Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/05/2018

Apophtegme

 

Étrange comme le désir assouvit sans amour paraît à l’homme une bassesse.

Sublimé par l’amour,

Il devient une révélation de soi, un agrandissement de l’être.

 

10/05/2018

Maxime

 

L'intelligence, ce sac à malice que tous voudrait porter,

mais que personne ne se vante de porter,

préférant le mérite du travail.

 

05/05/2018

Précepte

 

Se voir tel que l'on est et non pas tel que l'on voudrait être.

Voir les autres tels qu'ils sont et non pas tels que l'on croit qu'ils sont.

Ce n'est qu'alors que l'on peut assumer la lourde tâche d'être.

 

30/04/2018

Sentence

 

Les gens sont adorables,

Mais combien sont capables d'adorer.

 

28/04/2018

Anonyme

La beauté d’un temple grec ne se bâtit pas sur la grosseur d’une colonne par rapport aux autres, mais sur l’harmonie des colonnes entre elles et leur agencement dans l’espace.

Ne cherche pas à t’imposer,
Respecte l’autre,
Et deviens ce que tu es,
Anonymement.

 

22/04/2018

Maxime

 

Accomplir l’impossible est souvent plus facile qu’accomplir le quotidien.

Mais en parallèle, contempler les possibles quotidiens avec hauteur

Pour ne pas s’y noyer.

 

16/04/2018

Maxime

 

Ce n'est que lorsqu'on a renoncé à posséder

que l'on possède réellement.

 

11/04/2018

La raison

 

La fonction de la raison est de conduire l'esprit jusqu'aux frontières du mystère de l'être.

Elle cerne le domaine du mystère et démystifie les réalités naturelles.

 

07/04/2018

adaptation

Trop de milieux divers nuisent au sensible qui tente de s'adapter.

Il était (une fois) un caméléon.

Son maître pour lui tenir chaud,

le déposa sur un plaid bariolé.

Le caméléon mourut de fatigue.

17/03/2018

Le nombre manquant (46)

– Oui ! J’ai reçu un paquet, s’écria Vincent. Mais tu m’as téléphoné à ce moment-là et je l’ai laissé sur mon bureau sans l’ouvrir. Je pense qu’il s’agissait de câbles de connexion que j’avais commandés trois jours auparavant. Mais c’est peut-être autre chose en effet.

– As-tu le moyen de le faire ouvrir pour que l’on te dise ce qu’il contient ?

– Euh… Laisse-moi cinq minutes et je te le dis. Il faut se méfier et ne pas le faire ouvrir à n’importe qui. Cela peut être compromettant pour la vie de Claire ou du professeur ou déclencher chez celui qui l’ouvre des réflexes l’amenant à la police sans qu’il sache de quoi il retourne.

– OK, réfléchis.

– Et toi, Mathias ?

– Non, je ne vois pas. Ah, je me souviens ! J’ai fait une étrange rencontre il y a deux jours à Paris. Quelqu’un, un homme assez fort a glissé en arrivant à ma hauteur, s’est accroché à moi ou plutôt à ma veste, si bien que mon bras est sorti d’une des manches. Il s’est excusé, m’a aidé à la remettre en ordre, puis à l’enfiler et est reparti en renouvelant ses excuses.

– Si je comprends bien, dit Vincent, il a complètement fouillé les poches et t’a ensuite rendu ta veste. Avais-tu quelque chose dans les poches de compromettant concernant nos recherches ?

– Je ne crois pas. Ah si, peut-être. J’avais pris des notes chez un libraire concernant le mur de Planck et l’impossibilité de voir au-delà. J’avoue que tu m’as téléphoné aussitôt après et que je n’ai plus pensé à ce papier.

– Encore une chose à vérifier si je comprends bien. Il se peut que nous soyons traqués, probablement pour les informations que nous récoltons. Il pourrait être intéressant de savoir s’il en est de même dans le cercle des connaissances du professeur. Il a peut-être eu quelque problème de ce type, sait-on jamais.

– Tout cela est bien, dit Vincent, mais par quoi et où commence-t-on ?

– Comme Mathias l’a proposé tout à l’heure, attendons encore un jour ou deux. Ils vont peut-être revenir ou donner signe de vie. Mais ne restons pas inactifs. Je propose que nous poursuivions nos investigations.

– Mai moi, je ne peux rester ici, car j’ai du travail à Paris. Je rentre donc et poursuivrais mes recherches là-bas.

– Moi je peux rester étant assez libre. C’est l’avantage de la retraite. Je pense qu’il est préférable que je reste avec Clément qui se retrouve seul pour faire face à on ne sait quoi. Je préviens ma femme et nous pouvons nous mettre au travail.

– Fort bien. De toute façon Vincent, tu nous téléphones pour nous donner la réponse concernant  ta veste et puis tu pourrais peut-être, si Mathias est d’accord, aller regarder si les notes qu’il avait prises sont bien toujours dans sa veste.

– Oui, ajouta Mathias. Je téléphone à ma femme, qu’elle ne soit pas surprise.

14/03/2018

Sentence

 

La vie : une volonté de recherche permanente.

Sans cette volonté, la vie n'est que physiologique.

Combien se contentent de cette vie d'endormis.

 

04/03/2018

Vivant

 

Futilité de la bonne chair.
Quand le ventre se remplit, l’esprit se vide.
La densité du ventre est en relation avec la légèreté de l’esprit.
Certes, l’homme est plus gai,
Mais sa gaité est celle de l’homme repu et non de l’homme contenté.
Il y a une gaité du corps et une gaité de l’esprit.
La seconde est rare, mais elle a plus de prix.
Nous ne voulons pas d’hommes bons vivants,
Mais des hommes bien vivants.

 

28/02/2018

Lumière

 

L’œil qui ne s’est pas ouvert
Voit la lumière divine comme obscurité.
Ce voile noir qui la cache
N’est rien d’autre que le moi.

 

09/02/2018

Maxime

 

S'oublier complètement

est le seul moyen d'être heureux

partout et toujours

 

28/01/2018

Précepte

 

Mieux vaut des regrets que des remords

L’absence plutôt que les pleurs

Un sourire plutôt qu’une grimace

Ils se comprirent alors

Et vécurent côte à côte

Sans remous ni écarts

04/01/2018

Aphorisme

 

Aimer le créateur sans aimer l’homme
C’est se leurrer d’un amour fictif
L’amour porté aux êtres et à l’univers
Est la seule preuve de l’amour porté à Dieu
Sans l’amour des causes successives
Celui de la cause initiale est imaginaire

 

28/12/2017

Aphorisme

 

Beaucoup éprouve de la douceur à écouter de la musique,

Bien peu y éprouve de la joie, car ils ont l’oreille distraite.

L'école de la musique est une école de la joie.

Il faut y prêter l’attention des sens et non d’une oreille.

 

02/06/2016

Maxime

 

Tous nous avons soif de nouvelles connaissances,

comme si les anciennes ne nous suffisaient plus.

N’est-ce pas en permanence vouloir reproduire ce que nous avons déjà vécu :

la soif de l’inconnu et l’illusion d’un changement ?

 

 ©  Loup Francart