Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/01/2018

Le nombre manquant (33)

Tous se levèrent à leur apparition. Le maître s’avança, saluant chacun d’une poignée de main, puis se dirigea vers le fauteuil  de bout-de-table et leur fit signe de s’assoir. Une petite chaise avait été prévue pour Claire qui put s’installer et sortir son ordinateur. Le maître prit la parole :

– Mesdames, Messieurs, aujourd’hui a lieu une réunion extraordinaire de notre confrérie. Vous connaissez Madame Claire Perthuis, mon assistance. Il s’avère qu’elle fait également partie d’un groupe de réflexion assez proche du nôtre, réfléchissant sur les mêmes sujets. Cependant, ce groupe s’interroge sur le sens que nous accordons au mot orez et pourquoi quelle raison nous écartons définitivement le mot zéro.

Alors je vais vous demander de tenter d’expliquer ce changement de mot de la manière la plus compréhensible possible.

Claire resta ébahie par cette irruption dans ses préoccupations, mais malgré tout heureuse que le problème soit ainsi abordé. Comment avait-il pu savoir la question qui la préoccupait ? Il avait devancé leur proposition de les intégrer à leur groupe et prenait la main sans avoir l’air de rien, répondant même à leur interrogation. Cependant il semblait que tous n’étaient pas de l’avis du maître.

– Mon cher Mariani, je vous ferai remarquer que nous ne sommes pas tous du même avis que vous, dit d’une voix sûre d’elle une femme d’une cinquantaine d’années. Nous sommes tout à fait reconnaissants aux générations passées de nous avoir dévoilé le zéro, chiffre particulièrement important pour l’ensemble des mathématiques modernes.

– Je dirai même que nous sommes contre l’abolition du zéro au profit de l’orez, car il ne s’agit que d’un changement de nom sans grande signification, ajouta un homme grand, maigre et moustachu, d’une quarantaine d’années. Vous me faites l’effet de ces gouvernements qui n’ayant rien de sérieux à proposer, se complaît à un discours obligatoirement correct en changeant tous les mots concernant les sujets qui posent problème.

– Restons-en la, dit un jeune homme bien mis. Nous nous sommes donné un maître dont le rôle est de faire la synthèse de nos pensées, en l’occurrence le professeur Mariani. Je vous rappelle que ce n’est pas la première fois que nous avons des discordances sur ce sujet. Alors, cessons de nous battre et adoptons le point de vue du professeur.

– Le problème est justement qu’on ne comprend pas son point de vue et qu’il a du mal à nous l’expliquer, c’est pourquoi il veut à tout prix que nous l’adoption sans discussion, dit une autre femme mince, les cheveux longs, les traits assez marqués et d’une beauté étrange. Maître, dit-elle en se tournant vers le professeur, vous nous demandez une chose difficile, défendre une thèse que nous ne comprenons pas.

Pendant ce temps, le professeur Mariani qui était tout à fait maître de lui jusqu’à présent semblait mécontent de la tournure que prenait la conversation. Il ne tenait plus ses troupes et cela se voyait dans son visage fermé, ses lèvres crispées, ses yeux flamboyants. Il éclata tout d’un coup :

– Cela suffit ! Pourquoi m’avez-vous suivi jusqu’à présent et que maintenant nous sommes en présence d’une étrangère vous revendiquez une opposition à ce que vous acceptiez auparavant.

Écrire un commentaire