Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31/01/2018

Le nombre manquant (35)

Un silence pesant se mit à régner sur la salle. Chacun se demandait comment allait finir cette confrontation qui se révélait passionnante.

– Parlons comme Cantor et raisonnons comme lui. En théorie des ensembles, le symbole le plus pur de zéro n’est pas le zéro, mais un ensemble vide que Cantor appelait l’ensemble originel qui, bien sûr, est vide, donc égal à zéro. Cet ensemble vide et le zéro sont côte à côte, mais restent séparés. Alors Cantor va placer le zéro à l’intérieur de l’ensemble vide. Et c’est une révolution, car désormais l’ensemble n’est plus vide puisqu’il contient le zéro, c’est-à-dire un élément. Le cardinal de l’ensemble considéré n’est plus zéro, mais un. À partir de zéro est engendré le Un. Et de là, on engendre le deux et ainsi de suite jusqu’à l’infini.

L’homme qui venait de parler était grand, les cheveux grisonnants, l’œil vif. Il se tenait modestement droit, mais pas figé, et souriait à l’assemblée sans paraître gêné.

La femme qui avait parlé auparavant, resta un moment silencieuse, puis se leva pour répliquer :

– Introduire le rien dans une boite vide ne crée pas quelque chose de réel. On peut à la limite dire que ce quelque chose est imaginaire, mais c’est tout. Ce n’est qu’un tour de passe-passe !

– Je vous répliquerais simplement ce que dit magnifiquement le philosophe des sciences Wesley Salmon : "L'imbécile croit que les ensembles vides n'existent pas. Mais s'il en était ainsi, alors l'ensemble de tous ces ensembles serait vide, et par conséquent, celui-ci serait l'ensemble vide..."

Soudain, le professeur commença à s’agiter, parlant de plus en plus fort, avec de grands gestes :

– Les nihilistes, les nihilistes ! Le néant n’existe pas. C’est la pensée de l’homme qui l’a inventé, la pensée d’êtres ne voyant que le monde matériel, sans oser une seule fois se dire que ce qu’ils pensent n’est pas matériel, mais que cette pensée existe, qu’elle est réellement puisqu’elle est dite et bien dite.

Il rassembla ses papiers, les remit dans sa sacoche et, sur le point de se lever, se ravisa :

– Je crois à un monde immatériel qui est supérieur au monde matériel, qui l’interpénètre et le guide pour qu’il progresse vers la compréhension. Vous ne pourrez m’empêcher de l’aider ! La séance est terminée.

Il se leva brusquement, mit ses notes dans sa serviette et partit sans rien ajouter de plus. Claire s’empressa de fermer son ordinateur et le suivit sans mot dire.

Écrire un commentaire