Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04/02/2018

Le nombre manquant (36)

Claire me raconta le lendemain ce qui s’était passé. Nous avions la réponse que nous cherchions sans que nous ayons eu besoin de la rechercher. Mais, que nous apprenait-elle ? Pas grand-chose. Certes nous savions que le professeur était quelque peu exalté, idéaliste même, qu’il pouvait à certains moments disjoncter et ne plus savoir ce qu’il disait, mais c’est tout. Qu’en conclure ? Nous pouvions lui faire confiance quant à la franchise de ces paroles et de son action, mais jusqu’à une certaine limite, difficilement identifiable. Que faire ? Nous décidâmes d’en référer à ceux qui étaient restés à Paris.

– Trop risqué, dit Vincent. Il est sans doute sincère et vrai, mais il est incontrôlable. Nous ne pouvons nous reposer sur quelqu’un qui peut déjanter à tout moment.

– Certes, mais ils peuvent nous apporter un soutien réel dans nos réflexions, dit Mathias. Depuis l’incident du remplacement du zéro par l’orez, nous n’avançons plus. Ils apporteraient un souffle nouveau, une autre manière de voir. À nous de tenir notre homme pour nous livre ses secrets.

– C’est vrai, mais nous livrons également les nôtres. Et ils sont avancés quoi que vous en pensiez, dit Claire. Oui, certes, agrandir notre cercle serait utile, mais après tout, que savons-nous de ce qu’ils ont découvert. Avons-nous eu une seule fois accès à leur propre connaissance ? Alors, de quel côté la balance doit-elle pencher ?

– C’est exact. Nous devons savoir ce qu’ils cachent derrière leurs apparences doucereuses avant de nous engager avec eux. Quant aux membres de la confrérie du professeur, sans doute faudrait-il mieux faire connaissance avec eux,  puis passer ensemble un pacte, même derrière le dos du professeur.

Je m’interposai :

– Sûrement pas ! Celui-ci est ouvert et vrai, ne cherchons pas à le tromper, cela pourrait nous en coûter.

– Soit, alors mêlons-nous à eux sans perdre notre autonomie ! Mais ne perdez pas trop de temps pour pouvoir rentrer à Paris au plus tôt et reprendre nos recherches.

 

Écrire un commentaire