Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/11/2016

Présent

Le cœur soulevé
La pensée envolée
Le vide sans espace
Au fond de l’impasse
La main cherchant
L’ombre du contrechant
Le noir dans le trou
Imposant son verrou
Et par-dessus tout
Le meilleur des atouts
L’aspiration de l’être
Vécu sans altimètre
Tornade qui pressure
Ouvrant la blessure
De ce moi sans partage
Tapis dans l’ermitage
Jeté dans le désordre
Veut-il en démordre ?
Non, sans doute
Car de la céleste voûte
Tombe l’avertissement
A l’usage des amants
Rien ne sera fait
Au plus-que-parfait
Seul compte le présent
Du vide jaillissant
Ne pense plus
Ne reste pas exclu
Tu es sans être
Pars sans maître !

 

 ©  Loup Francart

09/11/2016

Ecologie

"Pourquoi l’écologie ne réussit-elle pas à percer et à emporter les convictions ? Parce qu’elle s’obstine à rester dans le domaine factuel alors que son champ d’action est aussi celui de la beauté et qu’elle l’ignore. Elle est restée fermée à la résonance esthétique et spirituelle des choses, à l’exaltation de l’absolu et de l’infini. Préserver la nature est un impératif parce que nous avons aussi besoin d’une nature belle qui évacue les miasmes et les nuisances du monde humain."

Pierre Rabhi, La convergence des consciences, Paris, le Passeur, p.58

 

C’est vrai, l’écologie qui est, à l’origine, la science qui étudie les relations entre les êtres vivants (humains, animaux, végétaux) et le milieu organique ou inorganique dans lequel ils vivent, est devenue une véritable idéologie. Alors peut-être vaut-il mieux la définir comme l’étude des relations réciproques entre l'homme et son environnement moral, social, économique. Cette définition correspond mieux à l’idée de ce que maintenant la société appelle écologie parce qu’elle implique une vision morale, sociale, économique et surtout politique. Mais elle a totalement perdu le point de vue éthique et spirituel qui devrait constituer son fondement et les bases de sa morale. Si bien que l’écologie introduit le scepticisme de la part des citoyens et l’affrontement de la part des politiques. Elle produit ses propres anathèmes et parle une langue de bois qui exclut toute idée non écologique et toute expression qui ne va pas dans son sens. Ainsi, les écologistes estiment qu’ils doivent imposer au peuple ce qui fera leur bonheur, à l’égal du communisme. C’est à la société d’apprendre à l’homme ce qui est bon pour lui.

C’est pourquoi Claude Allègre, l’ancien ministre de l’éducation nationale, se permet de déclarer : « L'objectif de la secte verte, c'est pour l'homme la punition, la vie dure ; pour la société, c'est la contrainte, la règlementation. La méthode, c'est la peur. » (Claude Allègre, Ma vérité sur la planète, 2007).

Oui pour une écologie qui aide l’homme à admirer son milieu naturel, non pour une écologie idéologue « qui pensent que la seule chose qui cloche dans ce pays est qu'il n'y a pas assez de pistes cyclables » (Georges Carlin, humoriste, acteur et scénariste américain).

08/11/2016

Femme

Les femmes sont doubles
Vase et amphore
Et ne se dévoilent
Qu'aux poètes
Qui voient à travers

Amphore 2 28-10-2016 04-56-31.jpg

07/11/2016

Haïku

 

Silence mêlé

De rires intermittents

Retour en métro

 

 ©  Loup Francart

06/11/2016

Lubie

Elle avait la prunelle aiguisée
Elle voyait les baigneurs à mille mètres
Et quand la mer était haute et verte
Il lui suffisait de se mettre sur la pointe des pieds
Pour savoir si les chaluts étaient remplis

Elle n’avait pas ses yeux dans sa poche
Ni les mains d’ailleurs qui s’activaient
Et piochaient des noisettes dans son sac à main
Lorsqu’elle voyait un homme comestible
Ses yeux lançaient des éclairs de convoitise

Oui, la capitaine du port a des lubies
Elle repère les marins en perdition
Envoie le bateau orange pour les sauver
Mais tient à sa compensation très chère
L’étendre encore mouillé dans sa cabine

Non, elle n’a pas d’idées lubriques
Elle ne veut qu’une chose, qu’il lui raconte
Le moment où, prêt à se noyer
Il appela la madone d’un grand cri
Et fut porté par les bras des méduses transparentes

Alors, seule, elle ouvre les bras au ciel
Et crie d’une voix forte : « Merci »

 

 ©  Loup Francart

05/11/2016

L’écriture des dieux

Écrire de la musique, ce n’est pas simplement retranscrire les notes sur une, deux ou trois portées. C’est avant tout et en premier lieu, trouver une phrase qui possède sa propre personnalité. Elle et courte, simple, cadencée, fermée sur elle-même, se suffisant à elle-même. C’est le point de départ. Ensuite, on la triture. On change sa hauteur, sa largeur, sa profondeur en la jouant à la quarte ou la quinte, en allongeant ou raccourcissant la longueur des notes, en créant un autre accompagnement que l’initial, en ajoutant des harmonies cachées, mais toujours en respectant la cadence qui constitue l’unité intérieure de la phrase.

On joue et rejoue la phrase, seule, puis sa sœur, à la quinte, puis ses sœurs, en variations sans fin. Alors, on est prêt. On sort le papier à musique, son crayon et on dessine les notes, blanches ou noires, munies de queues ou parfois de hampes avec de petits drapeaux.

« Oui, c’est bien l’écriture des dieux ! », me suis-je dit ce matin en pleine transcription. Une écriture universelle, chantante, fraîche de bonheur partagé avec celui qui reproduira les sons et en fera le chant des dieux. Et vous dessinez calmement les ronds que vous remplissez ou non de noir. Vous chantez en même temps la mélodie, ajoutant quelques variantes au développement initial, vous vous demandez comment passer de l’une à l’autre, sans heurt, sans rompre le charme, sans vous sortir de vous-même, engoncé dans le bonheur. Vous vous remettez au piano, vous étudiez les passages entre les différentes variations, vous vous souriez intérieurement lorsque vous avez trouvé une transition inusitée. Vous ne pensez plus à rien qu’à cette mélodie qui vous trotte dans la tête et marque sens interdit à toute autre pensée.

C’est cette absence de pensée qui vous permet d’arriver à vos fins, un morceau de musique dont la délicate mélodie agrémentée d’un accompagnement en contrepoint vous satisfait pleinement. Alors non seulement vous avez imité les dieux en utilisant leurs instruments, mais vous les avez égalé en créant.

Alors, il faut reprendre la maxime de Bernard Grasset, oui, l’éditeur : « Être véritablement modeste, c’est comprendre que le sentiment que nous avons de notre propre supériorité ne vaut que pour nous. »

04/11/2016

Voyage

Elle porte une toilette en fibres d’or, sourit de toutes ses dents, à genoux dans l’eau, offerte au soleil. Elle se relève, les mains vers le ciel, puis se caresse le cou, descend, arrive aux seins, laisse tomber les gouttelettes d’eau sur sa robe, puis s’enfuit dans le soleil, ivre de liberté, la fausse, celle de la publicité, du voyeurisme et du consommateur enfiévré. Une pause quasi obscène, offerte, les jambes écartées, ventre en avant. C’est l’or de Dior, « J’adore », qui trône sur tous les écrans en même temps dans l’aéroport.

Sans cesse nos sens sont sollicités, les hommes par les femmes, les femmes par les femmes. Oui, il n’y a pas de réciprocité. La beauté et la douceur féminines surclassent largement la force et la virilité masculine.

Arrivée dans l’avion. Les hôtesses gantées sourient, vestales sévères et raides entre les sièges, vous désignant du doigt votre siège, telles des aiguilleuses du ciel. Partis dans un ciel bleu sans nuages ni soucis, la tête près de l’azur, les pieds dans le vide, nous planons au-dessus des eaux blanches d’écume et rêvons d’une autre existence, de liberté réelle et de vide cosmique.

D’un coup, ce manque vous assaille, emportant votre être dans l’éther qui vous passe à travers le corps et remonte jusqu’à la tête. Vous planez, en suspension sous votre ceinture de sécurité. Vous rêvez d’images pailletées, d’eau fraîche, vous descendez en vous-même jusqu’à ce lieu où plus rien n’existe hormis les battements de votre cœur dans ce glissement sans fin vers la lumière. Vous vous réveillez, ébloui par les rayons du soleil qui vous caressent le visage à travers le hublot. Le ronronnement permanent vous reprend, vous envahit la tête. Quand arrivons-nous ?

03/11/2016

Maxime

 

Comme nous aimons nous vautrer dans notre condition d’homme

Ce n’est pas de l’orgueil

C’est l’effet de la pesanteur

 

 ©  Loup Francart

02/11/2016

Détournement

Le train roule, roule et roule encore
Mais il ne va pas dans la bonne direction
Il a été détourné.

Nous sommes partis vers l’inconnu
Le pays des rêves et des cauchemars
La boussole est déréglée et vide de sens
Est-elle également détournée ?

Les voyageurs se regardent, inquiets
Vers quel noir destin nous conduit-on ?
L’ignorance est pire que la frayeur
Elle nous retourne sur nous-mêmes
Et conduit à d’autres détournements

L’atmosphère progressivement s’alourdit
Le ciel s’obscurcit de nuages sombres
Qui se chevauchent sans vergogne
L’être se tasse au fond de son fauteuil
Et boude la vue câline des terres
Pense-t-il encore au déraillement ?

Le train s’endort par manque de patience
Les yeux clos nous nous cherchons à tâtons
Dans le noir, il prend la main de sa voisine
Qui la retire aussitôt, offusquée et tremblante
Pas de soutien, pas de voisin, pas de fin
Tout va à vaut l’eau, plus rien ne tient
Le contrôleur passe et la caravane nenni

Le voyage dura, dura, dura encore
Le conducteur a repris la bonne direction
Mais le cœur n’y est plus, vide et plat
On poursuit sur la lancée, aphone  
Le silence se fait oppressant et tendu

Tous semblent sans réaction aucune
Raides dans leur fauteuil ou amollis
Ils prient le ciel pour trouver la gare…

 

 ©  Loup Francart

01/11/2016

Equitation

Le cheval a l’élégance de son cavalier
Il ne se donne qu’à celui qui l’anime
En jouant de son centre de gravité
Et n’est en rien un partenaire anonyme

Il atteint sa joie et sa perfection
Lorsque, tendu comme un ressort
Il prend des allures d’idéation
Et devient son propre sponsor

Alors l’homme quel qu’il soit
De serviteur devient seigneur
Il s’élève dans le vide et la soie
Le cheval le fait monseigneur

Ce frémissement intense l’éveille
A une autre vie, devenue création
Qui le fait pure merveille
Dans le tremblement de la perfection

Il s’avance, fier et serein, au passage
Et semble dire toute sa puissance
Au service de celui qui, de l’apprentissage
L’a conduit à exprimer sa magnificence

Le couple devient dieu, émouvant
Il élève l’âme humaine du cavalier
Et transforme l’être de chair
De sa monture en feu vivant

Ce n’est qu’alors que l’équitation
En vérité, atteint son but ultime
Franchir le point de distanciation
Et naître en communion intime

 

  ©  Loup Francart

31/10/2016

31 sonates de Domenico Cimarosa, interprétées par Donatella Failoni

https://www.youtube.com/watch?v=Fz3MPR_irQU


Un jeu précis, franc, sans fausses langueurs, presque masculin, mais qui convient bien à l'écriture du compositeur et à l'époque où les nuances romantiques n'existaient pas. La cadence était le maître mot de la belle musique, le toucher concernait l'émissions des sons et non la succession de nuances que peut produire le pianiste romantique et qui concerne les variations de temps, d'espace et de puissance entre les notes.

Alors profitons de ces sonates comme la venue non d'un rêve imaginaire, mais d'une alchimie dans laquelle la beauté et l'art de l'équilibre et de la rigueur prédominent.

30/10/2016

Mandala rouge

16-10-30 Mandala rouge.jpg

 ©  Loup Francart

C’est un mandala en losange

Cela peut paraître étrange

surtout lorsqu'un carré

s'introduit de manière "quinconcée"

Carré ou losange sont-ils

Formant ensemble une idylle ?

29/10/2016

Le volcan

 

http;//www.youtube.com/embed/iwwV4hGVEcQ


http://www.youtube.com/embed/iwwV4hGVEcQ



De rouge et d’or
Il déverse de toute sa hauteur
Les entrailles de la terre
Et hurle de ses profondeurs

– Non, n’approchez pas de ces eaux
Qui coulent de ma blessure géante
C’est le sang de votre mère Gaïa
Qui régénère l’apparence de la planète bleue
Admirez la vigueur de ses projections
Et le serpent qui se coule dans la pente
Pour rejoindre les eaux primordiales

C’est le dragon des îles du Levant
Dont les doigts bouillonnent à l’entrée dans l’océan
Qui crache ses vapeurs en chuintements sinistres
La roche en feu se donne, entière et consentante
En volutes de fumée et de sang mêlés

Agrandissant ainsi le socle des vivants
Le volcan se pâme d’adoration rougeoyante
Et chante en ces lieux solitaires le mariage
Du solide et du liquide dans l’éther enfumé

 

©  Loup Francart

 

28/10/2016

Pudeur

Pudeur.jpg

©  Loup Francart

27/10/2016

Détournement

Le train roule, roule et roule encore
Mais il ne va pas dans la bonne direction
Il a été détourné.

Nous sommes partis vers l’inconnu
Le pays des rêves et des cauchemars
La boussole est déréglée et vide de sens
Est-elle également détournée ?

Les voyageurs se regardent, inquiets
Vers quel noir destin nous conduit-on ?
L’ignorance est pire que la frayeur
Elle nous retourne sur nous-mêmes
Et conduit à d’autres détournements

L’atmosphère progressivement s’alourdit
Le ciel s’obscurcit de nuages sombres
Qui se chevauchent sans vergogne
L’être se tasse au fond de son fauteuil
Et boude la vue câline des terres
Pense-t-il encore au déraillement ?

Le train s’endort par manque de patience
Les yeux clos nous nous cherchons à tâtons
Dans le noir, il prend la main de sa voisine
Qui la retire aussitôt, offusquée et tremblante
Pas de soutien, pas de voisin, pas de fin
Tout va à vaut l’eau, plus rien ne tient
Le contrôleur passe et la caravane nenni

Le voyage dura, dura, dura encore
Le conducteur a repris la bonne direction
Mais le cœur n’y est plus, vide et plat
On poursuit sur la lancée, aphone  
Le silence se fait oppressant et tendu

Tous semblent sans réaction aucune
Raides dans leur fauteuil ou amollis
Ils prient le ciel pour trouver la gare…

©  Loup Francart

26/10/2016

Simple, c'est tout

 

Être simple par inconscience n'est pas une qualité

plus difficile est d'être simple par innocence

 

©  Loup Francart 

25/10/2016

Nouvelles vénitiennes, de Dominique Paravel

Venise, la sérénissime, racontée dans sept nouvelles. Eh bien, non. Venise ne peut être racontée. On ne peut qu’en deviner le mystère, sans jamais le saisir dans sa totalité. De même se demande-t-on, s’agit-il réellement de nouvelles ? Elles ne possèdent pas cette chute indispensable au genre. Elles ouvrent sur la brume, la mer, les ruelles et les ponts. Les personnages aussi sont réels, mais emplis du mystère de l’être englué dans un décor impossible qui le fait dériver et se débattre sans conclusion.

Véronica est engluée au fond de la lagune, dans la cale du temps. La chaleur de l’été est là, tenace, épaisse, les canaux puent la vase, les corps suent grassement.  Dans le quartier de San Giovanni Crisostomo, un lacis de ruelles derrière le Rialto, les habitants se tournent et se retournent sur les lits, étouffés par l’air humide, enragés d’insomnie.

Dans ces récits, la ville et ses habitants se confondent, pleins de fierté sauvage, de pulsions mortelles, de désirs bruts. Le dernier récit, Mondo Novo, donne le sens de l’ensemble du recueil. Un photographe cherche une Venise secrète, mais Venise ne cache rien, elle se laisse pénétrer dans ses recoins les plus secrets comme si elle y attendait depuis toujours l’intrus, docile et absente, une prison d’images vues et revues

Les façades de marbre blanc
La brume bleutée
Le grain friable des briques rouges
Les reflets au fond des canaux
Les ruelles tortueuses
La mosaïque mouvante de pierre, d’eau  et d’hommes
Découvrir ce qui est caché dans l’image, ce qui la hante, est impossible.

Vous l’avez trouvée ? demande Viola au photographe.

Non, il n’a rien trouvé, il n’y a pas d’autre Venise. Venise n’est qu’une illusion. Elle l’écoutait avec patience, comme si elle était prête à lui donner tout le temps dont il avait besoin sans le savoir. Puis elle s’est penchée vers lui.

– Venise est une utopie nécessaire du monde. Vous pensez qu’on peut photographier ça ?

Le mouvement de ses seins dans l’échancrure du pull-over noir, sa voix profonde, son regard pénétrant, il hésitait entre le désir et le désarroi.

– Qu’est-ce que vous voulez dire ?

– Un lieu invisible, à l’intérieur du monde et de nous-mêmes. Un lieu impossible qui les contient tous.

24/10/2016

Oui, maintenant, les pianos ont des oreilles !

Un piano doit être entre bonnes mains
Ces mains sont des danseuses vierges
Qui ne connaissent qu’un chemin
Celui où les jeunes filles gambergent

Arrivé tout frais acheté, laqué et enrobé
Il a trouvé sa place naturelle, sans souci
Il a sonné tout de suite sans se dérober
Bien que la tension des cordes se soit adoucie

Depuis il trône dans le soleil du matin
Brillant de ses dents blanches et de feux châtains
Le soir, avant de fermer, n’oublie pas son cache-col

Un piano c’est fragile, le rhume le rend inéligible
Alors il ne peut que pleurer des larmes inaudibles
Que seul entend l’artiste qui casque le piano-école

Oui, maintenant, les pianos ont des oreilles !

 

©  Loup Francart 

23/10/2016

Dimanche

Dimanche, jour du soigneur
Oui, le Seigneur est soigneur ce jour-là
Il vous nettoie le corps et le parfume
Il vous masse la nuque raidie
Il vous promène dans son paradis
En petite voiture comme un enfant
Et vous vous réjouissez de ces instants
Où l’univers devient intime
Il vous montre les petits à côté
Qui font du bleu du ciel
La matrice de votre vie rêvée
Le temps est retourné avec avantage
Vous en voyez l’envers, si doux
Comme un morceau de velours
Que l’enfant tient dans sa main
Humant son propre parfum
Et il devient une parcelle du divin
Dieu est immanent en toute chose
Y compris dans vos rêves de chérubin
Merci Seigneur de cet instant sublime
Où le monde se retourne
Et nous fait un pied de nez

©  Loup Francart 

Maxime

 

Prier, ce n’est pas penser à Dieu

C’est vivre de Dieu

 

©  Loup Francart