Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/10/2017

Devenir

Un rêve me poursuit
Comme un orage le long d’une vallée
Il revient à tout moment
Sans jamais me séduire
Ce n’est pas qu’il ne le cherche pas
Il emprunte les voies délaissées
Me tend la main derrière le mur
Il ne barre pas la route du bonheur
Il ne crie pas pour me faire peur
Il m’enveloppe de brume
Et je marche dans la poudreuse
Levant haut les genoux
Sous son toit, j’enrage
Qu’attend-il de moi ?
Un sourire complaisant
Une plaisanterie fine
Ou le silence des agneaux
Il est là, derrière moi
Me poussant à la faute
M’ouvrant le placard de la complaisance
Enfermant mon esprit
Aspirant mon âme
Dans sa bouteille vide
Pour me conserver vivant
Mais peu, un semblant de vivant
Qui devient le fantôme de l’être que je fus
Et de celui en devenir
Mi-mort, mi-vivant
Ne laissant que quelques pas
Dans la neige qui fond
Et dont les dernières gouttes
Réclament plus d’efforts
Et moins de vérité
C’est vrai, je deviens…
Quoi ?
Je ne sais…

 ©  Loup Francart

Écrire un commentaire