Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/02/2020

vieillir

Vieillir, c’est accepter un rétrécissement de son horizon
Ne plus pouvoir voir au-delà du premier obstacle
S’inquiéter d’un avenir que l’on ne voit plus

« Dieu, où se trouve ma canne ? Je suis perdu ! »
On se lamente sur les conséquences d’une défaillance
Plutôt que d’en rechercher les bienfaits procurés
Et l’on finit par accepter cette insuffisance
Comme étant la chose la plus naturelle du monde
Sans s’ouvrir à l’infinité de l’horizon intérieur

Bien vieillir c’est transformer ce rétrécissement
En changement de vision de l’existence
Peu cultive cette exploration possible
D’un intérieur aussi vaste que l’extérieur

Alors ne vous lamenter plus
Partez en exploration
Et bon voyage !

©  Loup Francart

24/02/2020

donner... Recevoir...

Non pas "donnez et vous recevrez", mais plutôt :

"Donnez tout et soyez prêt à recevoir".

alors viendra l'amour et la compréhension.

 

 

23/02/2020

Elyne et Elastre

Elyne ne connait pas ce lieu. Non seulement elle n’y est jamais venue, mais elle n’a aucune image qu’elle aurait pu reconnaître. Tout lui semble faux. Non seulement ce qui est considéré comme fixe, c’est-à-dire les objets et le paysage, mais également les êtres vivants, animaux et humains. Une femme passe près d’elle, la regarde sans avoir l’air de la voir, puis continue son chemin comme si de rien n’était. Même le chant des oiseaux lui paraît curieux, une sorte d’étranglement du son comme si l’air n’arrivait à transmettre de manière fluide quoi que ce soit. D’ailleurs elle n’entend pas le son des pas de la femme. Tout se déroule comme sur un nuage épais qui étouffe les sons et voile la vision. Pourtant, ce sont bien, en même temps, le paysage quotidien, les objets qu’elle utilise journellement, les habitants de son village qu’elle connaît de vue et auxquels il lui est arrivé de parler. Elle se demande si elle ne louche pas. Cela arrive parfois le matin, lorsque vous vous réveillez encore dans le souvenir de votre rêve et que vos deux yeux contemplent deux objets brisés par un non-ajustement de la vue sur un point unique. Elle se demande comment elle s’est réveillée. Puis n’y pense plus. Ah, là aussi, quelque chose ne semble pas aller. Sa mémoire lui joue des tours, ou plutôt sa perception du temps. Quelle heure peut-il être ? Quand me suis-je levée ?

Elastre fait quelques pas. Elle regarde le ciel, seul lieu inconnu parce que si loin qu’il est au-delà de toute perception. Elle baisse les yeux et regarde son paysage quotidien : une bande de terre aride, parsemée de cailloux et d’herbes folles, puis, plus loin,  un creux dans l’écorce terrestre qui s’ouvre et s’enfonce dans le sol, tandis que plus loin encore se dressent des monts rocailleux. Elle marche, respirant l’air frais, foulant du pied une terre desséchée, secouant la poussière accumulée sur ses vêtements. Elle connait bien ce paysage qui l’accable à chaque réveil. Qui la sortira de ce trou ? Qui lui fera franchir ces montagnes sordides ? Son cœur se soulève d’espoir et, bien vite, retombe dans une langueur irrésistible. Qui l’en sortira ?

Et les deux ne font qu’un : Elyne et Elastre sont la même chair. Mais ont-elles la même âme ?

22/02/2020

Obstacle

Il n’y a pas de joie dans la platitude, dans l’horizontalité de la vie. Ne pas chercher à aplanir, car on n’aplanit que dans le renoncement.

C’est dans l’obstacle que tu créeras ta joie. Si tu peux le surmonter, et beaucoup sont surmontables, escalade-le à la force de tes muscles et de ta volonté. S’il est insurmontable, apprends à le contourner dans la plénitude.

 

21/02/2020

Quand l’ombre des lignes de mes paumes

Quand l’ombre des lignes de mes paumes
S’allonge tendrement à l’insu de tes rides
Sur l’ombre de ta joue au velours bienfaisant
Chacun de mes doigts rêve à ce souvenir

J’ai beau les promener à la même hauteur
Dans le même égarement ou la même folie
Sur le souvenir du baiser vers ma joue
Ils ne retrouvent pas leur ignorance vagabonde

Quand je dessinais au long de ton profil
Un doigt d’inquiétude au regard de bonheur
Je surprenais à l’espace de tes lèvres un sourire
Dont je traçais vers les étoiles la courbe silencieuse

Et le parfum de chacun de tes doigts, un à un,
Dont je tente, dans le creux de ma main, de me souvenir
Je dois longuement chercher pour en trouver la trace subtile
Bientôt, j’aurai perdu jusqu’à l’ombre du goût de tes lèvres

©  Loup Francart

20/02/2020

La vérité

- Qu’est-ce que la vérité ?

- Le contraire du mensonge, dirait un enfant.

Si notre vie n’était pas mensonge, nous connaîtrions la vérité et serions vrais.

Il faut bien prendre conscience que si je mens aux autres, c’est parce que, plus intimement, je me mens à moi-même.

 

19/02/2020

Locédia, éphémère (60)

Locédia, pourquoi n'ont-ils pas encore fermé tes yeux, ces yeux inertes que tu tiens ouverts désespérément vers le lit, sous le lit vers lequel sont tendus tes bras, comme un geste rituel esquissé, mais que tu n'aurais pas osé accomplir complètement, comme un sacrilège ébauché.

_ Monsieur le commissaire, je vais vous expliquer…

Je parle à un crâne arrondi, à des cheveux noirs que j'aperçois dans la glace accrochée au-dessus du lavabo dans un coin de la pièce. Un des pitons qui la maintiennent au mur est parti et elle s'affaisse un peu vers le lavabo. Est-ce bien toi qui t'étais amusée à écrire d'une écriture enfantine avec du rouge à lèvres sur le coin opposé de la glace A-M-0-U-R. Chaque lettre détachée, unique, seule, comme une lente décomposition du langage, du mot répété jusqu'à ce qu'il ne semble plus rien signifier, comme un de ces mots qu'on invente le soir avant de se coucher et qui obsède la pensée jusqu'à la venue du sommeil.

Amour, une fleur de papier transperce ton sein et égaie lamentablement ta robe bleue remontée un peu au dessus du genou. J'ai tout à coup envie de les caresser une dernière fois, d'imprégner ma paume de leurs formes, puis de rabattre doucement ta robe. Mais je suis trop fatigué.

_ Monsieur, si vous voulez bien me suivre, vous vous expliquerez au commissariat.

 

 

 FIN

 

18/02/2020

Gris

Le monde est gris
Connais-tu la couleur de l’histoire ?

Selon les cas, il y a des gris lumineux
Des halos de tendresse flottant au vent
Faisant claquer les étendards du bien-être
Et reposer les corps sur des nuages blancs
Mais ils sont si maigres qu’ils s’absentent
Du paysage habituel du climat social

D’autres fois, le gris devient foncé
Son œil courroucé se teinte de verre
Qui reflète l’ambiance des matins verts
Fermez les yeux et buvez un coup
Rien ne se perd et tout se gagne
Dans le brouhaha de l’information

Certains imaginent sans jamais voir
Le produit de leur rêverie nocturne
Il est vrai qu’ils ne savent plus réellement
Ce qu’est la folie des couleurs empêtrées
Dans de petites liaisons dangereuses
Et contraignent à s’assoir par terre

Il arrive même que le gris se noie
Ou lave ses effets dans la cuvette noire
Des interrogations clairsemées sur la toile
Les passoires du correct relâchent leur ignorance
Et bouillent d’impatience au regard
De l’envie des humbles et des sans dents

Quand serons-nous délivrés de ces délires
Qui naviguent à tire d’ailes dans les plumes
Sans jamais tomber dans les trous
D’une absence d’histoires scabreuses
Monte d’un cran au-dessus de ces gris
Qui toujours encombrent ta vision

Cela forme-t-il une histoire vraie
Ou au moins un conte à dormir debout ?
Ne confondons pas les volutes glauques
De racontars à l’imagination sans fin
Avec le doux zéphyr caressant
De la vérité cachée dans les plis de l’histoire

 

17/02/2020

Double, en haïkus

20-02-17 Doubles2.jpg

 

Elle est fine et belle

retourné, il s'inverse...

concupiscence

 

20-02-17 Doubles1.jpg

 

Ce sont les mêmes

frère et sœur, ils restent

curieuse symétrie !

 

 

 

 

 

 

NB. Un même dessin, inversé en symétrie.

16/02/2020

Rouge et blanc

 

Au fond de toi, le rouge

20-02-11 Trou flamboyant.jpg

Rien ne te trouble
Il est bien là, le trou de l’épingle
Rond parfait, blanc sur le rouge
Un trou dans le ciel, perçant
Comme le cri de l’alouette

Rien ne bouge en toi
Tu es là, debout sur la tranche
Humant l’air chargé de rêves
Qui siffle au travers de l’ouverture
Mais ne dévoile aucun de ses projets
Immobile, la campagne s’ouvre
En deçà du rouge pourpre
Mais le point blanc échappe
A ton attention exacerbée
Les sons clairs du feuillage
Renforcent ton impression

Rien ne t’étonne, malgré tes craintes
Tu aimes ce moment intense
Où l’éternité s’éprend de toi
Et s’incline à tes pieds
Tu t’oublies et deviens nuage
Les membres enlacés de lauriers
Les oreilles encapuchonnées de vert

Rien… Je ne vois plus rien
Je passe à travers l’anneau
L’air est si pur qu’il n’est plus
Je suis la transparence

Mais, suis-je encore ?

©  Loup Francart

15/02/2020

Locédia, éphémère (59)

J'apercevais aussi, dans la glace piquetée de l'armoire, le lit anodin au pied duquel était étendu le corps de Locédia, un de ces lits recouvert d'un couvre-lit saumon comme on en rencontre dans toutes les chambres de passage. Les murs vides n'étaient rompus dans leur symétrie que par le lavabo en coin, une penderie et une armoire à glace. La veille, le nez enfoui dans le vallonnement créé par les côtes du tissu, j'avais longtemps regardé les fils de laine qui sortaient en chevelure brouillonne de ces vallées allongées côte à côte. L'entremêlement des fils roses et blancs, retenus et soudés par d'autres fils de couleur indéfinissable, avait pris dans le vieillissement de l'usage la couleur du saumon. En atténuant son retour, ou son arrivée, ou ce départ que nous voulions prendre, que nous avions décidé de prendre, j'avais joué à engager entre deux orteils les barreaux du lit, lisses et froids, deux à deux, les abandonnant réchauffés et recommençant un peu plus à droite ou à gauche en prenant toutefois garde de ne pas détourner de mon champ de vision la porte de contreplaqué verni, par laquelle tu devais pénétrer. Le bruit des pas dans le corridor, étouffé par le tapis marron, qui s'écoulait lentement après avoir enflé, jusqu'à ce que je reconnaisse la légère déformation de ton pas et que tu ouvres la porte en disant : « Salut. »

Salut, Locédia, je te salue une dernière fois, car tu es là, étendue, sans pouvoir, cadavre pour ce médecin, objet d'inquiétude pour le commissaire, mystère de la pesanteur et du retour aux choses. Le tapis est légèrement fripé, plissé un peu autour de ta main gauche. Sans doute as-tu cherché à t'y accrocher après ta chute, alors que de l'autre tu tenais la fleur de papier qui te tache la poitrine. Puis ces deux mains se sont rapprochées sans toutefois se joindre et ont abandonné leurs doigts à la pesanteur. A côté de ces mains, pas très loin de tes mains, des souliers noirs avec une boucle d'argent, les talons un peu usés vers l'intérieur comme les souliers des marins. Ils semblent indécis et s'interrogent à petits coups tapés méthodiquement sur le tapis, répondant comme un écho aux diverses questions qui se forment bien au dessus d'eux, dans cette tête ronde couronnée de cheveux frisés.

Comme tout parait calme dans cette pièce. Les volets ont été tirés, pas complètement, mais suffisamment pour que règne une semi obscurité, une pénombre convenable devant la mort.

14/02/2020

Folie ?

 

Fou, l’était-il, cet homme vert de rage ?
Un point rouge au front, il se mit à l’abri
N’avait-il pas osé plonger dans le bleu des eaux
Et déambuler dans le jaune des moissons
Seul le blanc lui sied, mais sur fond noir
Alors il peut partir vers l’absence de couleurs
Là où rien ne se voit, mais où tout se sent
Il se laissa couler dans l’onde incolore
Et s’évanouit à leurs yeux de verre
Sans pouvoir prédire leur avenir incertain

©  Loup Francart

13/02/2020

Astor Piazzolla - Double concerto pour guitare, bandonéon et orchestre à cordes

https://www.youtube.com/watch?v=Un9sXWWuChU


Nostalgie, nostalgie...

comme un cri dans la nuit...

Danse et pleurs ne guérissent pas...

12/02/2020

Belle

 

Mais qu’elle est belle

dans ce mouvement serré

va au paradis…

 

20-02-11 Belle.jpg

©  Loup Francart

11/02/2020

Locédia, éphémère (58)

14

 

Morte. Le médecin se releva, retira ses lunettes, sortit de sa poche un mouchoir fripé et en essuya les verres.

_ Mort par arrêt du cœur dû à une perforation du ventricule gauche.

Il précisait d'une voix monotone, professionnelle, sans même baisser le ton devant son corps étendu sur le ventre, les jambes allongées, l'une légèrement plus relevée que l'autre, les bras repliés sur le sol, les doigts de la main à demi ployés, la tête rejetée en arrière.

Locédia riant follement, les seins projetés vers l'avant, qu'elle maintient et soulève entre ses paumes, rejetant ses cheveux sur le dos en levant le menton. « Je suis belle, n'est-ce pas ? » Tu es belle et tu es là, étendue, immobile.

Assis ou, pour être plus exact, prostré dans un fauteuil, je caressais machinalement le tissu rugueux de l'accoudoir, comme les enfants ont l'habitude de flatter leurs grenouilles avant de les faire sauter. Il était couvert de tâches jaunâtres et par endroits laissait apparaitre la trame de l'étoffe de rembourrage. Jamais personne ne s'asseyait dans le fauteuil, on s'installait sur l'accoudoir en équilibre sur une cuisse, l'autre jambe prenant appui sur le sol. Je regardais dans la glace piquetée de l'armoire dont la porte était légèrement entrouverte sur des étagères vides recouvertes de papier rose. J'y voyais le visage du médecin, sans toutefois y faire suffisamment attention pour être ensuite capable de le décrire. Ce n'est qu'après que j'appris à connaitre sa physionomie. Elle me paraissait alors anodine et je ne pouvais formuler aucun jugement sur la largeur de sa bouche, l'inclinaison de son nez ou la couleur de ses yeux. Je le regardais sans le voir, de même que je contemplais le corps de Locédia étendu sur le ventre, le cœur percé d'une rose de papier, pas tout fait une rose, une de ces étoiles de papier crépon que l'on tire les jours de foire dans les baraques foraines, ou encore une de ces ailettes de papier verni qui stabilisent les fléchettes des enfants.

10/02/2020

L'imagination

Imagination…

Dictionnaire Larousse :

. Faculté de l'esprit d'évoquer, sous forme d'images mentales, des objets ou des faits connus par une perception, une expérience antérieures : Un événement qui demeure très vif dans l'imagination.

. Fonction par laquelle l'esprit voit, se représente, sous une forme sensible, concrète, des êtres, des choses, des situations dont il n'a pas eu une expérience directe : Un récit qui frappe l'imagination.

. Capacité d'élaborer des images et des conceptions nouvelles, de trouver des solutions originales à des problèmes : Manquer d'imagination.

 

Décomposition du terme :

Image…in…a(c)tion.

L’imagination est donc, dans le sens complet du terme, la faculté de concevoir des images et de les transformer en action, c’est-à-dire de transformer une idée en réalité, dans quelque domaine que ce soit, y compris dans un domaine purement intellectuel.

 

Étapes de l'imagination :

  1. Pré-étapes, conscientes ou inconscientes et non impératives :
    • Conscience d’un manque d’ordre pratique, intellectuel, artistique ou autre ;
    • Énonciation du manque, c’est-à-dire de la recherche à lancer.
  2. Étincelle :
    • Apparition dans la pensée d’un mot, d’une phrase d’une image, d’un son, d’une formule, d’une sensation nouvelle, d’une question, d’une réponse à une question non formulée, souvent sans lien avec l’occupation du moment.
    • Dans le même temps, perception d’un lien de cette idée avec un objet, une idée connue et le plus souvent travaillée.
    • Établissement d’au moins un lien entre l’idée nouvelle et l’idée ou les idées plus ou moins connues dans un domaine.
  3. Identification d’autres liens et de leurs intérêts à une transformation de l’objet :
    • que transformer ?
    • pourquoi transformer ?
    • comment transformer ?
  4. Exécution
    • Planification des actions à mener pour transformer
    • Recherche et mise ne place des moyens nécessaires
    • Mise en œuvre de la transformation
  5. Contrôle de la transformation
    • La transformation est-elle conforme à ce que l’on attendait ?
    • Quelles améliorations sont-elles possibles en termes de produit recherché, de finitions, de procédés employés ?
    • Mise en œuvre des améliorations.

La plupart des gens ne connaissant que les étapes 2 et 3 dans le processus de l'imagination. Mais celle-ci , sans les étapes suivantes, ne sont que du vent. La création qui est le résultat concret de l'imagination n'existe que grâce à cette alchimie discrète et souvent ignorée, produit de connaissances, d'intuitions et de méthodes.

09/02/2020

vent ou fuite ?

C’est le bourdonnement inlassable du vent
Qui arrache les pensées et fait fuir la conscience
Il prétend connaître le monde des vivants
Mais la solitude efface la croyance

L’aridité est là, la poésie s’enfuit
Seuls demeurent les cœurs et la fuite en avant
Appuie, appuie, appuie sur le coupe-circuit
Ou ton corps passera, qu'il soit ou non savant

©  Loup Francart

08/02/2020

Contentement

 

Les mots conduisent rarement au contentement

Seule l’action renforce réellement l’homme

Car elle fait fuir l’incertitude du temps

 

07/02/2020

Locédia, éphémère (57)

Labyrinthe de tes attitudes...

Le décor s'écroule. Il ne reste plus que toi. Et encore, que reste-t-il de toi ? Je t'ai vu, je te vois attentive à tenir le volant de la voiture, attentive à ne pas blesser les plantes grises, attentive au geste de ma main sur ton bras. Je vois ces cheveux que tu redresses d'un rapide coup de tête, ton visage légèrement penché sur l'épaule gauche, abandonné.

Labyrinthes de couloirs, de corridors, d'escaliers, de murs gris, sales, pelés, crasseux, que l'on monte avec difficulté, que l'on redescend trop vite, qui résonnent de coups sourds. Tes lèvres prononçant le nom de Bach, le disque qui tourne encore avec un grincement de plume sur le papier blanc, ce grincement que je perçois en écrivant, ce grincement que j'écoutais en t’écrivant. La fenêtre s'ouvre sur les murs rétrécis, sur les murs qui se referment comme un tombeau de pierres, de portes, d'armoires, un tombeau blanc marbré de veines noires.

Continuons encore, jusqu'à la fin, avec courage, sans désemparer, comme un navire dans la tempête. Au dessus brille un ciel d'étoiles, pur, imperceptiblement voilé par la venue du jour, insensiblement brouillé par l'approche de l'évènement attendu, l'évènement imprécis, inconnu, révélé à la dernière minute, indescriptible.

 

06/02/2020

Peur

J’ai peur, peur de quoi ? De rien…
Mais j’ai peur d’avoir peur… De quoi ?
Je frisonne de peur, glacé de crainte
Sans savoir pourquoi !
Cette peur n’est pas crédible,
Elle s’enfonce en moi
M’environne de brouillard
Me donne des ailes vertes
Et une moustache bleue
Je plane au-dessus du nid
Sans savoir où me poser
Mais rien ne me décide
A garer mes pattes fragiles
Sur la surface étoilée…
J’y laisserais ma peau
Ou au moins mon calme
Je garde mes paroles pour moi
Regardant au loin les monts
Et marche sans vergogne
Jusqu’au bout de la route
Dans l’épaisseur de mon ennui
Va et ne dis rien, rien ne va plus
Plus lucide que la peur
L’absence me fait froid dans le dos
Car on ne sait où elle se tient
Je ferme les mains sur le rien
Et pourtant tu m’accompagne
De ton sourire moqueur
Et je vois dans tes yeux
L’ombre de ta satisfaction…
Allez, va et ne pense plus
La pensée est la peur des faibles
Et l’escalier des rêves…

©  Loup Francart

05/02/2020

Je suis couché

Je suis couché, ver de terre

Du creux des ténèbres montait une voix
La nuit fermait sa main étoilée
Sur les pierres sales et les fous

Tu riais. J’écoutais le chant de la terre

Cœur, un rond de douceur chaude
La flamme du désir
S’élève dans la houle de nos corps

Centaure aux bras d’étau
Vaste plaine

L’œil des juges prend les paupières baissées
Sur l’eau noire aux cercles rouges
Ta bouche s’ouvrait sur ton corps mobile
Le lac des caresses se mêlait aux torrents

L’ambre de ton cou se noyait au fond de nos mains avides

©  Loup Francart (1967)

04/02/2020

Chine (pictaïku)

Chine impériale :

derrière tes murs de papier,

quel virus t'atteint ?

 

20-02-04 Languettes.jpg

03/02/2020

Locédia, éphémère (56)

Lorsque tu seras vieille, que tes cheveux auront blanchis et que je n'aurai plus dans le regard la fraicheur de ton visage, je te rencontrerai à nouveau.

Salons de fausses boiseries, lustres de verre. J'errais à ta rencontre. Murs de marbre rose, en colonnes arrondies, immenses, sans profondeur. Longues glaces encadrées de moulures de plâtre doré qui multipliaient à l'infini la foule des invités. Noirs, sur les murs sombres, les hommes, comme une colonie de pingouins. Noir déplacement en gestes lents, aux bras le long du corps ou encore au coude à demi ployé vers un autre être cassé en deux parties symétriques par les jointures des glaces piquetées de points noirs. Blanches arborescences au cœur des pousses noires, comme des fleurs sur les cercueils d'une catastrophe nationale. Pourquoi étais-je seul ce soir à porter une veste de velours vert et une étoile fripée sur chaque épaule, une méchante veste avec des boutons de bois simulé ? Mon visage dans la glace. Ce visage dont les traits s'étaient accentués. Ce visage alourdi que je regardais avec coquetterie, fier de cette veste verte, et dont le nez avait pris de gigantesques proportions. J'avais bu, habitude que j'avais prise après ton départ ou que tu m'avais communiquée. Je me souviens avoir buté contre un canapé au coin d'une pièce et une glace m'avait renvoyé cette image éclairée par un lampadaire auquel je m'étais accroché. Et les voix, ces voix que j'entendais, mais ne comprenais plus : « Il est ivre ! Une fois de plus. C'est habituel. » Je m'assis sur un canapé dont la tapisserie rugueuse me réconforta un peu. Je suivis avec difficulté la conversation d'une vieille dame, m'attachant particulièrement aux mouvements gracieux de ses mains dont l’ossature semblait jouer sous la peau tendue et craquelée. De quoi parlait-elle, des mémoires de Metternich ou de la moralité de Sade ? Je ne sais plus, D'autres personnes l'écoutaient gravement, le poids du corps porté sur une jambe, les bras croisés ou quelques doigts de la main allongés le long de la joue, approuvant parfois de la tête en s'accompagnant d'une sorte de grognement.

Est-ce pendant le diner ou un peu plus tard, que je te revis ? Je ne me souviens plus des contours de la salle : grotte, architecture de piliers, de miroirs. Elle était obscure à la fin du diner. Peut-être avait-elle été éclairée auparavant ? Je me souviens de colonnes et d'une table immense avec une nappe blanche, illuminée par des flambeaux imitant une main humaine ou plusieurs enchevêtrées. Les bougies brûlaient sur les visages, faisant ressortir la blancheur des dents et creusant les globes oculaires. De vieilles femmes qui conversaient de leur beauté passée, de l'arrogance et de la liberté de la jeunesse, trônaient entre des espaces noirs où ne se percevait que la blancheur des chemises ou d'un œillet. Le tintement ininterrompu des fourchettes et le bruit monotone des mandibules et des dentiers m'avaient enfoncé dans une trouble torpeur. Le diner s'achevait à travers les brouillards d'alcool et de cigarettes.

02/02/2020

Temps présent

Demain sera toujours un autre jour…
Comment voir encore les jeunes filles
Deviser et rire dans les rues de Paris
Alors que la vie déroule son tapis
Sur les bosses du désaccord
Fuyez, mes amis, entre les pavés
Que vous avez longuement foulés
Perdez-vous dans les montagnes obscures
Ou noyez-vous dans la froideur de l’océan
Mais surtout ne restez pas sur le passage
Des révoltés haineux sans conscience
Seuls les innocents marchent sans espoir
Ni même crainte d’un avenir imprévisible

©  Loup Francart

01/02/2020

Intériorité... Notre liberté

Le plus souvent, l’homme vit à l’extérieur de lui-même. Mais dans le même temps, il est incapable de se voir de l’extérieur, son moi le préoccupe trop. Alors, où est-il ?

Il convient tout d’abord de se poser la question du « Qui suis-je ? ». C’est le premier pas vers une réflexion qui se cherche. Distinguer le Moi, tourné vers l’extérieur, du Soi faisant émerger son intérieur. La frontière est certes floue, surtout dès l’instant où l’on tente de la définir. Un pas, je suis le Moi. Un autre pas, je plonge dans le vide et je deviens le Soi. Entre les deux, un blanc sans couleurs, une absence de sol, une chute mystérieuse impossible à définir parce que la plupart du temps sans qualificatif rationnel.

C’est le mystère de l’homme, l’approche de sa part de divinité, l’absence de lui-même qui est plus que lui-même. Comme l’énonce Maurice Zundel, (Hymne à la joie, Association des amis de Maurice Zundel, 1987) « Dieu ne peut nous toucher autrement qu’en suscitant notre intériorité, qu’en faisant murir notre liberté, parce qu’Il est ce qu’Il est : un pur dedans. »

31/01/2020

Maxime

 

"Aux innocents les mains pleines."

Largue le poids de ta connaissance,

l'innocence est le seul vrai outil du chercheur.

 

30/01/2020

Locédia, éphémère (55)

Tu t'étais levée et venais saluer quelques personnes à côté de moi. Je ne sais plus qui était assise à ma droite, une de ces femmes poudrées et édentées à l'allure de fin de race, mais j'ai encore le souvenir de ton bras nu tendu vers moi, devant moi, lentement, avec insistance, au dessus duquel luisaient les lueurs des chandeliers de la table et les visages animés des convives. Puis, avec un calme et une lenteur exaspérante, pendant un temps immensurable où je pus regarder la peau sans défaut, blanche et lisse, un peu verte au pli intérieur du coude, tu approchas l'avant-bras jusqu'à ce qu'il vienne effleurer mes lèvres. L'écume de la Mer. Plus rien n'existait que l'écume de ce bras dans laquelle j'enfouissais mon visage. Cela dura une minute, deux minutes, cinq minutes. Les gens continuaient à parler gravement sans paraître nous voir, pas même celle à qui tu tendais la main et qui semblait s'être figée. Tu me dis de la même voix qu'auparavant : « Tu m'aimes. »

Je n'ai jamais pu savoir si pour toi cette petite phrase était une question ou une affirmation. Peut-être n'était-ce ni l'une ni l'autre, seulement une de ces phrases dont nous vivons, qui n'existent que par leur présence, sans forme, sans raison.

_ Le mariage est la pire des prostitutions et la plus répandue. On se prostitue à un seul homme, on lui prête son corps contre une maison et du pain. Et cette obligation de simuler la joie au long de nuits toutes semblables. Non, je ne marierai pas. Patience. Un jour viendra où je serai toi. Ne brusques pas les choses, elles doivent arriver dans l'ordre, dans l'enchaînement logique de chaque portion de temps.

Et le temps Locédia, est passé selon la logique irréfutable de son enchaînement. Je t'ai contemplé morte. Je te possède morte, souvenir livide. Locédia, blanche, hagarde, effroyablement rigide et immobile.

Quand tu boudais, quand tu souriais, quand tu me méprisais, quand tu m’embrassais. Mille attitudes, mille gestes effondrés par la pesanteur.

29/01/2020

Sommeil

 

Est-il cru et nu
étendu sur sa planche ?
fleur écartelée

 

©  Loup Francart

28/01/2020

Eolien

 

IMG_7908.JPG

 

Une éternité

mais le mouvement est là

et nargue l'instant

©  Loup Francart

27/01/2020

Délire

 

Entrée dans le coton
Brouillard sans visage
Ombre de lui-même
Devenu autre et semblable
Il ne peut résister
Le mirage devient vrai
Plus rien n’existe que l’évocation
Il enfle sous les sollicitations
L’imagination le relance
L’irrépressible l’envahit
Et l’entraîne vers la chute
S’ouvre un délire bref
Le comble du bonheur

Dans quelques heures, de nouveau
Il fermera les yeux, s’ouvrira à l’inconnu
Et plongera dans l’existence noire…

©  Loup Francart