Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/09/2019

Le petit chat gris

Le petit chat si gris s’enfuit par la courette
Il aimait pourtant les heures chaudes du soir
Quand la caresse de l’air emplit les murs
De douceurs volatiles, mais inestimables
Aujourd’hui est un jour différent
La peau palpite et grogne, volage
Il découvre ses gencives et attend la morsure
Couché sur le dos il palpite
Plus rien ne le fera quitter la cour
Les chats du quartier ont rendez-vous
Il se tend de tout son corps
Sort ses griffes et tend la patte
L’envie lui prend de griffer la chair
Cette partie visible de l’humain
Qui sent la prunelle et la mort
Odeur des plis de l’être, tenaces
En fécondes promesses et attraits
Il s’assagit et miaula une fois
Puis tendit son cou à l’enfant
Qui jouait là, insolemment
Il s’empara du petit chat gris
Et s’enfuit en courant, droit devant lui
Laissant la porte ouverte
L’absence et le vide s’installe
L’heure tourne, le regard chavire
Le chat ne reviendra plus
La cour se désole
L’éternité s’enracine
Qui fera revenir le petit chat gris ?

©  Loup Francart

Écrire un commentaire