Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/05/2022

Nuit

Il ramone, il ramone
Levé au milieu de la nuit
Oppressé par le silence
Il comble celui-ci de sens
Dépourvu d’intelligence
Ou même de simple bon sens
Rien ne va plus
Il divague, errant dans son intérieur
Il touche les parois du cerveau
Et promène sa conscience
Au-delà du possible
Dans les sphères de la volonté
Sans se départir de sa gaité
Alors il entend la musique
Un grincement de violon 
Assez faible, un tremblement
Immaculé et contraint
Comme une sorte de chatouillement
Sur son flanc imberbe
Habitué aux caresses d’une femme
Puis, plus rien
Le repos complet
Un arrêt sans fin
Il dort sans savoir où il est
Sans même sentir le silence
D’une nuit parfumée
Et l’absence de ce moi
Qui ne le quitte pas
Jusqu’au dernier jour
Endors-toi !

23/11/2021

Inconscience

Les chiffres se brouillent
Je cherche. Où ?
La tête devient passoire
La raquette est pleine de trous
Et passent les secondes
Puis les minutes
Rien ne vient…
Aucune image…
 Aucun souvenir…
Que fais-je là ?
Entrée dans la semoule
J’étouffe d’absence
Trop plein de rien
Jusqu’à la nausée
Dormir… Dormir…
Mais non…
Tout se dénoue
Tout vient sans fil
Il n’y a plus de rasoir
Ni même d’espace à couper
Y a-t-il encore un temps
Le temps de prendre conscience
De l’état d’inconscience 
Dans lequel je suis plongé
Adieu, tous qui veillez sur moi
Je suis en état de "déconscience"
Ou, peut-être, de surconscience
Qui sait ?