Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/07/2016

Grisaille

Le temps s’est arrêté, ce matin tout est gris.
Étonnant de couleur fade, le royaume
Quotidien est parti, tel un vieillard aigri.
Quel brouillard encalmine ce vaisseau fantôme ?

Referme tes paupières ! Bouche tes oreilles !
Ouvre tes bras à l’air tiède et sans odeur,
Secoue la couverture pesante du sommeil
Et trempe tes doigts dans l’inutile froideur !

Dors encore ma belle, emplis ta virginité
De cette mémorable vacuité.
Cours vers le fleuve immobile et béant.

Un jour de plus ou de moins, est-ce possible ?
Dans la grisaille du temps admissible,
Tout vous attire vers un éternel néant.

©  Loup Francart

28/06/2016

Haïku (en contre saison)

 

Nuit sans lune

Elle va, sur la neige, vierge

Devant l’infini

 

©  Loup Francart

 

23/06/2016

Le poète

Le poète n’a pas peur de la mort
Il est plus vivant que les vivants
Il est entré en osmose avec le monde
Celui des faits, des idées, des espoirs
Il compile ses impressions à sa façon :
Une petite boule entre deux doigts
Qui contient tout son être et plus
Elle brille de mille feux sans brûler
Elle réchauffe les cœurs purs
Elle ouvre à l’autre lieu, celui
De l’inconnaissance et de la joie

Le poète décrit un présent éternel
Propre à chacun selon son étonnement
Il y contemple la splendeur de son éternité
L’expression de sa personne réelle et vivante
Ce présent est son seul trésor
Car chaque être est unique pour l’éternité

Ainsi, chaque poète a sa vision poétique
Aucun n’entre en poésie, il est dedans !
La poésie, c’est le monde vu de l’intérieur
Derrière la peau de la sensibilité
Aux poils hérissés par les aléas de la vie


Le poète crée de l’être, donc de la vie
Il poétise le monde en se poétisant lui-même
Il crée le monde naturellement et quotidiennement
Et cette création lui permet d’être
Unique et conscient de sa valeur d’homme
Comme l’ivrogne au bord du chemin
Le sol vire à 90 degrés. Quel tournis !


Alors les mots sortent seuls du chapeau
Et montent fermes dans l’espace céleste
Et là, rien ne peut plus l’atteindre
Si ce n’est le vide cosmique de la poésie

©  Loup Francart

19/06/2016

L'espace

Il commence par un point, mais s’étale bien vite
Comme une tache d’huile sur le carrelage du destin
Il est plat comme une crêpe, et pourtant
Il a de la profondeur à l’image d’une serrure
Dans laquelle la clé des voyages s’épanouit
Mais comme il est long de marcher sur son ère
Fatigue… Cors aux pieds… Ne plus y penser…

Mais il y a d’autres espaces, plus souples
Tel le cyberespace, une invention du diable
On ne sait jamais où il est ni où il va
Noyé dans les enroulements des espaces de Calabi-Yau
Il surgit à l’improviste et disparaît aussi vite
Personne ne croît à son existence, et pourtant,
Il ne cesse de vous enlacer et de vous charmer

L’espace conceptuel est une construction de l’esprit
Qui s’écroule à chaque nouvelle découverte
Et repart dans un nouveau cycle chaotique
Nombreux sont ceux qui y pénètrent
Et tentent des jeux d’esprit et de pouvoir
Avant de sombrer dans l’anonymat

La noosphère est un espace qui se construit
Avec l’avancée du temps dans l’espace physique
Bien qu’il n’ait rien de solide et ne contient
Que les étincelles fulgurantes des plus grands
Elle entoure d’une aura discrète, mais réelle
La planète des créateurs et travailleurs
C’est un musée où l’on peut glaner
Et ressortir avec une idée de génie

Seul l’espace spirituel s’ouvre à l’entreprenant
Qui, un jour, a ouvert son troisième œil
Et qui regarde, étonné, cet espace vide
Au goût de miel et d’éternité


Cet espace dont l’accès est lié au temps
Est le seul qui n'y est plus sensible

©  Loup Francart

14/06/2016

Le temps

De sa naissance à sa fin, il prend la ligne droite
Rien ne le fera revenir en arrière, même pas Dieu
Pourtant, est-il plus élastique que la volonté
Il s’étire dans les nuits en un fil ténu
Il s’enroule en boule dans le nœud de la gorge
Quand l’angoisse monte dans le cœur
Il ne connaît qu’un seul but : devant toi !
Que tu marches serein ou que tu cours, échevelé
Que tu regardes à tes pieds ou à l’horizon
Tu ne vois qu’un point blanc ou noir
Selon le jour, ton humeur et ton âge
Il t’ouvre les portes du succès, modeste
Ou il clôt des tentatives malheureuses
Dans les jeunes années, le fil est monotone
Il se dévide avec lenteur, sans motivation
Hormis les sensations et les émotions
Progressivement il éprouve des sentiments
Et fait monter en toi des larmes amères
Jusqu’à ce qu’il conceptualise tes aventures
Et les transforme en leçons apprises
Pour certains événements, il fabrique des nœuds
Qui enflent comme une hernie de chambre à air
Elles explosent parfois et le fil semble perdu
Le noir total ! Mais tu tiens le fil, toujours
Et te hisses pour remonter la pente
Oui, il est fait de monts et de vallées
De paysages arides ou de marais putrides
Tu cours, tu voles, tu patauges
Mais l’étincelle est toujours là,
Et avance devant toi, sans t’éclairer cependant
Ce n’est qu’un trou vide de tout
Une absence de ta personne, et, peu à peu
Tu prends place dans le paysage
Et joue sans relâche ton rôle avec fermeté
Tu regardes derrière toi sa trace
Et ne vois qu’un personnage falot
Qui, souvent, ne sait ce qu’il fait
Et il passe, il passe le temps dévoreur
Jusqu’au jour où tu disparais du paysage
Pour toi le fil est coupé, mais repris par un autre
Il poursuit sa route inlassablement
Jusqu’à la fin des temps…

©  Loup Francart

12/06/2016

Noosphère

Coupe les circuits de ton infosphère
Coupe les turbulences de la mondialité
Et ouvre-toi à la noosphère céleste

Étends tes ailes et couvre de ton ombre
Les faits et méfaits de tes contemporains
Et commence par ceux que tu as commis

Il est temps d’envisager un autre temps
Il est temps de construire d’autres espaces
Il est temps de voir au-delà des corps

Vois les idées qui volent sans retenue
Vois les envies de qui les fait tomber
Vois l’amertume de qui ne les voit pas

Plus loin encore, dans l’immensité
Où seule l'âme pénètre sans dommage
Brillent les lueurs de la créativité

Là se trouve la Jérusalem céleste
L’irradiante agitation des neurones
La paix bousculée des créateurs

Alors tu partiras sans peine
Sans un regret sur ton destin
Et bondiras dans l’immortalité

©  Loup Francart

04/06/2016

Renouveau

L’eau emplit les caniveaux
Puis, très vite, déborde ce niveau
S’enfile dans les caveaux
Enjambe les barreaux
Se transforme en bourreau

L’eau envahit les boqueteaux
S’enroule autour des roseaux
Grimpe aux jambes des puceaux
Jette un regard aux jouvenceaux
Et pépie sans cesse tel un moineau

L’enfant assis dans son vaisseau
Va de village en hameau
A l’imitation des chemineaux
Et rassemble son troupeau
Portant haut et fier son drapeau

L’eau est partout, dans ce tombeau
Le froid congèle même les bigorneaux
Y nagent encore quelques barbeaux
Et les cris effarouchés des damoiseaux
Proclame le jour du renouveau

©  Loup Francart

02/06/2016

Maxime

 

Tous nous avons soif de nouvelles connaissances,

comme si les anciennes ne nous suffisaient plus.

N’est-ce pas en permanence vouloir reproduire ce que nous avons déjà vécu :

la soif de l’inconnu et l’illusion d’un changement ?

 

 ©  Loup Francart

31/05/2016

Décision

L’indécision est une faille dans le roc.
Un coin s’enfonce et ouvre les lèvres
Qui s’entrebâillent et sourient devant le troc.
Être ou ne pas être donne la fièvre.

Comment te parer des meilleurs raisonnements ?
Es-tu de conviction ou d’humeur batailleuse ?
L’opinion est plus facile que l’argument,
Mais contraint à la défense laborieuse.

Seul devant tous, tu recherches le ralliement.
Ce n’est pas l’affrontement mais la caresse
De l’amitié qui penche vers la tendresse.

Alors tu pèses dans ton cœur, habilement,
L’impact et la vigueur de ta résolution
Et jettes au caniveau ton irrésolution.

©  Loup Francart

 

 

27/05/2016

Guerre des mots

Ahiyaoua ! Ahiyaoua !
Ils se défient en onomatopées
Les unes sont connues, tellement
Qu’il est vrai, elles ne sont plus entendues
D’autres sont des inventions
Germées tout droit de l’exaltation
En réplique à une interjection

L’enfance rêve de nouveaux mots
Pour paver la marche vers la gloire
Ils sortent du chapeau envoûté
En cris d’apprenti sorcier

Hikedonk, hikedonk, le héros
Courant aux bords de l’univers
S’en est allé et s’est perdu
Dans la mer des lettres
Un plouf retentissant, mais muet
Visible à mille lieux comme un feu

Aussi le plus souvent possible
Les apocopes deviennent légions
Ils colocent dans la bizarrerie
Tels les paons en majesté
Sous la surveillance des profs

L’acronyme fait la sourde oreille
Les garçons sont sensibles à la Nasa
Les filles se voient dans une belle auto
Mais tous devant le Manneken-Pis
sont mdr quoi qu’il arrive

Quant aux sigles, réservés aux adultes
Ils commencent à fleurir à la cité U
Ils s’épanouissent dans les NTIC
Et les BD regorgent de lettres sans suite
Que l’enfant attentif et studieux
Cherche en vain dans le dictionnaire

Oui, c’est la foire du trône des mots
Une gélatine odorante aux oreilles
Que l’on brasse à pleines mains
Et que l’on s’envoie à la figure
Pour le plus grand plaisir des sourds 

©  Loup Francart

25/05/2016

Haïku

"Composer des haïkus, c'est déchirer la surface du quotidien d'un coup de fouet, en faisant claquer la cravache des mots." (Alain Kervern)

 

Horizon barré
Le tonnerre gronde au loin
Un coup de poignard

 

haïku,poésie,japon,présent

 

22/05/2016

silence

 

L’ombre dédoublée
Naissance du silence
Vivre malgré tout

 

1-IMG_3349 bis.JPG

 

 

21/05/2016

Le temps

Elle prit le temps d’avoir le temps
Ce ne fut pas sans peine ni courage
Elle avait tant de choses à faire, à dire
Et toujours elle n’avait pas le temps

Jamais elle n’aurait pu abandonner
Elle n’avait que deux mains et pieds
Ils étaient constamment en mouvement
Remuant jour et nuit, bien huilés

Etait-elle hagarde ou épuisée ?
Elle avait les paupières closes
Sans pleurs ni regard mêlés
Elle reposait à terre, en tas

Aurait-elle perdue la tête, cette enfant ?
Pourra-t-elle à nouveau s’adonner
A la souffrance du repos et de l’errance
Et se laisser glisser dans l’inconscience ?

Elle erre dans le désert de son esprit
N’y rencontre aucun être connu
Quelques cailloux et plantes sauvages
Pas une âme qui vive ou meurt

Dans ce refuge improvisé et stérile
Elle n’a rien à opposer au spleen
Qui l’a pris de vive force, sans un mot
Et projeté dans le vide sans parole

Ainsi elle perdit son temps
Pour prendre le temps
D’avoir le temps
Tant qu’il était encore temps

©  Loup Francart

18/05/2016

Vacances

Les vacances de l’enfance sont douces.
Elles exhalent le foin et les marais,
Ont la nostalgie du dictionnaire Larousse
Et des petites filles courant en mollets.

Nous avons tous rêvé de ces moments lointains
Où, ensemble, attablés dans la cuisine,
Nous attendions la sortie du four de ces pains
Que nous nous disputions avec nos cousines.

Souviens-toi de ces poulets hirsutes et mi-fous,
Poursuivis de bâtons maladroits mais mortels,
Puis déposés en trophée au pied de l’autel.

Et ces orages lointains de fin du mois d’août,
Quand nous nous réfugions dans les bras des parents,
D’où nous pouvions crier « j’ai pas peur », bravement…

L’enfance est belle parce que sans soucis.
Elle a l’arrière-goût des prunes cueillies sur l’arbre,
Des baignades défendues au retour transi
Et des adieux émus au mois de septembre.

Depuis, les cousins et cousines dispersés,
Nous avons vécu notre vie vaille que vaille,
Toujours en souvenance de ces jours d’été
Où nous étions indifféremment la marmaille…

©  Loup Francart

17/05/2016

Il est sorti de presse : Le souffle des jours

C'est un souffle léger qui ne décoiffe pas, mais qui fait frissonner l'âme et donne à chaque chose sa juste pesanteur.

16-04-01 1°Couv3.jpg

 

Le temps te presse… Et tu résistes
À l’appel de la fin des temps
Le temps te presse… Ne te presse pas...

Le poète n’est pas un être à part. Modestement, il dépeint ce qu’il ressent et tente de le partager avec les autres. Cet échange établit un pont entre deux êtres au-delà du langage rationnel. La poésie, ensorceleuse et généreuse, en est le véhicule, contraignant le poète à sortir de lui-même pour découvrir la vie, l’amour, la mort. Elle dévoile l’invisible qui se cache derrière le monde visible.

 200 pages
Prix du livre avec envoi par la poste compris : 15 €
A commander directement auprès de Loup Francart sur galavent@gmail.com

Il n'est pour l'instant pas diffusé dans le commerce, car il a été publié en autoédition.

Vous y retrouverez certains poèmes publiés dans ce blog. Alors... Bonne lecture...

15/05/2016

Printemps

 

Les bras grands ouverts
Il a vécu. Il est mort
Paix à son âme

 

1-IMG_3204.JPG

13/05/2016

Délire

J’ai deux cornes, il en a trois
Qu’ai-je à faire de cet homme
Qui pirouette chaque jour
Au spectacle des éléphants

La nouvelle bohème arrive
Elle est pleine de sarcasmes
Et survole habilement les trous
Où s’épanchent les petits noirs

Partie un matin d’avril sans un fil
Elle découvrit son fils dans la rue
Pêchant une sardine aux pieds
Des touristes ébahis et gogos

Lui resta de marbre, solitaire
Pris dans la glaise chaude
Les mains ruisselantes de baisers
Et le cœur large comme un camion

Où donc courraient-ils tous deux ?
Restez avec nous pour rire encore
Des vers mirifiques mangés de papier
Qui tombent  des échafaudages

Nuit… La poubelle passe devant nous
Où va-t-elle donc, cette chérie ?
Court-elle après l’azur et la paille
Qui encombrent les pas de porte ?

Jour… L’orage est passé, vert
Comme le gnome du divan
Qui décide de rompre ses fiançailles
Et de boire la ciguë au goût de fraises

Midi… Rien ne nous oblige
A prédire la vertu et la pétulance
Court au plus profond de toi-même
Regarde l’obscure dans ton giron

Minuit… tout est là, immobile
Au sein de la ville perdue
Dans le grain de sable
Et l’immensité des tours

Le fini n’a plus la force
De saisir sa chance
L’infini est là, hirsute
Et prend la main

Le vide ne remplit pas les pleins
L’absence ne remplace pas la vie
Qui s’en va au creux de l’ignorance
Et poursuit sa quête fatale

Est-il possible qu’un plus un
Ne soit pas un résultat
Mais une question essentielle
Pour atteindre la connaissance ?

Je ne sais plus rien, ni le vent
Ni la mer, ni les verts pâturages
Mes yeux sont tombés, mûrs
A côté de mes chausses fermées

Merci mon Dieu pour cette détente
Qui ne signifie rien que la joie
De parler pour ne rien dire
Et de chanter l’ivresse du pouvoir

©  Loup Francart

09/05/2016

Domitille

Elle est vive comme une truite dans le ruisseau
Elle rit aux éclats ou s’affaisse en pleurant
Sa fossette vous fait du charme et vous étreint

Fraiche d’exaltation, elle vient vous embrasser
Le sourire aux lèvres et l’œil lumineux
Et sa joue fraîche rafraîchie votre inspiration

C’est Domitille, dont l’entrain vous submerge
Et dont le corps danse de mille feux endiablés
Dans un scintillement de paillettes dorées

L’ange au regard clair et joyeux, parfois buté,
Toujours prête à courir ou s’arrêter, méditative
Et vous dispenser une goutte de rosée telle une vérité

Domitille, c’est une source ardente et innocente
Qui vient poser son enfance contre votre cœur
Et vous dire son bonheur de vivre et d’aimer

©  Loup Francart

05/05/2016

Femmes

Ces êtres aux cheveux longs²
S’en vont dans les couloirs
A la recherche de l’âme sœur
Qui les contemplent, attendrie

Leurs ondulations sont l’expression
De la fatalité de leurs suggestions
Un monde de courbes doucereuses
Qui enlacent l’esprit et le déposent
Dans un berceau de roses

Alors elles ouvrent leurs mains
Et humectent leurs lèvres rouges
Encourageant la folie passagère
D’une caresse frissonnante
Qui fait tomber les apparences

Le feu brûle ces êtres
Dont les longs cheveux
T’emportent au paradis
Et te condamnent à l’oubli

 

 ² Rémy de Gourmont, « Les petits ennuis et les difficultés du démarquage », Epilogues 1895-1898.

©  Loup Francart

01/05/2016

Île de Ré

Île de Ré, île dorée, île leurrée
Chahutée par les vagues de l’opprobre
Elle valse entre ses rêves et dérive sans vergogne
Rien ne nous fera oublier ces étés mérités
Ni la raison ni le souvenir des coques s’entrechoquant
Ni même les cris des maraîchers sur les marchés
La marée monte et descend à satiété
Vous emprisonnant dans sa ronde infernale
Qui joue à cloche-pied entre le jour et la nuit
Terrassée de chaleur, elle agite ses pieds rocheux
Et les crabes divergent sur ses doigts de pied
Tel un doigt levé, son phare à la face rouge
Montre aux passants le lieu de trépas du soleil
 Et dans cette symphonie de la lumière et de l’eau
Nous contemplons émerveillés, la fin des temps
L’évanouissement des airs et des mers
Dans le trou blanc dévoilé par le doigt de Dieu
L’île ne s’empêtre pas des apparences
Elle fait peau neuve et se rit d’elle-même
La verdeur des rayons l’entoure d’une protection
Qui en fait un refuge qu’on ne peut signaler
Du haut du pont, on contemple ce nid
Dont on nous dit l’écrasement des jours d’été

©  Loup Francart

24/04/2016

Poésie

Quand la poésie devient esclavage, peut-elle encore dérouler son anneau mystérieux jusqu’à la dernière strophe et contempler, heureuse, ce tire-bouchon si bien tourné ?

Elle flotte pourtant dans l’air. Mon filet à papillon peine à l’attraper. Quelle joie lorsqu’une de celles-ci se prend dans ses mailles et couinent d’aisance. Elle va être dite, on va proclamer son existence, dérouler lentement ses torsades et imprimer dans les mémoires ses vers qui dansent de bonheur à cette idée.

Les enfants pleureront, les femmes chanteront, les hommes boiront, les vieillards se souviendront. Tout est là pour faire bon accueil à ces vers. Même la pluie est de la partie et encense de gouttes perlées cette sortie improvisée.

Quand ce sera fini, lorsque le conteur cessera sa lecture, le froid viendra, mais la glace sera rompue. Tous s’épancheront, se mêleront, s’embrasseront. Une fraternité nouvelle montera des cœurs, la liberté sera effective, même l’égalité ne sera plus un vain mot.

Dieu, si tous les humains étaient poètes, que l’histoire serait simple.

22/04/2016

Haïku

 

Le chameau a-t-il deux bosses
Ou le boss a-t-il un cerveau ?
La folie a bon dos...

16/04/2016

Mieux

C’est une journée heureuse et bien partie
Réveil sous le soleil de l’imagination
Petit déjeuner sans scrupule
Autour d’un président du pays
Dont la déroute s’avère complète
Ce qui ne l’empêche pas de pavoiser
Et d’oser dire que tout va mieux
A l’écouter, c’est le meilleur président
Depuis longtemps pour la France
Pauvre d’elle-même, cette patrie
Noyée dans un verbiage calamiteux
Accompagnée d’une horde de journalistes
Dont le seul effet est de brouiller
Les jeux enchevêtrés des uns et des autres
Ils sont agressifs avec tous
Mais gentils envers ceux qui les font vivre
Dans tous les cas, ils font semblant
D’être pugnaces avec tous sur tout
Où allons-nous ? Dieu seul le sait !
Et encore, je n’en suis pas sûr.
Le seul point de mire est l’an prochain
Après, peu importe. Battez-vous
Pour emporter la coupe de l’Élysée
Mais y a-t-il un pilote dans l’avion ?
Nous devrions être écrasés au sol
Dans un amas de ferraille et de plastique
Et nos âmes tout à coup envolées
Iront pleurer dans les cieux effarés
La vie si belle ici-bas transformée
Tout va très bien, Madame la Marquise…

©  Loup Francart

11/04/2016

Trou noir

J’ai erré longtemps dans un vide collant
Je n’en sortais pas, attaché à mon personnage :
Que lui arrive-t-il, que devient-il ?
Les jours passèrent, lentement, rageusement
Je ne trouvais pas la sortie
J’ai tenté plusieurs fois diverses hypothèses :
Meurt-il maintenant ou plus tard ?
Part-il sous d’autres cieux ou d’autres temps ?
Je revenais au point de départ
Sans comprendre quels étaient les enjeux
Rien. Toujours rien.  Encore rien.
Puis un jour, le personnage prit la parole :
« Laisse-moi faire ! Je sais ce qu’il m’advint »
Alors, sans hésiter il s’empara de mes doigts
Les mit en mouvement au-dessus du clavier
Et écrivit sans réfléchir la fin de l’histoire
C’était bon de se laisser faire
Cela coulait de source, une vraie fontaine
L’eau débordait de ses conduits
Coulait à flots dans les vasques sèches
Et mouillait de larmes de bonheur
Mes joues enfiévrées et creuses
Je ne pouvais pas crier : « J’ai trouvé ! »
Il avait pris ma plume, guidé ma pensée
Soulagé ma tension, ouvert mes yeux
Désormais, je ne dirai plus « je »
Le récit s’impose parfois en dehors de soi
Il te précède dans l’obscurité froide
Et chauffe ton corps d’un doux élixir
Qui perce la lourdeur de l’inconnu
La route s’éclaire bien que tu ne saches pas
Où te conduit ta main
Mais qu’il est bon de se faire guider
Et d’arriver avec soulagement
A la fin de l’histoire et du cauchemar
Dans un ravissement porteur
Des plus belles promesses
Qu’un écrivain puisse rêver et vivre

©  Loup Francart

08/04/2016

Anniversaire de mariage

Ils s'assoient côte à côte, ensemble
Étroitement mêlés de corps et d'esprit
L'âme en paix, le cœur dilaté
Ils se sourient et s'envolent

Les souvenirs défilent dans le désordre
Mais toujours ils se revoient, si jeunes
Encore nourris de l'amour de leurs parents
Elle, en robe blanche, irréelle
Le regard illuminé et le visage étonné
Lui, si plein de désirs amoureux
Devant l'espace de leurs corps purs

Ensemble embrassant l'avenir
Et jetant leur cœur au-delà d'eux
Courant vers leur destin
Ils sautèrent à pieds joints
Sans parachute et hoquetèrent
Devant la tendresse de ce quotidien

Ils n'avaient que leurs mains
Pour caresser le déroulé des jours
Ils n'avaient que leurs lèvres
Pour deviner l'avenir
Ils n'avaient que leur corps
Pour occuper leur nuit

Aujourd'hui ils se souviennent encore
Et se regardent amoureusement
Leurs enfants ont leurs enfants
Ils sont à mi-chemin et en sont fiers
Ils peuvent également rêver
A un destin sans fin
Où leurs enfants deviendront parents

Pour les premiers, assis sur leur nuage
La piste s'ouvre vers l'infini
Elle reste si belle à deux
Qu'ils n'en voient pas la fin
Leurs lèvres se rapprochent
S'étreignent avec douceur
C'est si bon d'être ensemble
Et de vivre encore et toujours
A deux qui ne font qu'un

©  Loup Francart

03/04/2016

Toujours

Lorsque nous serons vieux, nous disions-nous
Et nous le sommes ou… presque…

Mais à nos yeux, nous avons encore vingt ans…

Tu restes ma fiancée éternelle
Celle qui m’accompagnera au-delà de la vie
Dans cet étrange univers rêvé
Où l’amour n’a plus de limites

Ta fragilité est devenue un lien
Les fils se sont bâties entre nous
Ils sont devenus lumineux, mais si fins
Qu’un jour l’un d’eux cédera

Celui qui restera traînera son amour
Comme une robe de mariée
Et ramassera la poussière des souvenirs
Qu’il dispersera aux quatre vents

L’autre l’appellera de toute éternité
Jusqu’au jour où viendra l’absent

Alors, nous deviendrons Un
Et ce Un sera l’Infini…

30/03/2016

Féminité

Je suis la femme fidèle et bienveillante
Les enfants m’entourent de leurs bras
Les hommes me serrent contre leur torse
L’oiseau vient picorer dans ma main
L’écureuil saute mon épaule et va

J’aime contempler l’innocence du monde
Éprouver la bruine sur mes paupières
Baigner mon corps à la fontaine
Réchauffer celui qui m’a donné sa vie
Et border les petits dans leur lit

Et quand vient l’heure de la mort
Je couvre de mon ombre leur souvenir
Et rend l’hommage affectueux et sincère
A ceux qui attendent pour partir
Qu’un baiser recueille leur dernier souffle

Oui, je suis la femme fidèle et affable
Je suis la caresse avenante et ferme
Je parcours l’univers éperdu et cruel
Et lui donne son attente persistante :
L’amour inépuisable de la féminité !

©  Loup Francart

26/03/2016

Demain

La ville se prélassait derrière la vitre :
Des tours,  des barres, des hublots,
Des immeubles, des maisons, des taudis ;
Tout cela devant le moutonnement des nuages,
L’épaisse couche de ouate salie.
Elle le regardait, redevenue enfant,
Le visage détendu, le regard lavé,
L’inquiétude se lisait dans ses yeux
Mais le cœur restait calme et léger.
Elle mit son front dans le creux de l’épaule
Elle hoqueta une fois, doucement,
Pleine de sa sérénité royale,
Donnant le change, bonne comédienne,
Enfant jouant les adultes,
La tendresse au bout des doigts,
La pesanteur de son corps
Remplaçant sa liberté apprise.
Elle lui tendit ses lèvres, chaudes,
Ruisselantes de bonheur promis,
Lui caressa la joue, l’enveloppant
De fragrances pénétrantes.
Son souffle... comme un vent d’air frais
Sur la plaine ouverte devant eux.
Ils joignirent leurs aspirations,
S’enivrèrent l’un de l’autre,
Mêlant la source de leur être
Et se réfugièrent, enlacés
Là où plus rien n’existe,
Que la vie, indéfectible.

Demain sera un jour nouveau !

©  Loup Francart

22/03/2016

Noyade

Ouvre tes mains
Laisse-toi pénétrer de lumière
Lâche ta tension pesante
Cesse tes plaintes
Souris à la fourmi sur le gravier
Observe le plongeon de l’oiseau
Vers le moucheron suspendu
Écoute le bruit d’ailes
Des abeilles bourdonnantes
Vide ton cœur de ses trésors
Remplace-les par la résonance
Tremble devant l’inertie
Des hommes qui n’agissent pas
La parole est leur action
Elle est improductive
Sans odeur ni saveur
Elle harangue sans effet
Ils sont gonflés de mots
De verbes inoffensifs
De hurlements sauvages
Qui se retournent contre eux
Ils sont dans l’immédiat
Alors que l’expression
N’est que de longue portée
Claque les doigts
Marche avec tes pieds
Courent sur tes jambes
Foncent vers l’espoir
De tes remuements
Ne dis rien
Laisse-les parler
Remuer leurs lèvres desséchées
Garde ton cœur vierge
Sans une larme, sans un regard
Avance sur la scène de la vie
Ne regarde pas en arrière
Noie-toi dans l’absolu
Et prend ta jumelle
Pour contempler les mouches
Sur l’orange malmenée…

©  Loup Francart

19/03/2016

Etonnement

S’étonner, c’est toujours détonner
Tout dépend, bien sûr, du ton donné
Cela conduit à une franche adhésion
Ou peut provoquer une âcre division

Mais d’où naît cet éclair sagace ?
Pour certains c’est un trou noir fugace
Pour d’autres, un soleil jaillissant
Une explosion dans un silence angoissant

Et cet éblouissement soudain
Utilisé par d’inhabituels aigrefins
Devient un déclic judicieux

Il crée soudain un état d’objectivité
Fait naître l’étincelle de la créativité
Et ouvre un passage, sublime et malicieux

©  Loup Francart