Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/11/2018

Ephistole Tecque (20)

Il haletait étrangement dans son lit, brassant l'air de ses deux bras libérés des couvertures, cherchant désespérément son souffle, cherchant vainement à sortir de cet incompréhensible enroulement du temps qui semblait ne plus vouloir aller au-delà du geste vers la fenêtre, au-delà du contact de sa poignée elliptique, comme s'il venait buter contre un obstacle et était renvoyé en arrière avant de pouvoir reprendre son déroulement normal et venir à nouveau buter contre cet obstacle. Ephistole Tecque suffoquait et tentait de sortir de cette angoisse cotonneuse qui l'étouffait peu à peu, lui permettant pendant une fraction de seconde de reprendre son souffle avant de replonger dans les déferlements de l'éternité.

Il faut que je ferme cette fenêtre ! Il faut que je ferme cette fenêtre ! se répétait-il sans cesse, se raccrochant à cette unique pensée qui paraissait pouvoir l'empêcher de sombrer complètement dans cet arrêt infernal de la temporalité, dans ce tourbillonnement invraisemblable qui l'engloutissait lentement, éteignant en lui toute capacité de faire un geste et même toute volonté de commander à son corps un mouvement quelconque qui fut ordonné en vue de l'action bien précise d'ouvrir la fenêtre.

Il n'aurait su dire combien de temps dura cet étrange débat qui devint une véritable lutte contre la congélation consciente du corps et de l'esprit. Était-il condamné à faire ces mêmes mouvements pendant des heures, des années, peut-être pendant l'éternité ? Il pensa à ces esclaves qu'on enfermait à l'intérieur d'une roue munie de barreaux et qui devaient marcher sans arrêt pour la faire tourner et alimenter en eau les jardins du maître. Il pensa à Sisyphe condamné au même geste, au même effort infernal. Il vit aussi ces abeilles qui pendant la durée de leur courte vie accomplissent le même trajet entre les fleurs et la ruche pour alimenter leur reine. Il aperçut encore les coolies chinois transportant inlassablement, dans un grouillement inextricable, mais ordonné, des pierres dans un panier fixé sur leur dos pour bâtir cet immense édifice, ce long serpent d'architecture guerrière cheminant à travers la montagne qu'est la muraille de Chine. Cet ouvrier aussi qu'il allait voir parfois dans les vastes bâtiments situés au-delà de la cour de l'usine, lui apparut, accomplissant inlassablement le même geste réglé mathématiquement : lever une poignée, glisser une pièce de métal sur la forme de la machine, abaisser la grille, appuyer sur la poignée et la relever quelques instants après pour recommencer, avec la même patience, le même dégoût, la même obscure volonté pendant des heures, pendant des jours, jusqu'à celui tant mérité du repos.

Écrire un commentaire