Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/03/2021

Espace-temps-matière ou énergie (1)

L’espace et le temps sont des jumeaux cosmiques
Ils vont de pair, en bande, sans forfanterie 
Se tenant sagement par la main comme des enfants
Marchant sur le trottoir, riant de leurs pas de deux

Les incas ne distingue pas l’espace et le temps
Ils sont siamois jusqu’au bout de l’univers
Et il n’est pas encore arrivé que l’un des deux
Tombe malade au cours de leur promenade

Ils ne sont cependant pas également semblables
Dès qu’ils sortent de leurs limites habituelles
Lorsque l’un d’eux descend sur le trottoir
L’autre ne sait plus que faire et divague 

Le décalage peut les entraîner à l’indépendance
Si l’espace court trop vite, le temps ralentit
Heureusement un élastique le retient
Et l’autre ne peut connaître l’éternité

Mais si l’espace perd une de ses dimensions
Un x, un y ou un z, et se met à boiter
Que devient le temps ? Passe-t-il
Du rêve impénétrable à l’éclair imperceptible ?

06/03/2021

Les voix bulgares

https://www.youtube.com/watch?v=o81A31hlgEA


C'est un long fleuve

qui monte des montagnes

et emplit le coeur

05/03/2021

Rien et/ou tout (3)

Mais au fond, le néant existe-t-il ?
Est-il possible d’inventer un néant
Il est probable que ce ne le soit pas
Car comment imaginer rien

Peut-on imaginer ce qui n’est pas
Pas même un nom ou une pensée
Essayez de ne penser à rien
Beaucoup le tentent, mais personne n’y arrive

Les yogis prétendent se vider de tout
Mais si cela était, ils ne seraient plus
Or ils sont toujours là, immobiles
Derrière leurs yeux clos, face à eux-mêmes

Et si le néant existait, nous ne serions plus
Le néant dévore toute matière ou toute pensée
Mieux, on ne peut imaginer l’annihilation du tout
Sans soi-même continuer à être et vivre

Seul, peut-être, le Soi subsiste, hors du temps
Hors de l’espace et hors de toute matière
Dans un absolu inimaginable, derrière la pellicule
Qui maintient la transparence de l’essence de l’être

04/03/2021

Rien et/ou tout (2)

Ce qui distingue le vide du néant
Est l’espace ou le non espace qui l’environne
Le vide peut être entouré de plein
Le plein peut contenir des poches de vide

Il suffit d’une mince enveloppe, hermétique
Pour former un territoire vide
Et si l’on force la porte, on entend
Le plein pénétrer dans la poche violée

Le néant est plus complexe à concevoir
Ni poche ni enveloppe ne le celle 
Rien ne l’entoure, rien ne le berce
Il est, seul, sans être et sans existence

Les chercheurs de néant s’épuisent
En effet, le néant est célibataire
Il n’y a pas deux néants ni même deux demi-néants
Même si né-an signifie naissance des ans

03/03/2021

Rien et/ou tout (1)

Le vide est-il plein de rien ?
Le rien est-il plein de vide ?

Le tout est-il vide de néant ?
Le tout est-il vide de rien ?

Le néant est-il vide ?
Le vide est-il néant ?

Rien ne naît de rien
Dit Épicure
Tout naît d’un seul
Mais le premier unique
N’est pas né
Il a été pensé
Par un seul qui est tout

La présence est existence
D’une fraction du Tout
Sans que rien ne remplisse
L’absence de rien

 

02/03/2021

Nature profonde

Le monde tient parce qu'il bouge

Rien n'est fixe, tout est mobile

 

01/03/2021

La singularité initiale

A la fine pointe de l’âme
Là où rien ne se distingue du néant
Se trouve encore une lumière
Un point de clarté blanche
D’où nait l’histoire de ta vie

Tu ne la vois que rarement
Les jours où tu traverses
L’obscurité de tes peurs
Et la chaleur de tes humeurs

Il te faut persévérance
Perspicacité et imagination 
Pour trouver au-delà des mots
L’océan tumultueux du mur
D’inconnaissance éplorée
Et la douceur tendre des bras
D’une femme offerte aux paysages
De l’aride recherche

Derrière ce tout visible
L’invisible t’empoigne
Et secoue ta somnolence
Marche les yeux fermés
Et ouvre tes mains au passage
Des caresses chantantes

Tes lèvres ont le goût d’une absence
Qui dure et te blesse
Dans ta recherche de l’absolu
Ne te laisse pas briser
Redresse-toi et vois loin
Là où l’horizon n’est qu’une ligne 
Qui se dresse verticalement 

Vide-toi de toi-même
Pour atteindre cette singularité inaccessible… 

28/02/2021

Je suis

La nature ne fait pas de clones
Chacun possède sa propre carte d’identité
Mieux, chaque cristal de neige est unique
Tout l’infini est un infini d’individualités
Pas un microbe, pas un animal
Pas un humain n’est semblable
A l’égal de Dieu, tout peut dire :
« Je suis, unique. »

Chaque parcelle de la création 
est infiniment différente de son origine
et lui ressemble inéluctablement
L’œil humain et les instruments le prolongeant
Ne voient le plus souvent qu’une même chose
Mais cette chose est unique
Et ouvre sur le mystère de la création

Le cristal de neige se forme, vit et meurt
Du mariage entre une particule en suspension
Et la vapeur d’eau qui se congèle
Tout cela dans des conditions particulières
Un souffle d’air frais lui donne naissance
Un souffle d’air chaud l’anéantit

Et pourtant tous ces cristaux 
N’ont qu’une seule forme : six branches
Beauté singulière et pure
Proclamant : « Je suis, unique »

Le monde n’est-il pas un infini plein de merveilles !

 

27/02/2021

Multivers

Mobuniv4.jpg

 

Est-il possible…
Oui, est-il possible que l’univers ne soit pas unique ?
Notre univers qui contient toute la matière
Et donc, par définition, le tout
Serait-il un parmi d’autres de matière différente ?

Mieux même, ces univers autres interpénètreraient
Le nôtre, lui causant des perturbations
Comme le papillon réorientant la trajectoire d’une tempête
Le souffle d’une femme sur votre joue
Déchaînerait-il de semblables perturbations 
Dans votre univers intérieur et unique

Oui. Sûrement. Quel tremblement !
Ce soupir mêlé au vôtre n’introduit-il pas 
Une tempête intérieure bouleversante ?
Et c’est ce coup de tonnerre dans votre monde
Qui vous fait dresser l’oreille vers l’espace

Aussi loin que le permettent votre vue et votre ouïe
Vous ne voyez rien, vous n’entendez rien
Mais vous ressentez dans vos entrailles
Cette révolution inhabituelle et chaude
Bouillie d’émotions et de sensations

Ah, quel malheur et quel bonheur
Que ce tremblement de terre
Que l’amour met en nous comme une semence
D’une vie meilleure et plus large 

 

26/02/2021

Sois

Sois, et rien d‘autre.
Sois est une lumière qui vient de toi.
Laisse tomber le rideau qui t’obscurcit la vue.

Vive n’est pas être.
Sois et rien d’autre.
Sois ce que tu n’es pas.

Laisse tes richesses 
Et penche-toi sur toi
Jusqu’à ne rien trouver.

Entre en toi-même.
Sois et rien d’autre,
Alors le rien deviendra tout.

Ce tout n’est qu’un son,
Une clochette qui tinte
Dans le froid et la nuit.

Réchauffe ton cœur 
D’absence de toi-même.
Roule-toi dans l’inconnu.

Dépose ton être
Et prends ce qui vient,
Ce vide qui emplit tout.

Alors, peut-être,
Ce tout et toi-même
Serons Un, unique.

25/02/2021

L'observation de l'univers (Epilogue)

Si l’observation de l’univers s’achève dans un bistrot sur un comptoir, à côté d’une bière vide, c’est pour mettre en évidence la difficile interprétation de la vie. Une cause en entraînant une autre, le spectacle passe d’un monde gigantesque (l’univers visible) et poussiéreux (les poussières de galactiques), mais visible, à une vision plus lâche, parfois imaginaire, mais pas toujours, où se cache le rêve, la croyance et la vanité.

Et Dieu dans tout cela, où est-il ? Fouille, fouille l’homme mort et va au-delà de ce que tu vois. Les fantômes avancent également à marche forcée et sortent de leur chapeau des histoires à dormir debout. L’homme serait-il double ? Un être plein de vide qui l’encombre et lui donne de l’importance, ou un être vide plein de bonheur, qui tend la main à tout autre que lui pour lui donner la joie éternelle.

Nous n’avons certes pas la réponse et ne la connaîtrons que plus tard, derrière le léger manteau de la vie. Que cela ne t’empêche pas de vibrer, de t’exalter, de reconnaître que le mystère reste épais, plein et entier, et que cela forme le plaisir et le mystère de la vie, envers contre tout ce qui n’est ni visible ni rationnel.

 

24/02/2021

L'observation de l'univers (11)

Ainsi s’achève l’observation de l’univers
Quelques échanges de coups d’œil 
Une poignée de main entre humains
Et un vide immense entre eux

Entre en toi-même, te dis-tu
Fouille ton être transparent
Découvre la clarté de ton intérieur
Les yeux ouverts, sans lunettes

Souris à tes déconvenues
A tes échecs, à ton ridicule
Sois le joueur sans bagages
Ne porte rien et va au loin

Ta liberté vaut plus que ton être
Libère-toi de toi-même
Tu n’es rien
Et tu es tout

Adieu, être sensible et provoquant
Je te laisse sur le bord du chemin
Et pars libre de tout souci
Comme l’oiseau gonflé de bonheur

23/02/2021

L'observation de l'univers (10)

Voilà pourquoi il lui faut du rêve
Une soupape d’échappement
Qui parfois soulève le couvercle
Et laisse échapper un cri

Ce n’est pas un cri de désespoir
Mais de bonheur dilué et fragmenté
Plein d’inattendus et d’impasses
Une « multivie » d’émotions et de rêves

Ah ! Qu’elle est bonne cette vie
Qui courre sous notre peau
Et nous emplit de bonheur
Viens l’aimé(e), promenons-nous ! 

Depuis ils batifolent ensemble
Dans la plus stricte intimité
Seuls dans ce monde si vaste
Jouant à cache-cache derrière les astres

Vont-ils atteindre la fin de l’univers 
Cette région dont ne sait rien
Simplement qu’il y fait froid
Congelons-nous jusqu’au prochain réveil !

22/02/2021

L'observation de l'univers (9)

Serait-ce cela l’éternité
Une si longue ficelle
Dont on ne voit pas la fin
Et qui se dévide sans soubresauts ?

Ou l’éternité serait-elle la mort
Retournée en vie sans fin
Un bain bouillonnant d’huile
Qui frisonne sans déborder ?

Dieu seul le sait. Et encore
Est-ce si sûr ? Ne regarde-t-il pas l’homme
Comme une poussière de son imagination
Perdue dans les galaxies, asphyxié d’espace?

Dilué dans l’espace-temps
Empli de matières et de pensées
L’homme et la femme s’ouvrent
A la vie qui toujours déborde

Le lait vital l’entraine encore
A imaginer le pire, rien de rien
Derrière l’éclaircie le tonnerre
Et la peur courant sur la peau

L'observation de l'univers (8)

Alors la Déité se cachera sous le tapis
Se laissera écraser les pieds
Elle partira pour un autre univers
A inventer, construire, former

Laissant les hommes et les femmes
Ensemble, façonner leur monde
En toute tranquillité et modestie
Et contempler leur bonheur 

L’infini sera vraiment l’infini
Un labyrinthe d’événements
Que seuls les acteurs poursuivent
Et appellent la vie et, parfois, la mort

Mais y-t-il une mort à vivre
Après la ronde endiablée
Vécue par les uns et les autres
 Dans le rêve de l’inconnu ?

Chaque homme et chaque femme
Tous courent derrière la vie
Connaissant la fin ultime
Une mort dont on ne sait rien

 

 

 

21/02/2021

L'observation de l'univers (7)

La femme également errera en solitude
Jusqu’à ce que son enveloppe s’entrouvre
Et laissera voir un intérieur vide
Empli de beauté et de communion

Car pour être il faut mourir à soi-même
Il faut percer ce voile opaque 
Qui tient lieu d’individualité
Et condamne à ne plus être soi-même

L’homme et la femme ne seront qu’un
Et le Un, devenu trois, puis multitude
Errera à nouveau dans l’air du présent
D’un l’infini sans horizon

Ainsi ira jusqu’au bout sans fin
L’humanité d’une verdeur nouvelle
Reflet vivant d’un autre monde
Où rien n’est semblable ou différent

Diaphanes et rayonnants 
Ils seront immortels, présents
Là et maintenant
Auréolés de lumière divine

20/02/2021

L'observation de l'univers (6)

Peu à peu leurs enveloppes s’entrouvrent
Dévoilant pudeur et beauté
Leurs exhalaisons se mêlent
Éclairant l’univers de senteurs nouvelles

Le néant n’est plus, plein d’un rien
Qui est tout sans existence physique
Et qui frappe sans cesse le cœur
D’un impalpable bonheur inconnu

L’être naît et vit de singularités nouvelles
De caresses et d’amour envers tous
Entraîné dans la ronde des cœurs  
Ivre de magnificence et de modestie

Montagnes et mers sont des lieux enchanteurs
Que les êtres survolent en harmonie
Faisant émaner une musique divine
D’une vie ouverte sur la lumière immatérielle

L’homme ira où il veut, quand il veut
Il n’aura plus de visage, mais un cœur
Il n’aura plus de regard, mais l’infini
D’un instant transperçant l’horizon

 

19/02/2021

L'observation de l'univers (5)

Oui, pourquoi n’existerait-il pas
Au-delà de la poussière et de la masse 
La légèreté du rêve et de la mystique
Ouvrant l’homme sur un autre monde

Dieu que le vide est plein de surprises
Il tient dans ses mains ouvertes
Les pensées des hommes et leurs espérances
Pour le meilleur et parfois le pire

Allons donc plus loin, là où le moi n’est plus
Ou le soi peut être dépassé par l’existence
Dans ce vide qui n’est rien et devient le Tout
Dans une seule lumière qui s’appelle l’amour

Cette lumière est l’être, unique et entier
Plus large que ce que l’on en voit
Séparée des autres êtres aussi singuliers
Par une simple enveloppe transparente

Multitude envahissante et curieuse
Elle ne se mélange que tardivement
Le cœur soulevé d’espoir et de crainte
Respirant liberté et indépendance

18/02/2021

L'observation de l'univers (4)

Mais gardons les pieds sur terre et dans le ciel
L’univers observable n’est qu’une partie de sa totalité
Apparaît l’idée de multivers, conjugaison de plusieurs univers
Nés et non observables, progressant sur des routes parallèles

Ils ne sont certes pas visibles ni même, pour l’instant
Envisageables mathématiquement et donc physiquement
Mais chacun peut rêver et se réjouir pleinement :
Nous ne sommes plus seuls, nos fantômes sont avec nous

Finalement, le physiquement est probablement de trop
L’esprit éclairé et curieux de Teilhard de Chardin
Possède d’autres hypothèses englobantes et étonnantes
Telle la noosphère baignant dans un espace immatériel

Un nuage supplémentaire sur nos têtes encombrées
Existant sans masse et hors de l’espace-temps
Comme une épaisse nuée cauchemardesque
Qui dégage les neurones et offre l’innocence

17/02/2021

L'air du froid, de Purcell, extrait du Roi Arthur

https://www.youtube.com/watch?v=Q8K8wFk-tn8&list=RDMM&index=6


Un air merveilleux

surprise et enchantement

créativité

16/02/2021

L'observation de l'univers (3)

Plus curieux encore, ce qu’il voit n’existe plus
Ce n’est certes pas que cela n’a jamais existé 
Mais cela était il y a des milliards d’années
Quand l’homme n’avait pas encore foulé la terre

Quelle tromperie Dieu nous met sous les yeux
Un monde de passé sans visibilité sur l’avenir
L’homme, chaque homme, est seul dans le cosmos
Face à l’univers en mouvement dans un temps incertain

A quoi peut-il se raccrocher, où peut-il d’appuyer ?
Même l’espace-temps est percé de trous
Et cahote sous les pas de l’observateur
Pavé de soleils et d’astres rondouillards

Quant à chercher l’avenir dans le présent
Qui n’est qu’un instant insaisissable
C’est comme voir le monde avec une lunette
Qui, prise à l’envers, s’ouvre sur la pupille de l’œil 

Ainsi l’homme se fouille avec une lampe de poche
Pour contempler un cosmos à l’existence passée
Qui peut mourir sans qu’il puisse le prévoir
Et peut détruire la merveille qu’il représente

 

15/02/2021

L'observation de l'univers (2)

Mais il reste prisonnier de son univers observable
Prisonnier de l’espace, du temps et de la matière
Qui ne laisse pas tout voir et encore moins toucher
Prisonnier de l’instant présent et de sa position

Mais la divagation peut remplacer la vision
Les idées percent l’horizon de mots fulgurants
Que conduisent vers d’autres horizons
Et pénètrent en d’autres mondes imaginaires

Derrière la pellicule de la visibilité
Se cache le rêve, la croyance et la vanité
Duperie excitant pour les petits hommes
Qui toujours veulent aller plus loin

Et si l’on veut aller au-delà, dans les nuages
Au-delà de moi qui voit difficilement le sens
La totalité parfois le prend à gorge
Et conduit jusqu’à l’infini ou parfois au zéro

14/02/2021

L'observation de l'univers (1)

De l’univers, l’homme n’observe pas grand-chose
"L’univers, c’est un livre et des yeux qui le lisent"
Disait Victor Hugo, ajoutant curieusement
"La matière n’est pas et l’âme seule existe"

Tout d’abord, l'homme s’observe lui-même s’observant
Il ne se voit que d’où il est et au moment où il observe
Il est au cinéma, assis, face à une image à l’arrêt
Sans pouvoir tourner la tête à droite ou à gauche

Certes, il peut bouger les yeux sur le tableau du monde
Mais sa visibilité est limitée par la qualité de son œil 
Par son angle de débattement et l’atmosphère poussiéreuse
Ce qui n’ouvre guère la vision et l’imagination

Il a ensuite amélioré sa vue par le grossissement
Multipliant lentilles et positions d’observation
Mais il reste bien sur terre devant un ciel bleu
Ou noir à d’autre moment du temps qui file

Il s’est offert de nouveau spectres observables de lumière
Qu’il ne voyait pas auparavant, agrandissant ses pupilles
Il voit maintenant hors de la lumière visible à l’œil 
Perçant jusqu’aux rayons qui traversent son corps

13/02/2021

La musique de la Grèce antique (6 et fin)

Les harmonies

Terme familier aux pythagoriciens, le mot "harmonia" a de nombreuses significations. L'harmonie est, d'une manière générale, ce qui rapproche et tient unis, en dépit de leur opposition, les éléments contraires dont les choses sont formées.

             En musique, sa première signification était l'octave (réunion de deux tétracordes). Le plus souvent, le terme désigne une structure globale d'intervalles et de systèmes. Il est enfin souvent accolé aux noms topiques de ce qui est faussement appelé mode grec. Certes, Platon, Aristote parlent d'harmonie dorienne ou phrygienne, mais rien ne permet de penser qu'elles correspondent, comme on l'a longtemps avancé, aux degrés successifs de la gamme.

             A l'origine structure propre à la musique d'un peuple, les harmonies sont plutôt des modes formulaires, des échelles à "ethos" plus ou moins régulières sans doute liées à des formules caractéristiques, servant de base à des improvisations, et comportant des conventions d'exécution précises. Cette conception, seule capable de justifier les textes platoniciens, est encore vivante aujourd'hui dans les ragas hindous, les maqam arabes.

Il semble qu'elles se soient par la suite rapportées aux aspects des gammes et aux tons.

Les aspects

Les aspects sont le relevé solfégique des intervalles compris à l'intérieur d'une consonance, et de l'ordre dans lesquels ils se présentent. On analyse habituellement les aspects de quarte, de quinte et d'octave. A une époque ancienne, on leur donna les mêmes noms topiques que les harmonies archaïques de Platon.

Les tons ou tropes

C'est un procédé d'étalonnage destiné à fixer sinon la hauteur réelle des systèmes, du moins les rapports entre les différentes hauteurs réelles auxquelles on pouvait les placer. Les notions d'aspect et de ton ont entraîné de nombreuses confusions dans les dénomination des "modes grecs". On retrouve là le phénomène de la transposition: un même aspect peut avoir plusieurs tons, un même ton peut appartenir à plusieurs aspects.

 

*  *  *  *

En conclusion, la musique grecque s'est élaborée lentement, la théorisation des derniers siècles dépassant sans doute l'exécution elle-même.

La base du système musical reste le tétracorde, associé en quarte ou en quinte à un autre tétracorde, semblable ou non. L'idée que la structure de la musique, dans son approche mathématique, permet d'entrer dans une certaine connaissance du monde, est intéressante. Un tel système, sur des bases 12 ou 7, avec des intervalles inégaux, pourrait conduire à des modèles mathématiques de phénomènes difficilement modélisables en système décimal.

12/02/2021

Deux vies

La jeunesse fait pour être.

Ce n’est qu’à la fin de sa vie qu’on comprend qu’être exige des qualités autres pour être que faire.

alors, commence une nouvelle vie.

 

11/02/2021

Blanc et noir

Nuit envahissante
Mais pas un bruit
Il ne se passe rien
Excepté le coton
Tombant sur l’herbe
Qui devient blanche

La ferveur des femmes
Se dévoile peu à peu
Elles ôtent leur corsage
Et roucoulent d’aise
La fraicheur les glisse 
Entre deux pages écrites
De leurs plaintes douces

Caresse-moi, toi
Ami de toujours
Qui rafraichit le corps
Et nettoie l’esprit
Fond sur mon cou
Emplis ma chevelure
Étonne mes longues jambes
Ouvre mon cœur 
Et prends mon âme

Rien ne m’appartient plus
Je suis la neige immaculée
J’ai perdu ma consistance
Et mes couleurs troubles
Tu ne peux me prendre
Car si tu me touches
Je fonds et m’évanouis 

Je suis la passagère
D’un jour, d’un matin
Au réveil ébloui
Entre deux draps

Oui, je suis…

10/02/2021

Les systèmes dans la musique de la Grèce antique

Les systèmes

Le tétracorde est le système simple qui sert d'unité fondamentale pour la formation des autres systèmes.

 On distingue :

  • Le système disjoint ("diazeuxis") : les modes

En les reliant deux à deux, par l’intermédiaire d’un ton, ces tétracordes donnent les modes complets suivants :

cérémonie, peuple, science musicale, son

Les deux tétracordes sont séparés par un ton. On retrouve ici aussi le même phénomène du genre diatonique, mais inversé (mi-fa-sol-la = si-do-ré-mi), ce qui forme la même gamme sous forme d'octacorde.

  • Le système conjoint ("synaphé")

Il est construit par conjonction de deux tétracordes (une note commune). On note que, dans le genre diatonique, selon la conjonction par le haut ou le bas, on obtient un tétracorde semblable (la-sol-fa-mi = mi-ré-do-si) et un autre qu'il faut altérer. L'ensemble du système forme un heptacorde.

cérémonie, peuple, science musicale, son

  • Le système réduit ou petit système parfait ("systema teleïon elasson")

Il réunit trois tétracordes en conjonction (tétracordes des conjointes, des moyennes et des hypates), avec l'ajout d'une note au grave, dite   proslambanomène (note ajoutée). La gamme de Pythagore (ou gamme pythagoricienne) est une gamme chromatique dont les douze intervalles sont définis par le « cycle des quintes ». C'est la gamme toujours utilisée pour chanter, dans un mode majeur ou mineur.

cérémonie, peuple, science musicale, son

  • Le système complet ou grand système parfait ("systema teleïon meïzon")

Il réunit, en disjonction, deux systèmes conjoints (tétracordes des hyperbolées, des disjointes, des moyennes et des hypates), plus la proslambanomène au grave.

cérémonie, peuple, science musicale, son

Quand, dans ces systèmes, les tétracordes restent identiques, on les dit "ametabolon" (sans métabole). Les systèmes peuvent aussi être formés avec métabole, c'est à dire à partir de deux tétracordes différents.

 

NB. Pour approfondir, voir de Jacques Chailley, L'imbroglio des modes, Alphonse Leduc,1960.

09/02/2021

Les trois genres de base dans la musique de la Grèce antique

Bien qu'il semble qu'il y ait eu de nombreux genres, peu à peu, furent définis 3 genres de base :

 

  • le genre diatonique

Les notes mobiles y respectent le cycle des quintes, donc pratiquement la gamme pythagoricienne, avec le plus souvent attraction descendante vers le demi-ton final ;

 

  • le genre chromatique

où les mobiles définissent des intervalles d'un ton et demi et de deux demi-tons, généralement vers la note finale basse ;

 

  • le genre enharmonique

 avec un intervalle de 2 tons et deux intervalles de 1/4 de ton.

Tétracorde dorien.png

 

Un groupe de 3 notes serrées à 1/2 ton maximum, en chromatique et en harmonique, s'appelait "pycnon". On appelait nuances ("chroaï") la façon de varier à l'infini ces intervalles.

08/02/2021

Tendre hiver

Le tendre hiver s’en est venu
Le jardin ruisselle d’eau
Les arbres se penche sur leurs genoux
Et rêvent de jours meilleurs
Peu de bruits troublent ce silence
Le craquement d’une articulation
L’envol d’une poule d’eau
Les jappements d’un chien
Et toujours cette sensation de froid
Dans la pièce mal chauffée
Qui donne sur la rivière

Heureusement, ce matin
Comment ne pas courir dans la campagne
Se laisser aller dans une poursuite
Sans but ni dessein littéraire
Pour le seul plaisir enchanteur
De respirer l’air frais de l’aurore
Et ramener dans le lit encore chaud
Le blottissement des premiers rayons
Sur le corps glacé du dehors

07/02/2021

La musique de la Grèce antique (3)

LA THEORIE MUSICALE DE LA GRECE ANTIQUE

             Elle s'est formée progressivement. La synthèse présentée n'a jamais existée sous cette forme. Elle est très récente et a été en grande partie élaborée par le musicologue Jacques Chailley, professeur d'histoire de la musique à la Sorbonne.

             Il faut également noter que la théorie de la Grèce antique a toujours séduit les musicologues. Mais faute de documents et d'esprit critique historique, ils en ont tiré des conclusions erronées. Disons même que la plupart d'entre eux l'ont utilisée pour justifier leur propre idée sur la musique.

La théorie de la Grèce antique repose sur :

  • le tétracorde, avec trois modes extension des tétracordes ;
  • des genres, selon la hauteur des notes entre les extrêmes de quarte juste ;
  • des systèmes, formés par l'agencement de plusieurs tétracordes ;
  • des harmonies, mot chargé de sens, désignant des formules musicales ;
  • des aspects, c'est à dire la définition des intervalles compris à l'intérieur de l'octave, de la quarte ou de la quinte ;
  • des tons ou tropes, destinés à fixer la hauteur réelle des aspects.

C'est la confusion entre harmonies, aspects et tons qui a conduit aux traditions erronées des modes.

 Les tétracordes de base  

Le tétracorde (du grec tetra : quatre et khordê : corde) est la succession mélodique de 4 sons (quatre cordes, ce qui correspond au nombre de cordes de la phorminx, la version la plus ancienne de la lyre).dont les extrêmes sont en rapport de quarte juste, soit 2 notes extrêmes fixes ou bornes (oroï) et 2 notes intérieures mobiles.

Cette structure en 4 notes date de l'époque classique. A l'origine il n'y eu probablement qu'un seul son mobile entre les deux bornes. En fonction de la place du demi-ton, il existe trois tétracordes différents, le lydien, le phrygien et le dorien, le premier commençant au fa, le second au sol et le troisième au la sur la gamme. Pour mieux mettre en évidence les écarts de ton ou demi-ton, la seconde portée pose le tétracorde avec la même hauteur de son.

 

Musique grecque antique.jpg