Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04/12/2022

D'où ?

Enfants, allez-donc jouer ailleurs !

Mais où aller, tout est plein !

Soyez comme les grains de sable
Cachez-vous sous votre ombre 

Elle est si petite qu’elle devient invisible
je ne vois plus mon corps sous son obscurité

Toi, la bavarde, tais-tu, tu m’entends !
Avancez dans le noir et tenez-vous la main

On joue au mille-pattes ? questionne-elle
Aïe, crie-t-elle après s’être cognée la tête

Avance sous les boules et tais-toi
Elle sortit rouge de sang
Et contempla le monde : quelle naissance…

03/12/2022

Joie

La tristesse et la joie. La joie de se comprendre, la joie de s’aimer. La tristesse de n’être pas tous ensemble, de ne pas tous se comprendre, de ne pas tous s’aimer. 
Peut-être est-ce cela le véritable amour. Il ne comble pas, mais il permet d’aller plus loin.

Incertitude

Et çà bavarde, et çà bavarde…
Jusqu’où aller ? Quelle effroyable gabegie...
Ça trotte sans cesse dans ce maelstrom 
Qu’est la vie assistée d’un cerveau 

Çà bouge, çà remue, çà s’éparpille
Rien n’est semblable, mais tout est différent
À mille lieues de tes horizons habituels
Le brouillard se disperse, le noir s’éclaircit

Au fond, le blanc va à l’âme 
Même accompagnée de beauté
Étoiles folles sur le fond
Qui blanchit sur la vie

Et te voici boiteux, honteux
De ce blanc qui s’estompe 
Et cache le réel devenu vérité
N’arrête pas, va… et viens…

02/12/2022

Silence...

Silence…
Un silence ignorant
Plein de lourdeur

Comment le porter ?
Chercher à le cerner
Mais jamais le prendre
Entre ses mains vides

Il fuit, seul, vide, séduisant
Mais sans un bruit
Même pas un frottement
Où donc es-tu passé ?
Il ne sait plus
Rien ne va et vient

Est-il seul ou deux ?
Il ne sait plus
Il est plus léger que l’air
Il ne dit pas un mot
Il ne pousse pas un cri
Mais il Est…

Pourtant il le porte
Il courbe ses épaules
Il affaisse ses hanches
Et l’entraine vers le centre
Là où rien n’existe
Hors ce poids invisible
Qui n’est vu de nulle part 

Mai il est là, c’est sûr
Il le goutte et son cœur déborde
D’eau et de verdures
Il caresse ses épaules
Sans bruit, ni alerte

Il Est…

01/12/2022

Saison

Riant, le soleil fait sa pause
Il a suffisamment travaillé ce matin

Ouvrir les volets, écarter le rideau
Essuyer avec les doigts la buée
Des vitres qui donnent sur la rue
Et tenter d’apercevoir le clocher
Qui s’enfonce dans la brume  

Ah ! Le boulanger est levé
Il est donc cinq heures et demie
Brr… Quel froid ce matin
Une lueur se lève vers l’est
Le ciel est clair et l’eau prudente
D’ici un moment, il luira
De toutes ses forces vaines

Le village se lèvera, courageux
Et les adultes partiront au travail
Les uns à la cueillette, les autres à la traite
D’autre encore sur leur tracteur
Pétaradant à qui mieux mieux

Dieu, qu’il fait chaud ! se dit-il
C’est l’été, ne sais-tu pas !

 

30/11/2022

L'envol

Un jour comme un autre… Lassitude...
Et pourtant, ce gong qui résonne dans la tête
Et t’oblige à voir ta misère et ta délivrance

Réunion des contraires…
Tu es et tu n’es pas
Tu te sais vivant
Mais ta vie est autre
Tu l’as abandonné…

Tu es l’enveloppe d’un autre toi-même
Une mince couche transparente
Tu te cherches, mais ne te trouves pas
Tu ne sens que l’air qui passe en toi
Et t’envoie derrière la barrière
Là où rien n’est arrêté

Tu pars loin de tout
De tout ce qui n’est rien
Et tu découvres ce rien qui est tout 
Mais que tu ne fais que deviner

Le divin te tend la main
Prends là et ne la quitte plus…

Tu t’envoles…

28/11/2022

Jour après jour

Quelques jours encore et… la délivrance…
Réfugié en son intérieur
Il végète dans la moiteur
D’un extérieur devenu pesant
Il a tenté de reprendre la main
Mais rien ne venait à lui

Il attendit tout le jour, 
Puis une nuit encore
Il finit par craquer
Chaque jour reprendre pied
Puis céder par faiblesse
Devant une telle force de vie

Éclatement devant la face du monde
Es-tu encore celui que tu étais
Ou t’es-tu rangé parmi les autres
Perverti par cette vie molle
Qui te conduit sans faille
Auprès de celui t’entraine
Loin de tout ce que tu aimes


Un rien sans vie
Mais l’amour en prime…

26/11/2022

Où ?

Encore toi !
Tu étais belle le soir de ton mariage
Un joyau parmi les coquillages
Tu luisais dans l’eau tiède
Et souriait au monde

Depuis, tu ne cesses de sourire
A la vie, à l’univers et à Dieu

Je garde au fond de moi
Le souvenir de tes vingt ans
Et le filet de tes charmes
M’entraîne vers d’autres cieux

24/11/2022

Loin

Qu’abandonne-t-il ?
Il sait les attraits de la vie
Le rire de la présence
L’absence de l’ennui
Il est à la périphérie de l’être
Là où rien ne passe
Sans le retournement

Pourquoi appréhende-t-il la nuit
Cet espace coupant et cinglant
Le tranchant de la lame
Le crissement du fer sur le fer
Et l’arrêt de tout, d’un coup

Il mesure l’appréhension
Non, il ne peut pas
Il a froid et claque des dents
Le gel de la solitude
Un pôle nord intérieur
Une marche jusqu’au bout
Et après, qu’y a-t-il ?

Il rêve, mais ne voit pas
Le noir ou le rouge
Ou encore le rien, sans couleur
Une bille dans le vide
Non, pas une bille
Mais rien de rien
Même pas un trou
Par où va-t-il passer ?

Oui, plus rien au dehors
Tout est en lui
Il est seul
Mais que signifie être seul
Il n’a plus une main à attraper
Plus un sourire à regarder
Plus rien à laisser au suivant
Mais existe-t-il celui-ci ?

Il se retourne
Étire sa peau de caoutchouc
Pousse un soupire

Adieu camarade !

22/11/2022

Vagabondages parisiens

promenade,exploration,découverte

Pêle-mêle sont les articles disparates :
Pelle sans manches, manche sans bras,
Bras de fer, fer de lance, balance.
On y trouve de tout dans le bric-à-brac
De personnes et d’objets hétéroclites
Qui vont de bric et de broc jusqu’à la fin du jour.

 

Des rues, des jardins, des boutiques, des galeries, des vide-greniers, des graffitis et bien d’autres distractions encore, un Paris insolite et pourtant quotidien. On vagabonde, on se distrait, on contemple ces fragments divers d'existence et Paris devient une fête qui réjouit le cœur et l’esprit par ce vagabondage sur les trottoirs parisiens.  Tout Paris dans les pieds et dans un coin de la tête. Mais attention, malgré tout, mieux vaut voir sur place, vous en profiterez mieux.

2022  /  253 pages  /  Prix de lancement : 9,97 € 

Publié sur Amazon :

https://www.amazon.fr/Loup-FRANCART/e/B07Y337PMM/ref=aufs_dp_fta_dsk

Présenté au salon du livre de Sainte Suzanne.

 

Belle vie

Tremblements…
Le vrai se dévoile patiemment
Il prend des détours inimaginables
Il te conduit sans te le dire
Et te met au pied du mur
Sans que tu le saches

Tiens-toi éveillé
Regarde autour de toi
Laisse tomber ton égo
Sois humble de cœur
Et large d’esprit
Entends la goutte t’effleurer
Et te presser dans ses bras
Tu seras sauvé

Le vide t’envahit
Un abime s’ouvre devant toi
Saute à pied joint dans ce gouffre
Et regarde encore l’espace
Qui devient ouragan et sifflement 
Il t’engage à aller plus loin
Vers cet inconnu attendu
Que tu espères par crainte

Cache-toi sous le tapis
Et attends ta part patiemment
Elle vient sans que tu le saches
Respire l’air dans ton intérieur
Laisse passer la brise entre tes narines
Et sens le vent t’envahir
Et t’emporter au loin
Là où rien n’existe ni ne meurt

Ah ! Dieu que la vie est belle !

21/11/2022

Réunion de famille

Elle commence toujours par la bouffe
Et se poursuit par la bouffe
Accompagnée de gorgées rafraichissantes
Qui lient ensemble les participants aux libations
Sans cependant les contraindre à des obligations

Parler devient difficile, mais se taire impossible
La langue se délie et ne peut s’arrêter
C’est si bon de se retrouver 
Peu importe même l’occasion !

Ce n’est pas le paradis
Ce n’est pas non plus l’enfer
Mais une oasis entre deux
Qui fait du quidam un esthète 

20/11/2022

Présence

 22-11-10 1° Couv Présence.jpg

Viens, mais ne te presse pas
Tu as encore à apprendre
Ne t’impatiente pas…

 

Ce livre effectue une symbiose entre l’art pictural et l’art poétique, donnant ainsi une approche plus complète du sujet traité ou élargissant son objet. Il se regarde autant qu’il se lit et s’écoute dans la lecture. Il exige l’éveil des sens et l’attention du lecteur. Alors se découvre la spiritualité cachée dans le quotidien, la grandeur de chaque instant de la vie, la beauté voilée des mots devant une image, la profondeur d’un dessin ou d’un tableau grâce aux couplets qui l’environnent. Le silence vous envahit, vous saisissez l’intense énergie du présent et acquérez un aperçu de l’au-delà qui transparait sans se dévoiler pleinement. Seule la musique est absente, car elle se joue dans la tête selon les affinités du lecteur.

2022  /  98 pages  /  Prix de lancement : Publié prochainement et présenté au salon du livre de Sainte Suzanne.

19/11/2022

L'appel du large

Fruit de plusieurs années de réflexions et méditations, l'appel du large fait part de l'aventure de la vie au jour le jour. Ne pas perdre ce qui vous arrive, garder en mémoire les leçons quotidiennes que vous percevez en vous et avancer dans l'existence progressivement en profitant d'une remarque, d'un événement heureux ou malheureux.

L'appel du large :

22-10-29 couv l'appel du large VD2 - Copie.pngIl y a toujours à admirer, à réfléchir, à créer, à tout instant. Alors, profitons-en au lieu de nous lamenter sur les incidents de nos courtes vies.

Écrit au fil des jours, l’appel du large fait part des sensations, sentiments, réflexions de la vie de tous les jours, sans thèmes particuliers, dont le point commun reste une interrogation sur la vie et ses jaillissements spontanés, sur la société, sur les hommes et femmes qui la composent, sur les idées qui l’animent, sur les espoirs et les défaillances qui la font mouvoir.

Le livre passe par des impressions quotidiennes à des réflexions d’ordres philosophiques, artistiques, culturelles, puis à certaines approches spirituelles. Ce sont des pensées claires, d’hommes au cœur accessibles, rencontrées au détour d’un fait habituel, parfois explicitées pour les rendre aisément compréhensibles.

2022  /  217 pages 

Publié prochainement et présenté au salon du livre de Sainte Suzanne, le 11 décembre.

18/11/2022

Salon du livre à Sainte Suzanne

Un salon du livre pour trouver vos livres à offrir à Noël ou au jour de l'an à tous ceux que vous aimez ou envers lesquels vous avez des obligations.

L'ambiance est sympathique, chaleureuse même, grâce à l'entente qui se crée très vite entre les participants. Les auteurs sont variés et vous trouverez des livres de toute nature. Alors, venez nombreux chez Vincent Houllière faire vos achats de fin d'année et ainsi permettre d'égayer les soirées mayennaises qui pourront se prolonger toute la nuit.

22-11-11 Affiche Salon_page-0001.jpg

Je vous accueillerai au moulin et vous présenterai mes trois derniers livres :

  • L'appel du large
  • Présence
  • Vagabondages parisiens
    A cela s'ajoute Effervescences cosmiques, publié l'an dernier, mais peu présenté en raison du COVID.

Je vous les présenterai demain.

Venez nombreux !

 

 

 

17/11/2022

Moi, soi

Oui, il est là !
Où donc ?
Derrière-toi !
Mon Dieu, où est-il ?
Autour…
Où ?
Là !

L’autre lui montra
L’air environnant
La chaleur de l’été
La douceur des sourires
L’ombre de l’amitié
Les pleurs des enfants
La grandeur de la solitude
Et quoi d’autre ?

Ce vide dans la poitrine
Cette tête d’épingle
Qui se tient en toi
Et te maintient droit

Ne plie pas
Reste toi-même, 
Mais un toi
Devenu soi, autre
Ne le laisse pas s’échapper
Il est ton seul bien

16/11/2022

Energie

Énergie…
Tout devint lumineux
Je ne voyais rien d’autre que la réalité des choses
Mais elles étaient différentes
Plus nettes, plus réelles
Nettoyées des poussières de l’humain
Reliées entre elles de liens nouveaux
Je respirais l’air frais coulant dans ma gorge
Je me sentis léger, aérien
Et je regardais, indifférent
S’agiter le monde sans y participer

Fermé à nouveau
À jamais peut-être ?
L’autre s’éloigna, me laissant seul

Perdu, je suis perdu…
Je n’ai plus que l’ombre du souvenir
Et la légèreté du cœur
Qu’en faire ?

Fusion, une seconde
Le tout en un point
Qui, lui-même, n’existe pas
Rien que ce point d’énergie
Que l’on ne peut palper
Simplement le vivre

14/11/2022

Normal

La normalité est le contraire de l’inventivité
Mais l’inventivité impose la normalité des règles
Qui crée invente une nouvelle normalisation

 

11/11/2022

Règles de vie

L’homme est bicéphale
Il contient les opposés
Et ces opposés se livrent bataille 
Jusqu’à la délivrance ou l’anéantissement

Une fleur peut naître entre les deux
Elle met du temps à germer
D’abord prendre conscience
De l’existence des opposés

L’enfance ne te dévoile pas
Ces conflits permanents en toi
Entre la colère et la compassion
Ou du moins l’indifférence

Peu à peu tu découvres ton ambivalence
Tu ne sais pas encore ce que tu désires
La paix ou la guerre, le blanc ou le noir
Tu nages entre deux eaux grises

Adolescent, tu te révoltes
Contre la société et ses contradictions
Tu te fais champion de la radicalité
Mais sais-tu mieux ce que tu veux ?

Maintenant tu as trouvé une place
Tu la creuses patiemment
Tu fais ton trou dans la société
Tu t’y sens mieux et plus fort

Tu croyais savoir ce que tu voulais
Et tu te découvres non satisfait
Mais que veux-tu donc à la fin ?
Ton esprit erre vers d’autres souhaits

Tu ne sais, mais tu ne vas plus bien
Ton insatisfaction t’enrage
Nouvel âge, nouvelle recherche
Tu grattes entre tes os et ne trouves rien

Espère, mais n’attends rien
Ris sans pleurer ta vie
Aime sans penser
Et va sans juger

10/11/2022

Aventure

Quelle enveloppe !
il la cherche en lui et ne voit rien
il tâte son corps sans trouver la porte
Fond de brouillard et de troubles
Continue, continue, n’arrête pas…
Devant ce mur noir et rouge
Poursuis envers et contre tout
Et respire, respire, respire…

L’écran ne bouge pas
Seul ton œil est la pointe de ton âme
Tu ne vois rien
Une petite lueur apparaît
Elle envahit l’atmosphère
Le noir et l’horizon, une séparation

Il perçoit le glissement du souffle
Pénétrant son intérieur
Il se sent vide en partie
Mais la plénitude de l’absence n’est pas là
Aller et retour, noir et blanc
La courbure de la frontière
Est ressentie dans la gorge
Une chute des perceptions s’engage
Laisse-toi faire, ne juge pas
Ne bouge pas, l’enveloppe s’entrouvre

La fraîcheur t’envahit… 
Délivrance…

09/11/2022

Ouvre-toi

Toi…
Mais qui, toi ?
Quiconque je croise dans la rue
C’est Toi, pas une autre !
Des milliers de toi
Et tu es seule au monde
Seul parmi des milliers
Je te reconnais tout de suite
Tu souris et l’autre te regarde
Il sourit également
Le jour s’illumine
La terre luit d’or
Je te tends les bras
Et je m’ouvre comme une écluse...
Tout part, quel soulagement !

Ouvre-toi et le monde sera autre…

08/11/2022

Paysage

Il entrouvre la fenêtre, sans bruit
Il jette un œil dehors… Le calme
Rien ne bouge, rien ne s’exprime
Il sort la tête, précautionneusement
Non, rien de rien…
Alors, patiemment, il penche son buste
Sort un bras, puis l’autre
Toujours rien, il n’entend rien
Que voit-il ? Rien, pas un arbre
Pas un brin d’herbe, pas un être vivant
Quelques cailloux fermes
Plus ou moins gros et brillants
Qui envoient des scintillements
Derrière un soleil pâle et maigre
De la poussière, encore et toujours
Qui se lève et tourbillonne 
Des éclairs zèbrent le ciel
Non, il n’y en a pas

Des particules, c’est tout
Mais que fait-il dans cette galère ?

04/11/2022

Un, deux, trois et ...

Deux, un chiffre magique
Zéro n’est qu’un mirage
Un existe, mais il est seul
Jusqu’à quand tiendra-t-il ?
Alors vient le chiffre le plus humain
Le deux est né ou est arrivé
Le un s’est-il dédoublé ?
Le un a-t-il protesté ?
A-t-il été étonné de se voir dédoublé ?
Aussi loin que l’on remonte
0n ne sait pas ce qui est arrivé
Un jour, une compagne…
Qu’est-elle ? Que vient-elle faire ?
Comment est-elle venue ?
Il était seul et elle est arrivée
Sortant de l’eau, même pas mouillée
Bonjour, a-t-elle dit, fraîche
Il tourna la tête, regarda la créature
Surpris par le pincement qu’il ressentit
Qu’est-elle cette compagne qui vient
Qui s’assied et me comble
Je me sens mieux, très bien même
Elle sourit d’aisance, me regarde
Une lueur dans les yeux
Mon cœur s’élève au-dessus des arbres
Et contemple le monde devenu autre
Il est entré quelque chose
Dont on ne percevait pas l’absence
Mais quoi, il ne sait !
Ils se serrent contre l’autre
Cela tient chaud, c’est doux
Encore, tiens-moi, serre-moi
Je t’abrite sous mes bras
Et te protège du monde
Qui n’est là que pour nous aider
Parfois nous craignons ses attaques
Mais toujours nous nous louons
De cet abri si bon et chaud
Qu’est celui qui est mon double
L’homme pour la femme
La femme pour l’homme
Puis vint un jour un trois
Mon Dieu, que d’ennuis
Ils n’eurent plus un instant à eux
Une occupation de tous les instants
Mais qu’il était beau ce petit d’humain, 
Homme et femme, pleurant et riant
Le trois est devenu l’idole


Cela a continué immanquablement
La terre est peuplée d’humains
Une vraie basse-cour !

 

03/11/2022

Rien...

Rien…
Plus rien…
Toujours rien…
Encore rien…

Elle attend le cœur vide 
Elle ne sait plus où elle est
Elle tourne en rond, échevelée
Le brouhaha s’amplifie
Cela éclate de tous côtés

Enfin… 
Le calme…
La tempête s’évanouit…
Un silence impressionnant
Pas un cri, pas un pas
Pas un geste, pas une caresse

Rien…
Plus rien…
Toujours rien…
Encore rien…

02/11/2022

Multitude

Multitude… La vie est multitude…
Explore ses voies si variées
Laisse la vie s’emparer de toi
Et t’emmener en de multiples chemins 
Fouine hors de toi, puis en toi
Tu découvriras les guirlandes offertes
Les fleuves de peur en solitude
La compassion des proches
Et toujours l’amour de la compagne
Alors, tu iras, froid et dur
T’étendre dans les prés et les bois
Te ramollir de tendresse
Ouvrir ton cœur à l’amour
Et contempler le miel de la vie
Après avoir vidé ton moi
Et découvert le soi éternel
Pris d’une soudaine envie
Tu crieras ta joie aux autres
Et t’envoleras vers ton être immortel
Entre les atomes de plus en plus rares

Non, tu n’y es pas encore
Puisque tu me parles…
Continue et débarrasse-toi de toi-même…

31/10/2022

La liberté

La liberté, c'est ne rien avoir pour être pleinement

Mais la liberté peut-elle se vivre seule ?

28/10/2022

Sommes-nous ?

Toujours au même point :
La déité est-elle ou non ?
Ne rien lire, ne rien penser
Et pourtant ! qu’y a-t-il ?

Un lourd nuage flotte sur la tête
Il pèse sur les épaules
 Et, l’instant d’après
Le trou se creuse et évacue
Le trop plein de pression

Soulagement délibéré
Je suis suspendu
Et nage en pleine euphorie
Succession improvisée
De détails sans importance
Puis coup de massue

Il Est.

Et nous, sommes-nous ?

27/10/2022

Nuit de lutte

Détache-toi… Détache-toi, l’homme préoccupé…
Ne te laisse pas perturber par ces papillons de malheur
Au fond de certains se creuse le trou dans fin
Qui les guide dans le vide de leur cerveau amollie
Combien de temps faut-il pour l’atteindre ?
Mais quel soulagement quand les premières lueurs
Luisent dans la nuit sans fin de sa lutte
Alors, paix et lumière… Et rien d’autres…

26/10/2022

Retour en arrière

Longtemps j’ai cru à la sagesse des anciens
Ces vieilles personnes qui pensent et disent
Mais ne font rien de bien, ni même de mal
Ils sont confis et ne savent que penser
Enfermés dans leur vision d’un monde dépassé
Ils ne voient plus les changements
Leurs petits enfants deviennent adultes
Les adultes sont dans la fleur de l’âge
Et eux ne bougent plus, se lèvent tard
N’ont plus d’intérêts pour la joie ou la peine
Seul compte leur douillet bonheur fragile
Qui ronronne tranquillement au coin du feu
Et près du lit où ils s’étendent mollement
Et soudain ils s’écrient d’une voix forte :
« Ah ! qu’étaient bonnes ces soirées folles
Où l’ombre de la lutte finale s’épaississait
Et faisait dire au chef de l’État
Plus que quelques jours et nous serons en paix
Nous, les vieux, sommes jeunes d’inventivité
On invente la boîte sans couvercle
Qui fait sauter le monde dans le vide 
Et donne l’espace et le temps nécessaire
Aux autres humains qui sans cesse expriment
Leur mécontentement d’une vie toujours renouvelée

 

25/10/2022

Réveil

Elle dort comme un nuage 
Pleine d’espoir et d’ardeur
Les yeux clos, détendue

Tout est derrière, rien devant
Elle tend un doigt élégant
Et sa main repose doucement

La bouche sourit et parle
Elle rêve sans le savoir
Elle court dans les champs

Elle rit dans son sommeil
Un lézard court sur sa jambe
Elle le fait fuir de la main

Elle tient son rêve ouvert
Le regarde et l’admire
Mais il se dissout patiemment

Ne reste plus qu’une brume
Qu’elle tente d’exhaler
Dans son réveil brûlant