Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/06/2020

L'étrange bataille de San Pedro de Atacama (23)

La dernière, Libertad, était presqu’une fillette, bien que ses formes se dessinaient, souples, la taille petite, les hanches évasées, un port de tête splendide, de petits seins pointant d’un air mutin sous la robe bleue qu’elle portait aujourd’hui. Elle avait encore un comportement d’enfant, mais se tenait comme une reine. Des trois sœurs, elle paraissait la plus vivante, la plus chatoyante, la plus adorable. Elle avait tendance à ne réfléchir qu’après avoir parlé, et s’amusait de ce défaut qu’elle parvenait toujours à se faire pardonner. Là, devant la garnison et les villageois, elle s’exclama : « Qu’il est beau ! Invincible et fier. Un prince, un vrai ! » Elle le voyait, debout devant tous, dans la lumière du soleil couchant, et pensait à un voyageur du ciel, un adorateur de la nature, un être sans désir vulgaire, qui ne mange pas, ne fume pas, dont le regard est posé sur l’intérieur de lui-même. Sa sœur ainée lui pinça la hanche et lui dit de se taire. Les villageois firent semblant de ne rien avoir entendu, occupés à s’interroger sur cette nouvelle mise en scène de l’homme. Celui-ci, regardant les trois jeunes sœurs, s’inclina devant la famille, comme s’il l’avait entendu. Il sourit mystérieusement et fit demi-tour, reprenant le chemin du petit bois. Arrivé à la lisière, il se retourna, un petit sourire aux lèvres, comme s’il avait gagné son pari et leva la main d’un geste d’au revoir. Libertad rougit, ne dit rien, baissa les yeux et se retourna comme pour s’en aller. Sa sœur lui tint la main, émue de cette réaction de la jeune adolescente, sentant qu’il s’était passé quelque chose. Mais quoi, elle ne savait.

Au cours de la nuit qui suivie, Libertad ne put dormir. Le souvenir de l’homme ensorceleur restait présent et l’empêchait  de reposer calmement. Une sorte de légèreté de l’être la tenait éveillée, malgré elle. Elle se demandait ce que cela signifiait. Etait-ce la soirée particulièrement chaude, la promenade sous les yeux des habitants du village ou encore, qui sait, la présence de l’homme ? Elle se réveilla au petit matin la tête lourde, le cœur léger, comme sur un nuage. Son père était déjà parti inspecter les sentinelles, sa mère avait préparé le petit déjeuner, ses sœurs la regardait, amusées, devinant un secret à ne pas dévoiler. Mais la journée se passa comme d’habitude, classe, déjeuner, à nouveau classe, puis devoirs du soir, dans la chaleur de l’été.

Écrire un commentaire