Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/04/2021

Virtualité

Le vide est un plein virtuel
Il est plein de rien, mais contient Tout
Énergie, matière, espace-temps
Et même pensées et rêves
Plus même, l’inimaginable

Que reste-t-il à concevoir ?

Parfois, dans un plongeon vertigineux
L’homme descend en apnée
Dans la chaleur de la connaissance
Et ressort en criant Eureka
Il a trouvé une pépite
Qu’il extrait de sa gangue
Et qu’il dévoile au peuple
Le front couvert de lauriers

Mais qui saura dire d’où vient
Ce qu’il a découvert ?

La surface de l’introuvable
Cache l’énigme de l’inconnu
Un magma brûlant et insaisissable
Les mains ouvertes sur l’avenir
Qui ouvre toutes les convoitises
Mais qui ne dévoile rien

Cela s’appelle l’espérance
Un contenu vide de tout
Mais contenant tout
Un attrait irréversible 
Sans qu’il se dévoile
Dans sa nudité sauvage :

« Me voici Seigneur,
Fais de moi ce que tu veux ! »

04/03/2021

Rien et/ou tout (2)

Ce qui distingue le vide du néant
Est l’espace ou le non espace qui l’environne
Le vide peut être entouré de plein
Le plein peut contenir des poches de vide

Il suffit d’une mince enveloppe, hermétique
Pour former un territoire vide
Et si l’on force la porte, on entend
Le plein pénétrer dans la poche violée

Le néant est plus complexe à concevoir
Ni poche ni enveloppe ne le celle 
Rien ne l’entoure, rien ne le berce
Il est, seul, sans être et sans existence

Les chercheurs de néant s’épuisent
En effet, le néant est célibataire
Il n’y a pas deux néants ni même deux demi-néants
Même si né-an signifie naissance des ans

03/03/2021

Rien et/ou tout (1)

Le vide est-il plein de rien ?
Le rien est-il plein de vide ?

Le tout est-il vide de néant ?
Le tout est-il vide de rien ?

Le néant est-il vide ?
Le vide est-il néant ?

Rien ne naît de rien
Dit Épicure
Tout naît d’un seul
Mais le premier unique
N’est pas né
Il a été pensé
Par un seul qui est tout

La présence est existence
D’une fraction du Tout
Sans que rien ne remplisse
L’absence de rien

 

14/09/2019

Universalité de l'amour

 

L'amour procède de l'universel.

Se tendre tout entier vers l'universel à travers le particulier.

Alors, la somme des particuliers sera accessible à notre amour.

 

05/04/2018

Le sens cosmique

Comment définir ce lien intime qui peut surgir entre un objet et la conscience, entre la matière et l’esprit ? Il ne s’agit pas d’un mouvement de va-et-vient partant de soi et réfléchi sur l’objet jusqu’à une intensification de la conscience en présence de celui-ci. Il ne s’agit pas non plus d’une pénétration de l’objet par une perception plus vive et consciente jusqu’au plus profond de lui-même. Peut-être s’agit-il d’une sorte d’entrée en phase des rayonnements émis par l’un et l’autre créant un champ de vibrations concentriques. Ce champ a le pouvoir de nous sortir de nous-mêmes et de nous faire atteindre la conscience universelle tout en pénétrant au fond de l’âme.

Cette contemplation au-delà de l’objet modifie la perception du temps et de l’espace et introduit au Tout pénétrant l’être. Si tous, au même instant, pouvaient entrer en contemplation du Tout, ce serait l’éternité. Alors, la matière, créée par le Verbe retournerait au Verbe.

Peut-être est-ce la vocation de l’homme. La science rapproche la matière du Verbe et la philosophie le Verbe de la matière. L’art, peut-être, établit le pont entre les deux.

15/09/2014

L'insaisissable

Dieu : plus l’on s’en approche, plus il s’éloigne et devient insaisissable. Plus l’on s’en éloigne, plus il se manifeste indirectement, par des clins d’œil dans la vie quotidienne que l’on ne perçoit pas la plupart du temps. Il est là et rien ne me touche plus que son absence dans mes pensées. Comment l’approcher ? Par la raison, mais celle-ci n’est pas à la hauteur ; par les sentiments, mais ceux-ci sont évanescents ; par les sens, mais comme ils savent tromper l’homme.

Dieu : tout et rien, selon les humains, dans le même temps, dans le même espace ou sans temps, ni espace. Qu’est-il ? Nul ne le sait. Il est à l’origine de tout, mais est autre que notre tout. Il ne se manifeste pas à nos sens, mais parfois prend leur place. Dieu c’est la musique de l’âme, l’archet de notre existence, le poil à gratter de notre autosatisfaction.

Vide-toi de toi-même, il viendra comme un parfum inconnu qui te bercera dans un amour inexplorable. Mais surtout ne cherche pas le garder, souris-lui sans rien vouloir d’autre.

12/11/2012

Les multivers

L’univers n’est plus seul et unique comme son nom l’indimultivers1.jpgque. Par les mathématiques, nos savants ont découvert qu’il est très probable que l’univers soit multivers. Et l’on commence à avoir des preuves de cette géniale intuition. Ainsi la bulle de notre univers, qui s’étend de plus en plus dans l’espace (mais peut-on encore parler d’espace ?), en expansion constante, côtoie d’autres univers qui naissent et meurent à côté de nous (tout est relatif, ce sont des milliards et des milliards d’années-lumière, immesurables !).

D’après eux, la Totalité (on n’a pas encore trouvé de mot pour désigner cet ensemble de multivers) serait fractale, chaque univers engendrant de nouveaux univers. Le physicien Andreï Linde dénomme « mousse d’univers » cette Totalité, dans laquelle se produit des big-bangs engendrant des univers ayant chacun ses propres lois ou constantes physiques. Mieux même, tout ceci a été découvert par l’exploration de l’infiniment petit. Une explication est donnée dans la théorie des cordes. Celle-ci explique que les particules fondamentales de l’univers seraient des sortes de cordes vibrantes sous tension, à la manière d’un élastique. Leur degré de vibration engendrant des particules élémentaires qui sont à l’origine de notre univers. Dans cette théorie (qui reste pour l’instant théorique), le monde serait non pasEspace_de_Calabi-Yau.png tridimensionnel, mais multidimensionnel. Et ces dimensions s’enroulent les unes dans les autres dans un tissu spatial dit espace de Calabi-Yau (voir schéma ci-contre) qui constitue une forme complexe de 6 dimensions. Ainsi, l'univers observable à quatre dimensions (la quatrième étant le temps) serait une sous-partie d’une Totalité disposant de dimensions supplémentaires, 11 pour certains.

La théorie des cordes suppose que l’univers est fondamentalement constitué de cordes d’énergie en vibrations constante. Elle voit l’univers comme une immense symphonie. Et cette comparaison est assez bonne. Les dimensions de notre univers sont normalement décrites dans un système décimal (multiple et sous-multiple de dix) alors que la musique fonctionne autrement, de façon beaucoup plus complexe, et permet des variations et harmonies impossibles dans un système décimal.

multiverse.jpg

N’entrons pas dans le détail de cette théorie, contentons-nous de rêver devant l’ingéniosité de nos savants et devant la magie de la musique qui, par le fait qu'elle n'est pas cartésienne, contient probablement une clé de la compréhension de la Totalité.

Dieu est encore beaucoup plus ingénieux qu’on ne le pensait jusqu’à présent.