Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/10/2022

Nuit de lutte

Détache-toi… Détache-toi, l’homme préoccupé…
Ne te laisse pas perturber par ces papillons de malheur
Au fond de certains se creuse le trou dans fin
Qui les guide dans le vide de leur cerveau amollie
Combien de temps faut-il pour l’atteindre ?
Mais quel soulagement quand les premières lueurs
Luisent dans la nuit sans fin de sa lutte
Alors, paix et lumière… Et rien d’autres…

26/10/2022

Retour en arrière

Longtemps j’ai cru à la sagesse des anciens
Ces vieilles personnes qui pensent et disent
Mais ne font rien de bien, ni même de mal
Ils sont confis et ne savent que penser
Enfermés dans leur vision d’un monde dépassé
Ils ne voient plus les changements
Leurs petits enfants deviennent adultes
Les adultes sont dans la fleur de l’âge
Et eux ne bougent plus, se lèvent tard
N’ont plus d’intérêts pour la joie ou la peine
Seul compte leur douillet bonheur fragile
Qui ronronne tranquillement au coin du feu
Et près du lit où ils s’étendent mollement
Et soudain ils s’écrient d’une voix forte :
« Ah ! qu’étaient bonnes ces soirées folles
Où l’ombre de la lutte finale s’épaississait
Et faisait dire au chef de l’État
Plus que quelques jours et nous serons en paix
Nous, les vieux, sommes jeunes d’inventivité
On invente la boîte sans couvercle
Qui fait sauter le monde dans le vide 
Et donne l’espace et le temps nécessaire
Aux autres humains qui sans cesse expriment
Leur mécontentement d’une vie toujours renouvelée

 

25/10/2022

Réveil

Elle dort comme un nuage 
Pleine d’espoir et d’ardeur
Les yeux clos, détendue

Tout est derrière, rien devant
Elle tend un doigt élégant
Et sa main repose doucement

La bouche sourit et parle
Elle rêve sans le savoir
Elle court dans les champs

Elle rit dans son sommeil
Un lézard court sur sa jambe
Elle le fait fuir de la main

Elle tient son rêve ouvert
Le regarde et l’admire
Mais il se dissout patiemment

Ne reste plus qu’une brume
Qu’elle tente d’exhaler
Dans son réveil brûlant

 

23/10/2022

Elle et lui

Il est
Elle est
Mais sont-ils tous les deux
Qu’ont-ils de commun ?
Lui ne sent qu’un feu dans le corps
Elle, que sent-elle ?
Une chaleur douce l’envahit
Le calme s’empare d’elle
Et pourtant, le diable au corps aussi
Ils se regardent comme des aimants
Elle avance la main et le contemple
Il ne sait quelle attitude adopter
Mais brusquement, il touche sa manche
Elle lève les yeux et le voit
Alors elle s’avance vers lui
Et se jette dans l’inconnu
Comme du haut d’une montagne
Ce fut une chute réelle
Un arrêt du cœur et de la pensée…
Enfin, elle reprend vie…

22/10/2022

Chien errant

Il est là, le chien errant
Il s’agite, remue la queue
Aboie un peu, pas trop
Et se couche au pied

L’autre le regarde
N’ose le caresser
Il tendrait bien sa main
Mais craint de la perdre

Ainsi de mains en mains
Il va d’un côté et de l’autre
Sans jamais trouver la paix
Ni savoir où aller

Alors, Odalisque se leva
Se pencha sur la bête
Ausculta ses yeux
Et vit remuer l’autre

Il prit un épilateur
Tint la tête de la bête
Et, patiemment, approcha
Tout en lui parlant

Soigneusement, il le caressa
Gentiment, il le regarda
Ne bougea plus
Et se laissa mourir

Ainsi revit celui qui mourrait 
Pleura l’enfant sauvage
Partit l’homme prudent
Rit le gamin frondeur

21/10/2022

Divagation

La fin… Elle est là, repue
Elle ne peut plus
Elle n’en peut plus
Elle n’est plus
Tombée de plus

Y a-t-il moins
D’humains sans soins
Qui finissent comme un point
Enfilent leur pourpoint
Et prennent de l’embonpoint

Montée vers le haut
Accompagné au piano
Vêtue d’un paréo
Elle va vers les idéaux
Des sveltes cachalots

Tout est rondeur    
Plein de candeur
Sans tiédeur
À bon entendeur

Salut…
U… U… U…

Oh… Oh… Oh…

20/10/2022

Mort au bullfinch

Ainsi est mort le petit cheval
Un soir d’automne brumeux
Devant les spectateurs médusés
Qui se tenaient sur la tribune

Ce matin-là, il n’avait pas pris d’avoine
Il avait regardé sa soigneuse
Elle l’avait caressé un instant
Puis s’était occupée d’autres chevaux

Elle sentait bien que cela n’allait pas
Mais que faire lorsqu’on ne parle pas
Il dressait ses oreilles vers l’avant
Et baissait la tête tristement

Elle avait préparé ses harnachements
L’avait caressé, une larme aux yeux
Il était inscrit dans la dernière course
Un steeple-chase de 5500 mètres

Son jockey, sûr de lui, bravache
Fut propulsé sur son dos
Il fit un clin d’œil à la soigneuse :
« Tout va bien aller », lui dit-il

Sur la ligne de départ, il renâcla un peu
À quoi bon se plaindre, il en a vu d’autres
Alors, il partit au top, ragaillardi
Par ses voisins, l’œil égrillard  

La terre volait sur sa tête
Le bruit des fers sur le turf
Les cris des jockeys excités
Le bullfinch énorme devant lui

Un trou noir dans la nuit
Il s’écrasa sur la verdure
Mort avant d’avoir sauté
Après avoir propulsé le jockey

Oui, le petit cheval est mort
Et la soigneuse pleure de chagrin

19/10/2022

Abandon

Tendu est l’élastique de son souvenir
Chaque matin, il s’enferme dans son personnage
Plus un bruit, plus un mouvement
Le calme plat d’un lac de montagne

Il y rentre précautionneusement 
Il emprunte le chemin des odeurs
La pluie qui ne cesse de tomber
Le passant dans la rue noire
La boulangère sur le pas de sa porte
L’eau coule sur le tambour de la route

Elle dévale la pente des années passées
Saute les pavés du caniveau fuyant
Suscite les images des premiers jours
Quand, descendant l’escalier,
il allait chercher le pain du matin
et, sur le chemin du retour
Croquait le crouton chaud
Il devait bientôt en chercher un autre
Pendant que la famille attendait anxieusement

De quoi sera fait l’avenir ? se demandait-il

L’exigence de ces aurores brumeuses
Où le froid descendait dans le dos
Et s’agrippait à vous de ses os fragiles
Lui donnant conscience de son insuffisance 

L’avenir a coulé, dévalant la pente
Le lac est là. Il ne voit plus que l’horizon
La fente claire de la surface entre terre et ciel
Il a froid aux pieds et chaud à la tête
Il est étendu sur le pont du navire
Et attend mollement le virage de l’abandon

 

 

18/10/2022

A bout !

Une montagne de papiers froissés
Des fils partout, noirs, rouges, épais ou fins
Des écrans brillants, avides, clairs
Au-dessus, une tête, pleine, lasse
Bougeant difficilement, ne voyant rien
Que ses écrans de blanc vêtus

Oui, il est là, observant les lueurs
Un chèche sur le chef
Un manque à son palmarès
Un gant aux doigts agiles

Nu, il va de la chambre au salon
Regardant sans cesse les écrans
Tremblant à l’annonce de chiffres mauvais
Se mordant les doigts jusqu’au sang

Plus rien ne va, dit sa compagne
Si tout va bien, répond-il
Et il part dans une autre pièce
Ricanant de bonheur éternel

Il revient, vêtu d’un manteau noir
Engoncé dans ses pensées
Ouvrant l’œil et les mains
Il s’écroule d’une masse
Puis ne reste qu’une poussière
Sur le pas la porte 
Qui s’envole sous l’effet de la bise

À quoi lui ont servi ces années de labeur
Sans voir la beauté du ciel
Et la profondeur de la vie à deux

16/10/2022

Découverte

Au loin résonnent les cloches
Un son grave qui colle à la peau
Et fait de vous un bâton raide
Vous êtes gauche et sans réactions

Il est midi, le soleil luit haut
Votre mère vous tient la main
Mais vous brûlez de vous échapper
Les portes de l’inconnu sont ouvertes

« Chut, ne bougez pas, ne dites rien »
Votre frère vous tire la veste
« Regarde la grande Duduche
Elle n’a pas boutonné sa chemise ! »

Les garçons s’amusent de cette bévue
Ils voient un bout de chair pâle
À hauteur du nombril qui se cache
Et cela suffit à réjouir leur journée

Ainsi vont la vie et l’amour
Vous tenez l’instant charmant
Où votre être se déplie et chante
Vous contemplez l’univers

Que de choses encore à découvrir !

15/10/2022

Le fil du rasoir

Le retour des femmes dans la mémoire des hommes
Qui sont ces êtres de beauté, lointaines et vierges
Elles ne parlent pas, elles sont là et absentes
Elles sourient tendrement de leurs lèvres ouvertes
Regardent l’être inconnu et se regardent
La ronde humaine recommence
Éloignement ou rapprochement 
Ou encore sur le fil du rasoir ?

13/10/2022

Perte

Dehors, il fait nuit
Dedans, elle pleure
Où passer la journée
Quand rien ne danse

Les pas martèlent le sol
L’ombre s’épaissit
Au loin les cris des vaincus
Et l’exaltation des vainqueurs

Le brouillard monte des prés
Les vaches broutent patiemment
Un chien aboie et dit son impatience
La campagne est inquiète

Les camions rugissent au loin
Puis un cri, les phares s’allument
La colonne se met en branle
Tout d’un coup, un stop est lancé

Un être vivant est tiré brutalement
Petit, il était caché dans un buisson
Un soldat est passé pour se soulager
L’être fut embarqué et partit

Ainsi, par la faute d’une envie
L’être perdit la vie…

12/10/2022

Qui est qui ?

Froid dans le dos
Les pieds au chaud
Le regard frêle
Il se dresse
Et rugit :
Qui es-tu, toi ?

Je suis celui qui n’est pas
Je suis ton compagnon de voyage
Tu ne me connais pas
Mais je sais qui tu es
Je t’accompagne chaque jour
Je suis en toi comme tu es en moi

Quelle est cette invention
Je suis seul devant le monde
Je suis devant les autres hommes
Je tiens l’astre entre mes mains
Et déplore ton courroux 
Je t’aiderai à franchir les barrières
Qu’es-tu toi-même ?

Qui est qui ?

 

11/10/2022

Orage

L’orage gronde dans sa tête

L’immonde côtoie la vérité
Que sont-ils l’un et l’autre ?

Dépasse tes impressions
Va au-delà de ce que tu crois
Déborde largement de toi-même 

Blocage sur toi-même
Le verrou est-il imaginaire ?
Cette porte fermée est-elle ?
Avance à petits pas menus

Il arrive au bout du réel
Suspendu au pouvoir du verbe
Il côtoie ce qu’il n’imaginait pas
Cela s’étend comme une tache d’huile
Qui recouvre son existence

Poursuis ta quête, va plus loin
Enquête sur le passé
Relie l’avenir au passé
Découvre le présent vierge
Sors la tête de tes mirages
Et émerge sans penser

09/10/2022

Quoi ?

Retournement !
Un vent léger se lève
Le sentir sur sa peau 
L’écrire du bout des doigts
Sentir ses effluves sur les côtes
Se lever pour être et regarder la vie
Jusqu’où aller pour vivre et se faire valoir
Il s’enfle, il devient rouge, … Plus rien n’existe

Au loin, très loin, un éclair, dans une galaxie feuilletée
Une vie, qu’est-ce ? Un instant de bonheur ou le poison envahissant

Et pourtant tout ceci t’est donné à profusion.

Qu’en fais-tu ?

Ne reste que des vers...

Ils sont éteints à jamais…

08/10/2022

Aperçu

Le visage de l’aimée resplendit
Où donc cachait-elle sa lumière ?

Une beauté intérieure émerge
Il ne sait d’où elle vient

La lueur s’estompe, le noir
Ou le blanc tamisé se montre

Qui voit qui ?

07/10/2022

L'absente

Là …  Il était là…. A cette place…
Et depuis, plus rien
Elle ne l’a pas perdu de vue
Il a disparu d’un bloc
Lui et son environnement
Pas seulement physiquement
Mais aussi de notre mémoire collective 
Il n’a pas de nom, pas d’existence
Il n’était pas, il ne fut pas
Il ne sera même pas 
Même pas une ombre dans la mémoire

Ne reste qu’un désespoir
Qu’un trou comblé de vide
Dont on approche avec précaution
Du bout des pieds et de la folie

Que fait-elle ? 
Elle va tomber !
Sans crainte, elle marche
Vers un destin ignoré des autres…
L’absence, réellement !
Elle s’est faite belle, rayonnante
Sa chevelure blonde
Ses cils comme des oiseaux
Son cou de cygne, doux à caresser

Ah, mon Dieu, elle a disparue 
Plus rien de son corps, de ses sensations
De ses impressions, de ses pensées
De ses aspirations, de ses espoirs
Ce n’est plus qu’un trou sans couleurs
Ni même réalité
Elle n’avait pas de nom
Elle n’a plus d’existence

Mais depuis les hommes meurent d’ennui
La terre n’a plus d’entrain
Ils errent dans une vie morne
Dont ils n’arrivent pas à saisir la queue
N’ayant plus de tête à contempler 

 

06/10/2022

Anniversaire

Elle en rêva longtemps
Et puis ce fut le moment

Il n’était pas prêt
Elle attendait et rien ne vint
Ni les pantalons bouffants
Ni les espadrilles blanches
Ni le sourire merveilleux
Ni même cet éclat des yeux
Qui l’avait tant séduit

Il était mort à elle-même
Évanoui dans le monde 
Des cadeaux, baisers et déclarations
Endormi face à lui-même
Pris dans la glace de l’absence
Un lent cheminement
Qui monte à l’anéantissement
Ce n’est qu’une tache de boue
Sur un coin du vêtement
Balayé d’un coup de brosse

Pardon l’amour
Pardon la vie
Rien ne vient hors de toi
Pas même moi, pas même nous
Morts à nous-mêmes
Nous errons dans le spectre
D’un passé sans voix ni silhouette

Vient l’enfant unique
Montre-moi ton visage
Et permets qu’un jour
Je m’illumine de ta beauté
De ta gentillesse et de ton bonheur
Tu es celle qui me donne la vie
Et me ressuscites chaque jour…
Et je ne le vois pas

Alors je te tends les bras
Et embrasse tes pieds
Qui foulent le sol devant toi…

05/10/2022

Lourdement

Quelle vie…
Tantôt à droite, tantôt à gauche
Parfois même, en haut, en bas
Mais sait-il se tenir au milieu ?

Un jour il partit sans savoir où
Il ne lui resta plus que la peau
Il la toucha. Elle était fade
Plus rien ne l’enjolivait 

Il se souvint des prés verdoyants
Des poissons frétillants
Des fleurs volant au vent
Et de l’étrange odeur du sang

Il rejeta les fables luxuriantes
L’odeur des rejets pestilentiels
La vue immonde de la colline
Jusqu’au trou des eaux mortes

Monte plus haut, cours là-bas
Où rien n’existe de ferme
Tout est mouvant, quel bonheur
Es-tu de chair et de rêve ?

Il passa ainsi devant son corps
Flasque et mou comme un escargot
Il le toucha, mais rien ne bougea
Même pas quelques feuilles mortes

Alors, il prit son envoi, lourd et repu
Courût quelques mètres, loin de lui
Regarda une dernière fois
Et choisit l’exil, loin de tout

04/10/2022

Lumière

L'aveugle pleura sans fin

Qu'avait-t-il vu ?

Ce que le voyant ne voit pas :

La beauté première,

C'est-à-dire la lumière

 

22-10-03 CARRES-RONDS.jpg

02/10/2022

Loin

Qu’abandonne-t-il ?
Il sait les attraits de la vie
Le rire de la présence
L’absence de l’ennui
Il est à la périphérie de l’être
Là où rien ne passe
Sans le retournement

Pourquoi appréhende-t-il la nuit
Cet espace coupant et cinglant
Le tranchant de la lame
Le crissement du fer sur le fer
Et l’arrêt de tout, d’un coup

Il mesure l’appréhension
Non, il ne peut pas
Il a froid et claque des dents
Le gel de la solitude
Un pôle nord intérieur
Une marche jusqu’au bout
Et après, qu’y a-t-il ?

Il rêve, mais ne voit pas
Le noir ou le rouge
Ou encore le rien, sans couleur
Une bille dans le vide
Non, pas une bille
Mais rien de rien
Même pas un trou
Par où va-t-il passer ?

Oui, plus rien au dehors
Tout est en lui
Il est seul
Mais que signifie être seul
Il n’a plus une main à attraper
Plus un sourire à regarder
Plus rien à laisser au suivant
Mais existe-t-il celui-ci ?

Il se retourne
Étire sa peau de caoutchouc
Pousse un soupire
Adieu camarade !

01/10/2022

Hélitreuillage

Pendu au bout d’un treuil, il exulte
Quel voyage au bout des airs
Un brin de paille sans protection
Soumis au vents et aux courants

Un bruit infernal, celui de l’hélicoptère
Les pales tournent de toutes leurs forces
La tête coincée, impossible de bouger
Et pourtant, il a envie de rire

Une secousse, il s’élève lentement
Un petit vent le pousse vers la falaise
Non, il l’évite de justesse et monte
Il repart, suspendu, et file dans l’air

Hôpital. La fureur s’éteint. Calme
Une infirmière lui sourit. Elle est belle 
Elle lui tend les mains, étincelante
Il tend le bras et s’évanouit. Trou…

Il se réveille entre les draps
Il ne voit plus. Il est au paradis
Elle est là, souriante et sereine
Et lui fait un baiser. Il s’endort…

30/09/2022

Au-delà

Le vert d’une terre bleu
L’obscurité d’un ciel de lumière
L’immensité du vide repu
Le brouhaha de l’après nuit
Le silence des mouvements
La pesanteur des astres
La caresses des vents
Tous ces inconnus présents
Qui errent dans les têtes
Sans savoir d’où ils viennent
Ni même où ils vont

Et pourtant là, devant nous
Fabriqués de toutes pièces
Entre des milliards de neurones
Croisés avec les particules
Et le noir des nuits sans lune
Ils vivent, tous ces humains
Riant de toutes leurs dents
Ce sont des hommes
Ils se regardent exister
Mais de quelle vie ?

L’un d’eux se glisse sous la couette
Et contemple son ombre étendue
Vous le voyez, l’œil ouvert
Discret et miséricordieux 
Que fait-il ?
Les yeux fermés, il contemple
L’univers et s’extasie 
Devant la grandeur de la scène

D’un bref coup de pied
Il s’élève et se cogne la tête
Au plafond de sa prison
Mieux vaut errer au fond de celle-ci
Que de surnager la bouche ouverte
Dans un air purifié
En vivant dans l’ignorance

Qu’y a-t-il au-delà ?

28/09/2022

Lecture

Envie de lire… Quelle idée !
Il mange quelques feuilles
En plie d’autres, plus coriaces
Le reste ? À jeter 
Sans autre forme de procès…

Ah ! un coin dépasse de la pile
Il tire un peu, doucement
Et s’envole un ptérodactyle
Aux ailes déployées 
L’ombre d’un nuage 
Il emporte les aventures
Celles d’un monde imaginaire

Il jette un œil sur un autre amas
Un livre de compte, gros
Dur, compacte, volumineux
Il semble mort, inerte
Mais il se défend
De toutes ses dents
Il finit par lâcher
Avec un soupir indifférent

Roman d’amour
Étincelant de bonheur
Une couverture rosée
Des pages aux baisers dorés
Une déchirure au milieu
La page pend et pleure
Qu’y a-t-il ? L’absence…
Quelle poussière 
Mieux vaut la science !

Il ouvre un volume majestueux
Quelle allure solennelle 
Quelle puissance intellectuelle
Rien ne traîne dans cette tête
Pas même un bout de folie verte
Ni même un regard perdu
Tout est rangé, classé, étiqueté
Quel ennui mortel
Seul, dans un coin
Un amoncellement verdâtre
Rappelle l’origine humaine
Du produit né de mains habiles
Hélas, rien n’est plus rien que le malheur

Alors, il s’éloigne à grands pas 
Fier d’échapper à l’aliénation
Enfouie sous un carton 
Quelle découverte !

27/09/2022

La vraie vie

             Dans la tradition chrétienne, la vraie vie est désignée par les termes de vie spirituelle ou de vie en esprit (Saint Paul), d’union à Dieu (Saint Jean de la Croix), de sainteté. Dans les traditions orientales, on parle de réalisation de Soi (le soi étant distinct du moi qui constitue la personnalité apparente), d’accomplissement du Soi, de la réalisation de la non-dualité, de nirvana.

             En fait, peu importe le vocable. Il désigne un état d’être où l’homme, libéré de lui-même et de sa vision du monde, réalise la présence de Dieu en toutes choses, ainsi que la beauté de la vie et son sens pour l’homme. Cet homme nouveau participe consciemment à la création. Il se sauve en sauvant le monde. Il agit en laissant la déité agir à travers lui.

Ce nouvel état est une modification complète de l’être. Il se caractérise par une transformation de la volonté qui s’unifie et dissout l’idée du moi égoïste, de la pensée qui dépasse la raison et l’imagination, de l’affectivité qui, surmontant l’émotion, à travers le sentiment, atteint l’amour pur.

25/09/2022

L'école de la vie

L'école de la vie serait une école du retournement.

Le jour est arrivé où l'homme (et la femme) peut apprendre la règle de vie :

"Que tu sois homme ou femme, tu as deux vies à mener. La première est ta vie sociétale, celle à laquelle tu as été et tu t'es préparé (e). Mais tu ne seras vrai que si tu découvres et cultives en toi la vie intérieure, la vraie vie.

Retourne-toi. apprends à te connaître toi-même et tu découvriras le monde, celui de l'absence de toi-même et de l'épanouissement du soi après celui de l'épanouissement du moi. La vraie vie se révélera alors pleine et entière".

23/09/2022

L'homme

Elle ne sait plus que dire
Qu’est-elle, la petite ?

Elle court de ces petites jambes
Écoute ce que disent les grands
Mais rien ne vient troubler sa quiétude

Un jour, pourtant, elle ouvre la bouche
Pourquoi parle-t-elle, disent les autres
Elle ne sait ce qui lui a pris

Elle regarde l’homme, grand et beau
Il la couve du regard et de la main
Il ne bouge pas, réfléchit et dit

« C’est elle qui sera ma compagne de toujours »
Tous s’exclament presque. Quelle idée !
Elle ne dit rien comme à son habitude

Ils s’aimèrent toute leur vie, et plus
Les participants furent surpris
Qui sont-ils ces croquants velus ?

21/09/2022

Feim

Retour sur moa
Et toa, ki è tu ?
Ri-in ne va plu
Ta tète va mal
Pour koa ?

Il ère insi pôvremen
Cè la fin
Lè arico sont cui

12-12-10 Glissement bis.jpg

20/09/2022

Journée des Monuments historiques

Aujourd’hui, jour de visite…    
Montée en voiture, à plusieurs
Les pierres en tête, les pieds en goguette
Roule la trottinette et va où tu veux

On passe dans les bas-fonds
On traverse les carrières
On trouve le chemin creux
Un pré, herbu, sans autre décor

Et là, se dresse le joyau 
Quatre tours accolées
Raides comme des piquets
Pour les lier un bâtiment central
Un coup de colle entre eux
Orné de fenêtres multiples
Dont pas une n’est semblable 

Qu’il est fier ce château
Debout au milieu des prés    
Perdu dans la lande
Sans autre forme de procès
Sur l’ombre étendue sur les herbes

Explications de la préposée à la visite :
Un bâtiment central
Quatre petites pièces
Un escalier en colimaçon
Toute la folie d’un orgueilleux
Qui erre seul dans les étages
Protégés par des meurtrières

Brrr… Quelle solitude
Mais quel charme aussi…
L’insolite se donne... 

19/09/2022

Le temps déchiqueté

Usine :
la même geste,
la même cadence
répétée mille fois
N'être plus qu'un bras de levier
que le prolongement d'une machine

le temps déchiqueté...