Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/10/2017

L'homme sans ombre (26)

Après un très long moment, un Asiatique entre et lui ordonne de le suivre. Elle n’a guère envie de lui obéir, mais cela devrait lui permettre de savoir où elle se trouve et ce qu’on attend d’elle. De plus, elle a une envie pressante d’aller aux toilettes et, sitôt sortie, elle lui demande où ils se trouvent. Il l’accompagne et reste devant sa porte jusqu’à ce qu’elle ressorte. Elle se sent mieux, ragaillardie et prête à combattre, au moins verbalement. Mais elle se souvient qu’elle ne doit pas parler de Mathis. Elle est introduite dans une pièce emplie de meubles asiatiques anciens, une sorte de bureau dans lequel vraisemblablement travaillait, il n’y a pas encore longtemps, un homme. L’Asiatique lui dit d’attendre que quelqu’un vienne et la laisse là. Elle regarde par la fenêtre qui donne sur une cour, une sorte de cloître où circulent des gens vêtus à l’orientale.

  Elle entend la porte s’ouvrir et voit entrer un petit homme, fragile, maigre sans plus, l’air espiègle, qui marche avec grâce sans aucune exagération. Il s’arrête devant elle et s’incline en joignant les mains.

– Bonjour Mademoiselle. Je suis Gudak Bhatang, en charge du monastère. Nous n’avons pas l’habitude d’être dérangés comme vous l’avez pratiqué. D’habitude, les personnes désireuses de nous connaître en font la demande au portier et reviennent le lendemain. Puis-je néanmoins savoir quelle est la raison de votre venue dans notre modeste monastère ?

– Pardonnez cette irruption qui est insolite, je le conçois. Voilà la raison de ma venue. J’ai un ami qui est passionné par la culture tibétaine et le bouddhisme. Il médite chaque jour et vient fréquemment ici. Alors, par curiosité, je cherche à comprendre son intérêt pour ce monastère. Je crois que vous avez de nombreux adeptes européens et je suis curieuse de savoir ce qu’ils trouvent de nouveau ici plutôt que dans nos églises.

– Une réponse serait sans doute la bienvenue pour vous. Mais il me semble impossible de répondre à une telle question en peu de temps. Il ne s’agit pas de satisfaire une curiosité peut-être légitime, mais de s’immerger dans la méditation. Pour vous, la religion est l’adhésion à une croyance et une doctrine. Elle est intellectuelle ou, au moins, émotionnelle. Pour nous, la religion est avant tout un fait d’expérience et une pratique de vie. Si vous désirez en apprendre plus, il faut vous inscrire auprès du portier dans les stages de débutants où l’on pratique d’abord la concentration, puis la méditation et enfin des techniques plus élaborées réservées aux initiés. Mais trêve de plaisanterie, vous savez comme je le sais que vous n’êtes pas venue pour cela. Et cette irruption n’avait d’autres buts que de connaître la disposition des lieux et les dirigeants du monastère, ce que je suis. Vous connaissez Mathis Préau…

– Comment le savez-vous ?

– Nous sommes bien renseignés et je peux vous montrer une photo où vous êtes avec lui et sa fiancée. Vous avez probablement observé certains faits étranges qui environnent Mathis, puisque c’est ainsi que vous l’appeler. Nous, nous l’appelons Dhondup, c’est-à-dire l’accomplissement. Pour nous, il est rimpoché, accompli, et nous ne voulons pas le perdre. Alors, je vous mets un marché en main. Soit vous nous aidez à le maintenir à nos côtés en écartant de ses fréquentations sa fiancée, soit nous serons contraints d’employer d’autres méthodes plus dures vis-à-vis de lui et vous ne le reverrez plus.

– Mais vous n’avez pas le droit de faire cela. Je croyais que le bouddhisme est une religion de paix. C’est illégal et pas moral !

Écrire un commentaire