Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/04/2017

L’essence de Pierre Heurtebise de Praguilande (15)

Deux jours plus tard, ils entraient sans coup férir dans la place, soigneusement déguisés en paysans rustres et avinés, ayant caché leurs armes dans les tonneaux emplis de vin. Réfugiés dans une auberge à cent sous, ils partirent en reconnaissance, dispersés, se mêlant au bon peuple qui n’avait pas l’air si réjoui de la présence anglaise. Le plan fut mis au point pour la prochaine sortie de Jeanne de sa prison, quel que soit le moment, avant ou après le jugement. Laissant traîner leurs oreilles, ils apprirent assez vite le jour et l’heure approximative du transfert. Il n’avait personne pour donner le signal de l’assaut, quelqu’un qui pourrait voir tous les participants à l’action et donner, d’un signal discret, le coup d’envoi de l’assaut.

Une nouvelle fois, Bernard de Loutre proposa Gaspard le Brugeois, le même qui leur avait permis d’entrer dans la ville. À court de volontaires, Pierre Heurtebise accepta l’offre et confia la mission à Gaspard. Chacun devait se tenir prêt à bondir sur son objectif lorsque Gaspard retirerait son chapeau comme s’il avait trop chaud. C’est ce qui se passa lorsque le convoi arrivait à hauteur de la boulange dans la rue principale. Aussitôt, chacun des hommes bondit et se précipita sur le ou les soldats assignés dans le plan établi ensemble. Mais chacun d’eux fut arrêté dans son élan par deux gardes déguisés eux-mêmes en paysans et qui braillaient à leur côté contre Jeanne la prisonnière honnie.

Écrire un commentaire