Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/03/2017

L’essence de Pierre Heurtebise de Praguilande (10)

Bien que la lune aussi pleine qu’elle pouvait l’être, éclairait presque comme de jour le paysage, plus il avançait dans les couverts plus ceux-ci devenaient obscurs, impénétrables ou tout au moins inconnus. Seule la clarté de son numen lui permettait de ne pas trébucher et de planter le bout de ses béquilles dans une terre pouvant supporter le poids de son corps pendant un cours instant, le temps de déplacer sa jambe valide sans appuyer sur l’autre. Il avançait ainsi et se retrouva perdu, guidé par son numen dont il suivait les variations sans se poser d’autres questions que celle de sa destination. Un nuage passa, puis un autre ; le ciel se couvrait. Bientôt, l’obscurité totale ne fut compensée que par la faible lueur de son essence devenue moins lumineuse et qui s’estompait progressivement au fur et à mesure que la nuit avançait. Elle ne pouvait se revivifier aux rayons de la lune et épuisait assez vite ses réserves. Enfin, il se retrouva dans le noir complet, mais heureusement dans une clairière qui lui permettrait de recharger son numen si les nuages disparaissaient ou au moins s’espaçaient. Il s’assit sur une souche d’arbre et attendit qu’une éclaircie survienne. Il n’avait pas peur, malgré le noir d’encre. Il connaissait la forêt, ses animaux, et savait comment s’en protéger pour ceux qui pourraient devenir agressifs. Il entendit passer une horde de sangliers dans le contrebas où un ruissellement se faisait entendre laissant supposer un petit cours d’eau. Il écouta le hululement du hibou, le roucoulement des pigeons, le couinement de rats dans un tronc à côté de lui, le jappement d’un renard. Il ne s’étonna pas de cette diversité des bruits de la nuit et en distinguait chaque note comme une symphonie murmurée à son oreille. Il était devenu une sorte de chef d’orchestre jouant de sons vivants et secrets comme un souffle intime qui le prenait au mot. Il n’avait aucune connaissance de la musique. Au plus, quelques notes jetées au hasard sur un clavier, puis les rondes et les noires qui dansaient sur une portée, ainsi entraînées par l’horizontal jusqu’à la fin du morceau ou renouvelée par les deux points symétriques qui se lisaient à la fin de la pièce. Mais il avait aimé, un jour où il était à Orléans, avec la Jeanne, chef des armées du Roi, le petit orchestre qui joua pour la famille royale et la cour des airs à danser qui lui donnèrent l’envie de tournoyer jusqu’à plus soif. Il avait ce jour-là découvert la puissance de la suggestion, l’engourdissement de l’intellect face à l’allégresse d’une musique endiablée. Il en avait gardé un souvenir mitigé, se sentant libre dans son corps et son cœur, mais, dans sa raison, moins disposé à se laisser enjôler par ces sons qui l’entraînaient. Il avait eu la sensation d’être un autre homme et s’était dit qu’il devait prendre garde à ne pas se laisser déborder par l’enchantement des notes, c’est-à-dire ce mélange savant fait de la mélodie, l’harmonie et le contrepoint.

Écrire un commentaire