Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/09/2017

L'homme sans ombre (16)

– Mais as-tu trouvé quelque chose ?

– Oui, et non. Ma connaissance s’est largement approfondie. J’ai pratiqué la méditation, différents yogas, le tout dans une fièvre sans pareil, en permanente recherche. Cependant, je n’ai pas trouvé grand-chose concernant la lévitation. J’ai dû m’en rapporter à l’expérimentation, donc aux tentatives, erreurs, découragement. Elle a porté sur le physique avec la décontraction, la respiration, les postures ; le physiologique avec le jeune, la relaxation et la concentration sur une partie du corps ; mais aussi sur la psychologique et principalement la méditation.      

– Et alors ?

– Tout ceci m’a fait considérablement progresser. Tu admirais mon impassibilité. Elle n’était pas naturelle chez moi et fut acquise grâce au yoga. Mais je n’ai pas avancé en ce qui concerne la lévitation. En fait, celle-ci n’a pas grand-chose à voir avec le yoga. C’est une autre discipline et, peut-être même, n’est-ce pas une discipline. C’est un don qui est donné et il convient de n’en tirer aucune gloire, ni même d’en parler. Sinon, s’efface sa pratique. De même, il convient de ne pas le théoriser, les effets sont les mêmes. L’innocence, le non-cumul d’expérience et la non-conscience en sont les éléments les plus solides. C’est pourquoi je ne peux t’en dire plus, et j’ai déjà trop parlé et divulgué.

– Je t’avoue que j’en reste ébahie. Même si j’avais soupçonné une formidable force de caractère en toi, je n’aurais jamais pensé à tout ce dont tu viens de dire.

– Eh bien, cessons d’en parler, ce sera beaucoup mieux pour nous deux. Peux-tu me promettre de ne plus en parler ?

– Ce sera dur, même au-dessus de mes forces. Je veux bien te promettre d’essayer, mais ne peux te jurer d’y arriver.

– C’est déjà pas mal, lui dit Mathis en la prenant par la taille et en l’attirant à lui pour déposer un baiser dans son cou.

 

– Alors, que t’a-t-il dit ? questionne Lauranne dès qu’elles se revoient.

– Rien. Il n’avait rien à dire. Il ne savait même pas de quoi je voulais parler.

– Mais ce n’est pas possible ! Tu lui as présenté la chose carrément ?

– Oui, bien sûr ! Sans toutefois lui dire ce que l’on avait vu, à savoir qu’il se détachait l’autre jour du sol sans que l’on puisse expliquer pourquoi.

– Veux-tu que je lui en parle moi-même.

– Non, surtout pas ! C’est une affaire que je dois régler toute seule.

Noémie ne sait comment expliquer à son amie qu’elle a juré de ne pas en parler. Ce serait comme déjà dévoiler quelque chose et elle ne le veut pas. Elle avait hésité, Lauranne est sa meilleure amie. Elles s’entendent bien, se disent à peu près tout, mais son serment la lie au silence. Lauranne sent bien que ce n’est pas l’entière vérité. Mais elle n’ose rien dire, rien objecter. Elle a peur de perdre son amie. Elles se regardent les yeux dans les yeux ; Lauranne voit le désarroi dans ceux de Noémie, Noémie voit la gêne dans ceux Lauranne. Mais aucun des deux ne réagit. Elles sentent d’instinct qu’elles ne doivent pas dépasser cette ligne rouge. Mieux vaut accepter le doute que d’oser une rupture. Alors elles font comme si de rien n’était et se disent au revoir en s’embrassant comme d’habitude. Pourtant quelque chose s’est cassée entre les deux amies.

Écrire un commentaire