Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/09/2018

Équerre

L’eau seule est d’équerre
Avec la verticalité du rêve

Le plan et … le vide
Où donc as-tu tenté ta chance
Dans l’eau qui glisse
Ou l’ombre qui se dérobe ?
Chaque ondulation te rapproche
Le saut se révèle-t-il ?

Ce n’est pas encore le moment
Laisse-toi charmer par l’étincelle
Enrobé de lumière, le soir
Dévide sa prestance et son souffle
Enfoui dans l’eau, perdu
Je contemple le coucher
Comme un gamin ensorcelé
« Approche… Approche… »
Mais la brise te pousse
Et t’empêche d’atteindre ce mur
Qui sépare la réalité du rêve

Le poids de ton corps dans l’eau
Ou la poussée de l’imagination
Qui te fait bondir
Au-delà du paysage
Et t’entraîne sur la pente
Des images qui défilent
Une à une d’abord
Puis ensemble, mêlées
Enlacées, superposées
Jusqu’à la rupture mentale

Parfois les gouttelettes te voilent
L’attrait du vide attirant
Mais t’empêche de dépasser malgré tout
Le trait de l’horizon
Qui ferme ton existence
Et t’ouvre à l’inconnu
Au sans nom
Aux formes doucereuses
A l’angle de tes remords
Et l’arrondi de ta chute

Tu passes la tête
Sans vraiment jeter un coup d’œil
Ton corps frissonne d’effroi
Ton cœur se soulève et pleure
Mais tu ne peux t’empêcher
D’éprouver le pincement
Du bonheur interdit
Et cette délicate assurance
Que donne le manteau bleu
Des jours sans nuages

Tu es prêt à sauter
A franchir la ligne de l’horizon
Pour t’envoler hors de toi
Dans l’azur libre d’objets
Peuplé de rêves et d’idoles
Tu quitteras le liquide froid
Pour l’air échaudé du virtuel
Et peut-être même
Pour l’indescriptible

Ce sera la fin
Dans la joie folle
D’une vie bien remplie
Où les paysages sont mouvants
Et les baisers si doux

  ©  Loup Francart

Écrire un commentaire