Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/02/2018

Le nombre manquant (37)

Je décidais d’attendre jusqu’à l’heure du déjeuner avant d’alerter. Mais qui ? Je ne savais. Autant l’avouer, j’étais décontenancé, quasiment perdu dans cette ville que je connaissais peu et dans un milieu qui, cette fois-ci, me semblait hostile. Je décidais de sortir plutôt que de tourner en rond dans ma chambre et de me ronger les sangs. Mais sitôt dehors je me dis que peut-être Claire pourrait me faire parvenir un message à l’hôtel. J’avais cependant pris la précaution de me munir de mon téléphone portable, au cas où. Je déambulais le long du Tibre, contemplant ses eaux noires, en me demandant ce qu’elle avait bien pu faire. Soudain, je me rendis compte que la première chose à faire était de téléphoner au professeur Mariani pour savoir si elle avait rejoint son lieu de travail ce matin. Je m’assis sur une grosse pierre et composai le numéro de son bureau. La seule personne que je réussis à joindre était une femme de ménage de la villa Médicis. J’eus beaucoup de mal à lui expliquer que je voulais parler au professeur Mariani ou à sa secrétaire particulière, mais elle ne les avait vu ni l’un ni l’autre ce matin. Diable, comment cela se faisait-il ? Je commençais à m’inquiéter réellement. Non seulement Claire avait disparu, mais également le professeur. Cela aurait-il un lien avec sa confrérie ? Cependant, je savais qu’il arrivait assez fréquemment au maître de ne se rendre au bureau qu’en début d’après-midi. Donc, ne pas paniquer et attendre jusque vers trois heures pour retéléphoner. Je rentrai à l’hôtel pour déjeuner et demandai au portier si l’on avait laissé un message à mon intention. Rien. Attendons encore un peu. Je passais le repas à envisager diverses circonstances qui auraient pu amener une telle situation. Mais je dus avouer que rien d’intéressant ne sortit de ce soliloque, mes pensées étaient trop embrouillées et manquaient totalement de cohérence. À deux heures trente, je retéléphonai à la villa Médicis, mais ni le professeur ni Claire n’était apparu. La personne que j’eus au bout du fil me dit qu’il était assez fréquent que Monsieur Mariani s’absente une journée et que cela n’avait rien d’anormal. « Peut-être a-t-il eu besoin de son assistante », ajouta-t-il en pensant à notre collègue. Je ne pus rien en tirer de plus et n’étais pas plus avancé. Je remontai dans ma chambre, inquiet, ne sachant que faire. Inutile d’aller à la police. Tout d’abord je ne parlais pas suffisamment bien italien et de toute façon, ce que mon correspondant de la villa Médicis m’avait dit ne m’inclinait pas une telle démarche. La police m’aurait simplement dit d’attendre, qu’il n’y avait aucune raison de s’angoisser. Et pourtant, j’étais inquiet.

Écrire un commentaire