Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/12/2018

Ephistole Tecque (21)

Il se vit enfin, il se regarda comme vous regardez quelqu'un que vous connaissez un peu sans toutefois avoir pu saisir ses ultimes pensées, comme vous regardez vivre vos compagnons de travail avec lesquels vous vous êtes enchaînés sans même vous en rendre compte. Il vit Ephistole vivre une de ces journées où l'atmosphère grisâtre d'un ciel d'automne répand dans les esprits un mélange d'amertume et d'acceptation. Ephistole Tecque se lever à l'heure habituelle, sept heures, encore un peu engourdi par le sommeil, la paupière lourde, se raser et peut-être remarquer dans la glace une lueur d'ennui atténuée par l'habitude. Monsieur Tecque et Sigalène sa secrétaire, travaillant avec la même application, un peu scolaire, un peu trop sérieuse, faisant de leur travail l'unique préoccupation de la journée, comme si rien d'autre ne comptait pour eux en dehors des chiffres et des résultats accumulés au bas des pages, puis soigneusement enfermés dans une chemise qui traînait sur le bureau. Ephistole enfin, rentrant chez lui, se déshabillant et se couchant comme vous le faites, vous aussi, chaque jour.

 Peut-être étaient-ce tous ces mouvements indéfiniment répétés de vie en vie qui permettaient cet impensable déroulement du temps, qui autorisaient la bonne marche de la terre autour du soleil, le ballet inlassable des étoiles sans qu'aucune ne s'entrechoque apparemment. Sans doute est-ce cette dépense inlassable d'énergie qui se renouvelait périodiquement par la mort et la naissance, en un cycle infernal pour chacun, qui permit de construire cette maison, d'accumuler les pierres les unes sur les autres, d'y pratiquer des ouvertures symétriques, d'y placer un cadre de bois assemblé adroitement par d'étroites chevilles à l'intérieur duquel pouvait s'incruster avec précision le verre plat et lisse autorisant la vue à l'extérieur et enfin de l'avoir muni d'une poignée commandant une tringlerie qui permettait l'ouverture et la fermeture, régulière, à volonté, des deux battants constituant la fenêtre. Et comme cette construction des murs, des ouvertures, des montants et de la poignée ne pouvait avoir en fin de compte d'autre but que d'encourager le même déroulement inlassable des évènements et des choses, après avoir connu quelques années de liberté, accordées vraisemblablement pour le préparer à sa tâche, il était maintenant condamné à répéter inlassablement le même geste inachevé, de son lit à la fenêtre, en passant par un certain nombre d'états intermédiaires tendus vers ce but unique, la poignée, résultante finale du travail de ces hommes qui bâtissent sans discontinuer les uns des murs, d'autres des fenêtres, d'autres encore des tringleries et des poignées.

Écrire un commentaire