demande pas un choix.

Il veut l’un et l’autre.

09/03/2018

Le nombre manquant (44)

– En fait, remarquais-je, tout ceci ne nous apprend rien de plus que ce que nous savions déjà. Il faudrait maintenant entrer dans une recherche beaucoup plus poussée des individus, organisations ou États susceptibles  d’être intéressés, ce qui n’est pas une moindre affaire. Mais on peut y réfléchir. Prenons par exemple, la catégorie des religions. Lesquelles énumérer ?

– Eh bien, tout d’abord, la religion catholique, organisée, institutionnelle, détentrice ainsi de pouvoirs sur les sociétés et le affaires du monde. Ce n’est pas nouveau et il est inutile d’énumérer les exemples.

– C’est vrai, mais est-ce si sûr de nos jours ? Il me semble que l’église a perdu beaucoup de pouvoir temporel et que la société civile et les notions de laïcité bloquent leurs prétentions.

– Justement, raison de plus pour inciter certains fanatiques à agit pour un retour à leur capacité de pouvoir.

– Je vous ferai remarquer, dit Mathias, que l’Islam est au moins autant, sinon plus, susceptible d’avoir les mêmes raisonnements et donc les mêmes actions. Je dirai même, beaucoup plus susceptible.

– C’est exact. On pourrait même la faire passer en premier dans l’ordre des probabilités, en raison des événements actuels et de leur montée en puissance dans tout le Moyen-Orient. Leurs capacités à utiliser Internet pourraient même nous inciter à étudier en premier lieu cette possibilité.

– Pour poursuivre notre tour des religions, je pense que l’orthodoxie et le judaïsme pourraient également être concernés.

–Oui, certes, mais pas pour les mêmes raisons, me semble-t-il. Se mêlerait alors un fort aspect politique et étatique, que serait la défense de la Russie telle que l’imagine Poutine ou la défense du peuple hébreu, moteur de l’action du gouvernement de Tel-Aviv. Ce qui réduit considérablement leur intervention. Ces États attendraient simplement que nos recherches soient beaucoup plus avancées pour intervenir.

– C’est exact. Gardons-les, mais pour des recherches ultérieures.

– Voyez-vous d’autres religions qui pourraient être intéressées ?

– C’est assez réduit, je dirai même inexistant. Les religions et courants religieux issus du Bouddhisme sont moins organisés, plus foncièrement pacifiques et moins missionnaires. Je pense qu’on peut les écarter. Les religions hindouistes peuvent être plus guerrières, mais elles restent géographiquement tournées vers l’Asie et idéologiquement et historiquement plutôt pacifiques, comme le Bouddhisme.

– Alors, pour devenir plus pragmatique, conclut Vincent, il faut se concentrer sur l’Islam et l’Église catholique principalement, voire l’Orthodoxie et le Judaïsme. Êtes-vous d’accord ?

Ce fut unanime et cela représentait déjà un travail énorme et une recherche de renseignements trop importante pour trois personnes, d’autant plus que les deux autres possibilités d’acteurs n’avaient pas encore été envisagées : les organisations à visées dominantes et les États.

05/03/2018

Le nombre manquant (43)

– Au fait que désirez-vous savoir ? me demanda l’artiste.

– Eh bien, je vous avoue que cela fait maintenant deux jours que le professeur et sa secrétaire sont absents et peut-être pourriez-vous me renseigner sur leur emploi du temps ou les raisons de leur absence.

– Je vous avoue que les pensionnaires ne sont pas mieux placés pour connaître l’emploi du temps du professeur. Peut-être devriez-vous vous adresser à la secrétaire générale, elle sera plus à même de vous indiquer où se trouvent le professeur et son assistante. Je vais la prévenir de façon à ce que vous n’attendiez pas.

Je rencontrais la secrétaire générale, une femme efficace, semblait-il, mais qui ne savait rien sur l’absence du professeur et encore moins sur celle de son assistante.

– Nos responsables ont besoin de nombreux contacts extérieurs et pour cela sont très libres dans leur emploi du temps, me dit-elle.

L’heure avançait, je devais rentrer à l’hôtel pour la réunion programmée. Aussi quittais-je la villa Médicis, sans avoir pu véritablement progresser sur la disparition de Claire et du professeur.

 

– Voilà. J’ai repris le tableau que nous avions fait à Paris. Que nous apprend-il ? s’interrogea Vincent.

– Plus je réfléchis, remarqua Mathias, sur les auteurs de ces actes encore non identifiés, plus je penche vers trois catégories de personnes : en premier lieu les religions toujours poussées par la protection des dogmes et de la morale ; en second lieu, les organisations à visée dominantes stimulées par la connaissance et l’influence ; enfin, les États dont l’objectif est la conquête ou le maintien à la fois au plus haut niveau géopolitique et en même temps réservé à la caste des politiques. Il me paraît évident que la première catégorie est la plus susceptible d’avoir un rôle dans nos difficultés. Juste un mot encore. On pourrait ajouter à ces trois possibilités certains scientifiques, individuellement, dont l’objectif pourrait être la reconnaissance de la communauté savante. Il y a et il y aura toujours des savants fous !

– Gardons cette hypothèse à 3% de possibilités, mais les recherches dans ce cas seront très difficiles, voire quasiment impossibles sauf erreur de sa ou de leur part, remarqua Vincent.

– Pourquoi ? Je te fais remarquer que nous avions mis un indice de 2 pour cette catégorie de personnes.

– Oui, c’est exact. Mais autant je vois la possibilité d’une intervention de scientifiques pour connaître nos recherches, autant je ne les vois pas organisant un kidnapping ou une action de force.

– Je le concède, cet élément nouveau, une éventuelle action contre Claire ou même le professeur change la donne des possibilités.

– En fait, remarquais-je, tout ceci ne nous apprend rien de plus que ce que nous savions déjà.

01/03/2018

Le nombre manquant (42)

Je souhaitais revoir les artistes avec lesquels nous avions conversé lors de notre visite à la villa Médicis. Vous vous souvenez que j’avais pris le rôle de directeur d’une agence de communication pour nous introduire auprès des artistes résidents. Cela restait une bonne introduction pour aller prendre le pouls. Je pris le temps tout d’abord pour me promener dans les jardins, puis pour admirer la vue sur Rome et enfin pour visiter ce magnifique palais qui est bien plus qu’une simple villa. Je me laissais aller à regarder les pièces d’exposition et les tableaux qui ornaient les murs et  me présentais vers seize heures à l’académie. Rappelant mon rôle, je demandais à voir le jeune artiste qui travaillait sur les chiffres en verre. Après quelques minutes d’attente, je fus introduit dans son atelier.

– Je me souviens très bien de vous, me dit Pierre Englebert, et du jour auquel nous nous sommes vus. C’était il y a peu quand le professeur vous faisait visiter les logements de quelques pensionnaires et leurs travaux. Plus particulièrement de votre tête lorsque le professeur se fâcha à propos du nombre qui devait achever  le lustre en verre que j’étais en train de faire.

– Cela s’est donc tant vu ?

– Oui, nous nous sommes habitués à de telles sorties. Mais vous, quelle tête !

– J’avoue avoir été un peu surpris, sinon décontenancé.

– Oui, le professeur est parfois abrupt, décalé et surprend les visiteurs par des remarques originales traitant tantôt de cosmologie, tantôt de philosophie et tantôt de religion et même de mystique. C’est un être assez étonnant qui ne s’arrête pas à ce qu’il connaît et qui tente d’élargir en permanence sa vision du monde sur des sujets à l’extrême pointe de la recherche. C’est pour cela que les pensionnaires l’apprécient malgré ses sorties parfois scabreuses.

– À ce propos, savez-vous pourquoi celui-ci vous a dit « Non, pas zéro, orez ! » Est-ce habituel chez lui ou cette injonction est-elle nouvelle ?

– Vous devez vous souvenir qu’il l’a en partie explicité. Mais je ne l’avais jamais auparavant entendu dire quelque chose de cet ordre. Cela doit dater de trois à six mois au plus.

– Cet orez dont il parle a à voir avec l’infini, mais j’avoue que pour l’instant, je ne vois pas.

– Il parle assez souvent d’infini potentiel ou en puissance et d’infini en acte. Je concède que je ne suis pas capable de bien distinguer les deux notions. Il a repris une fois la définition d’Aristote, « l’infini est ce qui est tel que lorsqu’on en prend une quantité, c’est-à-dire quelque grande que soit la quantité qu’on prend, il reste toujours quelque chose à prendre »[1]. Je pense que c’est ce qu’il appelle l’infini en puissance : il est toujours possible de l’augmenter dès l’instant où l’on découvre quelque chose de plus.

– C’est sans doute ainsi, tentais-je d’expliquer, que Jean Duns Scot prétend que l’infini n’est pas ce qui laisse toujours quelque chose derrière, mais bien ce qui excède le fini selon toute proportion déterminée ou déterminable[2]. Mais ce qui me semble le plus intéressant chez Scot, c’est la transposition qu’il fait de la physique à la métaphysique. Il parle d’ « être infini actuel, indépassable en entité », qui serait « véritablement un tout, et un tout parfait ».

Mon interlocuteur resta coi. Il semblait avoir du mal à me suivre. Peut-être me trompais-je et le professeur n’avait jamais parlé de ces comparaisons possibles entre le monde physique et le monde spirituel.

 

[1] Aristote, Physique, III, 6, 206 b 32-207 a 15[207 a 7-8], dans Sondag 2005, p.119 

[2] Quolibet V (Olms, p. 118) dans Sondag, Duns Scot : la métaphysique de la singularité, p. 107        

25/02/2018

Le nombre manquant (41)

– Bon, revenons à nos moutons, dit Vincent. Mais si tel était le cas que nous venons d’évoquer, il est probable que le professeur n’est pas concerné et qu’il s’est absenté pour une autre raison. Donc deux hypothèses : une agression ou un enlèvement qui d’ailleurs est qualifié d’agression par la police.

– Dans le fond, est-il possible qu’il n’y ait eu en premier lieu une agression ou un enlèvement et que celui-ci se soit transformé en accord avec Claire ou le professeur pour des raisons d’informations qu’ils jugeaient très intéressantes.

– Ce n’est pas impossible. Mais tout de même quelque peu invraisemblable. Disons une chance  sur dix.

– Bon, dis-je. Nous avons à peu près fait le tour des possibilités en ce qui concerne l’incident qui a provoqué leur disparition. Mais finalement cela ne nous avance guère. Nous n’en savons pas plus. Où peuvent-ils être ? Pourquoi si l’incident est voulu par eux ou par qui autrement ? Posons-nous donc la question des causes. Pourquoi cette absence non explicitée ?

 – Très sérieusement, je ne crois pas à un vol de valeurs. C’est donc pour des documents ou encore pour leur soutirer une information qu’ils auraient disparu. Ou également pour qu’ils donnent volontairement une information  à quelqu’un.

– Toutes ces suppositions me paraissent intéressantes. En effet que peuvent avoir à cacher Claire ou le professeur : le fruit de leurs investigations et travaux. Rien d’autre. C’est donc bien à notre recherche que l’on s’en prend et à l’avancée de nos travaux.

– Alors, qui peut chercher à percer notre secret ? Il me semble que nous avons déjà abordé cette question et que l’on a identifié des personnes ou organisations qui pourraient être intéressées.

– Oui, c’est vrai. Tu te souviens, c’était au début de notre recherche sur qui remplaçait le zéro par orez. On avait même fait un tableau. Il faut le reprendre et essayer d’aller plus loin. Nous nous sommes peut-être trompés et creuser plus avant notre analyse.

–  Ne poursuivons pas, dis-je. Attendons de disposer du tableau que Vincent va extraire de la base de données et puis nous réfléchirons à nouveau. Rendez-vous ce soir vers 19 heures pour reprendre le brainstorming. Pendant ce temps, je vais aller faire un tour à la villa Médicis. Mathias, que feras-tu ?

– Je vais faire le tour de l’actualité des chercheurs en cosmologie ainsi que celle des recherches théologiques et spirituelles.

 – Bon. Alors, à tout à l’heure !

21/02/2018

Le nombre manquant (40)

– oui, au lieu d’un homme à suivre, ils pourraient avoir découvert un endroit où le téléphone ne passe pas et ils ne peuvent s’en éloigner parce qu’il a trop d’importance pour eux et qu’il faut le surveiller.

– Oui, une sorte de cave ou de tunnel. Mais pourquoi ?

– il est aussi possible qu’ils ne puissent communiquer parce qu’ils risquent d’être écoutés.

– c’est aussi une possibilité effectivement. Mais cela me semble peu probable, car ils peuvent mettre le téléphone sans le son et envoyer un SMS.

– Bon, arrêtons nos spéculations sur une disparition volontaire. Il me semble qu’il serait intéressant de se poser la question d’une disparition involontaire, c’est-à-dire provoquée par quelqu’un, telle qu’un enlèvement, un accident ou autre.

– Au fait, nous n’avons pas interrogé la police. Ils se pourraient qu’ils aient été arrêtés sous un prétexte quelconque ou que quelqu’un est signalé une agression.

– C’est une hypothèse, mais tellement peu probable. Disons, moins de 3% de chance.

– Je parle italien couramment, dit le hacker Vincent. Je vais les appeler.

Il sort, cherche le numéro de la police et leur pose la question. Toutes les informations étant centralisées il devrait avoir une réponse assez vite. Trois minutes plus tard, Vincent revient et nous fait un signe de négation. Rien auprès de la police.

– Nous pouvons donc écarter l’hypothèse d’un accident ? suggéra Mathias.

– En principe oui, sauf si cet accident n’a pas été signalé ou a été camouflé.

– Dans ce cas, il s’agit très probablement d’une agression volontaire, n’est-ce pas ? Alors, passons à cette autre hypothèse, ajouta Mathias.

– C’est-à-dire ? Un enlèvement ?

– cela est possible, mais pourquoi ?

– Nous verrons le pourquoi plus tard. En dehors de l’enlèvement, il y a en effet ce qui a été évoqué tout à l’heure, une attaque pour leur voler quelque chose : argent, bijoux, biens ou même documents.

– Pourquoi pas ? Claire nous a souvent dit qu’elle accompagnait le professeur à des réunions et qu’ils emportaient toujours une serviette pleine de documents. Cela est tout à fait plausible.

– Oui, mais pas au moment du coucher. Souvenez-vous que nous n’avions rien de prévu hier soir. Je l’ai laissé devant sa porte après le diner, dis-je en me rappelant ce qui s’était passé.

– Mais peut-être quelqu’un est passé ensuite avant qu’elle ne se couche.

– C’est possible, mais dans ce cas le veilleur de nuit l’aurait vu sortir. Il m’a dit qu’il n’avait vu personne ni entrer ni sortir.

– Il s’est peut-être absenter ne serait-ce qu’un bref temps, ne serait-ce qu’une envie pressante.

– Eh bien! Nous pourrons l’interroger ce soir puisqu’il est là à partir de neuf heures.

– N’oublions pas non plus qu’on a écarté une agression puisque la police n’a eu aucun compte-rendu de ses agents sur le terrain.

16/02/2018

Le nombre manquant (39)

Mathias et Vincent débarquèrent à l’hôtel vers onze heures du matin. J’avais retenu deux chambres la veille au soir et je leur laissai une demi-heure pour se rafraîchir et se changer. Puis nous nous réunîmes dans un petit salon que j’avais retenu.

– Alors, où en est-on ? demanda Mathias d’emblée de jeu.

– Je n’ai rien d’autre à vous annoncer que vous ne savez déjà : Claire n’était pas là hier au petit déjeuner, sa chambre n’avait pas été utilisée au cours de la nuit et le professeur n’a été au bureau ni hier, ni ce matin.

– Pensez-vous que les deux disparitions sont liées ou non ?

– Il m’est difficile de choisir. Certes, Claire était l'assistante du professeur, particulièrement dévouée et au courant de ses affaires, y compris de sa confrérie dont les recherches sont proches de nous. Mais d’une autre côté, je sais que le professeur avait assez souvent l’habitude  de disparaître quelques jours sans dire où il allait et pendant combien de temps. Au fond ce qu’il faudrait arriver à savoir, c’est principalement pourquoi ils ont disparu et non dans quelles circonstances.

– Il serait également indispensable de savoir si ces deux absences sont volontaires ou non, c’est-à-dire si elles viennent d’eux-mêmes, ou si on les a forcés à partir.

– Exact, mais comment le savoir ?

– Alors, allons-y ! Considérons tout d’abord que s’ils sont ensemble ou non importe peu. Ce n’est peut-être pas vrai, mais il faut bien commencer par un bout. Si cette disparition est volontaire, pourquoi ? Qu’est-ce qui aurait poussé l’un et l’autre ou l’un ou l’autre à disparaître sans laisser ne serait-ce qu’un message ?

– Je vois en premier une piste à suivre, annonça aussitôt le hacker. Disons un homme à ne pas perdre de vue parce qu’on a eu la chance de tomber dessus au bon moment. Bref, faire une filature en improvisant parce qu’elle est extrêmement importante pour connaître le lieu où il se rend ou les gens qu’il rencontre.

– Il se peut aussi que son ou leurs téléphones portables n’aient plus de batterie, dit tranquillement Mathias.

– peut-être, mais depuis une journée ils auraient trouvé une prise pour recharger.  

– Oui, mais quand on suit quelqu’un on ne peut s’arrêter.

– Bon, ne nous égarons pas. Y a-t-il d’autres causes pour un manque de nouvelles volontaires ?

12/02/2018

Le nombre manquant (38)

En fin d’après-midi, je décidai d’appeler notre informaticien à Paris. Il devait être rentré du travail et pourrait peut-être me donner de bons conseils. Celui-ci décrocha tellement rapidement qu’il en fut surpris. « Oui, un pressentiment », confirma-t-il. Je le mis au courant de l’absence de Claire et du professeur, sans que les deux défections soient forcément liées.

– Ce que tu me dis me paraît grave. Certes, les deux absences ne sont pas forcément liées, mais il y a cependant de grandes chances que ce soit le cas. Mais pourquoi ? Elle n’aurait pas laissé quelque chose dans sa chambre, un papier, un signe discret, quoi que ce soit qui indique qu’elle partait et éventuellement pourquoi.

– Je n’ose pas trop retourner dans sa chambre, car s’il y a une enquête de police, on pourrait m’objecter que je cherchais à cacher des preuves. Mais ce matin, je n’ai rien vu.

– Je te propose d’attendre pour aller à la police. Elle ou ils vont peut-être rentrer ce soir ou cette nuit. Je crois cependant qu’il serait bon que nous venions, moi et Vincent, à Rome pour t’aider. Il me semble difficile pour toi d’assumer seul cette absence et les recherches nécessaires. Nous prenons le premier vol demain matin et serons auprès de toi en fin de matinée. Cela te convient-il ?

– Oui, cela me paraît plus sage. Nous ne serons pas trop de trois pour effectuer nos recherches et poursuivre notre mission, car très probablement les deux sont liées.

L’après-midi fut longue et la soirée encore plus. Aucune nouvelle, ni de Claire, ni du professeur. Je pris soin de téléphoner à la villa Médicis en demandant que l’on me joigne si l’un de deux se manifestait au bureau. Mais je ne reçus aucun appel.

08/02/2018

Le nombre manquant (37)

Je décidais d’attendre jusqu’à l’heure du déjeuner avant d’alerter. Mais qui ? Je ne savais. Autant l’avouer, j’étais décontenancé, quasiment perdu dans cette ville que je connaissais peu et dans un milieu qui, cette fois-ci, me semblait hostile. Je décidais de sortir plutôt que de tourner en rond dans ma chambre et de me ronger les sangs. Mais sitôt dehors je me dis que peut-être Claire pourrait me faire parvenir un message à l’hôtel. J’avais cependant pris la précaution de me munir de mon téléphone portable, au cas où. Je déambulais le long du Tibre, contemplant ses eaux noires, en me demandant ce qu’elle avait bien pu faire. Soudain, je me rendis compte que la première chose à faire était de téléphoner au professeur Mariani pour savoir si elle avait rejoint son lieu de travail ce matin. Je m’assis sur une grosse pierre et composai le numéro de son bureau. La seule personne que je réussis à joindre était une femme de ménage de la villa Médicis. J’eus beaucoup de mal à lui expliquer que je voulais parler au professeur Mariani ou à sa secrétaire particulière, mais elle ne les avait vu ni l’un ni l’autre ce matin. Diable, comment cela se faisait-il ? Je commençais à m’inquiéter réellement. Non seulement Claire avait disparu, mais également le professeur. Cela aurait-il un lien avec sa confrérie ? Cependant, je savais qu’il arrivait assez fréquemment au maître de ne se rendre au bureau qu’en début d’après-midi. Donc, ne pas paniquer et attendre jusque vers trois heures pour retéléphoner. Je rentrai à l’hôtel pour déjeuner et demandai au portier si l’on avait laissé un message à mon intention. Rien. Attendons encore un peu. Je passais le repas à envisager diverses circonstances qui auraient pu amener une telle situation. Mais je dus avouer que rien d’intéressant ne sortit de ce soliloque, mes pensées étaient trop embrouillées et manquaient totalement de cohérence. À deux heures trente, je retéléphonai à la villa Médicis, mais ni le professeur ni Claire n’était apparu. La personne que j’eus au bout du fil me dit qu’il était assez fréquent que Monsieur Mariani s’absente une journée et que cela n’avait rien d’anormal. « Peut-être a-t-il eu besoin de son assistante », ajouta-t-il en pensant à notre collègue. Je ne pus rien en tirer de plus et n’étais pas plus avancé. Je remontai dans ma chambre, inquiet, ne sachant que faire. Inutile d’aller à la police. Tout d’abord je ne parlais pas suffisamment bien italien et de toute façon, ce que mon correspondant de la villa Médicis m’avait dit ne m’inclinait pas une telle démarche. La police m’aurait simplement dit d’attendre, qu’il n’y avait aucune raison de s’angoisser. Et pourtant, j’étais inquiet.

04/02/2018

Le nombre manquant (36)

Claire me raconta le lendemain ce qui s’était passé. Nous avions la réponse que nous cherchions sans que nous ayons eu besoin de la rechercher. Mais, que nous apprenait-elle ? Pas grand-chose. Certes nous savions que le professeur était quelque peu exalté, idéaliste même, qu’il pouvait à certains moments disjoncter et ne plus savoir ce qu’il disait, mais c’est tout. Qu’en conclure ? Nous pouvions lui faire confiance quant à la franchise de ces paroles et de son action, mais jusqu’à une certaine limite, difficilement identifiable. Que faire ? Nous décidâmes d’en référer à ceux qui étaient restés à Paris.

– Trop risqué, dit Vincent. Il est sans doute sincère et vrai, mais il est incontrôlable. Nous ne pouvons nous reposer sur quelqu’un qui peut déjanter à tout moment.

– Certes, mais ils peuvent nous apporter un soutien réel dans nos réflexions, dit Mathias. Depuis l’incident du remplacement du zéro par l’orez, nous n’avançons plus. Ils apporteraient un souffle nouveau, une autre manière de voir. À nous de tenir notre homme pour nous livre ses secrets.

– C’est vrai, mais nous livrons également les nôtres. Et ils sont avancés quoi que vous en pensiez, dit Claire. Oui, certes, agrandir notre cercle serait utile, mais après tout, que savons-nous de ce qu’ils ont découvert. Avons-nous eu une seule fois accès à leur propre connaissance ? Alors, de quel côté la balance doit-elle pencher ?

– C’est exact. Nous devons savoir ce qu’ils cachent derrière leurs apparences doucereuses avant de nous engager avec eux. Quant aux membres de la confrérie du professeur, sans doute faudrait-il mieux faire connaissance avec eux,  puis passer ensemble un pacte, même derrière le dos du professeur.

Je m’interposai :

– Sûrement pas ! Celui-ci est ouvert et vrai, ne cherchons pas à le tromper, cela pourrait nous en coûter.

– Soit, alors mêlons-nous à eux sans perdre notre autonomie ! Mais ne perdez pas trop de temps pour pouvoir rentrer à Paris au plus tôt et reprendre nos recherches.

 

31/01/2018

Le nombre manquant (35)

Un silence pesant se mit à régner sur la salle. Chacun se demandait comment allait finir cette confrontation qui se révélait passionnante.

– Parlons comme Cantor et raisonnons comme lui. En théorie des ensembles, le symbole le plus pur de zéro n’est pas le zéro, mais un ensemble vide que Cantor appelait l’ensemble originel qui, bien sûr, est vide, donc égal à zéro. Cet ensemble vide et le zéro sont côte à côte, mais restent séparés. Alors Cantor va placer le zéro à l’intérieur de l’ensemble vide. Et c’est une révolution, car désormais l’ensemble n’est plus vide puisqu’il contient le zéro, c’est-à-dire un élément. Le cardinal de l’ensemble considéré n’est plus zéro, mais un. À partir de zéro est engendré le Un. Et de là, on engendre le deux et ainsi de suite jusqu’à l’infini.

L’homme qui venait de parler était grand, les cheveux grisonnants, l’œil vif. Il se tenait modestement droit, mais pas figé, et souriait à l’assemblée sans paraître gêné.

La femme qui avait parlé auparavant, resta un moment silencieuse, puis se leva pour répliquer :

– Introduire le rien dans une boite vide ne crée pas quelque chose de réel. On peut à la limite dire que ce quelque chose est imaginaire, mais c’est tout. Ce n’est qu’un tour de passe-passe !

– Je vous répliquerais simplement ce que dit magnifiquement le philosophe des sciences Wesley Salmon : "L'imbécile croit que les ensembles vides n'existent pas. Mais s'il en était ainsi, alors l'ensemble de tous ces ensembles serait vide, et par conséquent, celui-ci serait l'ensemble vide..."

Soudain, le professeur commença à s’agiter, parlant de plus en plus fort, avec de grands gestes :

– Les nihilistes, les nihilistes ! Le néant n’existe pas. C’est la pensée de l’homme qui l’a inventé, la pensée d’êtres ne voyant que le monde matériel, sans oser une seule fois se dire que ce qu’ils pensent n’est pas matériel, mais que cette pensée existe, qu’elle est réellement puisqu’elle est dite et bien dite.

Il rassembla ses papiers, les remit dans sa sacoche et, sur le point de se lever, se ravisa :

– Je crois à un monde immatériel qui est supérieur au monde matériel, qui l’interpénètre et le guide pour qu’il progresse vers la compréhension. Vous ne pourrez m’empêcher de l’aider ! La séance est terminée.

Il se leva brusquement, mit ses notes dans sa serviette et partit sans rien ajouter de plus. Claire s’empressa de fermer son ordinateur et le suivit sans mot dire.

27/01/2018

Le nombre manquant (34)

S’adressant à Claire, il poursuivit :

– Je vais, moi, vous expliquer les raisons de ce changement de dénomination. Pendant longtemps, le zéro n’existait pas. Pourquoi ? Tout simplement parce que le zéro n’est qu’un caractère permettant d’écrire les chiffres supérieurs à neuf de manière particulièrement aisée jusqu’à l’infini. En tant que chiffre, comme il ne désigne pas l’existence d’une chose ou d’une personne, il n’existe pas. À quoi servirait de compter ce qui n’existe pas. C’est une absurdité ! On ne peut compter logiquement qu’à partir de un, c’est-à-dire une unité représentant une chose ou une personne qui n’est pas divisible. C’est un point de vue tout ce qu’il y a de plus naturel : le zéro n’est qu’un caractère permettant de développer de manière simple la numération au-delà de neuf et il n’est rien de plus ! Ceci est d’autant plus vrai qu’il est impossible de dire il n’y a rien si l’on ne sait pas qu’il n’y a rien. Dans le monde matériel, le rien n’existe pas. Les moindres recoins du tout contiennent bien quelque chose, ne serait-ce qu’un rien qui déjà constitue un quelque chose que l’on appelle un, même si on ne veut pas se l’avouer. L’univers ne peut contenir le rien, car il est parce qu’il y a quelque chose. L’univers est un plein infini qui ignore le rien et qui ne peut même le concevoir.

Claire se sentit soudain submergée par ces paroles qu’elle ne parvenait plus à comprendre. Le professeur Mariani parlait d’une voix de fausset, cherchant plus à convaincre qu’à démontrer. Les membres de sa confrérie se taisaient, l’air consterné. Ce ne devait pas être la première fois qu’il faisait une telle sortie et les quelques coups d’œil échangés entre eux montraient à l’évidence qu’ils ne savaient comment dépasser ce point de désaccord.

– Maître, je conteste votre point de vue, reprit la femme ayant parlé en premier. Si le mot rien existe, c’est bien parce qu’il désigne quelque chose, comme le chiffre zéro. Si l’on vous demande s’il y a quelque chose dans une pièce et qu’il n’y a rien, il y a bien zéro chose.

– C’est absurde. Certes, il n’y a rien dans la pièce, mais la pièce existe, elle. Il y a donc quelque chose, un Un ne contenant rien, mais tout de même un quelque chose, c’est-à-dire le Un. Dès l’instant où l’on imagine même le rien, on l’imagine à l’intérieur ou à l’extérieur de quelque chose, au minimum d’un Un qui est une réalité matérielle. Il peut ne pas y avoir de contenu, mais il y a toujours un contenant. Il peut également y avoir un contenant qui engloberait tout, mais ce contenant est infini et n’a pas de limites. Alors que l’on parle de rien, que l’on parle de zéro en tant que caractère permettant la numération des nombres jusqu’à l’infini, mais pas de zéro en tant que chiffre. Le zéro n’existe pas dans le monde matériel, il peut n’y avoir rien, mais il y a toujours un Un qui contient ce rien.

L’assistance semblait quelque peu médusée. Elle écoutait cette confrontation entre les idées avec respect, mais réticence. Il lui semblait que quelque chose clochait, mais elle était incapable de définir de quoi il s’agissait. Lorsque quelqu’un se leva pour dire d’une voix égale :

– Ce dialogue me rappelle l’opposition existant entre Georg Cantor et son opposant permanent, mais non déclaré, Léopold Kronecker à propos, en particulier, de l’énigme dite de l’ensemble vide. Énigme en effet, car à partir de rien est engendré le Un.

23/01/2018

Le nombre manquant (33)

Tous se levèrent à leur apparition. Le maître s’avança, saluant chacun d’une poignée de main, puis se dirigea vers le fauteuil  de bout-de-table et leur fit signe de s’assoir. Une petite chaise avait été prévue pour Claire qui put s’installer et sortir son ordinateur. Le maître prit la parole :

– Mesdames, Messieurs, aujourd’hui a lieu une réunion extraordinaire de notre confrérie. Vous connaissez Madame Claire Perthuis, mon assistance. Il s’avère qu’elle fait également partie d’un groupe de réflexion assez proche du nôtre, réfléchissant sur les mêmes sujets. Cependant, ce groupe s’interroge sur le sens que nous accordons au mot orez et pourquoi quelle raison nous écartons définitivement le mot zéro.

Alors je vais vous demander de tenter d’expliquer ce changement de mot de la manière la plus compréhensible possible.

Claire resta ébahie par cette irruption dans ses préoccupations, mais malgré tout heureuse que le problème soit ainsi abordé. Comment avait-il pu savoir la question qui la préoccupait ? Il avait devancé leur proposition de les intégrer à leur groupe et prenait la main sans avoir l’air de rien, répondant même à leur interrogation. Cependant il semblait que tous n’étaient pas de l’avis du maître.

– Mon cher Mariani, je vous ferai remarquer que nous ne sommes pas tous du même avis que vous, dit d’une voix sûre d’elle une femme d’une cinquantaine d’années. Nous sommes tout à fait reconnaissants aux générations passées de nous avoir dévoilé le zéro, chiffre particulièrement important pour l’ensemble des mathématiques modernes.

– Je dirai même que nous sommes contre l’abolition du zéro au profit de l’orez, car il ne s’agit que d’un changement de nom sans grande signification, ajouta un homme grand, maigre et moustachu, d’une quarantaine d’années. Vous me faites l’effet de ces gouvernements qui n’ayant rien de sérieux à proposer, se complaît à un discours obligatoirement correct en changeant tous les mots concernant les sujets qui posent problème.

– Restons-en la, dit un jeune homme bien mis. Nous nous sommes donné un maître dont le rôle est de faire la synthèse de nos pensées, en l’occurrence le professeur Mariani. Je vous rappelle que ce n’est pas la première fois que nous avons des discordances sur ce sujet. Alors, cessons de nous battre et adoptons le point de vue du professeur.

– Le problème est justement qu’on ne comprend pas son point de vue et qu’il a du mal à nous l’expliquer, c’est pourquoi il veut à tout prix que nous l’adoption sans discussion, dit une autre femme mince, les cheveux longs, les traits assez marqués et d’une beauté étrange. Maître, dit-elle en se tournant vers le professeur, vous nous demandez une chose difficile, défendre une thèse que nous ne comprenons pas.

Pendant ce temps, le professeur Mariani qui était tout à fait maître de lui jusqu’à présent semblait mécontent de la tournure que prenait la conversation. Il ne tenait plus ses troupes et cela se voyait dans son visage fermé, ses lèvres crispées, ses yeux flamboyants. Il éclata tout d’un coup :

– Cela suffit ! Pourquoi m’avez-vous suivi jusqu’à présent et que maintenant nous sommes en présence d’une étrangère vous revendiquez une opposition à ce que vous acceptiez auparavant.

19/01/2018

Le nombre manquant (32)

Le lendemain, Claire étant déjà partie pour la villa Borghèse comme nous en avions convenu la veille, je réfléchissais à cette rencontre avec le professeur. Certes, il nous avait expliqué ses recherches et celle de sa confrérie. Cela semblait clair, sans voile, si clair que cela pouvait être interprété de façon bizarre. Cet homme semblait cependant obsédé par une chose : détruire l’idée du zéro, c’est-à-dire du néant, par une autre idée, plus large, qui finalement niait le zéro. Cette obsession était-elle logique ? N’y avait-il pas une erreur dans la conception du zéro et cette erreur n’induisait-elle pas chez lui des conclusions totalement erronées quant à sa nature ? Malgré des dehors avenants et sincères, le professeur Mariani n’était-il pas en proie à une obsession qui pouvait le faire déraper à un moment ou à un autre ? Il convenait donc de se méfier, même si, apparemment, une confiance élémentaire pouvait lui être accordée. Ce n’est qu’après une explication sur sa conception du zéro et donc de l’orez, que nous pourrons statuer sur la poursuite de nos recherches avec sa confrérie ou non.

Je retrouvai Claire en fin d’après-midi, à la sortie de la villa Médicis. J’aimais me promener dans les jardins dessinés par le cardinal Scipione Borghese, puis remaniés au XIXe  siècle dans le style anglais. J’affectionnais particulièrement le petit lac avec le temple d’Esculape, enchanteur au printemps. Ce fut pour nous l’occasion de parler de notre projet et de nous interroger sur la suite à donner. Je lui exposai les doutes que j’avais ressentis le matin même et elle approuva cette réticence à nous livrer complètement au professeur. Je lui parlai de notre difficulté à connaître sa véritable position sur le zéro et l’orez. Elle convînt qu’en raison de la façon dont il avait esquivé sa réponse, il était prudent de ne pas insister lourdement et qu’il fallait trouver un biais qui l’obligerait à se dévoiler, d’autant plus qu’il montait facilement sur ses grands chevaux dès qu’on abordait le sujet. Elle préconisa une approche indirecte qu’elle tenterait elle-même, face à face avec le maître le jour où elle sentirait qu’il serait d’humeur à se livrer.

– D’accord, mais ne tardez pas trop cependant ! lui répondis-je. Nous ne pouvons tergiverser trop longtemps sinon nous lui fournirons des arguments pour douter de nous.

Claire me sourit. Elle devait déjà penser à quelque chose, mais sans encore bien identifier ce qu’elle comptait faire. L’idée était là, mais il fallait la mettre en musique. Nous dûmes attendre plusieurs jours avant d’en savoir plus. Cette après-midi-là, le maître, car c’est bien ainsi qu’il était appelé, appela Claire et lui demanda de venir avec lui. Il portait une sacoche assez volumineuse qu’il ne lui confia pas bien qu’elle lui proposa de la porter. Prenant une voiture de la fondation, ils se plongèrent dans la circulation romaine, sortirent de Rome et se dirigèrent vers Castel Gandolfo. Après avoir contemplé brièvement le lac d’Albano, ils s’engouffrèrent dans une bâtisse impressionnante. Sans un mot ils furent accueillis par deux hommes assez jeunes, l’air imposant, vraisemblablement des gardes du corps, qui leur indiquèrent l’entrée d’une salle dont la porte était assez basse. Courbant la tête, malgré leur petite taille, ils y pénétrèrent en descendant quelques marches. Plusieurs hommes et femmes les attendaient assis autour d’une grande table éclairée par des bougies.

15/01/2018

Le nombre manquant (31)

Reprise du nombre manquant (voir le 19/05/2016), sans vous cacher que ce texte m'a demandé beaucoup de travail pour lui donner une certaine cohérence au regard des sujets scientifiques évoqués. Mais poursuivons l'aventure...

Je ne vous cache pas que nous avons des opposants, voire des ennemis. Il y a bien sûr les églises officielles qui estiment que ce genre de recherche est néfaste et doit être combattu. Il y a aussi les hommes de sciences qui, eux, estiment qu’ils sont les seuls autorisés à utiliser les résultats des études scientifiques et à tirer des conclusions.  Mais je pense que vous connaissez cela aussi bien que moi. Nous nous sommes organisés en confrérie, car nous avons rassemblés de nombreuses personnes intéressées par notre projet. Je me charge de les trier, c’est-à-dire de leur faire passer une sorte d’examen de passage. Les épreuves portent sur leur moralité, et nous avons des indicateurs extérieurs qui nous renseignent sur leurs connaissances scientifiques et leur capacité à raisonner logiquement. Nous n’avons ni tabou ni doctrine et chacun peut entrevoir les solutions de manière différente.

– Oui, je l’ai constaté lors de votre réunion, dit Claire.

– N’est-ce pas !

– En fait, reprit le professeur, nous avions l’intention de vous contacter et de vous proposer des échanges d’information, peut-être même, une coopération qui pourrait être fructueuse pour nos deux camps. Je pense que vous avez dû arriver à la même conclusion ou presque.

– En effet. Je tiens cependant à vous dire que nous sommes peu nombreux et pas forcément très savants. Mais nous sommes passionnés et entêtés, prêts à travailler d’arrache-pied pour atteindre ce résultat qui pourrait donner un autre avenir à l’humanité.

– Dans ce cas, nous sommes faits pour nous entendre.

– Je dois seulement avant tout échange, en avertir le reste de notre groupe qui se trouve à Paris de façon à ce que nous puissions nous préparer à travailler en commun.

– C’est la moindre des choses. Eh bien, je pense que nous avons tout dit et que nous pouvons nous donner rendez-vous dans quelques jours, une fois que l’ensemble de votre groupe sera d’accord. Merci pour tout, cher ami, et à bientôt.

– Oui, merci également à vous, professeur, et au revoir.

Nous repartîmes avec Claire dans la rue, passant devant la fontaine de Trévise. Les pièces luisaient au fond de l’eau et chaque touriste en jetait une, immuablement. Quelle superstition !

Les choses semblaient simples et claires. Le professeur nous apportait son soutien avec son équipe plus étoffée que la nôtre, nous mettions à sa disposition notre base de données et nous établissions un programme commun de recherche. 

Le soir même, nous téléphonâmes à Paris. Nous expliquâmes nos visions communes, la bonne volonté du professeur, l’intérêt d’une coopération. Cependant, Mathias posa la bonne question : « Mais que veut-il dire quand il remplace le mot zéro par le mot orez ? » Aussi surprenant que cela peut paraître, nous avions bien demandé des explications, mais, dans le feu de l’action, il avait subtilement esquivé la réponse. Nous avions oublié de la répéter et ne savions toujours pas quelles étaient ses raisons. Nous avouâmes notre oubli et Vincent, toujours méfiant, nous dit qu’il fallait à tout prix savoir ce qu’il en était avant de conclure quelques chose avec ce groupe. Ils parlèrent également de la question du devenir de Claire. Fallait-il qu’elle poursuive auprès du professeur son travail de secrétaire particulière ou devait-elle rompre et adopter une autre position et laquelle ? Nous nous regardâmes et nos pensées se rencontrèrent : oui, il fallait à tout prix qu’elle poursuive auprès de Mariani de façon à en savoir plus et à pouvoir le surveiller quotidiennement. Ils en convinrent, mais il l’essentiel était de savoir ce que le professeur entendait par orez.

25/12/2017

Noël 2017

Le Tout est Un…

Tiens-toi droit
Que le monde vienne à toi…

Ne sois rien
Assis sur le feu de l’esprit
Tu perçois la blancheur
Mais tu ne peux l’atteindre…

Une naissance en soi
Est toujours une mort
De l’être que tu étais
Pour celui que tu deviens

Immobile devant l’immensité
Tu erres sans espace-temps
Et découvre la singularité
De cette naissance en toi

Tu n’as plus d’excuses
Il est né, fais-le vivre

©  Loup Francart

02/10/2017

Dieu et ma vie

Dieu n’est que dans la mesure où il est en moi et je ne suis que dans la mesure où Dieu est en moi.

En effet :

* Dieu est une réalité vivante. Pour la nommer, je l’appelle Dieu parce que j’ai fait l’expérience de cette réalité vivante. Tant que je ne l’ai pas faite, Dieu n’est pas. Il n’est qu’un mot que j’emploie.

* C’est cette expérience de la réalité vivante qui existe en moi, qui fait que je découvre ma propre réalité. Je peux alors, et seulement alors, dire que je suis.

Dieu, c’est la vie. C’est ma vie. Tant que Dieu est pour moi une abstraction, un mot, je ne vis pas. C’est dans ma vie que doit être cherché Dieu, pas en dehors.

Et c’est pour chacun la même expérience, car Dieu est en tous. Mais je ne peux le voir chez l’autre que lorsque je l’ai perçu en moi.

 

16/11/2016

Etre

« Il y a trente ans, participant à un colloque, je séjournai à Royaumont. Dans un environnement si propice à l’entente, nous étions sensibles au fait que, devenus des êtres de langage, nous avions naturellement vocation au dialogue.

Pourtant, au cours de ce colloque dont le thème était l’échange interculturel, j’ai pu mesurer combien un vrai dialogue entre les êtres et, a fortiori, entre les cultures est difficile. S’il ne se contente pas de propos superficiels, un dialogue exige des intervenants qu’ils dépassent les apparences et qu’ils acceptent de plonger dans la profondeur de leur être, là où résident les quelques questions fondamentales, donc universelles, qui se posent aux humains. La sincérité de la réponse en constitue l’intérêt. A  charge pour les interlocuteurs de constater, si possible avec humilité, la part d’identité ou de différence entre ces réponses, et d’en tirer profit. »

(François Cheng, L’éternité n’est pas de trop, Albin Michel 2002)

 

Tout d’abord, sommes-nous des êtres de langage, c’est-à-dire des êtres suffisamment ouverts pour participer à un dialogue ? Apparemment oui. Nous devisons facilement avec les gens dont nous avons fait connaissance et n’hésitons pas à engager une conversation avec des inconnus, même si les femmes sont plus douées que les hommes à ce genre d’exercice.

Comment cela marche-t-il ? Le corps de l’homme a une peau qui protège ses organes internes de toute atteinte et constitue une enveloppe permettant d’identifier aussitôt la personne grâce à son apparence. De même, l’être pensant dispose d'une protection, le moi, qui lui aussi permet d’identifier la personne facilement à travers un certain nombre de caractéristiques. Ce moi, selon sa force et son étendue culturelle et psychologique, lui donne sa personnalité. Fréquemment, plus celui-ci est développé, plus il est difficile de percer cette protection psychique et d’accéder à la profondeur de leur être. L’homme s’enorgueillit de ce qu’il a développé avec tant de difficulté et de volonté. Son moi est sa richesse et ne veut pas en démordre. Mais cette richesse constitue un grave handicap pour se lier intimement avec un autre être et établir un véritable dialogue. A toute interrogation de l’autre, il oppose sa vision des choses qui peut être travaillée ou toute faite. Mais rarement il accepte d’entrer en véritable dialogue pour tenter de comprendre l’autre, car cela suppose de se défaire de ce moi pour se laisser atteindre non pas par le moi de l’autre, mais par ce qui se cache derrière, c’est-à-dire cet infini insondable constituant l’être véritable. Alors le dialogue devient possible. Mais, vous le savez bien, la plupart des personnes refusent de se mettre dans cet état d’être d’ouverture parce qu’ils se sentent trop vulnérables. Ils mettent nus devant l’autre et cela le gène, de même que se mettre nu physiquement devant un autre, est une intimité inacceptable pour la plupart d’entre nous. Le maître-mot de cette attitude : la pudeur. La pudeur a du bon, elle protège l’être de son environnement et lui permet de survivre dans le bouillonnement des échanges. Mais l’excès de pudeur devient vite un obstacle pour celui qui cherche atteindre l’autre dans sa réalité profonde. Je me souviens d’une personne avec laquelle j’avais engagé un dialogue sur la littérature. Elle m’avait qu’il était impossible à la plupart des gens d’écrire avec le fond de l’âme, car c’est effectivement se mettre nu. Ainsi la poésie lui était interdite, parce que, par son style de langage, elle impliquait trop fortement l’être tout entier.

Heureusement, il y a des circonstances qui facilitent cet état d’être. La première est l’amour. « L'amour est patient, il est plein de bonté; l'amour n'est point envieux, il ne se vante point, il ne s'enfle pas d'orgueil. [...] Il se réjouit de la vérité. Il excuse tout, il croit tout, il espère tout, il supporte tout. » (1 Corinthiens 13:4-7) La plupart des êtres humains expérimentent cet état dans lequel nous nous mettons à nu. Cela leur tombe dessus et ne peut s’y opposer. Au contraire, ils s’en réjouissent et découvrent l’autre comme un autre lui-même et pourtant ô combien différent, physiquement et psychiquement. De même, certaines personnes, en voyage dans un autre pays, sont capables d’entrer psychologiquement en osmose avec la culture du lieu. Certes beaucoup moins profondément, mais suffisamment pour éprouver les mêmes sentiments de bonheur dus à la perte momentanée de ce moi si encombrant.

Ainsi, ce qui permet cet échange nouveau, plus profond, plus intime entre les êtres, ce n’est le plus souvent pas la volonté délibérée d’établir un vrai dialogue, car cette volonté vient du moi qui s’y oppose. Ce sont plutôt des circonstances insolites qui vous y poussent. Autre exemple, l’émotion artistique ou esthétique, ou une peur suite à un accident dans lequel il y avait risque de perdre la vie. Alors l’être se met à nu, s’ouvre et communie avec l’autre pour lui communiquer sa peine ou sa joie.

Alors ne résistons pas à l’inconnu, ne cherchons pas l’indolence de l’habitude. Au contraire, recherchons les extrêmes, les circonstances qui vont dévoiler le soi derrière ce moi encombrant. Dans ce vide aspirant, on découvre notre être véritable, comme une bouffée d’oxygène respirée dans une cave toute noire.

14/11/2016

Le couvent des Capucins, à Sintra (Portugal)

Le Convento dos Capuchos est un désert spirituel en pleine forêt, à quelques kilomètres de Sintra, Il fut construit en 1560 par Álvaro de Castro, pour accomplir une promesse de son père, le vice-roi d’Inde João de Castro. Il accueillit douze moines capucins  jusqu’au milieu du 18ème siècle.

1-IMG_4142.JPG

Seuls, face à Dieu !

1-IMG_4146.JPG

Une vie éternelle dans un lieu exigu où seul le cœur permet l’évasion.

couventdescapucinssintra.jpg

Un tombeau pour le corps, une pointe de fer rougie dans la solitude pour découvrir l’immensité de l’approche spirituelle.

ConventoCapuchos_pjm.jpg

Devant le Seigneur parce que plus rien ne te retient sur terre.

 

1-IMG_4150.JPG

Mais la nature est toujours là, veillant sur ces hommes qui recueillent la lumière du monde.

1-IMG_4171.JPG

09/11/2016

Ecologie

"Pourquoi l’écologie ne réussit-elle pas à percer et à emporter les convictions ? Parce qu’elle s’obstine à rester dans le domaine factuel alors que son champ d’action est aussi celui de la beauté et qu’elle l’ignore. Elle est restée fermée à la résonance esthétique et spirituelle des choses, à l’exaltation de l’absolu et de l’infini. Préserver la nature est un impératif parce que nous avons aussi besoin d’une nature belle qui évacue les miasmes et les nuisances du monde humain."

Pierre Rabhi, La convergence des consciences, Paris, le Passeur, p.58

 

C’est vrai, l’écologie qui est, à l’origine, la science qui étudie les relations entre les êtres vivants (humains, animaux, végétaux) et le milieu organique ou inorganique dans lequel ils vivent, est devenue une véritable idéologie. Alors peut-être vaut-il mieux la définir comme l’étude des relations réciproques entre l'homme et son environnement moral, social, économique. Cette définition correspond mieux à l’idée de ce que maintenant la société appelle écologie parce qu’elle implique une vision morale, sociale, économique et surtout politique. Mais elle a totalement perdu le point de vue éthique et spirituel qui devrait constituer son fondement et les bases de sa morale. Si bien que l’écologie introduit le scepticisme de la part des citoyens et l’affrontement de la part des politiques. Elle produit ses propres anathèmes et parle une langue de bois qui exclut toute idée non écologique et toute expression qui ne va pas dans son sens. Ainsi, les écologistes estiment qu’ils doivent imposer au peuple ce qui fera leur bonheur, à l’égal du communisme. C’est à la société d’apprendre à l’homme ce qui est bon pour lui.

C’est pourquoi Claude Allègre, l’ancien ministre de l’éducation nationale, se permet de déclarer : « L'objectif de la secte verte, c'est pour l'homme la punition, la vie dure ; pour la société, c'est la contrainte, la règlementation. La méthode, c'est la peur. » (Claude Allègre, Ma vérité sur la planète, 2007).

Oui pour une écologie qui aide l’homme à admirer son milieu naturel, non pour une écologie idéologue « qui pensent que la seule chose qui cloche dans ce pays est qu'il n'y a pas assez de pistes cyclables » (Georges Carlin, humoriste, acteur et scénariste américain).

26/10/2016

Simple, c'est tout

 

Être simple par inconscience n'est pas une qualité

plus difficile est d'être simple par innocence

 

©  Loup Francart 

01/10/2016

Nos personnages

La méditation nous fait prendre conscience d’un fait que nous avons du mal à percevoir. On dit souvent qu’il y a plusieurs personnages en nous et qu’ils se succèdent au moindre changement de contexte extérieur. Par la méditation, on tente de se fixer sur un seul de ces personnages, celui qui nous paraît le plus authentique. Il est difficile à discerner et est le plus souvent mouvant, mobile, insaisissable. Existe-t-il réellement ? Probablement pas. Mais on perçoit qu’en réalité ces personnages ne se succèdent pas, ils s’emboitent les uns dans les autres.

On passe du personnage qui s’adapte à la vie quotidienne et à chacun de ses incidents, à celui qui tente de réfléchir à ce qui lui arrive. Mais cette réflexion l’entraîne vers d’autres préoccupations et fait perdre le fil conducteur. On reprend le fil, on tente de le suivre, mais le plus souvent on le perd ou on le casse, involontairement ou même volontairement. Si on persiste plus avant, on perçoit derrière ce personnage un autre qui vous dit : « Laisse tomber ces parlotes et occupe-toi de toi-même ! » on descend en soi, péniblement parce que les distractions demeurent. Lui aussi est fugace, un vrai diablotin qui apparaît pour disparaître. A croire qu’il n’existe pas réellement ou qu’il fait exprès de nous déranger sans que l’on puisse le maîtriser. C’est le moment de faire le vide en soi. Ne plus penser, garder l’esprit vide de toute pensée. Eh bien, si on y arrive pendant quelques secondes, aussitôt un autre personnage détruit cet équilibre. C’est lui qui te dit : « Cesse de penser ! Qu’est-ce que cesser de penser ? Stop ! Ne pense plus ! » Mais ce personnage pense, lui, avec sa raison à lui qui échappe à notre interdiction de penser. J’ai beau cesser de penser, pour m’en rendre compte, je dois penser et constater que je ne pense plus. Je me mords la queue ou plutôt je construis une chaîne infernale qui me fait sauter de plus en plus loin en moi sans que cela puisse s’arrêter.

Oui, parfois, un trait blanc se crée, une marbrure dans la nuit, un souffle chaud et bienfaisant nettoie ces personnages et laisse dans le corps et la tête la respiration des dieux, une tornade qui entraîne dans le vide céleste.