Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/09/2019

Métropolitain

Un pied en avant, deux valises à trainer
L’autre le rejoint, mais le premier est déjà loin
Derrière la poignée des valises, loin
Probablement trop loin
Je tire à moi ce poids qui résiste
Il ne vient pas et me freine
Mais mes pieds partent avec l’escalier roulant
Je pars en avant montant imperturbablement
Je pars en arrière tenant les valises
Me voici dissocié, le corps étiré
Je pars à reculons et plane une seconde
Où sont le haut et le bas, l’avant et l’arrière ?
Je suis sans référence ni attache
Une plume dans l’espace autour des corps
Je pars, je suis parti, les pieds trop haut
Le buste glisse au long du tunnel montant
Je franchis les valises prestement
La tête effectue une courbe parfaite
Le corps écrase mes bagages
Les corps des autres s’échappent en avant
Un coup de gong achève la chute
Je vois les jambes de ceux qui montent
Je vois les regards étonnés et curieux
J’entends un mouvement et un cri
Je suis toujours entraîné vers l’avant
Propulsé par le sol qui monte inexorablement
Ne laisse pas traîner tes doigts, me dis-je
Les pieds en l’air, planquant mes extrémités
Empêtré dans mes valises mouvantes
Je réfléchis dans le brouillard épais
J’entends les cris de la foule impressionnée
Ça y est, je reconnais le haut et le bas
La gauche de la droite, moi-même et l’autre
Je me redresse, malgré tout désorienté
Les images tournent et se succèdent
L’escalier avance, imperturbable
On arrive en haut, je vois la fin du calvaire
Les rayures, les marches qui entrent dans le sol
Je me redresse enfin avant l’entrée
Dans cette porte dentée qui s’enferme
Et broie présence et souvenirs
Un pied en avant ; l’autre qui le rejoint
Le corps debout, la tête en place
Les têtes autour de moi, anxieuses
Je suis infirmière, me dit l’une d'elle
Elle me tâte le haut du crâne
D’autres veulent appeler les pompiers
Je prends conscience de ce désordre
Je me cale les pensées et remercie
Fuyons ce brouhaha, cela ira mieux
Repartir comme si de rien n’était
Poursuivre la lente remontée dans le couloir
Jusqu’à la sortie de la pesanteur
Et l’échappée vers l’air libre
La liberté malgré le dépaysement
Deux jours plus tard, la tête va bien
Mais une côte vacille et étire sa douleur
Lorsque je me couche et ne peux dormir
Le silence de la nuit à côté de celle
Qui est là, toujours et encore
A m’entourer d’un baume fluidifiant

©  Loup Francart

Écrire un commentaire